Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 07:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département 60 - OISE

  Voyez vous un château fort dans cette verdure ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Ermenonville est située à 40km au Nord-Est de Paris, à 35km au Sud-Sud-Ouest de Compiègne et à 17km au Sud-Est de Chantilly.

  Coordonnées du château :

49° 7' 33.445" N 2° 41' 34.037" E
 49.125957°  2.692788°

 

Le château :

     L'extérieur :

Préambule du Chevalier

  Le but de ce blog est de vous montrer des constructions médiévales fortifiées.

    Evidemment, je visite aussi des châteaux d'époques plus récentes, mais je me suis imposé à ne point les faire figurer dans ce blog.

Pourtant, aujourd'hui, ce château va vous étonner par sa "jeunesse" architecturale.

   Je n'ai pas changé de thème, mais je considère que mes articles sont ouverts à toutes les constructions dont une pierre a été posée avant 1492, date théorique de la fin du Moyen Âge en France. C'est le cas pour ce château.

J'espère que ce choc ne vous sera pas fatal.

 Je laisse maintenant la place à messire M.J.

Une ronde tour qui me réjouit déjà 

L'arrivée

       Un peu à la sortie du bourg, proche de la forêt, une tour à la forme ronde explique aux amateurs d'architecture que le château est proche.

  Quelques mètres plus loin, proche d'un parking, une entrée grillagée bien loin des critères défensif du Moyen Âge permet d'entrer dans le parc.

 

La découverte

    Entièrement entouré par les eaux de la Launette et le somptueux parc à l'anglaise créé par René de Girardin au 18ème siècle, le château d'Ermenonville bénéficie d'un cadre exceptionnel.

    Du Moyen-Age, il a hérité de quatre tours circulaires, coiffées de toits à poivrière entre lesquelles est venu s'insérer un corps de logis classique dans la première moitié du 18ème siècle.

   Ce corps de logis, couvert de combles à la française, comporte, sur ses deux façades, un avant-corps central de trois travées.

Les frontons sculptés de bas-reliefs ornent l'ensemble.

   Deux longues ailes en équerre, elles-mêmes composées de deux bâtiments de respectivement trois et cinq travées, bordent la cour d'honneur, coté Sud. Leurs couvertures à la Mansart laisse supposer qu'il puisse s'agir d'agrandissements postérieurs, tout du moins en ce qui concerne la seconde.

   La sobriété décorative des façades latérales fait que les tours moyenâgeuses s'harmonisent parfaitement avec les façades classiques.

   Les divers décrochements de façades sont soulignés par de puissants chaînages en pierres non harpées.

La façade postérieure, orientée au Nord donne sur le parc.

  Un long corps de logis de onze travées, dont un avant-corps de trois travées finement sculpté.

 

Conclusion

   Il est frappant de constater la disparité des divers éléments de façade qui cependant s'harmonisent parfaitement des extrémités vers le centre :

* Des rudimentaires tours d'angle que l'on a cependant percées d'ouvertures.

* La sobriété des façades classiques en maçonnerie enduite où la pierre n'apparaît que dans les encadrements de baies.

* La décoration exubérante des avant-corps avec ces consoles chantournées supportant le balcon à la ferronnerie en courbes et contre-courbes,

* Ces guirlandes sculptées et ces mascarons de style baroque, typiquement 18ème siècle.

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, un premier château est construit.

* Au 12ème siècle (?), comme à Chantilly, les Bouteiller, ces cavistes des rois de France (voir liste), tirent parti de leur richesse pour établir ici une forteresse destinée à contrôler cette zone sensible à la limite des plaines à blé de la Brie et des forêts avoisinantes.

* En 1351, la terre d'Ermenonville change de main. Les seigneurs de Senlis la vendent à Robert de Lorris, mais c'est aussi l'époque de la Jacquerie. Les paysans trouvent refuge dans la forêt d'Ermenonville et mettent le feu au château.

* Au 16ème siècle, les guerres de religion n'ont pas épargné Ermenonville. Les seigneurs d'Ermenonville ont déserté le château. Henri de Navarre va cependant y mettre un terme, aidé dans son entreprise par un de ses fidèles, Dominique de Vic. Il lui fait acheter le château et vient souvent se reposer chez son compagnon.

* Cette famille de Vic va détenir Ermenonville pendant un siècle et demi et le transmettre par alliance aux Lombard qui vont édifier sur les fondations de l'ancien château une construction classique dans le goût du 18e siècle.

* En 1754, les Lombard vendent à leur tour Ermenonville à un riche fermier général de Louis XV (voir liste des rois), René Hatte. C'est le petit-fils de ce dernier, le marquis René de Girardin, qui va transformer les zones marécageuses alentour en un somptueux parc à l'anglaise, en avance sur son temps en quelque sorte.

Il y reçoit, entre autre, Jean-Jacques Rousseau qui apprécie les lieux où il peut "herboriser" tout à loisir.

* Le 2 juillet 1778, Jean Jacques Rousseau décède au château. René de Girardin le fait enterrer au sein même du parc, dans l'île des Peupliers.

* Vers 1792, la Révolution passe avec son cortège d'exactions. Girardin réussit à y sauver sa tête, mais quitte néanmoins son château où les révolutionnaires l'avaient séquestré.

* En 1874, les héritiers de Girardin vendent le domaine à une famille polonaise, les Radziwill.

* En 1927, la mort du dernier représentant de la famille Radzwill scelle le démantèlement du domaine dont le "Parc du Midi" est vendu au Touring Club de France et prend le nom de Parc Jean-Jacques Rousseau.

* Durant ce 20ème siècle, le parc au Nord et le château lui-même vont connaître des fortunes diverses et passer en de multiples mains.

* En 1991, parc et château sont acquis par un important groupe hôtelier au grand soulagement de la population locale, attachée à son château et inquiète sur son avenir.

* En 1992, le film Les Visiteurs utilise le château comme décors.

* En 1996, le château est à nouveau utilisé pour le film : Les Visiteurs II.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite du château est interdite sauf si vous réservez une chambre.

 

Les signes médiévaux sont rares, mais le charme opère

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 60 Vers Menu châteaux de l'Oise

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie51 16/04/2014 11:10

Votre article ayant aiguisé ma curiosité, je suis allée visiter le château d'Ermenonville. Instructif et très agréable à découvrir...Merci

J'aimerai vous mettre en lien avec mon site, etant passionnée par les nombreux châteaux que nous avons en France.

Pourriez-vous m'indiquer votre lien ?

Marie-Ange

Le Chevalier Dauphinois 17/04/2014 19:08



Heureux je suis que cette modeste prose ait pu aiguiser votre curiosité au point de visiter cette bâtisse.


Je n'ai point un site web mais un blog. Son nom est : Chateau Féodal et Ruine Médiévale.


Son adresse est : http://chateau.over-blog.net/



Michel 02/04/2014 12:30

Très intéressant.
Les nouvelles contributions sont bienvenues et enrichissent encore davantage votre oeuvre, Chevalier.

Je connaissais la silhouette générale de ce château au style composite, connu aussi pour abriter la sépulture de J.J. Rousseau qui fut une immense célébrité dans ma ville (où se trouvent l'hôtel et
la 'campagne' de Mme de Warens).
Malgré sa complexité architecturale, le château apparaît très romantique (le parc y participe aussi). Bonne chose pour son avenir qu'il soit devenu un hôtel de charme, j'espère y séjourner a
l'occasion.

Le Chevalier Dauphinois 02/04/2014 19:22



* Les contributions de messire MJ, que je vais publier tous les 3 mois sont bien différentes de mes habituelles ruines et églises.


* De plus, il nous montre autrement un château et nous emmène dans des départements que je n'ai pas encore eu le loisir de visiter.


* La diversité de notre patrimoine amène aussi la diversité de vue et de rédaction.


* Dans ses contributions, il n'y a qu'un seul château que j'ai visité. Je pressens que cette construction Normande fera l'objet d'un compromis de prose ou d'une opposition entre son vocabulaire
et mes sensations.... Mais ce "composite" ne sera visible qu'en 2019, car j'ai d'autres priorités.


 



Anne la Dauphinoise 01/04/2014 21:20

E h bien si ! "Choc fatal" fut ce château;
R udoyés trop mes neurones médiévaux...
M ais où sont les trois seuls cailloux restants
E ncontrés dans vos articles tant souvent...
N ouvelle "ligne de conduite", avez-vous dit.
O r, ne sais-je point m'y faire... Messire M.J
N 'y pouvez rien, vraiment ! Car j'ai aimé
V os castels précédents, même remaniés...
I l m'apparaît qu'icelui découvert
L 'est trop, remanié, laissant goût amer :
L e Moyen-Âge n'est plus "vedette", pour moi,
E t ses traces, malgré les tours, ne conçois;

O mission faite de tourelle entrevue,
I réelle, aux confins du bourg; perdue
S emble t-elle, mais elle m'a attirée fort :
E n elle, je ressens plus le château fort,

I l est vrai, que dans le castel montré...
L oin de moi, de vouloir le dénigrer :
E st-il bel, si l'on ne cherche point en lui

D e médiévaux signes visibles, car ceux-ci
E vincés sont, hormis les quatre tours

F aisant ressurgir d'antan prime contour...
R egard passionné, à n'en point douter,
A Messire M.J. devant "sa" beauté.
N ombreux détails nous montre et nous décrit,
C harmants, bien sûr, pour qui les apprécie.
E t j'avoue qu'ici est une harmonie

N on feinte, de l'extérieur vers mitan, et
O n découvre ensemble qui paraît parfait.
T outefois, je pense, est-ce au détriment,
A las ! de moult de ses atours d'antan.

B ien sûr, n'est-ce que mon avis exprimé,
E t bien sais-je qu'ainsi ont été "sauvées"
N uméreuses pierres du Moyen-Âge, étant
E nglobées dans des ouvrages plus récents...

P assion de "l'authentique" est plus en moi,
S ource de plus de rêves... Ne m'en veuillez pas...


... pour ma franchise, Messire M.J; grand respect je porte à tous vos écrits.
... pour mon courroux que j'ai tu, ici, Chevalier; aurais-je bien temps, "chez vous", le signifier.

Le Chevalier Dauphinois 02/04/2014 19:12



* Je comprends votre aversion pour ce style de château trop... beau.


* Mais...


1 - Il est bien d'origine médiévale,


2 - Son architecture avec ses 4 tours attestent de sa fonction défensive il y a 6 siècles,


3 - J'ai profité du 1er avril pour ne point faire une blague, mais montrer autrement un château ... ayant évolué.


--> Et puis les 7 prochains articles seront dans vos ressentis.... Je me permets donc un petit écart.



aniort jean 01/04/2014 11:57

j'avais penser a un renfort comme souvent sur certains murs ( en croix ) , mais vu le poids de la feraille je ne vois pas l'avantage .
se " R " resteras donc un mystére

Le Chevalier Dauphinois 01/04/2014 18:17



  N'ayant pas visité ce château, puisque l'article est l'oeuvre de messire MJ, j'avoue ne pas pouvoir donner mon avis. J'ai mis dans cet article toutes ses images, je ne peux hélas pas
apporter d'autre preuve.


  Mon rôle a été la mise en forme pour donner à l'article une apparence identique à mes autres proses.



aniort jean 01/04/2014 07:52

bien joli enssemble en effet
curieusement un detail m'a tapper dans l'œil , dans les 2 en fait .
une cheminée sur une tour est ornée d'un gros " R " .
donc , ???

Le Chevalier Dauphinois 01/04/2014 10:08



R comme... heu.... Rantanplan ?... Rocky ?... Râ ?... Rex ?


Diantre, que cela est complexe : Je donne ma langue au chat.