Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 06:30
   
michel-j-01    Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département :  27 - EURE

  L'entrée est à droite

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Saint Pierre du Mesnil est située à 60km au Nord-Ouest de Dreux, à 50km au Sud Ouest d'Elbeuf et à 35km au Sud-Est de Lisieux.

  Le château est à un kilomètre au Nord-Ouest du bourg.

  Coordonnées du château :

48° 56' 12.764" N0° 33' 42.498" E
 48.936879° 0.561805°

 

Description du château 

     L'extérieur :

La découverte

  L'accès au château se fait par un pavillon d'entrée en pierre appareillée avec une grande arcade charretière au rez-de-chaussée et une chambre de manœuvre du pont-levis à l'étage où la pierre fait place à un parement de brique décoré de croisillons surcuits.

 Un plan défensif très médiéval

Architecture

    Le château s'inscrit dans une enceinte pentagonale fermée de murs, renforcée aux angles par de petites tours rondes et abritée par des douves en eau.

 

La face arrière

   On ne découvre que de loin sa façade postérieure.

De par son histoire mouvementée, le Blanc Buisson procède de plusieurs périodes de construction. De l'ancienne construction féodale très affectée durant la guerre de Cent-Ans, subsistent quelques ouvrages défensifs dont cette forte tour aveugle avec ses échauguettes.

Les autres corps de bâtiment ont été construits au 16ème siècle

 

Un charme indéniable

   Le Blanc-Buisson tire son charme des effets décoratifs produits par les matériaux locaux utilisés, pierre, grès, grison, brique de pays ou surcuite, s'harmonisant avec la tuile des toitures.

   Les cheminées hors comble apportent également leur effet ornemental par les pilastres d'angles et corniches de pierre qui enserrent la brique.

 

 

Histoire du château :

* Au début du 14ème siècle, au début de la guerre de Cent-Ans, Collinet Le Conte, connétable de Philippe de Navarre, allié des Anglais, fait construire un château .

* Durant la deuxième moitié du 14ème siècle, les troupes de Charles V (voir liste des rois) se chargent de détruire cette forteresse "Anglaise".

* En 1474, Marie Le Conte apporte en dot à son futur mari Jean du Merle, la ruine de la forteresse détruite par l'armée Française.

* Durant la première moitié du 16ème siècle, Jacques Ier du Merle se charge d'une grande partie de la reconstruction du château. Curieusement, il conserve les éléments défensifs de la forteresse primitive.

* Durant la deuxième moitié du 16ème siècle, Jacques II du Merle, achève les travaux.

* En 1801, la famille du Merle vend Blanc-Buisson à la famille Pillons de Saint-Philbert.

* En 1872, le château échoit à M. de Baudicourt. Il réalise quelques restaurations.

* Au 20ème siècle, par legs successifs, il appartient au Vicomte (voir titre de noblesse) de la Fresnay.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite du château est impossible. 

 

Le monde médiéval n'a pas été éteint par le modernisme

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 27Vers Menu châteaux de l'Eure

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierrote 25/04/2017 18:41

B elle demeure en soi, cela je ne peux
L e renier, mais ce lieu, à mes yeux,
A jolivé est trop pour médiévaux
N eurones qui attendaient plutôt château
C hargé de puissance et d’austérité.

B annies force et défiance - suis-je sûre montrées
U n jour par ces murs et tours - bien que soient
I ndices prouvant que défenses, autrefois,
S urent exister. Mais brouillée est leur vue
S ous artifices dont je ne suis férue ;
O ù, dans l’entrée d’ancienne architecture,
N e reconnais-je valeur d’une ouverture

N aguère faite pour arrêter ennemis.
O n y repère, certes, traces du pont-levis
R ehaussé de sa salle de garde… Pourtant,
M ême avec tels vestiges n’est plus « mon temps » -
A ssavoir Moyen-Âge - visible bien.
N ‘est meilleur des échauguettes le destin :
D es tours semblant d’une maison de poupée.
I rréel, pour qui furent atours guerriers.
E mue je ne puis dire que j’ai été

E n découvrant ce site. Mais veux-je, ici,
U ne fois encore dire que Messire M.J.
R estitue architecture joliment.
E t tant pis si je n’en aime éléments !

P our ce qui est de notre Chevalier
S ait-il (trop !) ce que de lui j’ai pensé !…

Le Chevalier Dauphinois 26/04/2017 19:01

* Hooo MA Dauphinoise Pierrote, je connais vos pensées non dites dans le 'PS'..... Hihihi
* Il faut savoir que cet article était prévu pour une lointaine date.
* Pourquoi l'ai je avancé ?..... Pour ne point que vous m’idolâtriez trop rapidement.... hihihihi.
* Ainsi, je vous fais attendre le déclenchement de ce moment si prisé (hooooo).
*** Plus sérieusement....... Je sais que ce type d'architecture n'est point votre régal, mais la manière de le décrire par messire MJ est fabuleuse.
*** J'ai plaisir à mettre en forme sa prose si détaillée.
*** Et puis, lors de mon périple en terres Normandes, je n'ai pas pris le temps de voir cette construction. C'est donc une chance d'avoir les articles de messire MJ en mon blog.