Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 07:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département :  27 - EURE

  Même la carte IGN montre la tour médiévale de Thévray

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Thévray est située à 55km au Sud-Ouest de Rouen, à 30km Ouest-Sud-Ouest d'Evreux, à 16km au Sud-Est de Bernay et à 15km à l'Ouest de Conches en Ouche (voir son château).

   Coordonnées du château :

48° 58' 57.68" N 0° 43' 16.176" E
 48.982689°  0.72116°

 

Description du bourg fortifié 

     L'extérieur :

L'arrivée

    A quelques centaines de mètres de la petite commune de Thévray, un petit chemin vers le Nord amène vers le hameau nommé : La Tour de Chevray.

  C'est au bout de cette voie qu'apparaît à travers les arbres une imposante construction rouge.

 

Le donjon

  Le donjon de la fin du 15ème siècle, reconstruit selon les critères du Moyen-Âge, était déjà obsolète lors de son achèvement et ne correspondait plus aux critères militaires de l'époque.

    Peut-être était-ce, du reste, la volonté de Jacques de Chambray, sous couvert de réaliser un ouvrage défensif, d'en faire en réalité une tour d'habitation polygonale, flanquée d'un bâtiment annexe de même élévation.

 

Un donjon du 15ème siècle en brique

Analyse

   Au-dessus d'une base parementée de grès, la maçonnerie est faite de lits alternés de brique de pays et de brique surcuite, avec des chaînages d'angles et entourages de baies en pierre harpée.

    Au sommet, les mâchicoulis et le mur du chemin de ronde constituent un couronnement de pierre de grande élégance, supportant le haut comble effilé d'où émergent des cheminées élancées de brique décorées de croisillons en brique surcuite.

    Deux canonnières rectangulaires à double ébrasement encadrent la porte surmontée de hautes rainures qui devaient recevoir les bras du pont-levis.

   La salle voûtée qui suit donne sur le passage menant à la salle basse de la tour avec sa remarquable voûte en éventail s'appuyant sur un pilier central.

   A droite du passage, l'escalier en vis dessert la grande salle de la tour et une petite salle voûtée dans l'annexe. 

  Un pont de bois relie le donjon aux dépendances.

     Un long corps de communs, flanqué de deux pavillons saillants. L'un à usage de cuisine, l'autre converti en chapelle.

   Une grange en colombage offre un élégant décor de tuileaux.

 

 

Histoire du château :

* Au  12ème siècle, construction du château par un membre de la famille Thévray. C'est une bien longue histoire que celle de cette famille médiévale qui détient toujours les terres aujourd'hui. Une histoire mouvementée également, rythmée par celle de la France.

* Au début du 14ème siècle, Jeanne de Thévray apporte ses biens en mariage à Laurent de Ménilles.

* A la fin du 14ème siècle, la petite-fille de Jeanne épouse Robert de Chambray. Les deux noms vont apparaître conjointement tout au long de l'histoire du château.

* En 1418, la guerre de Cent-Ans sévit en Normandie. Le château est livré aux flammes puis démantelé par les troupes Anglaises.

* En 1450, à la fin de la Guerre de Cent-Ans, la famille récupère ce qui reste de ses biens.

* A la fin du 15ème siècle (1498 ?), sous le règne de Charles VIII (voir liste des rois), la reconstruction du château est entrepris par Jacques de Chambray. Elle est ainsi décrite : "Tour et maison, enclose de murailles, en grands fossés larges et profonds…".

* Aux 17ème et 18ème siècles, un château classique est visible à Thévray.

* A la fin du 19ème siècle, sous le second empire le château classique a disparu. Il ne reste plus que les dépendances.

* Au début du 20ème siècle, la puissante tour de Thévray sert de modèle à des cartes postales.

 * A la fin du 20ème siècle, par successions et héritages au fil des siècles, le domaine de Thévray est la propriété de Mmes la Marquise (voir titre de noblesse) de Thévray et de sa fille, Comtesse d'Estève.

 * Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de loin depuis la route est libre et gratuite. La visite du château n'est pas possible car c'est une propriété privée habitée.

 

Le château se cache dans les hauts arbres feuillus

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierrote 25/11/2016 17:17

Dictons pour dictons, et comme je le dis souvent aussi :

Quand Chevalier s’écarte de son destin, toujours rencontre t-il le Malin.
Quand Chevalier délaisse son destrier, bien folles deviennent ses idées.
La rouge brique, est-ce aveu, ne rend mie les gens heureux.
Tant va castel au rouge virant qu’il rend lecteurs fort mécontents.
Si âme sensible ne veux-tu mie heurter, la rouge brique ne dois-tu lui montrer.
Toujours la chaude ambiance des pierres se doit d’être mise en lumière.
Trois pierres restées encore debout ne peuvent provoquer de courroux.

Et aussi :
S’il pleut à la Ste Catherine, verra t-on plus de ruines ?
Gratin dauphinois sans patates jamais les invités n'épate !
… Je continue ?…

Le Chevalier Dauphinois 25/11/2016 18:50

* Hihihihi..... :D

Pierrote 24/11/2016 17:51

T rop bien l’année paraîssait se finir !…
H élas ! De grande ire me fait devenir,
E ncore plus rouge qu’elle, brique du donjon !…
V otre réponse, de n’importe quelle façon,*
R estera inutile : je vous maudis !
A ussi, un peu, j’avoue, Messire M. J !
Y faut-il voir mauvaise foi ?… Que nenni :

E st-ce qu’à « ruine perdue dans errances du temps »**
U n tel édifice serait ressemblant ?…
R enié le chemin de ronde je n’ai
E levé sur mâchicoulis, mais n’est

N imbé de l’aura d’un construit en pierre…
O n ne ressent point besoin de naguère
R éaliser ouvrage de protection
M ariant rudesse et détermination…
A ce bâti, dans son ensemble, pour moi,
N ullement « ton » d’un castel d’autrefois.
D ‘autant qu’ai-je apprécié de Normandie
I ntemporels vestiges… Ne pouviez mie
E viter de nous montrer celui-ci ?***

N on plus à cela répondre est-ce utile…
O ncques ne pensais-je qu’auriez encore de viles
T entations ! Allons, allons ! Chevalier,
A votre âge ne vous faut-il plus chercher

B eautés tant énormes : plutôt trois cailloux
E n tas restés, ce serait bien moins fou !…
N e me remerciez surtout du conseil !
E h oui, sans relâche diablement je veille !
-
P our sûr : ce que l’on sème récolte t-on !
S avent être certains articles un aiguillon !

* car je les connais tous, vos arguments : aucun « ne m’agrée », et bien vous le savez !
** vous vous désignez (si, si !) comme « le Chevalier des ruines oubliées »… n’y a t-il point contradiction ici ?… !
*** désolée pour Messire M.J. dont j’apprécie cependant les connaissances en architecture.

Le Chevalier Dauphinois 24/11/2016 18:33

* J'ai hésité à mettre ceci en 2016 (car 2017 sera (peut être) l'année des courroux.... hihihi). Mais je me devais de ne point vous faire oublier la manière de me châtier.
* "Qui aime bien, châtie bien" affirme le dicton, donc je connais le sentiment qui vous anime.... hihihi.
* Comme je le dis souvent : "Le caviar à la louche tous les jours..... ne s'apprécie plus après quelques mois".
* Donc, un peu "pomme de terre sans beurre" permet de retrouver le plaisir des œufs d'esturgeon..... hihihi.
*** En réalité, je me régale à lire les proses de messire M.J. Son approche est si différente de la mienne que je suis heureux de l'avoir dans ce bâteau-blog voyageant dans le passé.
*** Grâce à lui, ce blog a des châteaux que je n'aurais point visités et qui font aussi partie de notre patrimoine historique.