Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 06:30

 

Département 24 - DORDOGNE

  L'église surveille mon arrivée !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La petite commune de Siorac de Ribérac est située à 80km au Nord-Est de Bordeaux, à 50km au Sud-Est d'Angoulême, à 40km au Nord-Nord-Ouest de Bergerac et à 30km à l'Ouest de Périgueux.

   Coordonnées du bourg :

45° 11′ 54″ N 0° 21′ 32″ E
 45.198333°  0.358889°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     La route serpente en direction du petit bourg, cela signifie que Siorac de Ribérac est posé en haut d'une colline.

  Survolant les toits des maisons, une construction observe tous mes mouvements. C'est l'église dont les 2 tours m'informent qu'elle doit être fortifiée. Je pressens déjà que je vais me régaler.

L'église devance la mairie 

Ma première surprise

    En arrivant dans le bourg, mon premier étonnement n'est pas pour l'église mais pour les rues et ruelles du bourg.

Ne remarquez vous rien ?

  Il n'y a aucun fil électrique ni téléphonique striant l'espace. Que ce monde est beau sans les progrès qui défigurent trop souvent nos cités.

  Je me dois de faire de belles photos pour remercier la municipalité de cette intelligente initiative.

 

Mais où sont les défenses ?

    Comme un enfant devant un sapin de Noël je me précipite au bas du clocher-tour. Appuyé sur ses contreforts plats, cette haute construction semble dépourvue de tout système défensif. 

 

Analyse rapide du clocher-tour

   Pour comprendre cette construction, je prends un peu de recul. Le petit bâtiment accolé devant semble être un ajout tardif (sa fenêtre trop basse est incompatible avec une véritable défense  ).

  Le clocher est divisé en 2 parties :

1 - Au sommet, des ouvertures ressemblant à un crénelage.

- Curieusement je ne vois ni archère ni mâchicoulis (voir vocabulaire ) pour une défense rapprochée efficace.

- Les ouvertures sont trop importantes pour se protéger.

- Il n'y a pas de console pour accrocher un mantelet.

- La corniche n'est pas assez profonde pour porter un hourdage

2 - Au milieu, les ouvertures Romanes posées sur des colonnettes sont belles mais ne sont point défensives.

 

L'autre coté du clocher-tour

   Sur l'autre face, je suis étonné par la forme brute des ouvertures (point de sculpture ni de colonnette). La corniche est très abîmée est de nombreux trous s'alignent. Sont ce :

* Les fantômes des modillons arrachés ?

* Des trous de boulins ?... Mais ils ne sont pas assez larges et trop peu espacés.

* Des supports pour des hourds (voir vocabulaire ) ?... Mais cela n'est point logique pour ce style de fenêtre.

Que de mystères pour une petite église !

L'ombre de la tour me surveille 

Je rêve

   Ne comprenant pas comment cette église fut fortifiée, je prends à nouveau un peu de recul. Devant tant de beautés fortifiées primitives, j'ai presque la larme à l'oeil.

   En faisant abstraction du bâtiment récent au centre, de la fenêtre trop basse et de la voiture (récente aussi), je suis transporté dans mon monde (le moyen âge bien sur).

 

Quel rustique et original système défensif

   La façade Sud-Ouest comporte :

ADeux fentes verticales qui ont peut être pu servir d'archères tant elles sont fines.

B -  Sur la gauche, une ouverture rectangulaire. Elle mène à un escalier dans la tour. L'actuelle mairie occupant les locaux de l'ancien monastère, certains archéologues supposent qu'une passerelle avec pont-levis reliait les deux bâtiments permettant aux moines de rejoindre rapidement l'église fortifiée.

 

Encore des surprises !

  La façade Nord-Ouest, comme sa "consoeur" possède aussi des fentes verticales. Mais c'est surtout la haute construction à l'opposé du clocher qui me fascine.

  Adossée à l'ancien bâtiment du 12ème siècle, est construit un siècle plus tard coté Ouest la tour barlongue (voir la définition ici). Un "ancien" du village (intéressé par ma fascination pour son église) m'affirme que la base de la tour mesure 3 mètres d'épaisseur et que les étages comporte des salles de repli et de défense.

Cela semble logique à la vue de cette paroi.

 

    L'intérieur

Elle est fermée

    Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle de Siorac de Ribérac n'échappe pas à la règle. Mais j'ai un secret pour entrer. Ayant revu récemment Alice au Pays des merveilles, j'ai l'idée de l'imiter et de regarder par le trou de la serrure.

 

C'est déjà fini

   D'abord, je vois des marches pour monter "au ciel", puis au loin il y a .... C'est à vous de conclure.

     Je quitte à regret cet agréable village non sans admirer le paysage fleuri et verdoyant.

 

 

Histoire de l'église :

  • * Au 12ème siècle, construction de l'église.
  • * A la fin du 12ème siècle, Adhémar de la Torre, évêque de Périgueux, fait construire un Prieuré adjacent à l'église.
  • * Au 13ème siècle, l'église subit quelques modifications internes.
  • * En 1337, début de la Guerre de Cent ans.
  • * Au milieu du 14ème siècle, pour se protéger des attaques Franco-Anglaises et des "Routiers", les villageois construisent, au bout de l'église, une tour de défense avec salle de repli.
  • * En 1946, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre ès Liens) est libre et gratuite depuis les rues. La visite du clocher et de la tour est interdite.

S'il n'y avait pas les arbres, je verrais l'Amérique !

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 19/06/2012 21:04

Eblouie je suis : avoir vu et "étudié" toutes les églises fortifiées, châteaux et ruines de Dordogne !... cela me fait rêver... Ainsi à travers mon écran pendant longtemps encore vais-je pouvoir
humer cet air de Dordogne et du Périgord dans un défilé de beautés médiévales. Merci de nous communiquer votre passion d'un autre temps qui se trouve être le mien.

Le Chevalier Dauphinois 19/06/2012 23:31



"Etudié"..... Pas encore. Mais le temps sera mon allié pour cette tâche qui est un vrai plaisir.



papy martial 16/06/2012 11:48

Bonjour.Magnifique église, qui semble trapue et bien "mastard" comme le disait l'un de mes anciens compagnons.Une fois de plus elle est fermée, c'est dommage.A+

Le Chevalier Dauphinois 18/06/2012 13:11



  Ces églises d'architecture Romane sont nombreuses en Périgord et dans les 2 Charentes. J'ai en prévision d'en montrer au moins 3 par mois.


  Visitant souvent les Provinces Françaises en dehors des vacances, il est vrai que bon nombre sont fermées. Mais je prépare une série d'articles avec des intérieurs remarquables,
inoubliables même !



Guilmetayer 14/06/2012 22:17

Il faut aller demander les clés à la mairie quand elle est ouverte. Je dois avouer que ça m'est arrivé, et le personnel de la mairie est souvent très honoré qu'on s'intéresse au patrimoine de leur
commune !
Noon !!! Je n'arrive pas à voir la photo de "je vois des marches" !!

Le Chevalier Dauphinois 18/06/2012 13:29



  Overblog bugue un peu en ce moment avec son serveur d'images. Parfois, elles ne s'affichent pas. En appuyant sur la touche F5, cela résout parfois le problème.


    Parfois, lorsque la mairie est à coté et ouverte, je demande la méthode pour ouvrir l'église. Mais j'avoue que souvent, en regardant par le trou de la serrure ou à travers un
vitrail, j'ai une idée de ce qui m'attend. Lorsque l'église est "classique", je pars en espérant que la suivante soit plus originale.


  Il est vrai que je suis plus à la recherche des fortifications qu'à la photographie de statuts et croix... Mais prochainement, je vais montrer 2 merveilles incroyables !



Anne la Dauphinoise 12/06/2012 22:50

S ans nul doute votre passion est ici partagée:
I l m'est bien agréable de revoir cette contrée
O ù j'aime tant aller "me ressourcer". On y peut
R espirer cet air d'un autre temps en maints lieux.
A insi face à cette église de pur style roman
C roit-on se retrouver il y a presque mille ans.

D es lignes épurées en font pour moi son attrait
E t sans décor aucun, cela aussi me plait.

R udesse de l'ensemble, peut-être, mais simplicité
I ndiquant de ses bâtisseurs l'humilité.
B ien qu'y furent ajoutées des fortifications
E lle n'en est que plus belle quand on sait les raisons.
R epli sûr dans la tour qui n'était point naguère
A ux seuls moines accessible. Même sans prières faire
C hacun put de la guerre éviter son enfer.

Le Chevalier Dauphinois 19/06/2012 18:41



  Je pense avoir visité toutes les églises fortifiées de ce département, ainsi que la très grande majorité (pour ne pas écrire 99%) des châteaux et ruines. Ainsi, dans les
prochaines années, toutes ces beautés s'afficheront tel un défilé de mode.