Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 07:30

 

Département :  36 - INDRE

   Au centre du bourg, une beauté attend ma visite !

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Bouesse est située à 75km au Nord-Ouest de Montluçon, à 25km au Sud de Châteauroux et à 24km à l'Ouest de La Châtre (voir son château).

   Coordonnée du château :

46° 36' 56.473" N 1° 41' 10.964" E
 46.615687°  1.686379°

 

Le château :  

     L'extérieur :

L'arrivéeUne tour défensive du rempart

   En arrivant dans le petit bourg, comme un aimant je suis attiré par une incroyable construction jouant à se cacher dans les grands arbres. Heureusement, en ce mois de mars, les feuilles sont absentes des arbres et je peux me régaler du spectacle médiéval.

 
Le rempart extérieur

    Evidemment, avec la modernisation, la civilisation et la vie tumultueuse, le rempart n'a plus son agressivité médiévale. Il a été aseptisé et ne montre plus de système défensif, ni de crénelage (voir vocabulaire). Pourtant à l'angle une puissante tour apparaît.

 

La tour d'angle

     La tour présente quelques systèmes défensifs variés :

* Une canonnière pour tir rasant,

* Une ouverture ronde pour arme à feu (dans une pierre blanche ajoutée),

* Au sommet, des trous de boulins pour un hourdage peut être.

  Je suis surpris par la piètre qualité de taille des pierres et leurs positionnements peu jointifs.

 

Il y en a d'autres

   Mon aveuglement à décrire la (première) tour d'angle m'a fait oublier la règle d'or d'un Castellologue-Amateur :

Observer avant d'interpréter !

  Car, en ayant une vue d'ensemble, je vois un autre long rempart (dans le même état que le précédent) et une deuxième tour presque sosie de la première.

  Le donjon marque la puissance de son ancien seigneur !

Le corps de logis

   Au centre de l'espace trône le corps de logis divisé en deux parties :

* Sur la droite, un bâtiment Renaissance avec fenêtres à meneau en croix.

* Sur la gauche, un puissant donjon rond.

 

Le donjon

  Avec ses dimensions, cette tour fut habitable (les fenêtres prouvent son habitabilité). Contrairement aux petites tours d'angle, ce donjon a gardé ses attributs défensifs médiévaux :

* Des mâchicoulis sur consoles,

* Un chemin de ronde couvert,

* Des archères canonnières.

  Comme pour les tours d'angle, je suis surpris de la piètre qualité des pierres, surtout pour un donjon.

 Mais en observant mieux cette tour, je vois par endroit de larges et belles pierres taillées. Une reconstruction/consolidation hâtive a donc été effectué sur l'ensemble du château.

 

     L'intérieur :

         Le château est une propriété privée non visitable. C'est en réalité un hôtel restaurant moderne, silencieux et agréable. Ayant un autre logis ce soir là et n'ayant plus faim, je n'ai hélas pas pu profiter de la découverte des lieux.

Mais je reviendrai !

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château par Eudes de Cluis, vassal du seigneur de Châteauroux.

* En 1239, un acte autorise le seigneur de Bouesse à exercer les droits de basse et haute justice.

* Au 15ème siècle (1443 ?), le château est acheté par une riche famille Picarde: Les Gaucourt. L'architecture du bâtiment est fondamentalement modifiée avec l'ouverture de fenêtres, grandes salles de confort, larges cheminées, mais en respectant les systèmes défensifs de ce siècle.

* Vers 1792, les Révolutionnaires vendent le château.

* En 1855, le château est en mauvais état. Etienne Thimel, son nouveau propriétaire, tente une restauration.

* A la fin du 19ème siècle, le fils de Etienne continue les restaurations du château.

* Au début du 20ème siècle, Georges Poussielgue-Russand, gendre d'Etienne, embellit le château et décore la façade coté parc.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Mais peut être qu'en mangeant dans le restaurant ou en dormant dans l'hôtel, certaines caractéristiques architecturales vous seront révélées.

 

Pour entrer en ce lieu, il faut avoir faim ou sommeil !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 02/03/2015 20:58

Raoul de Gaucourt est pour moi « un vieil ami »…
... Depuis mon enfance (si, si, grâce à des parents qui nous apprenaient ce qu’ils savaient de l’histoire locale, et grâce à des instituteurs qui, non seulement nous apprenaient l’histoire de France, mais nous apprenaient aussi l’histoire locale. Donc, ce nom de Gaucourt, comme celui de Villandrando résonne dans ma tête depuis… un bail !)
... Raoul de Gaucourt, qui participa à la reconquête d’Orléans, fut choisi par Charles VII pour venir secourir le Dauphiné en péril, en 1430. Il avait été nommé gouverneur de notre Province pour cela.
... C’est pourquoi son nom est gravé dans ma mémoire, et, savoir qu’il fut peut-être l’acquéreur de ce castel me rend heureuse. J’aime savoir ce que « mes hommes illustres » sont devenus, où il ont vécu, car je suis loin de tout connaître de leur vie : j’en connais souvent, et seulement, les moments qui ont croisé celle de nos ancêtres Dauphinois du Moyen-Âge.
... Par l’historique de vos castels (grand merci !), cela me permet de faire ces liens qui me plaisent tant entre vos castels et notre Dauphiné. (je vous en avais parlé au castel de Châteaubrun)

Le Chevalier Dauphinois 04/03/2015 19:28

* Lorsque j'ai commencé ce blog, mon projet était clair :
1 - Montrer un site fortifié (en ruine ou entier)
2 - Tenter d'écrire une morceau de son histoire avec quelques noms de propriétaires.
* Je n'avais pas imaginé que notre Dauphiné ait pu être mis en valeur dans des constructions si lointaines.
* Voila qui me motive encore plus pour rechercher des historiques.

Anne la Dauphinoise 06/02/2015 23:39

B ien me voyez perplexe face à un tel castel,
O ù sentiments confus m'envahissent, s'entremêlent.
U nivers qui m'attire, que je repousse aussi,
E squivant du regard "récent" corps de logis.
S i le donjon ne mets-je dans ce qui me déplait,
S on allure, cependant, toute entière ne me sied.
E n lui je sens puissance, mais est-elle altérée

I mmanquablement par fenêtres plus tard percées.
N 'aurais-je rechigné à mirer appareillage
D u bas en haut égal... Pour moi, quel grand dommage
R etrouver, siècles après, ces pierres taillées trop bien
E n forme - je les abhorre - de "modernes" parpaings...

B ien sûr, ai-je pu noter au-dessus des corbeaux
E légante ciselure : même si à voir c'est beau,
R éduit-elle impression de force... D'un autre côté
R ichesse des hôtes indique... lesquels, dans le passé,
Y apposèrent "leur griffe" ?... aux Gaucourt* ai-je songé...

P our le logis n'ai-je point d'hésitation, nenni :
O ncques n'aimerai bâti remanié ainsi...
S ont les tours et rempart les joyaux de ce lieu.
T rès personnel avis, à nuancer un peu :

S avent par leur "préséance" et leur aspect rustique
C omme insuffler au tout un air un tant magique,
R appelant la facture du castel fort, antan;
I mmense non pas, c'est vrai, mais assez imposant;
P ourvu de moult d'attraits en faisant site fort sûr,
T rès défendu, me semble, à voir ces premiers murs...
U ne "remise en état" n'a trop diminué
M édiévale attitude de ces belles tours postées

N 'en doutons point, là, pour l'éternité... au moins ! "
O deur" de leur splendeur fit déjà long chemin
T raversant les âges - et nos écrans aujourd'hui ! -
A pportant les effluves d'un temps que j'apprécie.

B ien que mes sentiments aient été mitigés,
E ut cette découverte don de me faire rêver.
N e renierai-je point que m'y aida Histoire;
E st-ce ma façon lier vos ruines à mes grimoires.

* Parce qu'un membre de cette famille, Raoul de Gaucourt, m'est cher. "Je le connais de vieux", comme on dit par chez moi, et, par les dates que vous donnez, ce pourrait être lui qui acquit ce
castel dans les années 1443.

Le Chevalier Dauphinois 07/02/2015 14:34



* Avant ce château, j'avais visité 4 ruines.


* Donc très heureux je fus d'avoir enfin devant moi une construction "presque" intacte.


* Ce château n'est point la référence en construction médiévale, mais l'ensemble est équilibré.


* En voyant la puissance du donjon, je me suis plu à imaginer les remparts d'antan.


* Si un jour une croisade m'amène vers ce département, je tenterai de manger et dormir dans ses entrailles.