Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 06:07

 

Département 48 - LOZERE

  Ruiné est ce château fort d'un autre temps !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Canilhac est située à 45km au Nord-Est de Rodez, à 40km au Nord de Millau et à 3km à l'Ouest de La Canourgue.

     Coordonnées du château :

44° 25' 28.178" N 3° 9' 0.403" E
 44.424494°  3.150112°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Préambule

   En découvrant la photo du château, vous vous êtes mis à penser :

"Le Chevalier Dauphinois va encore nous amener

dans ses délires de ruine formidable !".

   Il est vrai que je me suis rendu dans ce bourg pour me pâmer devant un site médiéval "un peu" ruiné. Mais...... il faut savoir que ce château fut le siège d'une des 8 Baronnies (voir titre de noblesse) du Gévaudan.

   C'est donc pour cette incroyable raison historique que je suis en ce lieu.

  Un parement d'angle très original

Je vais faire des photos
     Sur la vue satellite, le château ainsi que son rempart sont très reconnaissables. C'est donc avec la certitude de ne point revenir bredouille que je me rends dans cette petite commune proche du département de l'Aveyron.

 

Première analyse 

   En découvrant une courtine du château, j'ai plusieurs remarques :

* Point de tour défensive je vois.

* La diversité des pierres et de leur pose m'informe que le mur a été de multiple fois réparé.

* Le montage des pierres en arête de poisson me fait penser que le château est ancien (certains supposent des murs Romains).

* Avec leur rouge couleur, les parements d'angle surprennent. J'ai supposé que localement il n'y avait pas de pierre de grande dimension. Le recours à une autre carrière aurait été la solution. Mais il n'en ai rien. Un lecteur passionné me donne la vérité.

 

Quelle surprise !

    En contournant le site je découvre une curieuse ouverture semi-circulaire. Je prends un peu de recul pour mieux comprendre.

Quelle est donc cette curiosité ?

   Point de bizarerie cela est. Le château étant si ruiné que la commune a consolidé l'ensemble puis aménagé une salle.

Pensez vous que cela soit un petit musée ?

   Une archère très primitive

        L'intérieur :
Classique découverte

   La salle basse n'est point musée mais une pièce pour la mairie. La salle est voûtée, mais il est difficile d'en connaître la fonction originelle.

   N'étant pas visitable, je me dirige vers l'escalier moderne pour découvrir l'étage.

 

Eléments de défense et de confort

    A l'étage, il ne reste que 2 pans de mur très arasés. Ma mission va être de comprendre l'architecture et la fonction des salles et étages.

   L'étage accessible possède :

* Un sol très moderne,

* A gauche de l'escalier une ouverture ressemblant à une petite cheminée,

* A droite de l'escalier une voûte.

* Une archère droite avec un faible ébrasement me la faisant dater de la fin du 11ème siècle ou début 12ème. Ma supposition est peut être faussée par les nombreuses consolidations récentes.

* Un mur reconstruit mais avec la preuve qu'un étage existait.

* La présence d'un étage supérieur est prouvée sur l'autre mur.

* Les vestiges d'une imposante cheminée m'informent que ce niveau était réservé au seigneur.

 

La cheminée de la salle seigneuriale 

C'est la fin

   Ne souhaitant pas vous révéler tous les secrets de cette beauté très abîmée, je vous laisse ici. Je jette un dernier regard sur les brumeuses montagnes.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. Un seigneur nommé Canilhac est cité.

* Au 17ème siècle, le château est en ruine.

* Au 20ème siècle, pour protéger le site, les murs sont rapidement consolidés, le sol est refait avec des matériaux récents et une salle est aménagée pour recevoir la mairie.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible. L'entrée dans la salle de la mairie n'est pas autorisée sans invitation.

 

Pour les passionnés d'histoire, je vous propose la lecture de ce site.

 

L'art moderne ose s'intégrer dans cette forteresse médiévale

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article

commentaires

Sébastien 04/02/2016 15:21

Bonjour,
je possède un site web qui recense de la manière la plus exhaustive possible les châteaux et autres fortifications de Lozère.
N'habitant pas sur place, je fais appel à qui veut bien pour me fournir des photos pour illustrer mes pages. Je fais bien sûr mention de l'auteur des photos et, lorsqu'elles proviennent d'un site web, je place également un lien vers le site.
Ce site est entièrement personnel et non rémunéré.
M'autoriseriez-vous à prendre quelques unes de vos photos de châteaux lozériens pour les rajouter aux pages de mon site?
Cette demande vaut pour les châteaux lozériens que vous avez déjà illustrés ou que vous illustrerez à l'avenir.

Pour vous faire une idée, voici l'adresse de mon site: www.chateauxdelozere.fr

D'avance merci et félicitations pour vos articles qui nous apprennent un certain nombre de choses.

Sébastien

Le Chevalier Dauphinois 04/02/2016 20:30

* Bien le bonjour messire le Lozérien.
* En ce département, j'ai identifié 97 sites fortifiés d'origine médiévale (but de mon blog), mais hélas je n'en ai photographiés ce jour que 36, et seulement 11 ont fait l'objet d'un article.
* Si vous citez mon blog, je vous autorise à récupérer une image pour chaque site car mon but est le partage de cette merveilleuse époque si riche nommée : Le Moyen Âge.
* Au plaisir de vous suivre dans la rédaction de votre site web.

Anne la Dauphinoise 11/06/2015 22:40

Mais j’aurais plus rêvé si vous nous aviez donné un petit tant plus à mirer !
Et, à mes yeux, vous nous auriez vraiment emmenés « dans vos délires de ruines formidables » !
… C’est cette grande ouverture cintrée qui m’a intriguée… car on ne se rend pas compte où elle pouvait se situer dans l’architecture du castel… donc, impossible (pour moi, du moins !) de savoir pourquoi une telle ouverture : était-on ici dans une annexe du castel ? (le grenier, l’écurie… ?), ou dans le logis ?
… Ou alors je n’ai toujours rien compris et il n’y avait que ça comme ruine restante ?

PS : pour les légendes dont parle le commentaire précédent : si vous alliez sur le site que vous nous avez si gentiment donné en lien, vous en découvririez 2 !… (j’y suis allée et je l’ai lu… en entier !)

Le Chevalier Dauphinois 12/06/2015 17:42

* Cette ruine reconstruite n'est point facile à lire pour des amateurs comme nous.
* De plus, avec ses consolidations et reconstructions, elle disparaît des standards que nous connaissons.
* De plus, avec les années, le sol s'est élevé (à cause des gravas).
* Mais il me semble que la partie visible (celle que je décris) était le logis.
* Donc en dessous, la salle de la grande ouverture pouvait être les cuisines (permettant de chauffer la pièce au dessus).
* Les écuries ne sont que "rarement" proches du logis.
* Une réserve est possible, mais la reconstruction ne me permet pas d'être affirmatif.

Anne la Dauphinoise 09/06/2015 23:41

C omment dire ? Je suis ici fort troublée …
A i-je sensation ces ruines bien aimer,
N ‘en douté-je point, à voir certains vestiges
I mprégnés, à mes yeux, de moult prestige.
L as ! est contrarié ce doux sentiment :
H abitat trop moderne mis en avant
A tténue ma prime impression, pour sûr…
C omme je n’aurais voulu mirer que murs

L ézardés, peut-être, sans retouche aucune !
O r, me direz, a su mauvaise fortune
Z ones dangereuses faire apparaître… c’est vrai.
E tait-ce pour autant nécessaire qu’on ait
R épublicaine salle dans seigneurie ?
E mane de cet intérieur nulle vie…

G rommelé ai-je assez ; ne sert de rien…
E t sont détails ayant eu autre destin :
V aillamment ils résistent et peuvent donner -
A bîmés ou un tant consolidés -
U ne image plus réelle de leur gloire,
D ans laquelle se reflètent pans d’histoire.
A menuisent-ils lors mon « chagrinement »…
N ‘est-ce point merveille cette cheminée étant

P arvenue jusqu’à nous ! Si n’est entière,
O n devine à travers elle que naguère
S urent hôtes des lieux avoir certain confort,
T émoignage de seigneurs puissants et forts :

S avons qu’étaient du Gévaudan barons.
C astels, je pense, possédaient à foison…
R ien qu’une archère révèle sécurité.
I mpossible qu’autres défenses n’aient été !
P eut-être que ce château ne fut aussi
T out simplement que demeure et vigie… ?
U n appareillage bien médiocre est vu (
M ême si, de l’admirer, je suis aux nues !),

N éanmoins, murs me semblent assez épais…
O ncques ne saurons pourquoi ici était
T rès grande ouverture… n’est-ce point courant.
A i-je peu vu, tous vos castels visitant,

B aies de la sorte... ou signifiaient remises :
E n ce cas, large porte était de mise…
N ous auriez pu d’autres secrets révéler
E t ne point sur notre notre faim nous laisser…

E ncore merci pour le site ajouté :
T rès bon moment, le lisant, j’ai passé.

Le Chevalier Dauphinois 11/06/2015 19:55

* Lorsque j'ai vu ce château au loin (image que je n'ai point mise), je me suis "frotté" les babines de Castellologue-amateur.
* Mais à chaque pas d'approche, j'ai compris que si près du bourg le site ne pouvait qu'être consolidé.
* Mais en découvrant les détails de construction, mes yeux se sont à nouveau écarquillés.
** Le bâtiment visité n'est qu'un morceau du château d'origine dont la vue satellite révèle l'ampleur.
** Il est vrai que ma prose ne l'a point totalement révélée.
** Mais elle n'est là que pour faire rêver.

Aurélien 09/06/2015 13:47

Petite précision sire chevalier, à propos de la pierre rouge.
A partir de Salmon, dans la vallée du Lot, c'est une pierre que l'on retrouve très souvent, notamment dans des constructions à Banassac (voir l'église), Saint-Laurent-d'Olt ou Saint-Geniez. C'est une terre qui se retrouve un peu plus loin vers Rodez (quartier des Terres Rouges).
Les Canilhac étaient très liés à l'église de La Canourgue (urbs Canonica, la ville des chanoines, monastère ancien limitrophe de Banassac qui fut un site de potiers et où l'on frappait monnaie aux temps des romains puis des mérovingiens).
Les pierres rouges viennent donc très probablement de là...
J'espère que vous avez eu l'occasion de visiter Saint-Saturnin (en contrebas de l'autoroute) avec son château très bien restauré ces 30 dernières années, et surtout Montferrand (au dessus de Banassac), le château où est née la mère et où se sont mariés les parents du bienheureux pape Urbain V. Ses ruines sont modestes mais magnifique...
Au plaisir...

Le Chevalier Dauphinois 11/06/2015 19:49

* Diantre !...Que lis je ?.... Légendes qui me sont inconnues.
* Il va me falloir chercher dans mes grimoires pour retrouver ces anciennes histoires presque vraies.

Aurelien 09/06/2015 22:30

Ah, Montjézieu, vous parlez de mes aïeux cher chevalier...
Connaissez vous la tradition à Saint-Saturnin ?
Si non, je vous conseilles quelques recherches sur la Capelado (capelade, pour "lever de chapeau")...

Autre légende à connaître dans le coin, celle d'Ermengarde de Montaigu, dame de Canilhac, d'où le nom viendrait...

Le Chevalier Dauphinois 09/06/2015 19:08

* Merci pour ces précisions. J'avoue ne point avoir cherché l'origine de la pierre rouge.
* Dans cette région de ruines et de gorges, j'ai pris le temps de beaucoup visiter :
- J'ai donc vu Saint Saturnin (mais son article n'est pas prévu de suite).
- J'ai dégusté la magnifique ruine de Montferrand dont l'article devrait s'afficher avant la fin de l'année.
- Et puisque vous parlez de Banassac, il y a son "pendant" à La Canougue nommé : Montjézieu.