Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 06:30

 

Département 23 - CREUSE

 

Le bourg :

Un donjon semblant sortir de terre    Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La petite commune de La Souterraine est située à 90km au Sud-Est de Poitiers, à 60km au Sud de Châteauroux et à 50km au Nord-Nord-Est de Limoges.

        Coordonnées du château :

46° 14' 32.384" N 1° 30' 49.586" E
 46.242329  1.513774

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

     A 6 kilomètres au Nord-Ouest du bourg de La Souterraine, mes yeux éberlués voient une beauté médiévale brillant de mille feux. Et là je sens votre question :

"Pourquoi es tu surpris chevalier ?"

    J'ai en poche une image du château prise au milieu du 20ème siècle. Je m'attendais à me battre contre épineux et branches entrelacés. Le château fort est bien différent sans la végétation. Je pressens déjà le plaisir de la découverte.

 

L'enquête commence

   La construction fortifiée est posée sur une motte. Cet aménagement est classique au Moyen Âge surtout quand une rivière ou de l'eau ne peut pas créer une protection par des douves. Mais je suis surpris de ne pas voir de fossé entourant le château fort. Le temps et les hommes ont certainement du combler le vide.

    Le site médiéval propose 2 parties bien distinctes :

1 - Sur la gauche, il y a le rempart très arasé dont il est possible de voir les tours rondes de défense. La faible hauteur des murs ne permet pas d'identifier les systèmes défensifs : Point d'archère, ni d'arquebusière ni de bouche à feu.

2 - Sur la droite, je vois la merveille de ce château : Le donjon.

    Je suis si impatient et admiratif que j'entre de suite dans le château sans terminer l'analyse extérieure. La folie a été plus forte que la phase de découverte (voir cet article).

Communs, grange et réserves sont identifiables

 

    L'intérieur :

Les communs

     En entrant dans la cour, je suis agréablement surpris par les vestiges des bâtiments appuyés sur la courtine. Il y a tant de châteaux dont les communs ont disparu que je reste de longues minutes à les regarder.

    Il est très difficile de comprendre la fonction exacte de chaque construction. Pourtant dans cette salle, je vois une cheminée.

Sont ce les anciennes cuisines du château ?

 

Le système défensif

   Bien que partiellement reconstruites, des fantômes de tour ronde agrémentent ma découverte. Je vous sens dubitatif devant cet amas de pierres. Pourtant ce sont bien des tours de défense avec parfois une archère droite que mes yeux de castellologue-amateur admirent.

  Le contour est si "pur" (j'exagère un peu certes) qu'il est possible d'imaginer le plan du château fort. C'est un pentagone dont chaque angle est protégé par une tour ronde, mais une d'elle a une taille "gigantesque".

Je reste sans mot devant ce rond donjon 

Le puissant donjon

    La merveille de ce site médiéval est incontestablement le donjon. Bien qu'amputée d'un étage, la tour maîtresse mesure 24 mètres de hauteur pour un diamètre d'environ 18 mètres. C'est évidemment une tour habitable.

  D'après ma documentation, à l'étage inférieur, le mur a une épaisseur de 4 mètres.

 

Les défenses du donjon

   A la base, le glacis est important. Il a pour fonction :

* De porter la masse du donjon (car il n'y a pas de contrefort pour soutenir les haut murs).

* Mais aussi à donner de l'élan aux petits boulets et pierres jetés verticalement du haut de la tour.

    Au sommet il n'y a plus les traces de crénelage (voir vocabulaire).

  Sur la hauteur, de nombreuses fentes ressemblent à des petites archères droites. Je suis surpris de ne pas voir d'arquebusière, ni canonnière, ni bouche à feu.

Ce château a-t-il perdu sa fonction stratégique au 15ème siècle ?

 

Comment entrer dans le donjon ?

    Dans la majorité des donjons, la porte est située à plusieurs mètres du sol. Pour y accéder :

* Parfois c'est une échelle que le seigneur enlève,

* D'autres fois, c'est une passerelle en bois partiellement amovible.

    Le donjon de Bridiers possède un système assez rare. C'est un long escalier en pierre en face de la porte, puis un classique mais efficace pont-levis.

 

A l'attaque du donjon !

  Pour découvrir les entrailles du donjon, je monte une à une chaque marche pour me retrouver devant le pont heureusement baissé. Mais je ne suis pas au bout de mes peines, la porte est close et point de bélier j'ai.

  Je redescends de mon "piédestal". En bas de l'escalier, je me console en regardant le jardin médiéval si riche en plantes médicinales, nutritive et "diaboliques".

  Avant de partir je regarde une dernière fois cette beauté de pierre et je la compare au croquis réalisé par Jacques Téaldi.

Remarquez vous quelques différences avec le 1er croquis ?

 

Des dessins différents

* Il n'y a pas de toiture conique sur le donjon.
* Point de crénelage sur tours et donjon.
* Le système défensif est assuré par des hourds (voir vocabulaire) en bois.
* Un profond fossé entoure le château.
* Point de rempart extérieur formant une basse cour.
* Et surtout, il y a un chemin de ronde découvert.
* Ce chemin de ronde curieusement n'entre pas dans les tours. Le but est de ne pas déranger les défenseurs en cas d'attaque. 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, un Vicomte (voir titre de noblesse) de Bridiers apparaît dans un texte.
* En 1177, dans la lutte entre le Roi d'Angleterre Henri II et le Comte de la Manche Aldeberte IV de Montgommery, les troupes du Roi assiègent le château. (Certains historiens doutent que ce soit ce château qui fut attaqué car il existe proche, des mottes castrales).
* En 1202, la tour principale du château s'écroule.
* En ce début du 13ème siècle, un puissant donjon cylindrique est construit à la place du vestige de la tour.
* En 1336, le Captal de Buch s'allie avec les Anglais et attaque la ville de La Souterraine. Ne pouvant la prendre de force, il assiège le château de Bridiers puis s'en empare.
* Au 15ème siècle, le château appartient à Hugues de Chamborande. Ce personnage, accompagné du chef des Gens d'Armes Jean de Blanchefort, pillent et rançonnent les campagnes aux alentours.
* Quelques temps après, les villageois et paysans attaquent le château et chassent les "brigands".
* A la fin du 15ème siècle, avec l'arrivée de la Renaissance, le vieux château fort n'est plus une résidence seigneuriale. Il n'est habité que par des soldats.
* En 1655, une plate-forme avec 6 gargouilles est aménagée sur le donjon. Certains bâtiments dans la cour sont démolis. Une grange est construite.
* A partir de 1758, Henriette Boucher, née De La Grange, fait réaliser plusieurs travaux d'entretien durant 15 ans.
* A la fin du 18ème siècle, le château appartient à Madame Rochechouart-Pontville.
* Vers 1790, réquisitionné par les révolutionnaires comme bien national, le château est vendu à un marchand qui le dépèce de ses pierres pour faire du profit.
* En 1794, "la Citoyenne" Rochechouart-Pontville est guillotinée.
* Au 20ème siècle, la commune achète la ruine qui est envahie par la végétation.
* A la fin du 20ème siècle, un projet de consolidation puis de mise en valeur naît.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur ainsi que du rempart intérieur est libre et gratuite. La visite du donjon semble possible certains jours, renseignez vous.

 

La vue satellite révèle l'architecture du château

      Vers Menu châteaux de la Creuse

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Limousin : 19 23 87
commenter cet article

commentaires

beguin jean-philippe 29/01/2014 15:58

je viens de tomber sur votre site et suis très heureux de savoir que vous l'avez visité avec enthousiasme. Je suis la personne à qui la commune et la DRAC avaient donné mission de
rétablir le site au mieux. Début des travaux en 1994 et fin en 2009 avec une équipe de personnes en insertion. Aujourd'hui, le site se visite et tous les ans, un grand spectacle réunissant plus de
8000 spectateurs a lieu au tout début du mois d'août. Si vous passez par là, je me ferai un plaisir de vous faire tout visiter de fond en comble.

Le Chevalier Dauphinois 29/01/2014 18:25



   Quel plaisir de rencontrer (même virtuellement par l'écran) la personne ayant mis en valeur ce site. La différence entre la ruine oubliée et la beauté actuelle est si
important que j'ai beaucoup de respect pour le travail accompli.


  Je retiens votre invitation et je me ferai un plaisir (et un devoir) de vous contacter lors d'un week-end castral à La Souterraine.



papy martial 07/07/2012 15:16

Bonjour. Je viens d'apprendre une nouvelle définition du terme glacis, je connaissais le glacis militaire (terrain découvert en pente douce) et le glacis en peinture (fines superposition de
peinture), mais j'ignorai la définition de glacis en architecture médiéval. Effectivement c'est un sytème très ingénieux à double effet. Ce blog est une mine d'or. A+

Le Chevalier Dauphinois 07/07/2012 21:28



Il y aurait une mine d'or dans mon blog.... Vite, dis moi où que je creuse (dans la Creuse ?)



Esclarmonde 06/07/2012 22:16

Voilà une jolie découverte, un château bien entretenu et accessible avec autour, un paysage doux et verdoyant... Bonne soirée
Esclarmonde

Le Chevalier Dauphinois 07/07/2012 21:25



Entre les ruines des fortifications, le jardin médiéval et le solide donjon, ce site offre un plaisr multiple.



Anne la Dauphinoise 06/07/2012 21:02

B ien tant pressé fut notre Chevalier !
R enonçant les extérieurs nous montrer,
I mpatient qu'il était de découvrir
D onjon et communs. Peut-on y redire ?
I mpressionnés nous sommes, tout comme lui;
E blouis sont nos yeux à voir ici
R estes importants de ce château creusois
S ûr que tous nos sens se trouvent en émoi.

L a cheminée me sied : a t-elle servi
A chauffer le logis, ou cuire rôtis ?

S ouvent les communs ne sont plus. Ici
O n peut imaginer des gens la vie.
U ne vision fugitive: peut-être bien.
T outefois pour rêver elle me convient...
E st très insolite l'entrée du donjon.
R éussite de l'escalier et du pont
R endant inaccessible le portillon.
A vec un bélier cependant avez
I llusoirement pensé le faire céder !
N 'auraient point les gens d'armes des tours de guet
E ncontre vous jadis tiré leurs traits ?

Grand'merci de nous dévoiler des châteaux de cette contrée que j'avais appréciée, la visitant, sans en savoir toutes ses richesses, sauf... quelques brins d'Histoire...
Votre riche historique m'en vais "éplucher" : des noms je connais, encore faut-il que je retrouve ce qui les lie à ce château.

Le Chevalier Dauphinois 07/07/2012 21:36



  J'ai très envie de visiter ce donjon. Il faudra que j'organise un week-end durant la saison estivale pour déguster les entrailles de cette beauté... Mais cela ne sera possible que dans 4 à
5 ans peut être, j'ai trop besoin de mes montagnes en Juillet-aout en ce moment.



sittelle 06/07/2012 20:46

Une seule cheminée, une seule marmite ? quel travail pour le cuistot; j'essaie d'imaginer la vie dans ces châteaux-forts, pas très gai tout ça ! Le dessin est très beau, il fait penser aux projets
de Violet le Duc. Merci Chevalier, toujours de la pluie au Nord !

Le Chevalier Dauphinois 07/07/2012 21:39



  Ce château ne devait pas voir de nombreux soldats à demeure. La cuisine n'avait pas besoin d'être grande. Mais il est difficile de comprendre l'aménagement global avec une partie des
bâtiments disparus.