Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 07:30

 

Département 18 - CHER

 Se mirer est l'activié principale de cette maison forte

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Chârost est situé à 42km au Nord-Est de Chateauroux, à 27km au Sud de Vierzon et à 22km au Sud-Ouest de Bourges.

     Coordonnées de la maison forte :

46° 59' 31.225" N 2° 7' 7.622" E
  46.992007°  2.118784°

 

La maison forte : 
        L'extérieur :
Préambule

   En ce beau jour de mai, après avoir visité quelques ruines et châteaux du Berry, j'avais envie de calme, de repos, de verdure et d'un moment de répit. Visiter chaque jour des fortifications médiévales est une activité prenante et fatiguante.

   Je savais qu'en ce lieu un bâtiment m'attendait, mais je voulais l'ignorer.

 Hélas, en posant mon séant j'entends une petite voix me dire :

"Chevalier, je suis là.

Je sais que tu es las.

Mais là je suis !"

   Comme vous le constatez, il n'est point facile d'être un castellologue-amateur, les sollicitations sont nombreuses.

 

La découverte

   Avant de lever mes merveilleuses fesses pour rejoindre cette belle, je tente de l'observer de loin. Elle semble posséder une ronde tour accolée à un bâtiment parallélépipédique (le logis ?).

   Je pressens qu'il va me falloir me déplacer jusqu'à elle, car la beauté médiévale me résiste et ne veut point de suite me livrer tous ses secrets.

Diantre, comme les belles adorent être séduites !... N'est ce pas mesdames ?.

  Je l'espionne depuis le trou d'une serrure virtuelle

Je philosophe
    Bien que la construction possède une tour ronde, cela n'en fait pas pour autant un bâtiment fortifié. Tel un chasseur (ou un séducteur... n'est ce point un synonyme ?) je l'observe avant l'attaque (ou la séduction.... n'est ce point un synonyme ?).

 

Premier signe défensif

   Sur la partie gauche du "logis", je distingue des fentes verticales sur 2 niveaux. Celle du bas est une archère modifiée pour arme à feu. Le système défensif a donc été adapté sur plusieurs siècles.

 

Je tente une approche

    Bien que la précipitation ne soit pas la bonne méthode (voir mon explication), je contourne le site en courant. Surpris je suis de découvrir ce mur (curieusement peu épais) empli de fentes verticales. Je pressens la reconstruction suite à un arasement car point de crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire), ni autres systèmes défensifs je vois sur cette courtine.

 

Une entrée bien fortifiée

   Le mur appartient au rempart extérieur avec en son centre une incroyable porte fortifiée. J'imagine que :

* La petite tourelle à gauche doit contenir un escalier en colimaçon pour le chemin de ronde du rempart.

* La porte devait être précédée par un pont levis (dont je devine les traces... mais mon imagination est si fertile que doute j'ai).

* Avec la rivière proche, il est raisonnable d'imaginer des douves.

Un bâtiment dans les remparts 

Mais pourquoi ?

  C'est la question que je me suis posée en découvrant ces constructions sur la droite.

Est ce que cette architecture vous interpelle aussi ?

 

Mes questionnements

1 - La présence d'un bâtiment s'appuyant sur des remparts est classique, mais le fait que le toit soit si visible ne l'est point.

2 - Évidemment l'absence de mâchicoulis et de crénelage prouve un arasement au profit du confort.

3 - La position non alignée de la tour m'interpelle. Elle ne pouvait point défendre le rempart coté entrée.

4 - La porte sous le toit était elle accessible depuis le chemin de ronde ?

  De classiques mais efficaces systèmes défensifs sont visibles :

* Archères et fentes de tir verticales sur le rempart.

* Fente horizontale (canonnière) sur la tour.

 

        L'intérieur :
  Hélas, close est la grille, interdite est la visite. Bien que timidement je toque, point de bobinette ni de chevillette pour que porte s'ouvre.

  Alors, je me soulève sur la pointe de mes chausses pour voler quelques secrets de construction.

Que vois je ?

  Je ne commenterai point et je laisse votre imaginaire se révéler.

 

 

Histoire de la maison forte :

  Je n'ai hélas aucune information historique sur cette maison forte.

Mais ayant la chance d'avoir des visiteurs très cultivés et passionnés, une partie de l'histoire m'a été révélée par messire Nicolas dans les commentaires - clic.

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Diantre !... Que voila une porte bien fortifiée

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 18 Vers Menu châteaux du Cher

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 25/01/2014 13:30

Merci pour vos liens.
La maison de Theys, en fait je ne la connais point trop. Par contre, des seigneurs de Theys j'ai encontrés moult fois ce me semble, mais ils n'avaient point, je pense, de relation directe avec la
famille d'origine. Bien compliquée cette histoire de Theys, apparemment, impliquant des seigneurs de tous horizons si l'on peut dire. Mais je ne connais pas tout, loin de là, sur cette
histoire.
Il faudra que je rassemble tout ce que je possède sur ces seigneurs de Theys. Je sais qu'il y en eut un, seigneur dans "mon" Nord-Dauphiné à la fois.

Le Chevalier Dauphinois 25/01/2014 17:41



Il n'est jamais facile de savoir quel descendant possède une fortification, une seigneurie, un château. Il faut avoir accès aux documents "juridiques" pour en avoir la certitude.


  C'est ainsi que parfois, j'écris une erreur ou je marque mon doute avec un point d'interrogation, et d'autre fois je n'ose inscrire le nom ou la date.


  N'étant point historien et ayant plus la passion de la visite photographique, je laisse les visiteurs compléter parfois l'historique de mes modestes proses.



Anne la Dauphinoise 16/01/2014 21:10

J'avais reconnu des noms de seigneurs de Charost. Malheureusement point n'ai pu retrouver de lien direct avec ce castel. Par contre, certains de ces noms, à des époques différentes, ont des liens
avec des personnages qui me sont chers.

... La famille de Courtenay m'est plus connue par la branche qui fonda le Comté d'Edesse. J'ai suivi ses "péripéties" oultremer, lors des croisades.

... Je connais des descendants de la famille de Culant, mais ils sont du XVe siècle. L'un d'eux a un rapport direct avec "mon routier préféré" Rodrigue de Villandrando : ce routier fit partie d'une
compagnie de Charles VII commandée par Louis de Culant, amiral de France en 1424.
... Charles de Culant, neveu de Louis, se trouva au siège de Montereau en 1437, aux côtés de Charles VII.
... Dans les années 1480, les enfants de Charles de Culant eurent des problèmes avec "mon Dauphinois préféré" Ymbert de Batarnay, ce dernier étant devenu l'un des créanciers des Culant... Problème
de "mainmise" sur certains de leurs domaines en attendant d'avoir été remboursé... (mainmise "accordée" par "mon" louis XI, bien entendu !)
... La famille de Culant était aussi cousine de la famille de Brosse (encontrée dans votre castel de Sainte-Sevère-sur-Indre): la mère de Louis de Culant était une de Brosse.

... La famille de Béthune ne m'est point inconnue bien sûr, mais elle a tant de ramifications avec d'autres familles que j'en connais des noms, ici ou là, mais sans rapport direct avec ce castel
non plus, pour l'instant.

Le Chevalier Dauphinois 17/01/2014 17:56



Un peu comme dans nos familles actuelles et notre siècle où les personnes homonymes ne se connaissent plus alors qu'ils ont certainement eu un ascendant commun, vos Charost sont certrainement une
branche dérivée.


  J'ai rencontré ce fait dans une famille de notre Dauphiné :


http://gillesdubois.blogspot.fr/2006/02/la-maison-de-theys-du-dauphin.html


http://www.123genealogie.com/nom-de-famille/theys.html



Anne la Dauphinoise 06/12/2013 23:58

Subodorez tant que vous le voulez !... Mais je vous prie, plus ne vous laissez-vous piquer !
Mes sens en seraient lors tout retournés... Et vraie promesse de courroux ce serait ! Promis, juré !

Pour être plus sérieuse : le commentaire de Messire Nicolas m'a beaucoup intéressée. J'y ai lu des noms de personnages encontrés dans mes grimoires. Vais-je voir si liens je peux faire avec cette
maison forte, si mes personnages sont de la même époque, et si le nom de cette maison forte est évoqué. Du moins, une "piste" j'ai : ravie je suis !

Le Chevalier Dauphinois 07/12/2013 17:57



   Il n'est point aisé d'être Chevalier et plaire aux dames (Dauphinoises de surcroît ). Point de
chapeau de paille j'ai le droit, point de piqûre (à délire) je peux avoir.


  Sage je dois être... Mais sage je ne suis sous mon heaume.... Donc je prévois d'autres espiègleries que pour le moment vous ne m'avez point encore interdites.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


 La prose explicative de messire Nicolas est si riche que je me devais de la mettre en avant pour que chacun puisse se délecter et la compléter.


 Heureux je suis qu'échange il y ait entre "mes" visiteurs.



Anne la Dauphinoise 06/12/2013 22:00

M ais, que lis-je ? Ô Vil Chevalier
A vos ruines vous nous comparez ?
I l m'est avis qu'êtes égaré !
S i ce principe-là vous posez,
O n est décrépites, toutes ridées !!!
N e puis-je croire qu'ainsi nous voyez !

F ichtre ! parlez-vous même "d'attaquer".
O r, ce mot laisse supposer
R ésistance... mais ne l'ignorez :
T ombons "comme des mouches" à vos pieds !
E uh... me suis-je peut-être emballée...

D e plus, pour mieux nous attirer,
E mues par images nous avez !...

C harmantes sont-elles : celle animée;
H âte aussi avons de mirer
A travers serrure votre beauté*;
R adieuse photo très colorée
O ù paysage est conte de fée...
S ûr que Berry ainsi montré
T ant moult me sied à déguster !

C e site dut posséder antan
H aut rempart, tronqué maintenant.
E nsuite, à comprendre ce lieu,
R enoncé j'ai, en fais-je l'aveu...

B ien fortifiée entrée, ça oui,
E n ai-je saisi le sens ici.
R onde tour : ne sais-je point pourquoi
R eculée est de la paroi...?
Y vois-je, comme derrière le perçois,

P reuve du logis sécurisé ?
O n ne la voit là, "retirée"...
S ont nombreuses, partout, les archères.
T races d'autres défenses de naguère

S urent disparaître, mais peu importe...
C hevillette n'avez vue sur porte :
R ien ne put bobinette faire cheoir :
I ntérieur impossible à voir !...
P ar dessus mur l'on sait pourtant
T rouver fenêtres d'un temps "récent",
U n arc de décharge ? se pourrait ?
M aintiendrait quoi ? toit est si près...

N oyée dans verdure, cette partie
O ffre petit coin de paradis...
T ransformée en gentilhommière
A mes yeux, tout du moins, a l'air.

B ien sûr, est-elle peu fortifiée.
E mane pourtant sécurité.
N ul doute que Berry me sied fort,
E t vous en redemande dès lors !
...

* "votre beauté" = la maison forte, dans le texte... (si point clair cela n'était !)

Le Chevalier Dauphinois 06/12/2013 22:57



   Du Berry vous en aurez an l'an de grâce 2014 et même 2015. Mais je me dois de panacher les provinces pour ne point me lasser et lasser aussi les visiteurs. Ainsi Berry sera une fois
par mois et même 2 fois puisque plusieurs départements sont concernés.


  Et pour ce castel, où j'ai osé comparer pierre et Pierrettes (dames)  , cela a certainement été
causé par une piqûre d'insecte-à-délire sur mon céant lors de mon repos pourtant bien mérité.


  Je subodore que point je n'oserai recommencer.... Mais ceci n'est point promesse.



Nicolas 06/12/2013 08:55

Je suis né à Charost, au pied du château, et vous ne pouvez pas savoir le plaisir de le voir nommé ici.
De ce que je sais, le château de Chârost, qui surplombe la vallée de l'Arnon, est Là depuis le XIe siècle. Les seigneurs de Chârost sont des vassaux des seigneurs d'Issoudun. Le premier seigneur
connu est Aimon Ier (1030-1105)1. Il participa à la fondation de l'abbaye de Chezal-Benoît en 1093.
- Son successeur est Gauthier Ier. Son nom apparaît dans une charte qu'il a promulgué en faveur du prieuré d'Orsan en 1114, une autre au bénéfice de l'abbaye d'Issoudun en 1134 et dans un acte
adressé à Léthéric abbé de Notre Dame d'Issoudun
- Gauthier II s'est marié avec Isabelle ou Isabeau de Courtenay, quatrième fille de Pierre de France (vers 1126-1183), fils du roi de France Louis VI et d'Elisabeth de Courtenay (1127-après 1205).
Il donne une charte d'affranchissement à la ville de Chârost en 1194. En décembre 1195, il est présent avec son suzerain Eudes III d'Issoudun à la rencontre entre Philippe Auguste et Richard Cœur
de Lion au Gué d'Amour, entre Issoudun et Chârost, au cours de laquelle se sont engagés des pourparlers pour le mariage entre son fils, le futur Louis VIII (1187-1226), et la nièce de Richard,
Blanche de Castille (1188-1252). Ce mariage n'a été conclu qu'en 1200 par un traité entre Philippe Auguste et Jean-sans-Terre.
- Puis la seigneurie de Charost est abandonnée au roi Philippe Auguste en 1217, en échange d'autres fiefs, par Hélie de Culan.
- Peu de choses ensuite. Charôst est érigé en duché-pairie et devient possession d'une célèbre famille dont la ville porte les armoiries "d'argent à la fascié de gueules surmontée d'un lambel du
même": la famille de Bethune, branche dite de Bethune Charost.
A l'époque mes parents connaissaient le propriétaire, je ne saurais le garantir maintenant, nous en sommes partis il y a plus de 30 ans.

Merci en tout cas pour ces souvenirs.

Votre dévoué héraldiste.

Le Chevalier Dauphinois 06/12/2013 18:45



Heureux je suis que ce modeste article fasse remonter des souvenirs d'enfance.


  Le web regorgeant de photos et descriptions des châteaux et de ruines très connus et très médiatisés, j'ai souhaité que mon blog montre l'autre visage du moyen âge. Même si parfois je
décris un lieu référencé dans les guides touristiques, j'essaie surtout de montrer des constructions médiévales fortifiées peu mise en valeur.


 Peut être vais je vous étonner encore..... peut être.