Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 06:30

 

Cet article est la suite de la découverte de l'église fortifiée. Pour lire  le début, cliquez ici

 

L'église :

Cette église des Anglois craquelle mes certitudes de Français médiéviste

     Il faut entrer :

La peur d'être déçu

    Après tant de questions sur l'architecture extérieure de l'église, je redoute d'entrer :

* J'ai peur de ne pas avoir des réponses.

* Je crains de faire disparaître la flamme de beauté.

* Et puis, cette fortification était aux Anglois. Je sais que ces Diables savent perturber la vue et la logique des courageux Français de notre bon Roi.

 

Mais je suis un Chevalier !

   En tant que Chevalier (de surcroît Dauphinois, donc le Gratin des Chevaliers  ), je me dois de franchir cet obstacle.

  L'entrée doit être en avant de la tour dans ce bâtiment à la porte en tiers point.... mais diantre, elle rougeoie !

  Comme dans toute histoire d'envoûtement, je prends un breuvage   druidique et tout redevient normal.

 

     L'intérieur : 

Le choc en entrant

     J'entre dans l'église et de suite, une surprise m'attend. Je suis à l'intérieur de la puissante tour, avec sur la gauche éclairées par le soleil, les archères rectilignes et sur la droite une archère droite qui ne voit pas l'extérieur.

Comprenez vous ce mystère ?

Je vous redonne l'indice.

   D'après les historiens, cette tour daterait du 14ème siècle.

Pourquoi les Anglois ont ils apposé une archère aussi primitive (13ème siècle)

Une nef de style roman avec au fond, la tour de défense

 

  Nef et choeur de l'église Romane

       En entrant dans l'église Romane (car avant j'étais dans la tour) je vois :

   * Sur la gauche l'ancienne porte obstruée soutenant une chaire n'ayant pas vu un prêtre depuis longtemps.

   * Au fond un chevet semi-circulaire éclairé par les petites fenêtres avec des arcades soutenues par de petites colonnes.

   La voûte en cul-de-four comporte encore la peinture d'un ciel étoilé. De part et d'autre, des décorations apparaissant laissant mon imaginaire rêver à cette église il y a 7 siècles.

      Depuis le choeur j'admire cette architecture ayant "mon âge" quand soudain j'aperçois à gauche une autre travée.

Est ce une autre église ou un collatéral ?

 

La surprise du collatéral

    Pour mieux le ressentir, je me plante au fond de ce collatéral et là... C'est à nouveau un choc.

Diablerie encore ?

   Il n'en est rien. En étant attentif depuis le début de la découverte de cette incroyable église, la construction latérale ne vous a pas échappé. Souvenez vous des nombreux indices :  Ils s'affichent sur ces 3 images.

    Et puis, il y avait cette curieuse architecture que je vous avais montrée ici.

L'art gothique s'exprime dans ces voûtes


Analyse du collatéral

  Ce bâtiment ajouté au Sud montre l'évolution architecturale. Du style Roman, l'église se voit agrémenté d'un style Gothique très pur. Les voûtes traduisent parfaitement cette évolution.

    L'ensemble est éclairé par des baies à remplage de style Gothique.

Êtes vous plus Roman ou Gothique ?

 

La chapelle

   Sa forme polygonale (déjà observée à l'extérieur) contraste par rapport à son équivalente Romane. L'autel de facture récente est encadré de statues polychromes dont le fameux Saint Pierre.

   La classique représentation de la crucifixion trône dans ce décor

 très renaissance tardive (?).

        Oups !!!

   A trop regarder le décorum, je me transforme en guide touristique (n'oubliez pas la pièce svp...), j'en oublie ma fonction première de Chevalier-Castellologue-Amateur.

 

La surprise finale

    Je me retourne pour chercher la porte d'accès de la tour et 2 curiosités me font face.

Les voyez vous ?

*  Il y a la base de la tour-escalier polygonale avec son ouverture de lumière au dessus de la croix (Vous en souvenez vous ?).
* L'archère droite visant à l'intérieur du collatéral (Vous en souvenez vous ?).

  Ces 2 curiosités prouvent que le collatéral a été construit bien après la fortification de l'église Romane.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction de l'église (c'est ce que suppose plusieurs historiens bien qu'il n'existe aucun texte).
* Au 14ème siècle, fortification de l'église durant "l'occupation Anglaise" mais surtout à cause de la "Guerre de Cent ans".
* En 1436, les Routiers du Capitaine Rodriguo de Villadandro, à la solde du Roi de France Charles VII (voir liste des rois), saccagent la région. L'église subit des dommages. 
* Au milieu du 15ème siècle, l'église est restaurée et l'abside modifiée (ajout) en style Gothique.
* En 1569, les guerres de religion dévastent le pays. Les Protestants dévastent de nombreuses églises dont celle de Brocas.
* A la fin du 16ème siècle, un collatéral est construit.
* En 1619, construction d'un porche en avant de la haute tour.
* Au 17ème siècle, construction d'une troisième travée.
* En 1899, une tornade dévaste la Chalosse. Le clocher de l'église s'effondre sur le toit de la nef.
* En 1934, l'église est classée aux Monuments Historiques.
* En 1972, début des travaux de restauration.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre de Brocas) est libre et gratuite. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Je suis sous un ciel étoilé

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoiseasiestbienje@porsur.fr 11/01/2015 00:17

Incroyable, en effet !
Mais alors, vous avez le droit (!) de commenter cet article comme nous le faisons, puisque vous le découvrez aussi, en somme; puisque de compositeur vous êtes devenu "simple" lecteur : ça
m'intéresserait de savoir ce que vous avez pensé de ce moutier avec un oeil "neuf", un regard presque vierge.

PS : pour un coup d'essai, ce fut un coup de maître, votre article en 2 parties ! Foi de Dauphinoise.

Et, si toujours j'ai bien compris l'enchaînement, vous trimballez votre chapeau de paille depuis trop longtemps, à mon avis ! Il doit être bien vieux et bon à jeter à la poubelle, non ?

Par contre, mon grimoire sur "mon Routier préféré" (Rodrigue de Villandrando) ne m'a point dévoilé sa présence à Montaut précisément, comme il avait su le faire pour le castel de Bar ou d'autres.
Déçue je suis !
... Pour moi, Villandrando serait allé en Guyenne en 1438, pour se racheter, auprès de Charles VII (qui lui aurait dit, ou du moins fait comprendre, que pour revenir en grâce il fallait reconquérir
la Guyenne... Ce qu'il tenta de faire (pas seul : d'autres "compagnies" de Routiers aussi). Mais bien sais-je que ce fut en "se payant" sur le Pays en même temps, lui et/ou ses troupes... Nul n'est
parfait...

Le Chevalier Dauphinois 14/01/2015 19:21



*** Que voila un défi nouveau.... commenter mon article "oublié" ***


* L'auteur de ce blog tente de nous faire sourire avec ce bâtiment un peu austère au premier abord.


* Puis, comme il est malin, il nous fait croire qu'un mystère architecturale ou/et une curiosité rare sont présents en ce lieu.


* Il joue avec le lecteur tout en le promenant le long des murs puis dans les salles.


* Ainsi, d'un bâtiment qui n'a pas la puissance d'un château fort très médiatique, il nous emporte dans son monde.


* Cela plaira-t-il à toutes et tous ?.... J'en doute.


* Les puristes regretteront le manque de rigueur.


* Les thésars pesteront contre l'absence de référence, d'auteur.


* Et les touristes ayant vu ce site auraient souhaité des images des alentours si bucoliques et beaux.


* Mais il y a tant de sites web trop classiques ou trop intellectuels que le style du rédacteur est agrable, change et même titille parfois.



Anne la Dauphinoise 09/01/2015 21:42

B el exemple qu'ici vous nous présentez,
R are aussi, où l'on voit se côtoyer
O uvrages roman et gothique : vraie surprise !
C ertes, "puce à l'oreille" vous nous aviez mise
A u premier article, mais ne pouvions-nous
S avoir qu'était gothique nef en ajout.

M agie a donc opéré, Chevalier !
O ù, siècles après, Anglois vous ont donné
N e serait-ce qu'un instant, genre de frisson (
T oujours nous hantera Perfide Albion !)
A insi rougeoyant porche vous apparut :
U ne image, le dis-je, du plus beau rendu,
T ernie non pas quand normale devenue :

L 'on devine qu'intérieur va révéler
A ssurément trésors de toute beauté.
N e sommes déçus dans entrailles de la tour
D éjà ! celles-ci brillant de mille atours.
E mane de cette place parfum d'antan,
S ans doute par austérité se voyant :

G age d'une volonté de sécurité,
U tile, en premier lieu, dans fort moutier.
Y retrouve t-on archères de l'extérieur
E ntrevues; pour les yeux est-ce grand bonheur,
N égligeant fait qu'elles durent, pour les Anglois,
N ourrir pluie de flèches contre gens du roi.
E lles sont avant tout défenses d'autrefois...

P uis, dans nef romane ensuite pénétrez.
O r, me sied cet art dont la pureté
S ait m'émouvoir, simplicité prenant
T oujours le pas sur décors "éclatants".

S on abside en cul-de-four m'émerveille :
C omment aïeux surent concevoir pareils
R ondeurs de plafonds ! sans compter peintures
I lluminant - si peu encore - les murs...
P our sûr, n'aurai-je propos dithyrambiques
T ouchant nef rajoutée, de style gothique.
U n pourboire n'aurez mie de moi, nenni !
M ontrer l'autel ou bien le crucifix

N e mérite point obole ! ici l'on est -
O u je me fourvoie ? - sur un blog qui est
T out dévoué aux fortifications !
A lors, ne vois-je que "cohabitation"

B izarre, c'est vrai, avec tour-escalier,
E t archère si cocasse dans nef tournée...
N 'ajouterai-je qu'une chose : ayant même âge,
E tes bel comme abside romane, je présage !!!

Le Chevalier Dauphinois 10/01/2015 17:23



* Je vais vous dire un secret de ma vie de Castellologue-Amateur.


* J'ai visité cette église il y a "longtemps".


* J'avais pris des notes pour ne point l'oublier.


* Puis, plus tard, lorsque j'ai écrit l'article, je me suis retrouvé devant (et même dans) une page vierge car, depuis l'année de mes notes et ma visite, ma vsion des églises a évolué.


* De plus, j'avais fait la "connaissance" d'un nouveau logiciel de traitement d'images.


* Cette église a donc été un test sur plusieurs points.


* Et ce fut le premier article que je fis en 2 parties.


* De plus, comme à mon habitude, je ne voulais point que le même département d'affiche trop souvent dans un même mois... J'ai apposé à cet article une date "lointaine" (par rapport à sa date
de rédaction).


* Ce fut donc aussi une surprise pour moi de revoir cette beauté rude après de nombreuses années (au moins 7).


* Conclusion : Je fus un lecteur comme vous.


Incroyable n'est il pas ?



Muriel 28/09/2011 14:10


Magnifique ! Oui. Vraiment très beau.


Le Chevalier Dauphinois 29/09/2011 18:51



Il est vrai que les cathédrales et églises de type Gothique Flamboyant ont une beauté inégalée.  Mais la rudesse, la recherche d'efficacité simple des églises fortifiées me fascinent.


Je suis d'accord avec toi, Brocas est magnifique dans son style.