Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 06:30

 

Département :  38 - ISERE

 

Le bourgMes yeux brûlent de bonheur devant une ruine

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Claix se situe à 10km au Sud-Sud-Ouest de Grenoble, en bas des parois du magnifique massif du Vercors et proche de la rivière Drac.

     Coordonnées du château :

45° 7' 6.474" N 5° 40' 17.371" E
 45.118465°  5.671492°

 

Le château :  

     L'extérieur :

Pourquoi le choix de ce site ?

Je vais voir un château Delphinal !

   Ne vous méprenez pas, ce site n'appartenait pas à Delphine (pffff  ) mais au Dauphin (voir titre de noblesse) du Dauphiné.

Votre chevalier Dauphinois est tout émoustillé !

 

La découverte

    Perché sur la colline, dominant le bourg, le vestige du château est magnifique. Il est impossible de dire si la ruine protège les arbres ou si la végétation empêche au temps de faire son oeuvre de destruction, mais quel plaisir au 21ème siècle, d'admirer ce vieillard de 700 ans.

 

Les dimensions

    Avec ses 22m de haut pour une longueur de 35m et avec cet épais mur, la façade d'origine avait une fonction défensive évidente. Les écrits m'informent que c'est le mur du donjon médiéval.

Entre renaissance et moyen âge ! 

Analyse

    Le plus surprenant pour un donjon médiéval, c'est l'absence de système défensif comme archère, bretèche, mâchicoulis (voir vocabulaire).

    De cette façade au parement d'angle parfait, je vois d'abord 3 grandes fenêtres comportant des vestiges de coussièges. Le temps et les hommes n'ont été cruels avec ces ouvertures.

   Le mariage des galets, de la molasse et du tuf est du plus bel effet (Suis je objectif devant une construction de mon Dauphiné ?).

  Le plus surprenant est ce vestige d'occulus avec ses remplages. J'imagine son éclairage dans la grande salle du 2ème étage !

 

Les défenses

   Avec un peu d'imagination, il est possible de voir les vestiges d'un crénelage. Mais le plus marquant est évidemment l'échauguette d'angle reposant sur des consoles.

N'était ce qu'une système de guet ?

Ou pouvait elle réellement défendre le site ?

 

     L'intérieur :

         La propriété est privée et non visitable. Mais avec un oeil d'aigle, je capte quelques informations que je vous laisse analyser, comme par exemple sur cette échauguette.

 

Curiosités dans le bourg :

     Au moyen âge, le bourg de Claix était entouré d'un rempart. Le dernier témoignage de pierres a disparu depuis 1 siècle, mais avec un peu d'attention, il est possible de deviner ses contours. II existe encore 2 maisons médiévales (très remaniées) dans le bourg.

    Mais c'est une ruelle qui m'amuse. Comme souvent, le mythe des "Templiers" est présent dans l'imaginaire collectif et ce bourg à la riche histoire possède une impasse dédiée à ces moines-soldats. Évidemment, ils n'ont jamais habité à Claix.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1108, un chanoine de l'église cathédrale de Grenoble apparaît dans un texte sous le nom de Giraldus de Clais.
* Au  début du 13ème siècle, Isnard et Ambard de Claix sont co-seigneur d'une construction fortifiée.Mais elle semble en mauvais état.
* En 1223, les 2 frères sont des vassaux de l'église de Grenoble. En échange du mandement, il perçoivent des revenus  permettant la consolidation du château.
* En 1246, le mandement de Claix est important (il couvrirait les 5 bourgs actuels au Sud de Grenoble). Les 2 frères sont à nouveau allégeance à l'évêque de Grenoble.
* En 1296, l'évêque de Grenoble cède ses droits du mandement de Claix au Dauphin (voir liste) Humbert 1er.
* En 1299, terres et château de Claix appartiennent à Guigues Alleman suite à un échange de mandement avec le Dauphin (voir titre de noblesse). 
* En 1338, Hugues Alleman rend hommage au Dauphin Humbert II.
* Au 14ème et 15ème siècle, le château est occupé par des châtelains Delphinaux.
* En 1530, le château est en ruine et ne se relèvera plus.
* En 1850, la ruine et les maisons attenantes sont achetées par le peintre Alexandre Dubuisson.
* En 1857, le site appartient à l'écrivain Edmond About
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible. 

 

Aucun templier a mis les pieds dans cette rue !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 12/07/2011 23:56


Il vaut peut-être mieux... J'espère au moins que vous n'avez point trop rouillé... Ce serait bien dommageable...
( point n'ai dérivé la première, vous noterez... Je cherchais seulement à vous aider à passer nos rivières à sec - j'ai bien écrit - pas en étant sec...)


Le Chevalier Dauphinois 13/07/2011 18:20



Ces nuances de mots et d'expressions me font réfléchir.... Se mouiller pour être au sec (à moins que ce soit le contraire.



Anne la Dauphinoise 11/07/2011 23:02


Oui... mais il y a au moins une chose commune aux 2 cas: on doit y mouiller un peu sa chemise !...
(je m'en retourne aux passages d'outremer... peut-être vais-je y rencontrer des bacs... mais je sais que c'étaient plutôt des gués en ces contrées)


Le Chevalier Dauphinois 12/07/2011 19:17



Que la chemise ?... Que nenni, j'ai mouillé bien d'autres choses, mais chevalier et gentilhome je serai en ne les narrant point.



Anne la Dauphinoise 09/07/2011 23:00


J'ai recherché où j'avais pu lire des emplacements de bacs au Moyen-Âge. Voilà ce que j'ai trouvé:
... sur le Drac: à Seyssins (point n'ai lu de mention de pont sur cette rivière. Peut-être n'y en avait-il pas ?...)
... sur l'Isère: à Domène, Gières, la Gâche, Saint Nazaire.
... sur la Romanche: à Jarrie.
Si j'en encontre d'autres, je vous les dirai.


Le Chevalier Dauphinois 11/07/2011 22:07



 Avoir le bac aujourd'hui est plus important que de le passer... Curieuse époque.



Anne la Dauphinoise 27/05/2011 22:47


Je n'ai retrouvé qu'un seigneur de Claix pour cette belle ruine: Jean Alleman, qui participa à la bataille de Varey en 1325, côté Dauphinois bien sûr...
Et un haut-justicier de la terre de Claix, mais plus tard, en 1766: le Sieur de Montchenu-de-Thodure (grâce à une doc qui m'est bien précieuse avec tant de noms de seigneurs des châteaux et maisons
fortes du mandement de la Tour-du-Pin, et leurs liens avec le reste du Dauphiné. Un vrai cadeau que celui-ci...)
... Et si je peux me permettre de donner, peut-être, une réponse à Messire Pierre au sujet des ponts: au Moyen-Âge, lorsque point de pont n'existait, il y avait la solution des bacs. Je l'ai lu
maintes fois quelle que soit la rivière: des bacs, à des endroits bien précis (point ne me souviens si j'ai lu où il pouvait s'en trouver sur la rivière Drac, par contre) et qui donnaient lieu à
des péages, bien entendu, et de très bon rapport pour qui les possédait !
...Et lorsque point de bac n'existait et que le seigneur devait faire traverser son armée, par exemple, alors il y avait la solution des ponts mobiles. Car nos ancêtres savaient l'art de ces ponts:
des barques liées entre elles et reliées aux berges par des cordes ou chaînes; des poutres de bois au travers de ces barques, et enfin des planches tout du long, reposant sur les poutres. Et toute
l'armée passait !... Vous avez dû la lire aussi, cette technique, Chevalier... Nos militaires actuels n'ont rien inventé: seulement amélioré la technique et les matériaux utilisés.
"Il n'y a rien de nouveau sous le soleil": n'est-il point vrai, pour beaucoup de choses ?... Et pour ma part, je resterai toujours convaincue que nos ancêtres n'étaient ni "barbares", ni incultes,
ni non civilisés...


Le Chevalier Dauphinois 28/05/2011 20:44


Le principe du bac... honte j'ai de ne pas l'avoir de suite écrit. J'avais oublié ce principe simple (et rémunérateur).


Pierre 25/05/2011 16:07


J'imagine que ce chateau est antèrieur au pont Lesdiguière sur le Drac, mais comment les gens traversaient ils le Drac avant? Le point est stratégique.


Le Chevalier Dauphinois 26/05/2011 23:00



Diantre... Je ne me suis pas posé la question des ponts. Je connais celui de Grenoble pour traverser vers la rive droite de l'Isère, mais le Drac, point je connais.