Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:30

 

La 1ère partie expliquant ma rencontre avec cette incroyable église fortifiée  est ici.

Veuillez lire cet article avant de découvrir celui-ci.

 

 

Contreforts plats et à larmiers soutiennent le clocher-tour

 

Le clocher-tour (autres faces)

    La haute construction n'est pas symétrique. La façade Nord possède des ouvertures du chemin de ronde, par contre, l'autre ne comporte qu'une seule ouverture (il est curieux de laisser une paroi sans défense).

   En contournant le clocher-tour, je suis en admiration devant la façade comportant l'entrée.

Que de merveilles !

 

  Je vois :

* A nouveau l'asymétrie des contreforts (redents et larmier à l'angle, plat contre la tour).

* Puis 2 grandes archères droites non identiques en embrasure.

* Puis un vestige de bretèche qui reposait sur des consoles.

* Et enfin une ouverture du chemin de ronde de la tour.

   Pensant avoir tout vu, je relache mon attention, mais mon instinct me montre une autre incroyable surprise. Sous le toit de la nef, il y a un alignement des ouvertures carrées.

Les chemins de rondes se rejoignent !

 

 La nef

    Pour mieux comprendre ce que je crois voir comme un unique chemin de ronde entre tour et nef, je prends un peu de recul.

    Le chemin de ronde de l'abside communique avec celui de la nef et s'aligne avec celui de la tour.

N'y a t il que ces ouvertures carrées pour défendre cette incroyable église ?

 

 Multiplicité du système défensif

    A peine ai je terminé ma question qu'une archère me fait des signes (J'avais oublié que je parle couramment la langue des pierres  ).

    Je prends un peu de recul pour mieux l'observer. Je suis en admiration devant des dizaines d'archères, toutes différentes.


Archère cruciforme à croix pattée Archère cruciforme Archère cruciforme avec arquebusière Archère cruciforme à croix pattée

 

Les sculptures

     Mon blog étant consacré aux châteaux forts et fortifications médiévales, il n'y a que des articles et des photos d'architectures défensives. Mais une église, ce n'est évidemment pas que des archères et bretèches, il y aussi des sculptures très souvent regroupées autour du chevet.

     La construction religieuse de Lesgor possède de nombreux et magnifiques modillons.

 

Tête simiesque Tête chapeautée souriante Grimace ou sourire figé ? Tête de chien ou de lion ?

 

 

    L'intérieur :

       L'envie d'entrer dans cette église est grande pour dévorer toutes ses défenses. Hélas, comme trop souvent au 21ème siècle, la porte est fermée.

 


Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 14ème siècle, durant la guerre de Cent ans, les Anglais font fortifier l'église.
* En 1453, l'Aquitaine redevient territoire du Royaume de France (voir liste des rois).
* Dans le 2ème moitié du  15ème siècle, à la fin de la guerre de Cent ans, des fenêtres de style gothique sont ouvertes pour faire entrer la lumière.
* A partir de 1561, les guerres de religion font rage.
* En 1569, le bourg de Lesgor est attaqué puis brûlé par les protestants de Montgomery.
* Au 17ème siècle, d'imposant contreforts sont construits pour soutenir le chevet.
* Au 19ème siècle, aménagement de l'autel et pose de cloches.
* Au 20ème siècle, des rénovations sont réalisées à l'intérieur de l'église (plafond en bois par exemple).
* En 1970, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite depuis la place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Isolée pour mieux se défendre

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 08/11/2013 13:29

L e partage en deux articles a été
E vidente source de plaisir, apprécié.
S ûr que face à tel édifice il faut
G arder raison, sinon l'on voit château
O ù l'on s'attend à trouver pont-levis,
R ainures, encadrant de ce moutier l'huis !...

L a bretèche montre qu'antan sécurité
A été conçue pour être "rapprochée".
N e fallait-il point avancer trop près :
D es tas de pierres, je pense, vous assommaient !
E t ouvertures sur le haut du bâti
S avaient de loin occire les ennemis.

G rand'peine, pour sûr, est de savoir qu'iceux
U n temps furent François, et de mon aveu,
Y doit-on ajouter les mercenaires
E n mal de gains, une fois finies les guerres.
N ous savons que les guerres de Religion
N 'épargnèrent point aussi cette région,
E t Lesgor, las ! n'y fit point exception...

A insi, comme l'avais-je pressenti avant,
Q uel immense repli eurent gens d'armes antan !...
U ne large "palette" d'archères, de plus, montrez :
I l est bel, votre langage des pierres "parlé" !...
T out fut mis en oeuvre pour que cette église
A un castel ressemble, et ne fut prise...
I mpressionnée je suis encore, ici :
N 'est que puissance cette forteresse-ci !
E t plus ne songe que fut une "ennemie",

N i que François l'édifièrent, sûrement :
O n ne choisissait point toujours son camp...
T erribles, furent cas de conscience autrefois :
A voir roi François, et duc-roi Anglois !...

B ien ai-je aimé sur modillons rêver...
E t têtes simiesques, riantes ou chapeautées
N e révèlent, me semble, sens "en profondeur" :
E tait-ce "façade"... Qu'ont voulu dire sculpteurs ?...
...

P enser à leur place, j'ose le faire parfois...
S ûr que n'y est point trop question de foi...!

Le Chevalier Dauphinois 09/11/2013 16:49



  Je pense que je vais diviser plus souvent mes articles en 2 ou 3. Cela me permet de montrer plus d'images et des différences d'architecture.



jacqueline 06/11/2013 15:35

si j'ai suivi votre explication les Anglais auraient précipitamment construit les contreforts de l'abside?? Pour débouter les François en leurs terres???

Le Chevalier Dauphinois 06/11/2013 18:40



  Les Anglois, je ne le sais point s'ils ont réellement posé des pierres, mais certainement la demande obligatoire de ces "estrangers" à notre Royaume a été formulée.


Entre la guerre de Cent ans puis les guerres de religions, j'imagine que cette pauvre église a subi attaques et consolidations.



bernard othon de Niort 06/11/2013 08:50

que dire de plus a part MAGNIFIQUE , comme toujours .

Le Chevalier Dauphinois 06/11/2013 13:03



   Raison vous avez messire, cette église fortifiée est l'une des plus extraordinaires de notre Royaume. Je suis resté debout, en arret de longue minutes lorsque je suis descendu de mon
cheval.



Anne la Dauphinoise 30/03/2013 15:06

J'ai omis de vous dire que j'ai "croisé" des églises ou abbayes... dans mes grimoires seulement... mais le plaisir a été là, loin d'être le même que le vôtre, c'est évident. Les voir et les
"ressentir" "en vrai" doit être une chose incroyable.
J'ai uniquement vu et apprécié (en "novice") de tels édifices dans le Périgord, il y a 2 ans: je me suis sentie toute petite au pied de l'église de Villeréal (dans le Lot) et de celle de Beaumont
du Périgord; les 2 seules que je connaisse, en fait. Bien sûr, ce sont "des monstres" par rapport à certaines...
... J'apprécie beaucoup que justement vous nous montriez des édifices peu connus, ce qui fait tout le charme de votre blog, pour moi. Et j'ai maintenant toujours en tête une phrase que vous m'aviez
écrite en réponse à l'un de mes commentaires sur une église : "les églises fortifiées n'ont point été habitées par des personnages connus, mais elles ont souvent sauvé des vies d'inconnus"(la
suite: "c'est une autre approche de l'histoire (peu écrite"): comme vous aviez raison, et comme cela m'intéresse maintenant !

Le Chevalier Dauphinois 30/03/2013 16:13



Diantre !... Je ne me souvenais point avoir écrit d'un seul jet une telle phrase.   Mais je suis en accord avec
"mon affirmation".


  Une des églises citées n'a point été visitée par Le Chevalier, mais ce département est prévu en découverte globale vers 2014-2015. Pour l'autre, je l'ai vue il y a moult années. Il va me
falloir la ressortir des cartons pour la décrire peut être en l'an 2014 (?).


 



Anne la Dauphinoise 30/03/2013 14:02

Avez-vous même lu dans mes pensées en écrivant "chevet" au lieu d'abside... Je n'avais point osé vous le dire. Mais, en fait, c'est grâce à vous, à vos articles, que j'ai su faire la différence
entre ces 2 termes.
... "Incollable" sur ces édifices vais-je devenir ! (et même dans la langue de nos anciens "ennemis" ! mon vocabulaire anglois commence à s'étoffer au sujet des termes de constructions laïques ou
religieuses... Je joins "l'utile" (!) à l'agréable et je me régale ! Ainsi j'ai pu "croiser" des abbayes (cisterciennes) dont vous parlez dans votre blog, et j'espère en rencontrer d'autres, au fil
du temps)

Le Chevalier Dauphinois 30/03/2013 14:35



  Je ne suis point un archéologue ni un architecte. Il m'arrive souvent de ne point connaître le vocabulaire d'une caractéristique. Mais le peu que je sais ou que j'apprends, je me dois de
l'expliquer par l'image dans les articles. Si cela enrichit mes lectrices et lecteurs, heureux je suis !


   J'ai aussi pris (et je prends toujours) beaucoup de plaisir à visiter des églises, abbayes et cathédrales fortifiées. Ces constructions étant si peu connues que j'ai décidé
d'en publier au moins 4 par mois durant les 3 prochaines années....Le planning de publication de ces édifices religieux est déjà fait.


    Toutes ne sont pas grandioses ni fortement fortifiées, mais elles se marieront bien avec mes articles de ruines (parfois très ruinées) castrales.


 Dans des régions réputées et "touristiquement" connues pour ses châteaux, j'ai vu des petites églises avec une surélévation et quelques archères primitives. Je me dois de les montrer.


  La France, ce n'est pas que Carcassonne, Quéribus, Beynac, Vincennes. C'est aussi des hameaux et villages n'ayant pas eu de château fort pour protéger les paysans.