Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 06:10

 

  La ruine me quémande de mieux la regarder

 

Département 24 - DORDOGNE

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Villamblard est située à 30km au Sud-Ouest de Périgueux, à 25km au Nord de Bergerac et à15km à l'Est de Mussidan.

 

   Coordonnées du château :

45° 1' 14.232" N 0° 32' 14.464" E
 45.02062°  0.537351°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverteMâchicoulis sur consoles

* En arrivant dans le bourg, je n'ai pas de difficulté à trouver le site car un panneau m'indique la direction.

* En voyant la ruine massive, je pressens que ma journée sera magnifique. 

   Pour que votre lecture soit agréable, je ne vais point vous faire une visite guidée, mais une présentation par thème.

 

 

Les systèmes défensifs

* La grosse tour ronde en ruine possède :

- Un contrefort dont le remblai est visible.

- Des mâchicoulis avec des coquilles sculptées. Cela fait référence aux pèlerins de Saint Jacques de Compostelle accueillis au château puis dans un autre bâtiment.

* A l'opposé une autre ronde tour somnole à coté du logis renaissance. La fenêtre du bas montre l'épaisseur du mur. Evidemment le sommet possède le classique chemin de ronde avec mâchicoulis sur consoles.

* Pour protéger l'entrée, il faut un pont levis. Les vestiges de celui-ci sont visibles (avec un peu d'imagination).

 

  A quoi servait cette pierre ?

Le logis

   Coincé entre les tours, un magnifique quadrilatère d'époque Renaissance et moderne tente de résister au temps.

Il possédait 3 étages sur rez-de-chaussée.

  Les fenêtres à meneaux lui donnent une élégance intemporelle. 

 

 

Les pierres sculptées

   Les reconstructions et les consolidations ont un peu masqué les pierres sculptées, mais avec un peu d'attention et de patience, elles se révèlent avec discrétion.

* Au dessus d'une porte, un détail Gothique avec (ce que j'ose nommer, mais peut être me trompe je ?) un fleuron.

* Une fenêtre à remplage obturée (était ce l'emplacement de la chapelle ?).

 

  Plan du château de Barrière

Le plan

   Je vous sens perdu dans ce labyrinthe de bâtiments d'époques différentes. Je vous propose la lecture de ce plan établi en 1808 par le Comte (voir titre de noblesse) de Taillefer. Le texte en italique donne l'état actuel :

a - Fossé disparu (remblayé),

b - Tour ronde (écroulée) + chapelle,

c - Grosse tour ronde (disparue),

d - Tour carrée (vestiges),

e - Cour intérieure, ancienne place d'arme,

f - Portique avec colonnes et galerie,

g - Tour carrée (disparue),

h - Escalier en colimaçon (vestiges),

i - Salle d'apparat,

j - Galerie,

k -Chambre,

l - Chambre,

m - Chambre,

n - Grande salle d'apparat,

o - Pont-levis,

p - Pont d'accès à la terrasse,

q - Fontaine,

r - Buanderie,

s - Barbacane,

t - Portique séparant la terrasse du pont

u - Ecuries,

v - Rampe permettant aux chevaux de boire dans le fossé.

  Imaginez vous l'épaisseur des poutres sur ces consoles ?

 

    L'intérieur :

Poutres et plafonds

* De nombreuses salles comportent des consoles ou des corbeaux ayant soutenu d'imposantes poutres.

* Certaines pièces, réhabilitées par l'association de sauvegarde, possèdent des poutres et solives.

* Les plafonds de certains couloirs ou salles de circulation montrent de magnifiques voûtes d'ogive.

 

 

Curiosités architecturales

   Pour découvrir une ruine, il faut :

* Regarder le sol car les pierres ne sont pas stables,

* Lever les yeux au sommet pour éviter celles qui pourraient tomber,

* Et surtout, observer avec attention chaque pan de mur pour admirer l'architecture.

  C'est ainsi que je vois dans un angle ce que j'ose nommer : Une trompe.

 

Quelle chaleur.... dans cette ruine

 

Les éléments de confort et de beauté

* Dans un château il faut de la lumière. Celle ci est fournie par les nombreuses fenêtres.

* Certaines possèdent des coussièges. D'autres libèrent la place pour un couloir de circulation dans l'épaisseur du mur.

* Evidemment, les fenêtres d'un château ont les pourtours sculptés.

* Mais la pierre est froide en hiver et la nuit, il faut donc des cheminées à chaque étage.

* Et comme pour les fenêtres, à coté des cheminées il y a des couloirs de circulation.

Comment accéder aux étages ?

* Evidemment par des escaliers dont il ne reste que les vestiges.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un petit château fort.

* Au 13ème siècle, agrandissement du château par la famille : Barrière.

* Au 14ème siècle, le site de Barrière relève de la seigneurie de Grignols.

* Au 15ème siècle (1448 ?), le site est aménagé pour plus de confort par la famille : De Lur.

* Au 16ème siècle, Jeanne de Lur, devenue Huguenote, transforme la chapelle en temple. La petite histoire de France prétend que le château eut la visite de Calvin.

* Durant la 2ème moitié du 16ème siècle, le château subit plusieurs sièges des armées Catholiques.

* Au début du 17ème siècle, le château est possession de la famille Taillefer. Cette puissante famille décore avec goût les intérieurs du château.

* En 1761, naissance d'Henri Wlgrin Taillefer .

* A la fin du 18ème siècle, Henri se passionne pour l'archéologie Périgourdine.

* Au début du 19ème siècle, Henri crée un musée archéologique.

* En 1809, ne pouvant assumer les frais importants pour l'entretien du château, le Comte de Taillefer le vend.

* A la fin du 19ème siècle, un incendie ravage le logis renaissance.

* En 1948, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle (1924 ?), le bâtiment est propriété de la commune. Malgré de nombreuses consolidations quelques murs s'effondrent.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde tente de faire revivre ce beau château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur semble possible en dehors des travaux. Renseignez vous.

 

Avec une ruine, même en étant dehors, je vois l'intérieur

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Périgord : 24
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 18/05/2015 23:24

Vous me parlez d’historique, et justement un nom m’avait interpellée ici : de Lur…
J’ai vérifié : cette famille de Lur a la même origine que la famille de Lur-Saluces que vous avez mentionnée à la Tour d’Yviers ; donc un rapport, même lointain, avec l’histoire de mon pays natal (et avec notre Dauphin Guigues V).

Cette famille de Lur s’est scindée en 2 branches vers le milieu du XVe siècle :
- La branche aînée avait la possession de Barrière, entre autres. Mais elle s’est éteinte sous ce nom car son dernier représentant, Michel de Lur, n’eut que des filles pour lui succéder (ses fils étant décédés sans avoir été mariés). Il était gentilhomme de la chambre du roi et chambellan du roi de Navarre :
… Cela explique pourquoi, je pense, des membres de cette famille (et lui-même, je suppose) épousèrent la cause protestante.
… Et c’est l’une de ses filles, Anne de Lur, qui se maria avec Daniel Taillefer, en 1579.

- L’autre branche a donné la famille de Lur-Saluces.
… A l’origine de cette seconde branche il y a Pierre II de Lur, dont la mère avait été mariée en 2e noces à Boson de Barrière (et en 3e noces à Bertrand II de Lur).

Mes grimoires, malheureusement, ne m’ont point aidée ici. Gallica fut mon dernier recours … grâce, tout de même, à certains noms de votre historique !

Le Chevalier Dauphinois 21/05/2015 19:29

* J'avoue peu connaître cette famille.
* Il me semble qu'elle va apparaître dans un autre article sur une beauté des Charentes. Mais, n'étant pas un spécialiste de cette lointaine province, je n'ai point mémorisé ce nom.
* Donc : Un grand merci pour votre commentaire si détaillé.

Anne la Dauphinoise 18/05/2015 00:25

Je n’ai vu que le Moyen-âge aussi. La preuve : point n’ai parlé du logis Renaissance, car à l’intérieur j’y « sentais » le Moyen-Âge encore.
Je pense que c‘est la sobriété du lieu, même avec quelques sculptures, qui m’a donné cette impression.
Et puis, les restes d’antan sont si magnifiques… ou est-ce vous qui avez été si magnifique dans votre article pour les faire ressortir de façon telle que nous n’avons eu d’yeux que pour eux ! (y compris l’intérieur du logis…)

Le Chevalier Dauphinois 19/05/2015 13:22

* Rien ne vous échappe Dame Anne.
* Il est vrai que je ne montre pas l'intégralité de mes images.
* Et j'avoue que parfois (souvent ?) je ne montre que les parties médiévales ou....
.... j'insiste plus sur certains murs du Moyen Âge que d'époques plus récentes.
* Mon blog n'est point une suite d'articles touristiques. Donc je l'oriente un peu.... "un tout petit peu".
* Par contre l'historique essaie d'être réaliste.

Anne la Dauphinoise 17/05/2015 22:04

B onaventure ce fut thématiser
A pproche de ce castel aux mille beautés.
R avis sont mes yeux découvrir trésor
R udoyé par les siècles, que nenni mort :
I l règne dans ces vestiges parfum de vie
E manant des entrailles à nu, ici.
R affinement se lit un peu partout,
E t l’extérieur n’est point en reste, du tout.

V rais décors sculptés, sans ostentation ;
I mages de bon goût, non de prétention…
L e plan nous aide ce château-là rêver
L oin dans le temps, quand il était entier.
A insi, les seigneurs de Barrière, de Lur
M énagèrent un ensemble de fière allure.
B ien plus tard les Taillefer apposèrent
L eur « griffe », rendant l’intérieur moins austère…
A rruinés nous sont parvenus travaux
R éalisés, mais souvenirs sont beaux :
D es mâchicoulis - accrochés là-haut,

D écorés de coquilles – aux ouvertures
O rnées de fleurons ou de ciselures (
R emerciements à vous, bon Chevalier
D es termes nouveaux ainsi nous divulguer)
O ù même cheminées, fenêtres ont bonheur
G arder signes de l’aisance des hôtes. Ailleurs
N ous découvrez spéciale architecture
E n forme de trompe : est-ce de fort belle facture.…

P uis, j’aime savoir que coussièges il y eut,
E t axes de circulation m’ont fort plu,
R emplissant ces espaces qui semblent vides
I mmédiatement d’êtres qui me guident
G racieusement vers les salles d’apparat
O u aux chambres, aux cuisines niveau plus bas.
R avagées ont été les tours carrées,
D e même qu’une ronde : nous auraient-elles conté,

P our sûr, le côté guerrier du castel…
O r, ne nous en reste qu’une où la chapelle
S e trouvait… mais nous renseigne son sommet
T rès bien qu’on savait assurer le guet.

S eul pont-levis n’ai-je su apercevoir.
C royez pourtant que j’y ai mis vouloir !
R etour j‘ai fait dans les salles tant ruinées.
I l nous est quand même donné d’apprécier
P reuves d’un bâti solide par des corbeaux
T rès épais, laissant deviner niveaux...
U n regard, de nouveau, sur les sculptures -
M ystérieuses*… ou pas… – vues sur les murs.

N ous offrez aussi un solaire cadran :
B anal ? à mes yeux non ! toujours charmant !

* l’étoile de David, et ce qu’on dirait être un triskel, aperçus sur la fenêtre à remplage.

Le Chevalier Dauphinois 17/05/2015 23:00

* Il est fort probable qu'un triskel décore la fenêtre bouchée. J'avoue ne point l'avoir identifié.
* Il y a tant à voir, à découvrir, à imaginer dans cette ruine que certains détails m'ont échappé.
* Bien que la surface de la ruine ne soit pas très importante, elle recèle dans ses étages, des caractéristiques architexturales fascinantes et variées.
* Je pressens que je n'ai pas tous montré et qu'un jour un spécialiste ou un autochtone complémentera ma prose.
* Ce qui m'a fasciné, c'est la présence du Moyen Âge dans un château qui a été très modernisé par ses multiples propriétaires.