Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 06:30

 

Département :   38 - ISERE

 

Le bourg : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le bourg de Saint Ismier est situé à 11km au Nord-Est de Grenoble dans la vallée du Grésivaudan.

    Le château est à 0,5km au Nord du bourg.

Coordonnées du château :

45° 15' 31.219" N 5° 48' 56.866" E
 45.258672°  5.815796°

 

  Toponymie :   (voir article d'initiation)

     Arces viendrait de  Arx  ou  Arcis  signifiant : Hauteur, fortifications.

 

Le château : 

    L'extérieur

Comment ce site castral a il été choisi il y a 1000 ans ?

      Dans les régions de collines ou de petites montagnes, les châteaux forts sont posés au sommet (voir l'exemple de Queribus). Ils surveillent les vallées et grâce à la pente, ils sont protégés des attaques.

    Le massif de la Chartreuse faisant un plateau à 1400m d'altitude, il parait idiot d'implanter un château qui ne pourra pas défendre la vallée du Grésivaudan (voir ce livre) entre Grenoble et Montmélian-Chambéry.

     Pour surveiller les intrusions de l'ennemi Savoyards (contrée belliqueuse  à quelques lieus de là), la solution consiste à implanter des bâtisses fortifiés le plus haut possible dans la vallée, donc proche de la falaise.

    A 600m d'altitude, le site est idéal pour la surveillance de la vallée (230m d'altitude). Pour faire de ce site un "paradis médiéval", il ne manque plus que de l'eau fournie par une petite rivière nommée : Darguil.

 

L'enquête commence

     Après une petite promenade en direction de la Chartreuse, je découvre le site fortifié avec l'imposante tour carrée datant certainement du 12ème siècle. Avec ses dimensions, elle semble habitable. Elle est si majestueuse que sur les cartes IGN et sur les panneaux du chemin de randonnée, la ruine est nommée :

La Tour d'Arces

(comme si le château n'existe pas. pffff).

 

Les défenses

    La haute tour est précédée par un rempart qui semble bien mince. Une de ses parois possède 2 petites archères droites confirmant ma datation du 12ème.

   Bien que très reconstruite, une bretèche protège..... heu... rien . Les reconstructions et les consolidations déplacent parfois les ouvertures.

 

Le confort

    Étant habitable, ce haut donjon (voir vocabulaire) se doit d'être agréable pour ses propriétaires. De larges fenêtres ont été ouvertes du coté opposé à l'attaque. Puis sur une autre façade, c'est par une magnifique fenêtre géminée que la belle attendait son époux (ou amant ).

   Pour mieux comprendre cette ruine, il est préférable de regarder son plan d'architecture au 12ème siècle.

Maintenant, je pénètre dans la cour.


    L'intérieur
   Hélas, la porte est fermée. Mais en "déposant" discrètement mon oeil à travers les grilles, je vois des murs consolidés et sans traces d'encoche pour des poutres de plafond, ni un départ de voûte  .
  A l'étage, j'ai ma récompense. Une ouverture avec un embrasement important correspondant à l'archère de la 1ère façade... Souvenez vous ici.

 

 

Histoire du château :

* Au 6ème siècle, Christianisation de la vallée.
* Au 10ème siècle, un bâtiment fortifié en bois semble existé.
* Au début du 11ème siècle, construction d'une église. Présence d'une famille nommée Arces possédant la seigneurie (?).
* Vers 1170, Louis d'Arce est cité dans un texte. Il serait le bâtisseur de la tour carrée.
* Au début du 13ème siècle, par héritage le château appartient à Guifrède d'Arces.
* Au 13ème siècle, Guigues Morard d'Arces, le fils de Guifrède, possède le château. Il construit à quelques kilomètres une autre maison forte aujourd'hui nommée : Château Corbeau.
* En 1291 Hugues d' Arces défend le château de La Terrasse  (situé à quelques kilomètres) contre le Comte de Savoie Amédée V (voir liste).
* Au 14ème siècle, le seigneur d'Arce rend hommage au Dauphin du Dauphiné (voir liste). 
* En 1325, Morard d'Arces participe à la bataille de Varey (dans le département actuel de l' Ain) contre Edouard de Savoie.
* En 1348, Morard d'Arces et son fils Arthaud guerroient à Miribel dans l' Ain, contre Edouard de Beaujeu allié du Comte de Savoie.
* En 1430, Louis et Arthaud d' Arces s'associent pour combattre dans le Nord du Dauphiné contre le Prince d'Orange.
* En 1640, le dernier héritier de la famille d'Arces vend terre et château d'Arces à Paul Aymon de Franquières.
* En 1794, terre et château appartiennent à François Berlioz.
* Au 21ème siècle, la découverte et la visite de la ruine sont libres et gratuites. Le risque de recevoir une pierre existe. Soyez très prudent dans une ruine.

 

  Vers menu châteaux forts de l'Isère Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

M BLANC 14/03/2014 10:00

"la ruine est nommée : La Tour d'Arces (comme si le château n'existe pas. pffff)" : en fait, la dénomination 'tour' (symbole du pouvoir féodal concédé) équivaut à 'château'. Et en principe, sous
réserve des approximations étymologiques fréquentes, si l'on voit sur une carte ou un panneau 'Tour de ...' on est quasiment sûr d'avoir affaire à une ancienne bâtisse féodale fortifiée. Près de
Chambéry, nous avons -entre multiples exemples, notre densité locale en châteaux & maisons-fortes étant à mon avis sans concurrence dans le monde-, la 'Tour de Salteur', qui est une assez
grosse maison-forte ayant bénéficié en son temps de droits seigneuriaux. 'Château' désignera indifféremment une construction de quelque époque et d'importance variable, pas forcément fortifiée même
si son plan est inspiré des pratiques défensives traditionnelles. Exemples, Cher Chevalier, à deux époques très espacées mais dans des lieux proches - et dont je vous ai fourni des petits dossiers
: le Château du Bourget, remontant à 1248 et donc féodal mais pas vraiment fortifié [résidence comtale de plaisance] et le Château de la Roche du Roi à Aix [folie de style aixois avec 4 tourelles
et simili-donjon à fausses poivrières] de 1897-1901.

Le Chevalier Dauphinois 14/03/2014 18:55



  Raison vous avez, la Tour d'Arces, faussement nommée est bien un château dont il ne reste que peu. C'est pour cela que le titre de l'article en fait référence.


1 - Par contre, il exista des Tours de guet qui ne peuvent pas prétendre au qualificatif : Château.


2 -  Il exista aussi des donjons habitables qui n'ont point eu dans le passé le nom de château.


  Mais ces 2 cas sont rares, et raison vous avez de dire que château ou maison forte sont les vrais qualificatifs des tours que nous voyons en notre siècle.



Anne la Dauphinoise 04/07/2010 23:37


J' avais raison de la garder dans un recoin de ma mémoire, cette tour : toujours par " Le Grésivaudan au Moyen-Age " ( côté histoire de ses possesseurs ):
Elle fut habitée par de nobles personnages qui ont toujours répondu présent à l' appel du Dauphin ou du Roi, hors de leurs murs ou de leur Grésivaudan :
en 1291 Hugues d' Arces défendit le château de La Terrasse contre Amédée V ( défense " acharnée et héroïque " qui fit plier Amédée )
Puis en 1325 Morard d' Arces fut de la bataille de Varey, dans l' Ain, contre Edouard de Savoie
en 1348, Morard D' Arces ( le même ? )et Arthaud son fils allèrent se battre à Miribel , dans l' Ain, contre Edouard de Beaujeu allié de la Savoie
Et en 1430, Louis et Arthaud d' Arces vinrent se battre sur " mes terres " contre le Prince d' Orange ( donnée tirée également de " mon livre ", avec leur blason en prime, ainsi que celui des
Sassenage, d' Aquin, Beaumont, Revel, Terail etc... qui participèrent aussi à la bataille - j' ai " reçu " du beau monde en mon temps ! )
... Que de nobles chevaliers, dans une humble tour... cela me plait.


Le Chevalier Dauphinois 09/07/2010 18:07



Que de détails pour l'histoire de cette ruine Dauphinoise et de ses propriétaires. Je vais tenter d'exploiter votre prose... Merci princesse Anne



Tata Tounette62 28/05/2010 12:41


La tour carrée est imposante !
La fenêtre géminée est très jolie !


Le Chevalier Dauphinois 31/05/2010 19:41



Il y a un charme dans cette ruine Dauphinoise.



gene 28/05/2010 10:50


le donjon ressemble à celui de Puivert . la fenêtre est bien conservé . belle litho . bonne journée


Le Chevalier Dauphinois 31/05/2010 19:39



C'est un Puivert mais beaucoup plus petit. D'ailleurs, il faudra que je décrive de château Audois.



Anne la Dauphinoise 27/05/2010 22:57


Bien "seulette" elle paraît...mais comme vous le dites: droite comme un "I" et fière...comme une forteresse qu'elle a sûrement pensé être, à son échelle, et dans son environnement. On a l
'impression qu'elle n' est pas complètement abandonnée, me trompé-je ? Elle me sied, je la garde dans un recoin de ma mémoire.


Le Chevalier Dauphinois 31/05/2010 19:18



   Comme beaucoup de ruines, il y a une association de sauvegarde. Aucune manifestation médiévale à lieu pour la faire connaître ou la faire revivre. Mais elle est si proche du bourg
que le week-end, de nobreuses familles la redécouvrent.