Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 06:30

 

La découverte du rempart extérieur est ici.

 

  Cela ne ressemble pas à un château fort

Le château 

     L'approche

Quelle curieuse façade

  Après avoir découvert la façade médiévale du château d'Harcourt, je contourne le bâtiment pour tenter d'entrer dans cette forteresse millénaire.

   Incroyable. J'ai subitement l'impression de traverser plusieurs siècles et de ne rien comprendre en voyant cette construction "moderne".

Quel est donc ce mystère ?

 

Un château de 300 ans

   Point de magie ou de voyage dans le temps j'ai vécu. En regardant le décor en brique rouge, j'ai une partie de la réponse.

   Au 16ème siècle, le château est transmis par mariage à une famille de Lorraine. Puis au 17ème siècle, la délicieuse Comtesse d'Harcourt décide de transformer la rustre forteresse en coquet habitat. Le plan de ce nouveau château est ici.

  De son origine médiévale, cette façade n'a gardé que le puits avec sa roue en bois.

 Un intérieur douillet aménagé par une femme de goût

     L'intérieur :  

Les escaliers

     En entrant, la construction la plus impressionnante est le monumental escalier formé de marches en pierre avec une rampe en ferronnerie puis en bois aux étages.

  Évidemment, il n'est pas unique. Mais les autres escaliers, bien que jolis, sont moins fastueux.

 

Les fenêtres

  Pour un castellologue-amateur comme moi, le plus impressionnant est la lumière dans toutes les salles. Ce ne sont points des fentes millénaires mais de grandes fenêtres colorées qui illuminent le sol en parquet ou en carrelage.

 

Les cheminées

   Chaque salle est équipée d'une cheminée s'harmonisant avec le décor : Blanche et sobre ou feutré et chaud.

 

Quelques particularités

    La plupart des salles possèdent un panneau expliquant l'histoire du château et de ses héritiers ou de l'évolution architecturale. Mais d'autres montrent des oeuvres d'artistes ayant pour thème : La foret et la nature.

    En cherchant l'escalier pour redescendre, je découvre une porte dérobée qui laisse divaguer mon imagination.

Pensez vous qu'un galant ait emprunté cette cachette pour rejoindre une belle dame à la nuit tombant ?

 

Arboretum

    En ressortant, je découvre l'immensité remplie d'arbres : Cèdre du Liban, sapin de Douglas, cyprès chauve, thuya géant, métaséquoia, tulpier de virginie et surtout l'incroyable hêtre tortillard.

 

 

Histoire du château :

* En 911, à Saint-Clair-sur-Epte, le roi de France (voir liste) cède la Normandie à Rollon.
* Au 10ème siècle, Rollon, le premier Comte de Normandie (voir liste) donne les terres d'Harcourt à Bernard le Danois (certains historiens contestent ce fait).
* Au milieu du 11ème siècle, un château en bois est bâti par le seigneur Anquetil d'Harcourt.
* Au début du 12ème siècle, Robert d'Harcourt fait construire un rempart en pierres autour d'un épais donjon carré. L'ensemble est protégé par un fossé profond entouré d'une palissade en bois. Un puits est creusé.
* Au 13ème siècle, une mur d' enceinte, entourant complètement le château, est érigé. Il comporte douze tours.
* Au 14ème siècle, le site reçoit des aménagement défensif et de confort. Un châtelet protège l'entrée, les archères sont modernisées. Le puits reçoit une roue en bois et la basse-cour possède un véritable village : Logement pour soldats, chapelle, écuries, etc...
* En 1418, durant la guerre de Cent ans, le château est pris par les Anglais.
* En 1449, Jean d'Orléans, Comte (voir titre de noblesse) de Dunois et Mortain, souvent nommé "Dunois" dans les textes, (Compagnon de guerre de Jeanne d'Arc), libère le château des envahisseurs Anglais.
* Au milieu du 16ème siècle, le site appartient à la puissante maison de Lorraine-Guise.
* En 1588, les Ligueurs attaquent puis occupent le château.
* Au 17ème siècle, le château est remanié par la Françoise de Brancas, l'épouse du Comte d'Harcourt. Les fossés sont comblés, le mur d'enceinte est rasé côté Est. Les pierres récupérées permettent la construction du "nouveau château".
* Vers 1792, les révolutionnaires confisquent le château.
* En 1804, le château est vendu à un avoué Parisien, Louis Gervais Delamare. De nombreux pins sont plantés dans les terre adjacentes.
* En 1828, le domaine est légué à l'Académie d'Agriculture.
* En 1833, un arboretum est créé.
* En 1862, le château et ses remparts sont classés aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, le château et l'arboretum appartiennent au Département de l'Eure. Des fouilles sont organisés.
* Le 1er janvier 2000, le Conseil Général de l'Eure est propriétaire du château et de l'arboretum.
* Au début du 21ème siècle, la visite des remparts, du château et de l'arboretum est payante. Renseignez vous sur les jours et les horaires ici.

 

Nota : Pour les passionnés de généalogie, la liste des seigneurs d'Harcourt est ici.

 

Depuis le jardin, le château est intemporel

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article

commentaires

vikki 20/11/2012 08:21

ca beau Château comme beaucoup d'autres ,a eu une vie
bien remplie . mais il a de beaux restes malgré tout .
son parc ,son bel intérieur avec ses cheminées ses
belles fenêtres qui arrivent au sol ,et que dire de
son escalier ...
un superbe château vous dis je . merci pour la visite .
a bientôt cher Chevalier

Le Chevalier Dauphinois 20/11/2012 17:59



Construit par des hommes, ce château a été modifié par des femmes. Ainsi il montre la dualité de nos visions.



Anne la Dauphinoise 15/11/2012 13:00

Je viens de lire le commentaire de Oups - merci à elle pour ses explications précises - je m'instruis également-
Mais Oups parle de la roue pour creuser un puits, non ? et celle que vous nous montrez est faite pour remonter l'eau du puits, non ?
... Cela dit, cela ne vous empêche point d'aller boire une bouteille d'hypocras pour autant !...

Le Chevalier Dauphinois 15/11/2012 20:22



Je suis en accord avec vous. Je subodore que les 2 roues avaient fonctions différentes. Cette histoire d'eau (et non pas hoistoire d'Ô  ) me rapelle qu'il faudra que je fasse un article d'initiation sur les citernes et le traitement de l'eau... Car le
Moyen Âge était déjà "écologique".



Anne la Dauphinoise 14/11/2012 20:55

C omme à cette porte que je voulais passer
H ésiter j'aurais dû, et m'arrêter...
A lors que la première façade m'avait
T ant plu, de la deuxième ne le dirai.
E ncore que point n'est laide à voir, non pas :
A t-elle son charme... mais trop "moderne" pour moi;
U n combat entre force, rusticité

D 'un côté, et finesse, fragilité...
'
H ormis le puits, le passé n'a plus cours...
A u temps des Lorrains, eux-mêmes sires d'Harcourt,
R ajoutées furent des briques dans les murs...
C ertes, les fenêtres grandioses ont belle allure;
O nt-elles agrémenté les pièces, c'est vrai.
U ne atmosphère moins lumineuse m'aurait
R avie pourtant, elle aurait signifié
T races encore visibles du lointain passé

N ébuleux de ses premiers occupants
O euvrant à leur défense, même si leur camp
R ejoignit parfois celui des Anglois :
M irables furent leurs constructions toutefois...
A insi vue, la porte dérobée m'attire.
N imbée de mystère, on en peut tout dire :
D eviner rendez-vous galants ou bien
I l se pourrait à une époque un lien
E ntre logis et basse-cour... est-ce certain ?...

E t même si je fus bien un peu déçue -
U n si vieil castel avant entrevu !...
R éel fut mon attrait à découvrir
E xtrêmes diversités, juste à vous lire.

Le Chevalier Dauphinois 15/11/2012 12:18



 Il est vrai, belle princesse, que point l'intérieur est médiéval. Et j'avoue aussi avoir été un tout petit peu surpris par la façade arrière. Mais sachant que femmes ont transformé le
rustre château fort en demeure habitable, j'ai donc mis mon chapeau de paille de touriste et ce fut le plaisir qui récompensa ma journée en ce lieu.



oups 14/11/2012 18:56

bonjour, si j'ai bien compris, les puisatiers couchaient par terre une roue en bois et posaient dessus une rangée de pierres ou de briques. La roue ne devait pas nécessairement contenir des rayons.
Ensuite la terre se trouvant juste endessous était grattée, retirée et letout descendait harmonieusement...Ensuite on remettait quelques couches de pierres et on recreusait..et ceci jusqu'à la
rencontre d'une nappe phréatique...Au bout d'un certain temps l'oxygène du moyen-âge se faisait rare et risquait de faire s'évanouir le brave puisatier...c'est pour cela qu'il descendait souvent
accompagné d'un oiseau dans une petite cage....si l'oiseau faiblissait...alors il était grand temps de remonter...Un autre grand danger était la chute du sceau de gravats..pour cela on mettait
souvent quelques planches de biais audessus du niveau de sa tête....Dans certains puits anciens la roue primitive s'y trouve encore toujours car lorsque le bois reste immergé en continu dans l'eau
il ne pourrit pas comme il ferait s'il était soumis à des alternances de sec & mouillé.....c'est une belle histoire non ?..mais il me semble qu'elle soit vraie....:-)

Le Chevalier Dauphinois 15/11/2012 12:15



Voila une connaissance que je n'avais point. Grâce à vous, je me cultive et cela me ramène à une description d'un remplissage de fosse que j'avais lu dans une ruine castrale... Mais où ?


... Diantre, je me fais vieux. Si ma mémoire ne veut plus restituer son contenu avec précision il me faut prendre un remède. Je vais tenter une bouteille d'hypocras.



oups 14/11/2012 08:34

Diantre....de mon temps la roue du puits se situait ....au fond du puits !..j'ai décidément du mal à me faire à cette modernité !
merci pour ces belles descriptions !

Le Chevalier Dauphinois 14/11/2012 18:01



Une roue en bas du puits !... Que voila une idée bien différente de mes classiques châteaux. I va falloir que je me renseigne sur cette particularité.