Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 06:30

 

Département :  36 - INDRE

 Diantre !..Que de panneaux pour ce château

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de "Le Pêchereau" est située à 90km à l'Est de Poitiers, à 30km au Sud-Sud-Ouest de Châteauroux et à 3km au Sud-Est d'Argenton sur Creuse.

   Coordonnées du château :

46° 34' 19.351" N 1° 32' 50.114" E
 46.572042°  1.547254°

 

    Toponymie :   (-->voir initiation)

  Avec les siècles, le site prit de nombreux noms :

* Guorbat,

* Gorbat,

* Gourbat,

* Groubat,

* Pour devenir : Le Courbat.

  Le nom original viendrait du Bas Latin désignant :

- Une pièce d'eau profonde et même boueuse,

- Une sorte de fossé.

 

Le château :  

     L'extérieur :

L'approche

   Grâce à mon instinct incroyable de chasseur de constructions médiévales fortifiées (aidé par mon brillant destrier au flair si subtil) je me retrouve devant ce triple panneau annonçant un château nommé : Courbat.

Sera-t-il en ruine ou entier ?

   En tournant la tête, je vois un autre panneau annonçant que "mon" château est devenu une mairie. Le fait qu'une construction seigneuriale soit devenue un bâtiment républicain n'est pas rare, je vous en ai présenté un dans le Vaucluse, puis un autre dans l'Yonne.

  Soudain, j'ai quelques réticences. Je crains une trop grande reconstruction pour cause de modernité administrative.

Pensez vous comme moi ?

Miroir, joli miroir, est ce mon château ?   

La découverte

    Lentement je m'avance, les yeux vers le sol pour tenter de voir des traces d'un rempart extérieur par exemple. Soudain... une large étendue d'eau se met à frissonner à mon approche.

Serais je un peu magnétiseur ?

 

Une gentilhommière ?

    Point de don extraordinaire je possède pour faire mouvoir les éléments de Dame Nature, c'est un léger souffle de vent qui a froissé le miroir puis soulever la poussière piquant ainsi mes yeux.

   Cette courte et chaude bise s'est mise à apparaître par un grand hasard me faisant lever les yeux pour voir ceci.

 

courbat-13 

Je vous sens désappointés

    "Ceci n'est pas un château fort ni une ruine médiévale monsieur Le Chevalier Dauphinois" murmurez vous en pouffant derrière votre écran.

  Je comprends votre surprise en voyant les multiples fenêtres modernes et ce toit (du 17ème siècle ?) point médiéval. Mais ci-dessous, je vais vous démontrer que cette gentilhommière devenue une mairie est l'évolution d'une construction fortifiée de mon époque favorite.

Fermez les yeux et écoutez moi.

 Sont ce 2 tours défensives ?

L'autre face

Quel contraste !

  Cette face, avec ses 2 puissantes tours opposées, ressemble beaucoup plus à un château fort. La ronde tour à gauche a perdu son agressivité défensive. Par contre, celle de droite est fascinante avec son archère canonnière cruciforme.

 

L'encorbellement

A quoi servait la construction en encorbellement ?

  Il n'est point besoin d'être spécialiste en architecture médiévale pour en donner le nom. La réponse est simple à trouver.

* Il n'y a point de porte à défendre en dessous, ce n'est donc pas une bretèche (voir vocabulaire).

* Cette construction est donc les latrines.

  Si l'architecte a créé une "construction pour les besoins "intimes", une autre question se pose :

A quoi servait cette pièce au 1er étage ?

Voyez vous une tour défensive sur la gauche ?

 

La tour-porte

     Précédée par un pont, je suppose que la ronde construction est une tour-porte. Pour protéger la courtine et faire reculer l'assaillant, la tour possède deux archères-canonnières :

* Celle du haut permet d'atteindre l'ennemi sur la rive opposée,

* Celle du bas permet le tir sur des éventuels nageurs ou barques traversant les douves.

 

Je vais emprunter le pont

   Pour franchir les douves, il faut un pont (ou être équipé d'ailes). La partie fixe du pont a été très remaniée à l'époque récente et a perdu son charme des rails guidant les roues d'un carrosse.

  Au bout du pont fixe, il devrait y avoir un pont mobile. Mais le confort et la modernité l'ont supprimé.

  Ce pont, c'est le pompon de ma journée

Le pont levis

   Bien qu'absent, les traces de l'existence du pont-levis sont lumineuses :

* Fentes verticales ayant réceptionné les flèches de levage,

* Encadrement rectangulaire pour coincer le pont empêchant les assaillants de le crocheter.

  Les petites fenêtres et surtout les linteaux en accolade rappellent les origines médiévales de la construction.

  La pièce au 1er étage devait être la salle des gardes. Ce niveau correspond aux latrines décrites précédemment. 

 

     L'intérieur :

Dans la tour porte

     Lentement je franchi le seuil. Comme je l'espérais, au fond d'un large ébrasement (voir vocabulaire), je vois :

* D'un coté,  l'archère canonnière,

* De l'autre, une archère canonnière cruciforme.

  Ceci est la preuve que ce château a subi de nombreuses modernisations durant les siècles.

Avez vous remarqué l'épaisseur des murs ?

 

Les portes sont fermées

  Point d'employés communaux le jour de ma visite. Je ne peux pas entrer dans les locaux. Je me console dans la cour d'honneur, en touchant la ronde tour. Puis, rassasié de la vue des douves, j'emprunte le chemin du retour.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié relevant de la seigneurie d'Argenton.

* En 1218, le site appartient à Pierre Courreau de Courbat.

* En 1425, Gilbert Augustin est seigneur du Courbat et de La Feuge (à vérifier).

* En 1614, Jean Mauduit, bailli d'Argenton, achète le château, puis réalise de nombreux travaux d'embellissement et de confort.

* En 1625, Jean Mauduit fait construire un pigeonnier rond à l'extérieur du château. La paroi intérieure de la ronde construction comportait plus de 800 boulins (trous) répartis en 14 rangées, prouvant la richesse et la puissance de ce seigneur.

* En 1760, la famille Mauduit cède le château à Louis de Chevestre.

* Au 19ème siècle, de nombreux travaux changent l'architecture du vieux château.

* En 1931, par mariage, le château appartient à Pommeau de la Forest

* En 1985, la municipalité achète le château à un descendant de la famille La Forest.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le parc. Le bâtiment est une mairie et n'est pas vraiment visitable.

 

Est ce une ile flottante avec un château fort ?

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 28/04/2014 21:03

Bien d'accord avec ce que vous écrivez, Chevalier, mais point d'accord pour que ces castels qui vous font comprendre les choses se retrouvent dans votre blog de châteaux féodaux et ruines
médiévales... Désappointée, et têtue...
Et tellement grand, mon désappointement, qu'il m'avait inspiré ceci aussi :

C 'est vous, rappelez-moi, qui décrivez
O riginales ruines du web oubliées ?
U ne impression qu'ici me suis trompée...
R appelez-moi comment avez nommé -
B eau nom vraiment - ce blog si dévoué
A uparavant aux castels bien cassés,
T ellement perdus, que seul vous, Chevalier,

L eur chemin trouviez pour nous les narrer...
E tait-ce quatre pierres debout, ou bien couchées;

P ans de murs, ou parfois murs tout entiers,
E n forêt enfouis, ou dégagés
C ertaines fois, ou sur colline posés.
H a !... Y avait-il matière à rêver !
E t que dire des portes grandement béées
R etenant quelquefois détails sculptés,
E t nous menant dans entrailles "éventrées" -
A notre grande joie, je dois bien l'avouer -
U ne façon magique de nous entraîner

I nstantanémént à l'intérieur des
N ombreuses pièces, dans lesquelles indices trouvés "
D écortiqués" étaient, et à nous expliqués.
R ichesse incroyable que nous offriez !...
E t je ne peux pas sous silence passer,

B ien entendu, beauté des salles voûtées,
E nterrées souvent, à peine dégagées :
R avissement des plafonds empierrés;
R udesse, sans doute, des murs presque "aveuglés".
Y humait-on vraies senteurs du passé !...

P ourrais-je encore bien plus "clou enfoncer"...
S erait-ce peine perdue... n'est-ce pas, Chevalier ?

Le Chevalier Dauphinois 29/04/2014 12:46



  Cette fin de mois d'avril est moins "puissante" en articles (et c'est volontaire). Je ne peux pas montrer toutes les semaines des sites magiques. Alors, de temps en temps, je
dérive un peu de mon thème de prédilection.... La Ruine !


  Cela permet aussi à d'autres visiteurs de découvrir des constructions facilement accessible à pieds qui pourront être plus tard leur but de vacances ou de long week-end.


  De plus, ce château est peu montré ou mis en valeur architectural sur le web. Je me devais de lui redonner la beauté et l'attrait qu'il mérite.



Anne la Dauphinoise 26/04/2014 21:34

C omme je regrette vos ruines bien ruinées
O ù maigres pans de murs, trois pierres restées,
U nissaient leurs efforts pour qu'aussitôt
R evive tout entier magnifique château...
B ien au rebours, est-il ici complet,
A rrangé trop... et magie disparaît...
T ant plus que pierres sont cachées par crépi -

L e procédé fort en vogue aujourd'hui -
E h oui, je suis moult désappointée

P uisqu'il ne m'est plus donné de rêver.
E t à cela, m'y faire je ne le sais...
C los j'ai mes yeux, et écouté vous ai :
H élas, autre face dévoilée n'a pas
E moi suscité, car il n'y a pas
R estes assez, gardés dans leur style d'avant.
E mprisonnés sont-ils trop maintenant,
A mes yeux, dans carapace "rutilante".
U ne vision qui serait vraiment charmante,

I l m'est avis, dans un blog "touristique"...
N on pas que quelques caractéristiques
D 'un castel d'antan m'aient, là, échappé :
R avie je fus d'y voir douves, en premier.
E volution n'a point, heureusement,

B anni spectacle que je trouve envoûtant.
E nsuite, les archères vues de l'intérieur
R edonné m'ont un peu de baume au coeur,
R estituant au lieu souffle de puissance :
Y sont-elles les seuls moyens de défense

N on éliminés, et par elles aussi
O n sait forte épaisseur des murs ici.
T races du pont-levis, certes, vous nous montrez.
A llure guerrière a perdu tour d'entrée,

B ien trop "aseptisée", à part... latrines ?!
E lles ne peuvent d'un castel fort être vitrine !
N on... ces "preuves" ne me convainquent pas ici :
E st-ce illusion, et qui plus est, sans vie !...
...

P ourtant, votre "île flottante" est belle à voir !
S auf que "d'île au(x) trésor(s)" n'est point miroir...

Le Chevalier Dauphinois 28/04/2014 19:51



Il est vrai que point en ruine est cette beauté médiévale. Mais :


* C'est en regardant des châteaux entiers que je comprends les ruines lorsqu'elles se présentent.
* C'est en voyant le travail de modernisation de confort des hommes actuels que je comprends mieux les châteaux modifiés qui m'apparaîssent parfois.


* C'est en regardant des châteaux avec douves encore pleine d'eau que je comprends mieux les vestiges avec "fossé sec" suite aux opérations d'assèchement de notre siècle.


 


--> C'est la succession de mes aventures visuelles qui me permet d'analyser les ruines oublées comme j'en montre souvent.


 Mais je comprends votre désapointement.



Guy Jardinet 25/04/2014 23:00

Je reconnais bien là votre bonté, chevalier, et votre tolérance pour les faibles zumains.
Cordial souvenir
Guy

Le Chevalier Dauphinois 28/04/2014 19:51



Je suis un incorrigible Chevalier amoureux....de tout !



farangset 25/04/2014 12:15

Superbe, très romantique comme souvent dès qu'il y a de l'eau... Et l'usage actuel ne se devine pas du dehors.

A quoi se rapporte la plaque 'Gîte de France' ? à un hébergement communal situé ailleurs (dépendances vers le pigeonnier...) ?

Le Chevalier Dauphinois 25/04/2014 18:11



* Je ne l'ai point montré mais il y a un gîte d'étape : clic



Guy Jardinet 25/04/2014 10:52

Merci encore de vos libelles, errant chevalier.
Transformer un château en mairie, c'est lui assurer une survie. à la condition de ne pas le ravager. Suis Limosin, ai honte du châteu mairie de Nexon.
Par contre, Courson n'est plus très médiéval, mais bien joli !
Cordialement,
Guy

Le Chevalier Dauphinois 25/04/2014 18:09



   Je comprends qu'un maire où que les habitants fassent des modifications importantes pour le conforts des travailleurs et l'accueil. Evidemment, pour les puristes que nous sommes
depuis la fin du 20ème siècle, chaque modification est presque "un crime". Mais durant des siècles, les propriétaires faisaient des chamboulements de leurs hâbitats, réalisaient des remplois de
pierre sans que ces actes choques.


  J'avoue que mon avis n'est point tranché même si le Chevalier que je suis soit choqué parfois.