Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 06:30

 

Département :  38 - ISERE

 

Le bourgIl est lààààààà

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Varces-Allières et Risset se situe à 10km au Sud de Grenoble, en bas des parois du magnifique massif du Vercors.

   Coordonnées du château :

45° 4' 47.068" N 5° 40' 3.104" E
 45.079741°  5.667529°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Il est là

    Depuis Grenoble, en prenant la voie rapide vers Vif, il faut sortir juste après le tunnel de Varces. Pour découvrir ce château inconnu, il est important de regarder sur la droite (vers l'Ouest).

Le voyez vous dans la végétation ?

 

Information importante

    Même si un sentier est visible en lisière de la foret, il est interdit de l'emprunter. Les propriétaires du champs sont très vigilants et ne plaisantent pas avec les marcheurs.

    La solution pour découvrir cette ruine et de retourner (en voiture) à Varces, puis au Sud prendre la route nommée : "Chemin de Saint Paul de Varces à Varces".

   Il suffit de se garer au petit parking proche de la résidence du château (qui n'est pas médiéval), non loin d'une ancienne carrière de pierres.

 

La montée

     En cette fin d'hiver, les odeurs de foret, de feuilles mortes humides et de mousse naissante sont agréable. C'est presque en chantant que je marche dans la pénombre matinale. Soudain, une bifurcation m'informe qu'il ne faut pas passer par là (croix jaune).

Et bien... si !

Croyez moi, ce chemin mène vers le magnifique château féodal de Saint Giraud.

   En théorie, il est impossible de se tromper car il faut toujours monter, monter, monter (parfois avec un léger faux-plat).

Encore quelques mètres et il sera à moi ! 

Je le vois

     Mes poils se hérissent en haut du petit col, car :

* Je vais visiter un puissant château ayant porté fièrement au vent le drapeau du Dauphiné.

* Et je découvre la vue magnifique sur le massif du Vercors.

 

La découverte

    Tel un cabri, en un bond je suis proche de la ruine.

  Ce pan de mur n'est peut être pas magnifique mais par la petitesse des pierres et par ce mur posé sur le rocher, il est symbolique des constructions fortifiées du début du moyen âge,

 

     L'intérieur : 

La ruine énigmatique

    L'avantage d'une ruine est qu'elle est accessible sans toquer à une porte , donc j'enjambe le muret et je vois..... La terre et la végétation ont comblé les salles et seul un fragment de voûte est visible. Évidemment, il m'est impossible de définir la fonction exacte de cette ruine mais en réfléchissant :

* La voûte est pour une salle basse,

* L'épaisseur du mur à l'extérieur est synonyme de rempart ou fortification,

* Le col étant proche, cette construction devrait être une tour de défense.

Qu'en pensez vous ?

   N'ayant pas de certitude, je tente de trouver l'inspiration en contemplant la vue sur le massif du Taillefer.

Quelle magnifique tour !  

Tour ou rempart ?

    En contemplant la beauté de la vallée au Sud de Grenoble, mon regard est arrêté par une autre ruine.

    A mes pieds, les vestiges d'un long mur me fait penser à un rempart. Bien que l'épaisseur ne soit pas impressionnante, elle est trop importante pour être un mur intérieur.

Donc, ce serait un rempart !

 

Alors, rempart ou tour ?

   Dans l'angle, un haut mur borgne me fait penser à une construction du 12ème siècle. Hélas, la construction s'est écroulée et il est impossible de savoir si mâchicoulis et crénelage (voir vocabulaire) existaient.

   Le mur ayant été partiellement reconstruit et/ou consolidé, il est difficile de tirer des conclusions sur son époque de construction. Mais la qualité du "lissage" des pierres m'informe que cette construction n'était pas un simple château de guet.

La vue est réellement la richesse d'une ruine 

A l'intérieur de la "construction"

    L'intérieur de cet "angle construit" est curieux. La base montre une épaisseur importante, avec un parement de belle qualité. Sur la hauteur de nombreux trous de boulins (voir vocabulaire) m'interpellent. Ma surprise est encore plus grande en ne voyant aucun corbeau pour soutenir des poutres, ni trace d'étage, ni vestige d'escalier, ni ouverture défensive, ni puits de lumière et encore moins de fenêtre.

  Un angle borgne presque inhabitable !

 

Il est temps de repartir

   Le plateau est grand mais il est occupé par une dense végétation parfois piquante. Pourtant, en écartant les herbes, de nombreux vestiges de constructions apparaissent, sans que je puisse identifier leur fonction.

    Même si la ruine reste mystérieuse, le site offre une vue à 360° magnifique avec le massif du Vercors en point d'orgue.

Mais que vois je dans la vallée ?

  Un château, mais il est trop jeune pour figurer dans mon blog. Je n'aime que les vieilles..... ruines.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 9ème siècle, Géraud d'Auvergne, Comte (voir titre de noblesse) puis Abbé d'Aurillac, se serait arrêté plusieurs fois en ce lieu durant ses nombreux pèlerinages vers Rome. 
* Au 11ème siècle, construction d'une église (nommée capella de Versea dans les textes) dédiée à Saint Géraud d'Auvergne. Certains historiens supposent la présence d'un château en bois.
* Au début du 11ème siècle, Arthénulphe de Varces est cité dans un texte (à vérifier).
* Au 12ème siècle, (probable) construction d'un château fort en pierres.
* En 1255, le Dauphin (voir liste) Guigues VII achète la fortification à Lanthelme Panetti. Quelques travaux de modernisation défensive sont menés.
* En 1289, le Dauphin Humbert Ier échange Saint Giraud contre la place forte de Bellecombe (à la frontière avec la Savoie et de son bouillonnant Comte - voir liste) appartenant à Aymeric de Briançon.
* En 1349, le Dauphiné est transporté au Royaume de France. La famille de Briançon détient toujours le château fort et ses terres. Mais cet acte sonne doucement la fin de l'utilité de cette rustique construction.
* Quelques dizaines d'années plus tard, le château n'est plus entretenu.
* En 1721, J.B. de Briançon fait construire dans la plaine un château de confort. Saint Giraud est en ruine.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Il est impératif de découvrir cette ruine depuis Varces et non depuis la sortie de la voie rapide. 

N'est il pas magnifique mon Vercors !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 09/02/2012 23:03

Dans l'historique, vous notez: "à vérifier" ou "supposent" ou "probable": j'ai lu les mêmes choses que vous énoncez, dans une parution du Conservateur du Patrimoine de l'Isère. Je pense que l'on
peut se fier à ses dires et à ses sources...
... Au XIe siècle, Arténufle de Varces (et de Tullins également) est connu comme seigneur faisant partie de l'embryon de cour de Guigues.
... Et le château de Varces se trouve dans la liste des châteaux attestés avant 1120. Seulement point n'est précisé si ce sont des châteaux de pierres ou encore des châteaux de bois. Le "probable"
reste donc ici. J'espère trouver une preuve de la construction en pierres dans une autre lecture.
... De plus, ce château - de bois, je présume, ici - est cité en 1070, dans le contrat de mariage de Guigues II avec Agnès de Barcelone, lequel contrat fait état des possessions de Guigues en
"Dauphiné" (anachronisme, je le sais!) Ce ne sont donc plus des suppositions.
... J'ai d'ailleurs appris que Guigues II ne possédait probablement que 10 châteaux. En fait, c'était beaucoup, car dans ses comtés de Viennois et de Grenoble il y avait une centaine de châteaux à
cette époque, mais les autres seigneurs n'en possédaient qu'un ou deux chacun, pas plus. L'ascension de nos futurs Dauphins était déjà bien engagée, par ce fait.

Le Chevalier Dauphinois 10/02/2012 13:39



  Lorsque mon unique document semble évasif ou que je n'arrive pas à faire un recoupement, je préfère mettre un point d'interrogation. Ainsi parfois, je supprime la ligne ou j’inscris ce qui
semble être la vérité.


Merci pour ce complément qui augment la connaissance de note Dauphiné.



Flo-Avril 23/04/2011 23:01


C'est dommage de perdre une partie de patrimoine faute de moyens...
Amitiés, Flo


Le Chevalier Dauphinois 26/04/2011 12:04



L'Isère est peu respectueuse de son patrimoine médiéval, et les pans de mur de 800 ans sont souvent perdus dans les forets.



Anne la Dauphinoise 23/04/2011 18:32


Bien vivant il est, ce château, puisqu'un pan de mur résiste fièrement, qu'il eut votre visite, et que vous nous en montrez de magnifiques "images". Un peu seulet, peut-être...
Alors je lui ai retrouvé quelques uns de ses seigneurs d'antan, vaillants chevaliers d'ailleurs, car je les ai croisés lors de batailles pour le Dauphiné ou pour le royaume de France:
... En 1307, j'ai croisé Aymeric de Briançon ("le vôtre") seigneur de Varces et Eybens, le jour de son hommage au nouveau Dauphin Jean II.
... En 1325, Aymon de Briançon, seigneur de Varces et Lantelme de Varces se battirent aux côtés du Dauphin Guigues VIII à la bataille de Varey (Lantelme de Varces était-il de ce château avec Aymon
de Briançon ? peut-être en co-seigneurie ? cela étant loin d'être rare au Moyen-Âge... ou bien y avait-il d'autres châteaux à Varces ?)
... En 1465, Gonin de Briançon (précisé "du Grésivaudan") se fit occire à la bataille de Montlhéry.
... Et je sais que dans les années 1480-1485, vivait un seigneur Jean de Briançon, seigneur de Varces (point n'ai d'autres détails sur lui... vivait-il dans une ruine ???)
... Puis-je rajouter une anecdote au sujet de Bellecombe dont vous mentionnez l'échange contre le château de Saint Giraud:
... en 1336, la châtellenie de Bellecombe fut albergée à un noble Dauphinois, Pierre de Montorcier, "parce qu'il avait perdu un cheval au service du Dauphin" (les chevaux valaient vraiment très
cher... ou certaines châtellenies étaient de bien mauvais rapport...? )


Le Chevalier Dauphinois 26/04/2011 12:05



Je suis toujours admiratif de votre connaissance historique et de vos livres. Voila un peu de cette famille qui revit grâce à vous.



Pierre 23/04/2011 12:28


Un lieu méconnu et tombé dans un oubli certain si tu n'étais pas là pour nous en parler, les murailles naturelles du Vercors lui survivront.
bon week end


Le Chevalier Dauphinois 26/04/2011 12:06



Les montagnes entourant Grenoble sont si belles que peu de marcheur monte dans les collines pour trouver une ruine médiévale. Serais je le seul et unique ? :P



catcent 22/04/2011 12:19


Magnifique, avec tes 800 ans redécouvrir ses terres :)
Bye Chevalier D. A+


Le Chevalier Dauphinois 26/04/2011 12:07



Mon Isère est peu décrit dans les sites web médiévaux, je me devais de le remettre en valeur.