Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 06:30

  Sur la hauteur, un château se fait admirer des passants

Département :  38 - ISERE

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Vertieu est située à 50km au Nord-Est de Lyon, à 45km au Sud-Est de Bourg en Bresse et à 10km au Sud d'Ambérieu en Bugey.

   Coordonnées du bourg :

45° 52' 18.934" N
5° 22' 14.538" E
 45.871926°
 5.370705°

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    Etant un Chevalier Dauphinois, je me dois de connaître et reconnaître les fortifications médiévales de ma province. C'est donc dans la commune la plus au Nord du département de l'Isère que mon destrier me dépose.

   Ce n'est point le Château Neuf, en bordure du fleuve Rhône, que je viens voir, il est trop jeune pour moi (moins de 5 siècles), c'est la beauté médiévale perchée sur son rocher.

Voir et être vu semble être la devise de ce château 

Il est là haut !

    Les arbres de notre siècle ne mettent pas en valeur (cachent) cet ancêtre magnifique. Il me faut donc prendre une paire de jumelles pour apprécier la construction.

 

Première analyse

    Sur la gauche, je crois voir un vestige du rempart, puis sur la droite un imposant bâtiment que je nomme : Le logis. Cette construction angulaire possède :

* Une belle fenêtre à meneaux en croix,

* Puis une construction en encorbellement devant être les latrines,

* Et enfin à l'angle une petite tour sur culots.

Est ce un vestige d'échauguette ou une tour escalier ?

 

D'autres surprises m'attendent

   En élargissant la perspective, mes yeux ébahis voient les flèches d'un pont levis. Puis au fond une haute tour parallélépipédique avec crénelage (voir vocabulaire). Je subodore que c'est la tour maîtresse nommée aussi donjon.

 

Y a-t-il d'autres merveilles architecturales ?

   N'étant jamais rassasié de caractéristiques architecturales, je contourne le rocher pour mieux découvrir le château fort. Hélas, les arbres m'empêchent de voir et le chemin n'est point accessible pour votre Chevalier sans autorisation.

 

     L'intérieur :

         Le château est une propriété privée non visitable.

 

 

Histoire du château :

* En 1289, construction du château fort.

* En 1349, le Dauphin (voir liste) Humbert II "transporte" le Dauphiné au Royaume de France. Cet acte engendre un mécontentement du Comte de Savoie (voir liste) qui réplique par une attaque en pays de Gex.

* En 1355, signature du traité de Paris entre le roi de France Jean le Bon (voir liste) et le Comte (voir titre de noblesse) de Savoie Amédée VI définissant les frontières (voir l'importance d'une frontière). Le château de Vertrieu doit maintenant défendre le Royaume de France.

* En 1638, avec l'arrivée des canons rendant obsolète les vieilles fortifications médiévales puis le besoin de confort, un nouveau château est construit dans la vallée. Le château sur la colline, nommé château vieux, est abandonné. Ruine sera sa destiné.

* En 1712, la famille Poype vend le château aux Barthéon.

* A la fin du 20ème siècle, l'actuel propriétaire (De Laroullière descendant des Barthéon) tente de consolider puis reconstruire l'ancien château.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues du bourg, la visite de l'intérieur est impossible. Il semblerait que certains jours (journées du patrimoine, fêtes du bourg) une partie du château soit visitable.

 

Même non visitable, ce château fort est magnifique

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 06/07/2014 23:17

Tant déçue que mes propres grimoires ne m'aient révélé qu'un nom d'un seigneur de Vertrieu, qui en fait, était une Dame de Vertrieu !
... En 1326, vivait Alix de la Balme, Dame de Vertrieu. Elle était mariée à Jean de la Poype, seigneur de Vaulx-en-Velin (cette bourgade faisant partie du Dauphiné à l'époque, mais vous devez le
savoir)
... J'ai retrouvé 2 autres noms, pour le Moyen-Âge, mais point de mérite : là, j'ai compulsé le livre de Samuel Guichenon "Histoire de Bresse et de Bugey", sur internet ( lorsque je ne trouve aucun
nom de seigneurs, je tâche d'en retrouver dans des livres mis à disposition - mon dernier recours !)
Je vous les cite donc, tout de même:
... en 1340-1370, vivait Amblard de la Balme, chevalier, seigneur de Vertrieu. En 1362, Il fit hommage au Dauphin pour cette seigneurie.
... En 1400, vivait Jean de la Balme, seigneur de Vertrieu. Je n'en sais pas plus à son sujet.

Le Chevalier Dauphinois 07/07/2014 18:58



   Je ne suis pas un historien de métier ni un castellologue universitaire, mais il me semble que rarement un château frontière soit possession d'un grand seigneur ayant laissé des
traces.


  Il arrive parfois que ce type de château appartienne à un personnage "connu". Mais c'est généralement une de ses bâtisses, donc le château fort ne porte point le nom du seigneur (et
inversement).



Anne la Dauphinoise 24/06/2014 21:37

V igie d'un des confins de mon Nord-Dauphiné
E st Vertrieu, avec son bel castel perché
R ive gauche du fleuve Rhône, antan côté Empire*.
T erritoire de Savoie - notre ennemie la pire -
R estait sous surveillance, vue étant dégagée,
I l est sûr, de ce lieu, sur rivage opposé.
E tait peu important ce château, semblerait :
U n avant-poste, sans plus (?) uniquement de guet (?)

I mmense ne fut peut-être, mais fermement ancré
S ur promontoire rocheux : solides étaient ses pieds !
E t bien haute sa tête, pour être encore mieux vu;
R appelant que seraient très mal venus intrus
E n tentant l'aborder par les sentes pentues.

D u donjon crénelé pouvaient gens d'armes occire;
A ussi bien du rempart, point n'est besoin le dire.
U n logis très massif sut sans doute se défendre
P ar échauguette, sinon, fut-il aisé le prendre :
H ormis cet appendice et puis le pont-levis
I ndices sécuritaires paraissent n'exister mie...
N e sais-je qu'une chose de plus : canonnière protégea
E ntrée de ce logis, positionnée très bas.

N 'est que merveille pour moi ce Dauphinois castel
O ù pierres utilisées le rendent deux fois plus bel.
T ant dommage que n'ayez pu l'admirer de près :
A uriez de ses entrailles su conter mille attraits,

B ien qu'elles n'aient point été d'aisance moult fournies :
E urent ses seigneurs un jour une très forte envie
N e l'habiter plus; même du beau panorama
E tre privés, pour avoir confort, contrebas.
...

* Bien que dans cette région la rive droite ait été côté Empire aussi, puisque savoyarde... Mais plus loin, disons vers Lyon, la différence était bien là : dans plusieurs de mes grimoires, la rive
gauche est dénommée : Dauphiné dans l'Empire, ou l'Empire, tout court (jusqu'au pont de la Guillotière, au Moyen-Âge on était en Dauphiné), et la rive droite : royaume de France.
... J'ai également lu que dans les années 1960 encore, sur le Rhône des mariniers utilisaient l'expression "pica l'empi" ("direction l'Empire") pour dire: direction rive gauche !
... Et grand merci pour le lien qui nous mène sur le site "Persée" (l'un des rares que je consulte)

Le Chevalier Dauphinois 27/06/2014 08:16



* J'ai un faible pour les châteaux-frontières.


* Certes, ils ne sont point "beaux" avec sculptures etc....


* La fonction défensive est la priorité.


* L'avantage d'être frontière c'est la diversité des défenses.


* L'inconvénient, c'est l'abandon dès que la frontière s'évanouit (se déplace).