Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 06:30

 

 

La découverte de l'extérieur du château est ici - clic.

 

 

Un donjon qui sort de terre tel un volcanDépartement :  27 - EURE

 

 

Le château (suite)

     Le donjon :

La découverte

    La tour circulaire d'environ 18m de hauteur et de plus de 11m de diamètre est  posée sur une motte de terre de 50m de diamètre à la base et de 20m au sommet.

   Puisque la tour est posée sur une motte, les architectes ont donc aménagé le rempart pour qu'il aille "chercher" cette construction perchée. Ce décrochement est assez rare sur un château de plaine.

    En observant mieux la tour, je constate qu'elle est enchemisée. C'est à dire qu'un rempart (une chemise) entoure et protège le donjon.

     Ce style d'architecture n'est pas rare, mais je ne l'avais vu qu'en Alsace et en Aude sur des tours de châteaux forts haut-perchés, jamais à ce jour sur un donjon extérieur (ou inclus dans le rempart défensif).

Quelle incroyable construction !

 

 

La chemise

    Ce rempart circulaire de 1,5m d'épaisseur entourant le donjon est fascinant. Il comporte de multiples ouvertures ainsi que des pierres de dimensions et de taille diverses.

  Les ouvertures sont les vestiges des arquebusières, petites canonnières et fentes de tir pour arme à feu construites au 16ème siècle.

Avez vous remarqué la similitude de construction entre le donjon et sa chemise ?

  Ils sont construits en petits moellons irréguliers et pauvrement taillées coincés entre des chaînage de grosse pierre bien appareillées.

 

 

Les parois du donjon

* Derrière la chemise, le donjon apparaît fier, haut, presque intact.

* Je distingue la porte, classiquement située à plusieurs mètres du sol.

* L'épaisseur du mur trahit bien son origine médiévale.

* Sur les murs de ce haut donjon habitable, un détail me surprend :

Je ne vois pas de construction en encorbellement. 

   Cela signifie qu'il n'y a pas de latrines, ni de bretèche (voir vocabulaire).

N'est ce point bizarre ?

 

Un donjon sur motte

 

     L'intérieur du donjon :

Comment voir les entrailles ?

     Barbelés, fossé, piquante végétation sont les barrières modernes m'empêchant d'entrer dans la ruine. Je contourne le donjon sur motte espérant voir une faille pour m'y engouffrer.

Quel bonheur !

   La moitié du donjon s'est écroulé et me permet de comprendre son aménagement interne.

 

 

Simplicité et beauté

     Même si les siècles ont détérioré le donjon, même si les hommes ont récupéré les plus belles pierres, l'intérieur montre de jolis et instructifs détails.

1 - La salle au 1er étage devait être la pièce de vie. Les fantômes de cul de lampe, les arcatures, les ouvertures de lumière avec ses formes trilobées sont des signes de confort. L'ensemble est vraiment harmonieux.

2 - La pièce du dessus était sous plancher.

3 - A l'étage, je crois percevoir la plate-forme de surveillance avec le crénelage.

4 - Pour desservir les étages, dans la maçonnerie il y a un incroyable escalier en colimaçon.

 

 

Le plan

    Après avoir regardé chaque pierre, chaque tour, chaque dénivellation, je comprends enfin ma fascination pour la ruine de Château sur Epte : Ce sont ses rondeurs !

   Pour me comprendre veuillez regarder ce plan où le cercle est roi.

 

Incroyable n'est ce pas ?

 

 

Histoire du château :

* Vers 1087, Guillaume Le Roux fait construire une fortification sur la motte. Certains historiens supposent que ce fut un château en bois.
* Au début du 12ème siècle, un château en pierre existe.
* En 1119, les armées du Roi de France (voir liste) Louis VI le Gros assiègent le château sans succès. La construction fortifiée est défendue par Gauthier Riblard.
* En 1145, le château appartient à Louis VII.
* Vers 1147, Geoffrey Plantagenet devient propriétaire du château.
* En 1153, le site est possession de l'Abbaye de Saint Denis.
* En 1160, Henri II Plantagenêt, Duc de Normandie (voir liste), est le nouveau propriétaire.
* En 1170, Henri II Plantagenêt fait moderniser les défenses du château.
* En 1184, des travaux de consolidation sont menés. Il semble que les défenses des portes soient améliorées.
* En 1190, le Roi de France Philippe Auguste récupère le château.
* Vers 1196,  l'Abbaye de Saint Denis donne le château à Thibaud de Garlande.
* En cette fin du 12ème siècle, le château revient à la famille Beaumont puis Maury et enfin La Porte.
* Au 14ème siècle, une chapelle existe dans l'enceinte du château (sa date de construction est inconnue).
* Vers 1412, la forteresse se transforme en château-résidence.
* En 1437, durant la Guerre de 100 ans, le château est pris d'assaut par les troupes Anglaises de Talbot. Il est alors possession Anglaise.
* En 1456, les troupes Anglaises quittent le château.
* Au 16ème siècle, des petites bouches à feu et arquebusières sont aménagées sur la chemise du donjon.
* Au 17ème siècle (1647 ?), le Cardinal Mazarin ordonne la destruction du château. 
* Au 19ème siècle (?), une ferme est aménagée dans les remparts de cet ancêtre.
* A la fin du 20ème siècle, la ferme est abandonnée et le château a comme avenir : Être une belle ruine.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite des entrailles est interdite.

 

 

Donjon sur motte et tour-porte. Quelle originalité

 

  

 

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27Vers Menu châteaux de l'Eure

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Normandie : 14 27 50 61 76
commenter cet article

commentaires

Franck 21/01/2016 23:03

Bonjour,

Je viens de lire votre article sur Château sur Epte. Souhaitez-vous toujours en visiter l'intérieur ?
Cela peut s'arranger. Contactez-moi.

Franck - Héritage Historique

Le Chevalier Dauphinois 30/01/2016 19:52

* Bien le bonjour messire Frank.
* Merci pour votre passage sur mon blog et votre proposition.
* Habitant loin de votre Normandie, je ne pense pas que je pourrai prochainement venir en vos terres. Mes prochaines vacances sont prévues pour le Cantal et le Jura.
* Mais je note votre adresse courriel et je vous contacterai dans 2 à 3 ans j'espère.

Anne la Dauphinoise 31/05/2012 22:49

Pour les châteaux décrits dans votre blog: ce qui est bien, justement, est qu'ils soient peu connus. Et je suis heureuse d'arriver à trouver tout de même quelques bribes d'histoire s'y rapportant:
cela ajoute à leur charme, pour moi.
... La Dordogne: je l'attends avec impatience ! l'un des rares coins de France que j'ai visité plus d'une fois et qui m'attire (avec ses bastides, notamment)
De ses églises, j'ai quelques images dans ma mémoire. Ce ne seront pas celles que vous allez nous montrer, je pense, et ce sera un charme supplémentaire. Celles que j'ai vues sont, je dirais, des
merveilles d'édifices impressionnants de force et de sécurité, et tant beaux pourtant (toujours: "comme vous", je suppose !)

Le Chevalier Dauphinois 02/06/2012 09:49



"Ma" Dodogne sera certainement différente des description sur les nombreux sites web. Les grottes transformées en châteaux de surveillance, les églises fortifiées, les petits manoirs, les
constructions perdues au milieu des arbres vont montrer un Pérogors bien différents des images traditionnelles.


   Mais plus d'un an il me faudra pour tous les montrer.



Anne la Dauphinoise 21/05/2012 00:40

Comme point ne sais (réf. à la dernière phrase de votre réponse) si ces futurs châteaux se trouveront toujours sur la frontière du Duché de Normandie, et le long de l'Epte, voici ce que j'ai lu
dans un autre livre plus général (sur les Plantagenêts) :
Saviez-vous qu'au Xe siècle il était d'usage que l' hommage des ducs de Normandie se fasse sur le bord de l'Epte ? (cela limitait la portée de cet acte de soumission, que d'être fait sur une
Marche...)
... Et que plus tard, reprenant cet usage, Jean-sans-Terre se voyant "obligé d'y passer" exigea de ne faire son hommage que sur une Marche de Normandie... (apparemment il ne trouva que cela pour
mieux "avaler la pilule" !)
... Dans les 2 cas, point n'ai de précision sur les lieux exacts, mais ce devait être "quelque part en face" !... côté François...

Le Chevalier Dauphinois 31/05/2012 12:16



  Voila une particularité historique que je ne connaissais pas. Merci pour votre partage.


 Beaucoup de châteaux Normands ou à la frontière coté Royaume de France ont disparu (il me semble que le D-Day de 1944 a été très destructeur). Je vais terminer quelques articles
sur des sites peu connus Normands (j'avoue avoir cette volonté de ne pas montrer des ruines 1000 fois décrite sur le web), puis je passe à un autres sujet.


  Je vais prochainement m'attaquer à la Dordogne (bien loin de la Normandie il est vrai) qui eu le désagrément de la guerre de Cent ans et des massacres des Routiers. Ses églises
fortifiées Romanes sont une merveille de simplicité et de "rudesse"... comme moi.


 



Anne la Dauphinoise 18/05/2012 21:24

j'ai plutôt eu de la chance que vous nous décriviez les mêmes châteaux dont parle mon unique livre sur l'histoire de la Normandie (en fait, sur la bataille de Brémule), et que celui-ci recèle une
foule de détails en peu de pages.
... J'avais aussi, pour ce château, que sans doute il posséda ce donjon de pierre dès l'origine... ce pourrait donc être Guillaume le Roux qui l'aurait conçu ainsi...
... Mais point n'avais d'historique plus loin que le XIIe siècle, aussi j'ai aimé lire le vôtre si long qui m'a beaucoup appris sur la suite de son histoire, mouvementée bien sûr, puisque sur une
Marche du royaume de France.
... et ce donjon si peu courant m'avait inspiré ceci encore:

C ertes, le donjon a bien souffert:
H istoire des beautés millénaires.
A lors qu'est restée sa hauteur
T ant s'est perdu de sa rondeur.
E bahie cependant je suis
A la vue de l'intérieur qui
U nit grâce et finesse. Avoient

S es concepteurs Anglais, ma foi,
U n goût raffiné et certain:
R endons-leur ça... c'est bien lointain !

E n vit-il, ce donjon, des guerres...
P osition-clé il eut naguère:
T enir les Marches "verrouillées"
E n ce Vexin tant convoité.

Le Chevalier Dauphinois 20/05/2012 09:13



Toujours admiratif je suis devant vos proses si originales... Merci !


   De la Normandie, tout le monde connait Falaise, Gisors, Château Gaillard, Arques la Bataille... LA ruine non visitable de Château sur Epte, point mise en valeur, n'existe presque pas
dans les livres de tourisme et peu dans les blogs de découverte. Il me fallait rendre hommage à ce lieu qui fut si important et dont les vestiges sont uniques !


  J'ai en révision l'écriture d'articles de sites encore moins connus et moins puissants mais qui ont fait partie de la vie du Duché... Peut être que vos livres nommeront leurs seigneurs. ;)



Papy Martial 16/05/2012 14:46

Bonjour. Désolé je n'avais pas lu l'article jusqu'à la fin et vu que la MOTTE était antérieure aux constructions de pierres. Toutefois cette MOTTE a du offrir quelques avantages au plan financier
et de la défense face aux machines de jet.A+

Le Chevalier Dauphinois 20/05/2012 08:54



  A l'époque où la Normandie n'était pas dans le Royaume de France, cet emplacement gardait le passage et surveillait le château Royal Français sur l'autre rive. La motte est donc
"ancienne".


  Le plus surprenant est qu'elle soit utilisé comme défense extérieur et comme donjon. C'est un cas assez rare en architecture médiévale.