Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 05:30

 

Département :   65 - HAUTES PYRENEES

 

Le bourg :Le château médiéval devrait être dans ces bois

  Situation :   (--> le voir sur une carte 

    Le village de Lomné est situé à 30 km au Sud-Est de Lourdes, à 12km à l'Est de Bagnières de Bigorre et à 10km à l'Ouest de Lannemezan.

     Coordonnées du bourg :

43° 2′ 42″ N 0° 17′ 48.84″ E
 43.045°  0.2969°

 

Le château :

       L'extérieur :

La préparation

   Pour découvrir des ruines oubliées, peu connues, non décrites sur le web, il faut un peu de recherche en amont (avant de parcourir les collines).

   Pour cela, j'utilise mon Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Age ainsi que d'autres ouvrages que je vous décris ici.

   Mais cela ne suffit pas, il est important de consulter une carte précise, et d'avoir un peu de chance.

En aurais je en ce dimanche brumeux ?

 

L'arrivée

    Proche de la mairie, je descends de mon destrier et je consulte ma carte détaillée. La ruine se situe au bout d'un chemin au Nord-Nord-Ouest de l'église (petit cercle avec croix sur la carte). Ce bâtiment religieux, grâce à la hauteur de son clocher est souvent un bon point de repère pour un chercheur de ruine.

    Dans les bois, sur cette plate-forme, ma cible apparaît. L'aventure castrale peut commencer.

 

Est ce la ruine ?

  Le froid matinal, la brume ambiante ont fait déserter les ruelles et chemins du village. Je suis seul au milieu des arbres et je ne peux compter que sur mon instinct car derrière l'église, je ne vois que cela.

   Avec de la détermination, du temps et un oeil d'aigle j'aperçois enfin ce qui devrait être le château de Lomné. Évidemment, de si loin et dans la végétation, les doutes fusent. Je tente de m'approcher.

 

    L'intérieur :   

      La propriété est privée, une barrière me bloque : La visite est impossible. Je vais donc utiliser mon arme secrète : Un téléobjectif.

  ** Ce bâtiment rectangulaire ne possède pas de défense.

  ** Le lierre m'empêche de comprendre l'architecture de celui-ci.

  ** Plus loin quelques murs épais pourraient ressembler à.... mais je sais que mon imagination est fertile.

 

      Une jeune damoiselle promenant son chien me confirme que ces bâtiments sont les restes cassés du "très vieux château". La découverte des ruines du château de Lomné est un demi-échec . Je me console en regardant le paysage, puis en me régalant de la vue satellite et enfin, en revenant sur terre en admirant les fleurs.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château.
* Au 21ème siècle, la découverte du site depuis le sentier est possible. La visite du château est interdite car situé dans une propriété privée.

 

Qu'importe la ruine pourvu qu'on ait la fleur !

  Vers liste châteaux des Hautes Pyrénées Vers Menu châteaux des Hautes Pyrénées

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Bigorre : 65
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 09/12/2013 13:51

Cette fleur, revue dans votre tableau Pinterest il y a quelques temps, m'avait poussée à revenir ici; et acrostiche m'a t-elle permis d'écrire ainsi.

L es ruines à vous ne se sont dévoilées ?
O r qu'importe... Nous allons donc en rêver...
M augréons-nous pourtant à cause du lierre :
N ous cache t-il, j'en suis sûre, belles archères,
E t autres défenses utiles en temps de guerre.

H alo de brume mettait en condition,
A mon avis, pour belle description.
U ne princesse, de plus, encontrée là près
T émoigna qu'un bien vieil castel était.
E t toutefois n'avez-vous pu humer
S enteurs en ce lieu, venues du passé...

P alpable déception vous étreignit lors;
Y saviez-vous, tant près, grand château fort
R éel, par image du ciel entrevue;
E t sur place vos espoirs étaient déçus :
N 'était point ce jour vôtre, Chevalier...
E nchantée ai-je cependant là été,
E t ambiance du Grand Meaulnes m'est "apparue",
S ans savoir pourquoi... liens sont incongrus...

B onaventure me semble avoir conquis
I l fut un temps ce castel, et je vis
G rand'fêtes se dérouler, pleines de promesses,
O ffertes par les hôtes, où toute la noblesse
R ayonnait... Pour sûr, cela m'a donné
R egard attendri, mais sans doute faussé.
E t rêves sont loin de la réalité...

N 'empêche... Pour moi, ces ruines fantomatiques
O nt en elles quelque chose de magique...
T out vient du fait qu'elles sont entraperçues,
A insi que défenses qui ne sont mie vues.

B eau manoir, j'ai pu là imaginer
E t non castel qui dut être fortifié.
N 'ai-je point un tant vérité "travestie" ?
E n suis-je consciente; mes songes me l'ont permis...

P arfois vos articles me conduisent, c'est vrai,
S ur chemins détournés... mais fort me sied !

Le Chevalier Dauphinois 11/12/2013 12:21



 Cette ruine vue du ciel est magnifique. Hélas, je n'ai pas pu la découvrir et la tocher comme je l'aurais souhaité. Mais je me suis promis d'y retourner un jour avec l'autorisation du
propriétaire.


 Ainsi, un autre acristiche vous allez pouvoir faire.



de cardeillac 29/09/2012 12:44

pour écrire sur une ruine ou château, faut se renseigner, nous sommes une branche des cardeillac du Lot, sur les baronnies depuis 1150 environ, le château avait été revendu au 19 ie et c'est les
habitants du village qui l'incendièrent un dimanche ou le propriétaire était à la messe, ensuite nous rachetions le château, voir sur le site d'un ami ou il y a assez d'écrits pour comprendre,
blog: massif des baronnies.
r de Cardaillac

Le Chevalier Dauphinois 29/09/2012 16:35



Bien le bonjour messire, et merci pour votre passage sur mon modeste blog.


Se renseigner !... Mais à qui ?


   Dans le bourg, les 4 personnes que j'ai vues ne m'ont rien dit. La mairie était fermée. Les rares livres que je possède ne narrent point cette ruine. Si vous souhaitez compléter mon
article d'amateur-passionné mais point parfait, je serai heureux de recevoir votre prose et avec votre accord, je citerai votre nom et ferai des liens vers vos sites web ou vos livres. Promesse
je vous fais.



Philou 33 13/04/2011 18:00


J' ai trouvé quelques photos intéressantes, comment puis je les poster ???


Le Chevalier Dauphinois 13/04/2011 19:49



Par ce blog, il est impossible d'envoyer des images, je vous envoie une missive par courriel ce jour..... Merci pour ce cadeau.



Philou 33 13/04/2011 17:54


Voici, en partie , l' historique du château de Lomné pris sur google

A cette époque, Lomné était la résidence d’un seigneur Michel de Cardeillac. Nous savons que ce seigneur est le même que celui que l’on trouve avant à Esparros plaidant contre les habitants de la
Baronnie. Après avoir perdu son procès, il fixa sa résidence à Lomné où il fut construit par lui au XVII° siècle un château réellement féodal, parfaitement conservé jusqu’à ce que, en 1881, le jour
de Pâques, l’incendie le mit en ruines. Ce château bâti dans le style grandiose de la Renaissance, sur un petit mamelon en forme de cul-de-sac, entre le confluent de l’Arros et de l’Ayguette, au
seul point de Lomné d’où l’horizon s’élargisse au loin et vers le nord ; communiquant par cette seule ouverture avec son collègue de Mauvezin et en face des hautes montagnes qui appartenaient alors
encore au châtelain ; entouré comme d’un méandre, d’un coté par les eaux de l’Arros, de l’autre par celles de l’Ayguette qui semblent ne quitter qu’à regret ces lieux imposants par l’aspect des
montagnes et qui leur sont chers à cause du calme profond du site et de la douceur de son climat. Il se compose d’un énorme carré flanqué de quatre tours énormes, contraste gracieux de la force et
de l’élégance. Cette construction imposante est sise sur une énorme terrasse ne mesurant pas moins de 8 à 10 mètres de hauteur.
Quels droits le Seigneur exerçait-il sur les habitants ? Probablement il n’y en avait aucun à cette époque, et s’il fixa sa résidence à Lomné, c’est sans doute à cause des vastes propriétés qu’il y
possédait et aussi pour s’éloigner de ceux qui l’avaient longtemps tracassé. Il est certain que la vie communale date d’avant cette époque et que la féodalité avait perdu son prestige depuis
longtemps. Cependant on parle encore dans le pays de redevances qui lui étaient payées par les paysans. Que si l’on voit encore alors construire des châteaux au milieu de vastes domaines qu’ils
possédaient, c’est parce qu’ils étaient riches et par respect et probablement du titre qu’ils avaient. Pas d’idiome local, pas de chants propres à la localité ou rappelant des temps déjà loin de
nous. Le patois est la langue en usage, se rapprochant de plus en plus de notre langue nationale, mais conservant toujours ses tournures vives et gracieuses, parfois même très harmonieuses. Le
français est compris de tout le monde ; les jeunes le parlent et l’écrivent d’une manière convenable. Comme chants on n’entend plus que des morceaux patriotiques, des romances et quelques petites
chansonnettes. Les moeurs sont simples en même temps que prudes ; le seul culte professé est le culte catholique. Les costumes se confectionnent en partie avec des laines du pays, mais diffèrent
peu des costumes des grandes villes. L’alimentation quoique frugale est généralement bonne ; on mange peu de viande, sauf du salé, du bon pain de froment ; le maïs, la pomme de terre et les légumes
constituent la nourriture de tous les habitants.


Le Chevalier Dauphinois 13/04/2011 19:50



Diantre, quelle vie !



Philou 33 13/04/2011 08:26


Bonjour,
hélas non pas de photos mais m' y rendant souvent, une fois par mois, je tâcherais d' en prendre quelques unes pour Pâques
Ce château a brulé je pense dans les années 50/60. Cela me fais penser à la chanson "Tout va très bien Madame la Marquise"
Le descendant du Baron y habitait juste à coté dans une maison construite très près du château. Je l' ai rencontré il y a quelques années lors de la fête du village.

Cordialement


Le Chevalier Dauphinois 13/04/2011 19:52



 Si vous recroisez ce Baron, présentez lui mes sincères salutations.