Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Aie !... Je me suis cogné sur le mur

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées de la maison forte :

44° 25' 54.361" N 2° 40' 43.889" E
 44.431767°  2.678858°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
L'arrivée

   Après avoir visité le château de Bozoul, puis la maison forte d'Aboul, je me dirige légèrement vers le Sud en direction du hameau de Vayssettes pour découvrir un mur. Lentement je suis sa trajectoire pour arriver dans un angle.

Etait ce le rempart extérieur ?

  La ronde tour est elle médiévale ?

La découverte

  Pour mieux comprendre, je prends un peu de recul. Je vois :

* Un mur entourant la propriété,

* Un parc arboré précédent des bâtiments,

* Un corps de logis à l'architecture ancienne mais "troué" de nombreuses fenêtres récentes,

* Une tour circulaire au bout du logis,

* Puis au fond, comme isolée de l'ensemble, une haute et puissante construction.

 

La ronde tour

         Avec ses pierres pauvrement taillées et peu jointives, j'imagine que cette tour n'a point été un lieu de résidence, mais quelques détails vont me contredire.

    Son diamètre me fait comprendre que la construction n'est point une tour-escalier. Sa fenêtre à meneau me laisse à penser que salle(s) d'habitation elle possède.

Quelle surprise !

  En regardant au dessus de la fenêtre, je découvre des consoles sous une petite baie.

Que pensez vous que cela fut ?

1 - Des latrines,

2 - Une bretèche.

 

La magnifique construction
   Derrière la ronde construction, un imposant bâtiment me fascine. C'est une tour parallélépipédique ressemblant à un donjon. Bien que partiellement arasée et très modernisée, elle garde les fantômes de mâchicoulis.

 

        L'intérieur :
   La propriété privée n'est pas visitable. Je tourne les talons pour découvrir une autre beauté médiévale Aveyronnaise quand une gravure attire mon attention.

Quelle est la signification de ces inscriptions ?

 

 

Histoire de la maison forte :

* En 1223, Durant Austruy possède la tour de Vaysettes. Il rend hommage au Comte (voir titre de noblesse) de Rodez.

* Au 14ème siècle, le site fortifié appartient toujours à la famille Austruy.

* A la fin du 14ème siècle, le Comte Bernard d'Armagnac donne en garde la maison forte de Vaysette aux Capitaines Bardet et Foulquier.

* En 1404, Pierre Vernet, héraut d'armes du Roi, exige la restitution du site au Roi.

* Au 15ème siècle, la famille Austruy est toujours propriétaire du site.

* En 1575, le site est cédé à Georges Colomb.

* A la fin du 16ème siècle, la propriété appartient à Antoine Glandières.

* En 1604, Mathieu Guieysse est le nouveau propriétaire.

* En 1725, la famille Rodat-Delon possède le domaine.

* En 1759, le site est possession de la famille Pons de Vaysettes.

* En 1809, le domaine comporte 20 boeufs.

* En 1839, Philippe de Bancarel, veuf de Pauline Pons, vend le domaine à Laurens André habitant Rodez.

* En 1906, la bergerie est détruite par un incendie.

* En 1923, résident préalablement à Marvejols (voir cette cité fortifiée), Henri Castagnié est le nouveau propriétaire de Vaysettes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Un bâtiment fortifié presque intemporel

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Françoise 08/05/2016 23:45

Bonjour,

Merci à Anne pour l'acrostiche, et au chevalier pour le blog : pas d'acrostiche à donner mais à rebours j'ai aimé :)

Le Chevalier Dauphinois 09/05/2016 19:28

* Il est vrai que "l'Acrosticheuse Dauphinoise" apporte une lumière magnifique à mes modestes proses sur les ruines ruinées.
* Je suis si heureux de sa présence que j'ai osé la pseudo-nommer : Pierrote (puisqu'elle m'écrit un mot).
* Depuis, elle me gratifie de cela avec des textes toujours aussi beaux et inventifs !
.

Anne la Dauphinoise 29/10/2015 21:46

Pour votre dernière remarque, point d’accord je suis … vous l’aurez deviné !
Nul besoin de faire-valoir pour apprécier d’autres sites ! (je dirais même : votre précieux temps vous perdez… si, si ! réfléchissez-y…)

J’ai noté que l’article d’aujourd’hui (Aigaliers) est l’un de ceux dont vous m’aviez parlé, non ? (dans votre réponse - enlevée – à Issoudun)
... Il m’a plu, même si, c’est vrai, des images ne sont point commentées. Je n’ai d’ailleurs pas écrit tout ce que j’ai pu mirer et penser de ces ruines, trop long ç’aurait été… et je trouve que ma prose a été très (trop…) longue déjà.
... A savoir si les autres articles de ce genre me sieront autant… ?

Le Chevalier Dauphinois 30/10/2015 18:30

* Que nenni belle Dauphinoise
* Point mon temps je perds, car, pour mon plaisir, il est important de tout montrer.
* Et puis, je pense qu'avec les années (et les siècles ?) le rouge sera votre couleur.
*Je vais y travailler comme un Chevalier se doit par sa mission.

Anne la Dauphinoise 27/10/2015 18:27

M ais où est donc passé votre destrier
A dmirable de bon sens, si avisé ?
I l est sûr qu’il n’aurait ici stoppé,
S achant que ne sont mie traces restées,
O u si peu, de la splendeur du passé …
N aguère était une tour unique : rêvée

F ortement l’ai-je. Or ne l’ai retrouvée…
O ui, deux corbeaux ont certes résisté,
R éminiscence d’une sécurité.*
T rop faible indice, vous en conviendrez…
E t fantômes de mâchicoulis mirés -

D ois-je reconnaître que je les ai prisés** -
E ffroi ne donnent plus : semblent « décalés »

V raiment, sur cette façade modernisée,
A les voir, ne sais-je oncques frissonner ;
Y aurait-il fallu leur imprimer
S ouffle de vie, en les laissant « premiers »
S ur ce mur, où sont maintenant « noyés »
E t bien mornes, cela malgré leur beauté…
T ant déçue je suis n’avoir décelé
T ravail des hommes qui antan ont oeuvré
E n ce lieu pour qu’il ait aspect guerrier.
S on allure seule, et encore, a gardé

B ribes de puissance, par sa massivité.
O sée je suis, me direz, critiquer…
Z élée ne puis-je être, moult contentée,
O ù quasi rien ne sait me faire vibrer…
U ne maison très jolie vous dévoilez,
L oin de l’image première qu’elle dut montrer
S iècles avant... Me sens-je un tant grugée…

A ppareillage, c’est vrai, je n’ai renié.
V oulu l’aurais-je sur vestiges bien « cassés »
E t « dans leur jus », non transformés.
Y aurais-je alors cet antan humé,
R empli de mes lectures sur le passé;
O de m’aurait été aisé composer…
N e m’en voudrez… ce site je n’ai aimé.

* pour moi : j’imagine que c’était une bretèche, au-dessus d’une ouverture, pas des latrines.
** à mes yeux, les seuls « rescapés » d’antan (avec les corbeaux de la bretèche… c’est bien peu)

Le Chevalier Dauphinois 29/10/2015 19:26

* En photographiant cette construction, en triant les images, pour en rédigeant l'article, j'imaginais que cette maison forte ne serait point votre préférée.
* La raison de sa présence ici est double :
-1- Je souhaite montrer le maximum de site médiévaux fortifiés "peu ou moins connus".
-2- Bozouls (avec ses hameaux environnants) possède 6 constructions médiévales. Il était facile pour moi, en peu de temps, de toutes les découvrir.
* Mais imaginant votre désappointement, cette semaine sera marquée par 3 (oui, vous lisez bien : Trois) articles.
* Et puis, c'est en voyant le minimalisme de certaines constructions que l'on apprécie mieux les autres... comme les églises en briques... hihihihi.