Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 06:30
     
michel-j-01  
Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  


Département 60 - OISE

 Point de douves devant les remparts !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La petit commune de Parnes est située à 55km au Nord-Ouest de Paris, à 35km au Sud-Ouest de Beauvais et à 10km au Sud de Gisors.

  Coordonnées du château :

49° 11' 7.663" N 1° 45' 52.535" E
 49.185462°  1.764593°

 

Le château :

     L'extérieur :

L'arrivée

    En arrivant à Alincourt, ce sont cinq siècles d'histoire de France qui s'offrent à votre regard. Mais avant de découvrir les bâtiments, il faut franchir une porte moderne. Le château est invisible de la route car il est au centre d'une belle forêt.

 

La découverte

  Au bout d'une longue allée, de nombreuses constructions s'offrent à votre regard.

 

 

Vue globale du château d'Alincourt

 

Pour mieux comprendre ces bâtiments, veuillez cliquer ici.

 

Rapide description des bâtiments

  La poterne d'accès du 15ème siècle est l'aboutissement du mur d'enceinte Ouest.

     Deux forts pavillons à base carrée, reliés par un portail à doubles arches en plein cintre supportant un étage qui devait abriter le logement du gardien. Le tout est bâti en pierre blonde du Vexin, percée d'étroites fenêtres.

  Le haut colombier à base circulaire de la même époque est couvert d'un toit à poivrière.

 

Bâtiments du 16ème et 18ème siècle

     Observez le raffinement de ces anciennes écuries du 16ème siècle, s'ouvrant sur les autres dépendances par une arche en plein cintre cantonnée de deux tourelles à poivrière.

   C'est un privilège du Vexin que d'avoir des carrières de pierre permettant d'utiliser ce matériau même dans les bâtiments les plus modestes.

    Derrière, la chapelle s'est offerte une entrée latérale, encadrée de colonnettes doriques, surmontées d'un fronton triangulaire. 

  Voulez vous jouer au dame sur ce damier ?

Le pavillon du 16ème

    Les deux constructions les plus attachantes de ce château sont ces deux courtes ailes, collées l'une à l'autre selon un angle légèrement aigu. A gauche, un bâtiment du 14ème siècle, dénommé "logis du Méridien", épaulé sur son pignon Ouest par un solide contrefort. Il est flanqué en son centre par une tour polygonale qui a conservé un petit chemin de rond et ses mâchicoulis.

    D'une toute autre facture est l'aile Renaissance de droite qui a néanmoins conservé ses deux tourelles défensives en encorbellement.

    La décoration des façades en pierre et brique, en damier ou en bandeaux, est typique des réalisations Renaissance dans le Vexin et en Haute-Normandie : Fin décor de pierre au pourtour des baies et en linteaux.

 

Le pavillon du 

     A l'extrémité de deux ailes en retour d'équerre, reliées l'une à l'autre par la tour du Général, se situe ce grand pavillon du 16ème siècle, coiffé d'un toit en fer de hache et flanqué de tourelles de pied à ses angles, sur lesquelles on retrouve la même décoration en bandeaux alternés de brique et pierre.

 

Le parc

   Tout ce bel ensemble se situe dans un parc arboré de 110 hectares, clos de vieux murs, où l'on trouve jardins à la française, potagers et, au delà, étangs et allées cavalières.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle,  construction du château (à vérifier).

* Au 15ème siècle, modifications des systèmes défensifs.

* Au 16ème siècle,  aménagement de la chapelle certainement par Pierre Legendre. Il construit aussi le bâtiment Renaissance que l'on découvre sur la droite.

* En 1733, la famille Legendre vend le château au Comte (voir titre de noblesse) de Sénozan

* En 1764, le château est vendu au Duc de Vallières.

* Au début du 20ème siècle, le château est possession de la famille du sénateur Bérenger,

* En 1944, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au  20ème siècle, le château est revendu à la famille d'Herbais.

* A la fin du 20ème siècle, il est possible de louer le château pour des mariages ou cérémonies.

* En 2009, Alain Duménil achète le château. Le château n'est plus accessible.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est impossible car le château est au centre d'une imposante foret. La visite de l'intérieur ne semble plus possible.

 

 

 

 
    Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 60 Vers Menu châteaux de l'Oise

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

grégoire 21/06/2016 22:39

Bonjour,bel article et grand merci,pour y avoir passé 25 ans de pure bonheur et ayant connu les anciens propriétaire je suis heureux d'en entendre parler à nouveau merci

Le Chevalier Dauphinois 22/06/2016 20:50

* Bonjour et merci pour votre commentaire.
* Messire MJ qui est le rédacteur de cet article va être très flatté d'avoir donner du plaisir à un de ses lecteurs.
* C'est un peu le but de ce blog : Montrer, faire connaître, détailler puis donner le plaisir des souvenirs.

RIOU 18/12/2014 14:17

Bonjour, Merci pour toutes ces informations sur le château d'Alincourt où j'ai passée 1 ans (8-9ans) période difficile pour mes parents surtout ma maman, mais délicieuse pour nous les enfants. Si
cela était possible j'aimerai conversé avec vous sur ma boîte mail.
Bien cordialement. ValRIOU.

Le Chevalier Dauphinois 18/12/2014 22:54



* Heureux je suis que ce modeste article ait pu faire ressurgir des années de bonheur.


* Mais comme vous le lisez en entête, Le Chevalier Dauphinois (moi en réalité) n'est point l'auteur de cette prose.


* Ne pouvant visiter tous les châteaux de France, j'ai ouvert mon blog à quelques invités dont ce fameux messire M.J.


* Il est très difficile de le contacter.


* Je ne serai hélas d'aucune aide pour narrer ce château par mail.


 



Véroo 08/07/2014 20:46

Quelle bonne idée d'accueillir un invité dans son blog ! et je dois avouer que cette présentation est tout aussi attrayante. Quand au château, il est plein de charme, j'aurais pris plaisir à aller
le voir si ça avait été possible...

Le Chevalier Dauphinois 08/07/2014 21:10



  Je suis ravi que parfois des rédacteur en herbe se joignent à moi. Leurs styles, leurs images diffèrents de mes habitudes rédactionnelles sont un plaisir. De plus, je n'avais pas encore
visité les châteaux de mes "invités".
  Cette construction était partiellement visitable avant d'être achetés par ce curieux personnage ayant défrayé la chronique.


 Peut être qu'un jour ce château le redeviendra.



Anne la Dauphinoise 04/07/2014 22:34

M ais comment ai-je fait là, pour oublier
E minente tour aux multiples côtés !
A lentours "bariolés" m'ont aveuglée...

C hemin de ronde aurait dû m'épater -
U nivers que j'aime tant à retrouver !
L es mâchicoulis, pour sûr, sont passés
P ar la "trappe" qu'ont eux-mêmes possédée !
A ussi je bats ma coulpe... Ne me battrez ?...

Le Chevalier Dauphinois 06/07/2014 19:48



* Point vous battre j'ai imaginé.


* Il est vrai que messire MJ me donne peu de photos, qu'il compense avec une prose magnifique, riche et détaillée.


* Pour voir les détails, il faut donc longuement regarder chaque image.


* C'est ainsi que ce châteaux fort magnifique se révèle à nous.



Anne la Dauphinoise 04/07/2014 21:38

A ssurément, aurai-je bien moins de mal, ici,
L ouer un peu (!...) découverte de Messire M.J.
I l va sans dire que ce passionné d'art, d'histoire,
N 'y est pour rien quand ses castels ne savent me seoir :
C hacun de nous a son époque privilégiée
O ù architecture ne peut être mise de côté.
U n style de vie, de défenses s'y accroche aussi :
R end-il esprit joyeux, ou bien nous déconfit
T ant ne retrouvons once de notre "antan chéri" ...

P laisant ne dirai-je point qu'est ce château, pour moi.
A t-il, par évidente prestance, toutefois
R emisé pour un temps (et pour certaines parties ! -
N e veux-je entendre parler du "bariolage", nenni !),
E t mon très grand dépit, et mon réel courroux.
S uis-je impressionnée par cette "densité", j'avoue...

O r, à la fois, quelque vide je ressens, pour sûr :
I l manque à ce castel d'une forteresse l'allure,
S auf dans le châtelet et, derrière, colombier :
E n eux ai-je cru voir image d'un site fortifié...

P arce qu'ainsi, colombier semblerait un donjon ?
I nsensés bâtis "qu'érige" imagination !...
C oncourt à cette vision l'entrée, de ses deux tours
A jolivée. Est-ce là l'un des trois seuls atours,
R estes de rempart compris, me renvoyant très loin
D ans les siècles, bien que les défenses ne se voient point.
I llusion qui, même court instant, me fit rêver.
E xigente ne suis-je mie : peu sait me contenter

P ourvu que dans "mon temps" un petit tant m'y croie !
S oyez lors, Chevaliers M.J et Dauphinois,

N on pas portés aux nues (et si vous y restiez !),
B ien plus terre-à-terre : de ce partage remerciés.
...

Et grand merci également pour cette "immense" image, ainsi que celle qui, du castel, nous explique les "rouages".

Le Chevalier Dauphinois 06/07/2014 19:43



* Il est vrai que ce château composé de bâtiments d'époques différentes et dont les fonctions ont été changé est surprenant.


* Il n'est point ruine, ni château fort, ni beauté renaissance.


* Cette mixité est fascinante, même si elle laisse un peu de regret de "pureté".


* La prose de messire MJ accompagne magnifiquement cette diversité architecturale.