Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 07:30

 

Département :   40 - LANDES

 Il est évident que l'église est fortifiée

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Saint Aubin est située à 24km au Sud-Ouest de Mont de Marsan et à 10km au Nord-Ouest de Hagetmau.

  Saint Aubin est proche de la petite rivière nommée : Gouaougue.

      Coordonnées du bourg :

43° 42′ 42.84″ N 0° 41′ 45″ W
 43.7119°  -0.695833°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Depuis le parking de l'église, je n'ai aucun doute sur l'aspect fortifié de cette construction. Le clocher ressemble à un donjon, mais :

Comporte-t-il des archères, bouches à feu, bretèches le rendant invulnérable ?

 

L'enquête commence

    Le clocher-tour est impressionnant. Sa forme parallélépipédique avec son toit à faible pente lui donne un aspect trapu. Cette sensation est renforcée par les puissants contreforts aux 2 angles.

     Sur 3 faces, une petite fente verticale ressemble à une archère primitive et l'ouverture sous le toit peut être assimilé à un crénelage. Le 4ème coté ne comporte aucune archère. J'ai imaginé que cette face communiquait avec la nef et (pourquoi ne pas rêver) vers une salle de repli avec chemin de ronde. 

Voyez vous toutes les défenses de cette église ?

A part le haut clocher-tour, y a t il d'autres signes de défense ?

 

La nef

    Cette église est un véritable puzzle architectural avec des formes, des couleurs et des matériaux différents.

Cette vue globale me met en joie.

    La nef comporte des archères droites situées à gauche de chaque fenêtre. Leur dimension, ébrasement et forme me font penser à un système défensif du 12ème siècle. 

 

L'abside

    L'abside est percée de 5 fenêtres de style Roman encadrées par des colonnes dont les sculptures n'ont pas résisté au temps. Chaque ouverture est encadrée de contreforts curieusement de largeur, hauteur et profondeur différents. La raison m'échappe !

Au dessus, les panneaux en bois cachent ils des créneaux

ou un chemin de ronde ?

  Je ne peux pas l'affirmer. Il faut entrer pour comprendre.

 

    L'intérieur :

  Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, l'église est fermée en dehors des offices. Je me console en admirant le paysage et l'immensité de cette région plate.

   Il est temps maintenant de découvrir l'autre fortification de Saint Aubin dans le hameau de Poyaler.

 

 
Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.
* Au 14ème siècle, fortification de l'église par l'ajout d'un clocher-tour.
* Au 18ème siècle, modification de l'église.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite depuis la place. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

L'horizon est infini dans cette région plate

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 29/01/2014 22:34

Vous avez là employé tous les mots nécessaires pour me permettre d'apprécier ces édifices religieux, Chevalier : rustre (du moins, sans fard), romane (surtout point de gothique flamboyant !), ayant
la rigueur défensive d'un vieil castel... Et si, de plus, l'édifice est sis dans "mon Sud-Ouest bien-aimé", je suis... aux anges !
La photo qui reflète le mieux pour moi ces "qualités" (et qui m'avait "interpellée") est celle de la "vue globale" : une citadelle miniature !

Le Chevalier Dauphinois 30/01/2014 12:47



   En créant ce blog, je n'avais pas vu/compris au début la diversité des visiteurs. Chacun cherche ou attend une image, un type de détail ou un historique plus dense ou même les
coordonnées GPS avec situation.


  J'essaie de satisfaire chacun, mais parfois, je suis bloqué par mes images. Il n'est pas toujours facile de décrire un détail sans le montrer.


 Donc, depuis 2 ans, je mets plus de photos dans chaque article et quand je visite un château, je l'immortalise avec plus de clichés.


  Je joue aussi plus sur la diversité car les visiteurs adorent le régionalisme, leur lieu d'habitation ou d'enfance... Je pense que j'ai encore beaucoup à apprendre de mes visiteurs.




Anne la Dauphinoise 28/01/2014 22:22

S ûr que cette église m'a bien plu.
A ucune place n'est ici "perdue"...
I mpressionnée ai-je là été;
N on pas que fut grand ce moutier -
T rès modeste est-il - cependant,

A t-il aspect fort imposant.
U n clocher-tour, de prime abord;
B ien visible... Comme il paraît fort !
I mage d'un donjon ou d'une tour
N antie des mêmes "guerriers atours".

L a nef la relie au chevet.
A rchères avez-vous vues assez.
N ature d'icelles vous fait dater
D u XIIème siècle sécurités
E n cet endroit... Vous croyons bien.
S ont mirables pour moi, c'est certain,

G rands travaux pour la protection;
U n "bon point" pour la Religion :
Y sent-on farouche volonté
E xploiter le moindre mètre-carré
N aguère, pour que cette église soit,
N e serait-ce qu'un temps, "un bon toit"
E fficace contre les intrus.

A le chevet aussi reçu
Q uelques défenses, mais des panneaux
U n tant cachent peut-être des créneaux;
I l se pourrait chemin de guet...
T out au long de la visite, j'ai,
A vrai dire, fort surprise été :
I l apparaît bien qu'alignées
N e sont défenses aucunement.
E t pourtant a ce bâtiment

P restance à mes yeux; est-il bel.
S ans doute parce que semble citadelle...

Le Chevalier Dauphinois 29/01/2014 18:34



   Je pressentais que cette rustre église romane serait à votre goût. Elle ne ressemble en rien aux élans gothiques de certains bâtiment religieux. De plus, elle a la "rigueur"
défensive d'un château fort du 12ème siècle.


  Cette église n'est point comme celles de la Thiérache (en rouge brique avec fente de tir pour fusil... Que j'adore aussi d'ailleurs), c'est une construction suite à l'insécurité
de la guerre de Cent ans.