Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département :   35 - ILLE et VILAINE

 

Le bourg : 

Un écrin de pierre dans un jardin du temps !  Situation  (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Bécherel est située à 25km au Nord-Ouest de Rennes et à 20km au Sud-Est de Dinan.

   Coordonnées du bourg :

48° 17′ 46″ N 1° 56′ 38″ W
 48.296111°   -1.943889°

 

Description du bourg fortifié

       L'extérieur :

Pourquoi suis je dans ce lieu ?

     Durant mes croisades médiévales, je ne fais pas que chercher des ruines, ni des châteaux forts, ni des églises fortifiées, je suis aussi à l'affût de bouquinistes pour gonfler ma documentation.

    Sachant que Bécherel est l'une des cités du livre les plus grandes de France, j'ai obligé mon destrier à gravir la petite côte vers le sommet du bourg, quand soudain...

 

La découverte commence

      ... Je vois un haut mur de pierres ressemblant à un rempart.

N'est ce pas une vision déformée par ma grande imagination ?

   Ce mur n'est pas un simple séparateur de propriétés privées mais un rempart comportant une tour flanque ronde. Avec les reconstructions, consolidations et végétations, il est impossible de trouver des traces d'archères, de bouche à feu ou de crénelage (voir vocabulaire).  Mais je me dois de continuer la découverte pour tenter une datation.

 

Plan du bourg fortifié de BécherelRemparts et tours 

         Dans les dédales des chemins sur les remparts, il n'est pas facile de comprendre la topographie de la petite ville fortifiée.

    Heureusement, l'office de tourisme a apposé un plan du bourg castral avec son château. Je peux donc me promener sans me perdre, et c'est ainsi que je découvre une tour ronde.

    Arasée, reconstruite, aseptisée de ses défenses médiévales, elle n'est plus que l'ombre d'elle même. Mais poliment, elle m'invite à la découvrir.

    Ce n'est certes pas un vestige ruiné comme j'adore, mais il y a dans cet intérieur une trace du passé grâce à une petite ouverture et un vestige de cheminée.

    En sortant, je découvre la richesse d'une fortification médiévale : Le panorama.

 

Le château

    Du château médiéval, il ne reste que le donjon arrasé.

 


Histoire du bourg :

* Vers le 1er siècle avant JC, une voie romaine passe proche de la ville Gallo-Romaine.
 * En 1124, Alain de Dinan fait construire un château (donjon ?) dominant la vallée.
* Au 12ème siècle,  la cité se développe dans les remparts.
* En 1168, la position du bourg étant stratégique, Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre s'empare de Bécherel et fait fortifier la ville.
* Pendant les guerres de Succession de Bretagne, les anglais, alliés de Jean de Monfort, occupent Bécherel.
* En 1363, Charles de Blois accompagné de Bertrand Du Guesclin assiège la ville. Jean de Montfort (leur ennemi) rassemble des troupes et vient les contre-assiéger. Pour éviter un massacre, les évêques interviennent. Un partage de la Bretagne est décidé entre les Monfort et les Blois.
* En 1419, en levant un impôt sur ses vassaux de Bécherel,  Anne de Laval, fait réparer les fortifications du château.
* En 1504, le donjon est  en ruine. les fonds de réparation manquant, il n'est plus modifié ni consolidé.
* Entre le 16ème et le 18ème siècle, Bécherel prospère grâce à la culture et au tissage du lin et du chanvre .
* Au début du 19ème siècle, Napoléon impose un blocus continental ruinant partiellement la région. De plus, la concurrence du coton amène le déclin de la culture du lin et du chanvre.
* En 1978, la commune adhère à l'association des Petites Cités de Caractère de Bretagne. Les remparts sont consolidés.
* Au 21ème siècle, la découverte des remparts est libre et gratuite. En plus des nombreux libraires et bouquinistes, le bourg possède quelques maisons de caractère très touristiques.

 

Le regard se perd dans l'immensité du brouillard matinal

 

  Vers menu châteaux forts d'Ille et Vilaine Vers Menu châteaux d'Ille et Vilaine

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 28/06/2015 00:34

Je vous ai retrouvé le nom d’un (du ?) capitaine Anglais de Bécherel pendant l’occupation anglaise de ce bourg : William Lord Latimer.
… Je ne sais pas exactement à quelle époque il fut capitaine de ce bourg, s’il en fut le seul, peut-être. Je sais seulement qu’en 1375 il fut accusé de s’être enrichi…un peu trop « sur le dos » de la ville et de ses habitants (ça lui aurait rapporté 83 000 livres, qui lui permirent d’acquérir 12 manoirs en Angleterre, tout de même !)

… Toute cette fortune grâce au pâtis… que je croyais être une « trouvaille » des Routiers. Apparemment ce ne serait pas le cas : les Anglais seraient les « inventeurs » de cette « extorsion de fonds », pendant la Guerre de Cent ans, justement.
… Au départ , ils l’auraient instauré en Bretagne, puis, au fil du temps, dans toutes les régions qu’ils ont occupées. Les Routiers ayant repris cette pratique à leur compte ensuite.

… C’est un historien Anglais qui me l’a révélé. J'espionne, à intervalles réguliers, nos ennemis ! (comme vous l’avez écrit je ne sais plus où, et comme je l’ai lu plusieurs fois aussi : ce sont toujours nos ennemis puisque qu’aucun traité de paix n’a jamais été signé entre eux et nous !)
… Un livre très intéressant, dans lequel, dès les premières lignes, l’auteur reconnaît qu’ils (les Anglais) nous ont fait beaucoup de mal… ça vaut le coup d’être cité, non ?… !
… Tellement de mal, ce que personne n’ignorait en Angleterre, que lorsque des Français ont débarqué en 1360 pour 1 journée seulement et pas en grand nombre pourtant, et qu’ils ont brûlé Winchelsea, les Anglais ont été épouvantés, le sachant, pensant que les Français allaient faire subir le même sort à leur Pays qu’ils faisaient subir à la France ! Apparemment, il y a eu un moment de vraie panique dans la Perfide Albion !… (mon historien semble être un bon historien pour relater même ce fait !... En revanche, je ne vous dirai pas ce que les Anglais pensaient de Du Guesclin… ce n’est pas très… gentil)

Le Chevalier Dauphinois 18/07/2015 19:30

* Il va falloir un jour que je vous envoie des fleurs pour vous remercier de vos recherches.
* Lentement, l'histoire et les hommes de "mes" châteaux s'affinent.

Rodrigue Bernard 10/05/2013 23:05

Bonjour
Nous cherchons un musée ou un château dans l'ouest où on peut voir des armures.
Merci de votre réponse et bonne journée
Rodrigue

Le Chevalier Dauphinois 10/05/2013 23:53



Bien le bonjour


* Je ne me souviens pas avoir vu des armures dans un château dans l'Ouest de notre Royaume... Mais je ne prétends pas avoir tout vu et tout mémorisé.


* Le seul m'ayant marqué est Castelnaud en Dordogne.... Il y a aussi le musée de l'armée à Paris.



Anne la Dauphinoise 08/08/2012 22:18

B ien ai eu du castel nouvelles mauvaises:
E n mil cent quatre vingt fut-il fournaise
C ar Geoffrey, duc de Bretagne, l'incendia.
H istoire bien malheureuse de ce temps-là
E ntre un père et son fils: avait Henry
R ennes brûlée, réédifée, garnie.
E n prit ombrage Geoffrey: Rennes il reprit,
L 'ardit, Bécherel et environs aussi.

Le Chevalier Dauphinois 14/08/2012 12:47



   De Bécherel, je me souviens des très nombreux bouquinistes où j'ai passé plus de 4 heures à feuilleter, discuter, rêver. De la cité fortifiée, il y a si peu à dévorer que rapidement,
j'en ai fait le tour.



serialmaquetteur 16/02/2011 22:20


C'est une jolie bourgade que j'ai découverts avec mes parents, il y a un dizaine d'année. En plus le panorama s'étend jusqu'à St-Malo à ce qu'il parait.


Le Chevalier Dauphinois 18/02/2011 12:00



  Je me suis rendu dans ce bourg pour tenter de trouver des livres de châteaux (ainsi que sur un autre sujet qui fera l'objet d'un autre blog dans 3 ans je pense).


  Le ciel était si couvert que je n'ai pas pas eu de panorama jusqu'à la mer.



Anne la Dauphinoise 09/02/2011 21:18


Par ma -petite- expérience, on ne répond pas à nos mails...
Moi qui voulais, pour une fois, utiliser les moyens modernes, cela ne m'a pas réussi, et j'ai abandonné. A croire que "cela fait bien" de mettre une boîte mail, mais à croire aussi que personne
n'en lit les messages:
Il me manque la généalogie des Ibelin dans la "trilogie" de René Grousset sur les croisades: jamais eu de réponse. je reste avec mes pages blanches à la fin du livre !...
Par une librairie de St Etienne j'avais reçu 1 livre en vieux-français. Je leur avais donc demandé de me communiquer la liste de ce qu'ils avaient dans le même genre: rien... même pour vendre, cela
n'a pas l'air de les intéresser !
J'ai envoyé 1 mail au Dauphiné Libéré pour avoir leurs sources sur 1 article d'histoire qu'ils avaient publié: j'attends toujours la réponse...
Je n'insiste donc plus. je trouverai bien un jour les infos qui me manquent, enfin, je l'espère. On aurait dit dans notre temps: "si vaille tant com puist valloir"...(advienne que pourra - on verra
bien - et dans une traduction complètement personnelle: "je fais avec!")


Le Chevalier Dauphinois 13/02/2011 16:05



  J'opte pour une autre vision : "Qui ne tente rien, n'a rien". J'ai un taux d'échec important, mais quand j'ai la réponse--> Quelle joie !


  par contre, je fais des courriels très courts, car les associations, maiires, offices de tourisme ont beaucoup de sollicitations.