Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 07:30

 

Département  40 - LANDES

 

Le village :

Cela ressemble à une simple église Romane   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune d'Eyres-Moncube est située à 15km au Sud de Mont de Marsan, à 25km à l'Ouest de Aire sur Adour et à 5km au Sud-Est du bourg fortifié de Saint Sever.

  Coordonnées du bourg :

43° 43′ 15″ N 0° 32′ 55″ W
 43.720833°  -0.548611°

 

L'église :

    L'extérieur :

La découverte

    Posée à coté de la route départementale, l'église n'attire pas l'oeil des automobilistes pressés. Mais un Chevalier Dauphinois sur un vieux destrier se doit d'honorer (par un arrêt) cette construction médiévale.

Mais est elle fortifiée ?

 

L'enquête commence

    Le chevet semi-circulaire rappelle les constructions de style Roman. De fins contreforts droits s'intercalent entre les hautes fenêtres. Un collatéral ainsi qu'une sacristie (?) ajoutés il y a peu de siècles défigurent un peu l'oeuvre originale.

  Mais je ne suis pas venu en ce lieu pour faire du tourisme mais pour trouver des preuves de fortification sur cette massive église.

 

J'ai des doutes

    Le bâtiment parallélépipédique accolé à l'église coté route possèdes de puissants contreforts dont je ne m'explique pas l'utilité. Mais cela ne constitue pas un indice de défense.

   Je contourne donc l'église et j'ai mon nez de castellologue qui me chatouille.

Voyez vous cette beauté ?

 Est ce un clocher-tour ou une tour-clocher ?

Le clocher-tour

   Je suis fasciné par la puissance de cette tour. Et même si les contreforts à larmier ne me semblent d'aucune utilité tant l'assise est importante, je sens que les architectes médiévaux ont construit cette beauté pour résister au temps et aux assaillants.

   En regardant l'autre face, j'ai l'impression d'avoir déjà vu ce style d'architecture dans les Landes.

Vous en souvenez vous ?....  C'était à Vicq d'Auribat

    Certes il y a quelques différences, car cette tour ne comporte plus de crénelage, les rares archères sont bouchées et les ouvertures de tir ont été remplacées par des fenêtres à meneau ou rectangulaire. Il me semble distinguer une porte en hauteur.

Desservait elle un chemin de ronde en encorbellement ?

  C'est le moment d'entrer dans la tour par le porche.

 

    L'intérieur :

       Hélas, l'escalier montant dans la tour est interdit au public (pourtant point public je suis   ).

  Je me console en découvrant la nef de l'église. L'ensemble est trop refait et a perdu un peu d'âme médiévale, même si les peintures en tromple l'oeil en donnent l'illusion. Mais le rêve est toujours présent en levant la tête.

 

 
Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.
* Au 15ème siècle, fortification de l'église par l'ajout d'une imposante tour.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Barthélemy) est libre et gratuite depuis la route et la petite place du village. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

Lumineux est cet intéreur !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Landes

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/02/2016 18:24

E videmment, Vicq d’Auribat ce n’est …
Y est un porche qui cependant me sied.
R avie je suis ce clocher-tour mirer,
E scalier aussi, même si le monter
S ait être impossible : jadis l’ai-je rêvé

M enant à un repli pour que gens d’armes
O bservent l’horizon, donnent l’alarme.
N ‘était mie que pour le guet cette tour.
C ertes, point ne brille t-elle de mille atours :
U n mélange d’ouvertures de tir, d’archères
B ienveignoient* (!) assaillants en temps de guerre,
E t crénelage « chapeautait » tout, naguère.

L ‘église n’est pas une forteresse, non pas.
A t-elle puissance qui depuis loin se voit.
N ‘était-ce ce que cherchaient les habitants
D émunis, c’est certain, de tout argent ?
E riger, à moindres frais un bâti
S achant causer effroi à l’ennemi,

G arant, pour les hommes, de sécurité,
U tilisant défenses pour riposter.
Y a t-il, en ce lieu, le plus que purent
E ntreprendre artisans pour que ces murs
N e soient dégradés vite par le temps -
N ous voyons contreforts très importants -
E t puissent protéger le moutier, antan.

N ‘ai-je mie prisé intérieur, bien qu’il soit
O uvrage assez sobre. Plus ai-je eu émoi
T our admirant : semble ici se dresser
A vant la nef, comme pour la bien veiller.

* = souhaitaient la bienvenue, en nostre vieil langage.

Le Chevalier Dauphinois 12/02/2016 18:41

* De cette église, il n'y a que la clocher qui soit (et qui fut) fortifié.
* Il n'a pas la puissance de certains moutiers que j'ai déjà montrés, mais il a une rudesse extérieur fascinante.
* Cela contraste avec l'explosion de couleur et de décors de l’intérieur.
* C'est pour cela que j'ai souhaité montrer les "entrailles"..... L'opposition m'a fasciné.