Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 07:30

 

Département 18 - CHER

 Ma journée commence par une ruine magnifique

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La petite commune de Plou est située à 45km au Nord-Est d'Issoudun (voir son château), à 22km au Sud-Est de Vierzon, à 20km  à l'Ouest de Bourges et à 8km au Nord-Est de Chârost (voir sa maison forte).

     Coordonnées du château :

47° 3' 37.976" N 2° 10' 13.753" E
 47.060549°  2.170487°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Durant ma croisade, je suppute

    Grâce à mon dictionnaire des châteaux forts, je sais que dans le bois de Font-Moreau, à quelques kilomètres au Nord-Est de Plou, une ruine castrale existe. Mais ce que ne dit point cet ouvrage c'est :

Dans quel état est elle ?

  Même détruite, la tour est puissante

L'arrivée 

"Diantre, qu'il est beau" m'écriai je !

  En voyant ses pierres attaquées par le lierre puis en découvrant la hauteur des murs, je pressens que je vais passer une après-midi d'avril incroyable. Je suis si impatient que je me précipite de suite sur la droite de l'entrée.

 

Préambule avant la découverte de la tour

     De suite, j'imagine que :

1 - Un fossé devait entourer le château.

2 - Le petit muret en amont de la tour est une coquetterie du propriétaire pour aménager un joli jardinet de fleurs. Il ne peut pas y avoir un rempart si proche en amont d'une tour.

  Il est vrai qu'en architecture défensive médiévale, certaines tours bénéficient d'une chemise (voir vocabulaire), c'est à dire un rempart encerclant la construction (voir exemple ici et un autre là). Mais je n'ai vu cela que pour des donjons, jamais pour une simple tour défensive. Ce muret est une "coquetterie".

  La nudité lui va si bien !

Une tour défensive ruinée

    Grâce à son état de ruine, ce fantôme me donne de nombreuses indications sur ses dimensions, sa forme, la position de ses portes d'accès (sur 2 niveaux) et l'épaisseur du mur.

  Je sens votre questionnement :

"Chevalier, comment était la tour avant sa destruction ?"

 

Une tour défensive entière

   Etant un Chevalier très à l'écoute de ses visiteuses et visiteurs, je me débrouille pour trouver la réponse à votre question. Je me déplace vers la droite, j'affronte les épineux et je me bats contre les branches acérées (j'exagère un peu). Voici la tour d'angle telle qu'elle devait être il y a 500 ans.

 

Le coté gauche

   Je me dois d'explorer l'autre coté. Pensant que le château est symétrique, je ne me hâte point pour regarder la même tour ronde.

Quelle erreur !

  Un château fort est rarement symétrique. Celui-ci ne fait pas exception.

  Je vois les entrailles du château

Anguleux !

   Contrairement au coté droit, celui-ci est anguleux. Même si la tour a disparu, je pressens qu'elle fut parallélépipédique.

  Grâce aux courtines effondrées, je vois l'aménagement interne de ce que je pense être les communs. Portes, poutres, étages se devinent (ou s'imaginent).

 

L'entrée fortifiée

    Lentement, je me dirige vers l'imposante entrée. J'ose affirmer qu'elle est imposante car 2 grosses tours rondes encadrent le portail en retrait.

      Ces tours ayant été arasées, il n'est pas possible de savoir si crénelage et mâchicoulis étaient présents.

   Pourtant avec un peu d'attention, de nombreux enseignements sur leur construction et les systèmes défensifs sont visibles.

 

Combien de systèmes défensifs possèdent cette entrée ?Les vestiges de défense à droite

   La tour de droite, bien qu'envahie par une dense végétation verte, laisse voir une archère droite pour protéger la porte. Elle est si abîmée que je ne peux pas la dater. Par contre, la fente cachée dans la verdure est de type : Archère-canonnière.

  Ce type de système défensif était courant au 14ème siècle.

 

Analyse de la tour coté gauche

  Dans la grise végétation de la tour à gauche, je vois une archère-canonnière identique à sa consoeur. Puis pour protéger l'entrée, une autre fente datant de la même époque.

  Il est amusant de constater que ce château fort ne semble pas avoir évolué depuis 6 siècles : Aucune sculpture Renaissance, ni bouche à feu.

 

Avant d'entrer

  Ayant terminé mon analyse des systèmes défensifs sur les tours, je tente de voir si l'entrée comporte quelques vestiges passionnants. Evidemment, si je prose ainsi c'est qu'un magnifique détail s'offre à mes yeux d'amoureux de vielles pierres.

Que voyez vous ici ?

  Je ne vais pas de suite vous donner la réponse, je vous laisse me livrer vos supputations dans les commentaires.

 

        L'intérieur :
  Je m'apprête à emprunter l'allée vers la porte quand soudain, mon instinct de survie me force à ne point avancer. L'entrée est interdite et clairement signalée

 

 

Histoire du château :

* Au 14ème siècle, construction du château.

* En 1380, le site est notifié dans un texte. D'après certains médiévistes, ce château aurait appartenu à une famille de Chârost. Il aurait été donné en apanage au 2ème enfant (l'aîné ayant toujours le château principal).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en empruntant la petite route à pieds. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter la propriété privée et la tranquillité du lieu.

 

Voila un château que j'aurais adoré reconstruire

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 18 Vers Menu châteaux du Cher

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 27/01/2014 21:46

Ma supposition était donc idiote : je pensais qu'ici il n'y avait point la place pour un pont-levis, les 2 tours étant vraiment "collées" à la porte... Je pensais qu'il n'y avait point de place
dans le mur pour les "bras" en bois retenant les chaînes ... ou alors ce pont-levis a été bien étroit...? C'est pourquoi j'avais pensé à une herse aussi.

Le Chevalier Dauphinois 27/01/2014 23:13



  Tous les châteaux ne possédaient pas un double pont (carrosse et piéton). Celui de ce château ne permettait qu'une simple entrée. Il n'est pas le seul : Exemple au château de Guédelon.


  Sans que cela soit une vérité, il semble que la double porte était réservée au "grand château" et permettait l'entrée dans la basse cour. La haute cour était réservée au seigneur et ses
invités.... Donc au carrosse.


  Mais avec l'architecture du Moyen Âge il n'y avait pas qu'une seule vérité, je peux trouver des exemples contraire bien sur.



ERIC 10/01/2014 18:59

Vous avez raison ,il est beau ce château!Le proprietaire est un petit veinard .Ah ,si j'avais les moyens..

Le Chevalier Dauphinois 11/01/2014 08:38



Lorsque nous n'avons pas les piastres, ce qui est mon cas, il reste la découverte pour déguster puis la lecture pour rêver... N'est ce point déjà une richesse ?



Anne la Dauphinoise 10/01/2014 14:26

F îtes-vous belle découverte avec ces ruines,
O ù, pour une fois, ni montagne, ni colline
N eûtes à gravir... Cependant fort caché
T résor était... Etait-il même piégé !

M algré la verdure et les affres du temps,
O n imagine bien ce castel antan, "
R amassé" quelque peu... Fort grand était (?)
E ntouré d'un fossé : prudent c'était !
A symétrique, comme moult de ses confrères :
U ne carrée tour, et d'autres circulaires.

P lusieurs archères prouvent qu'il y avait défenses.
L es créneaux ont disparu, je le pense.
O r, je ne les "sens" que sur tour carrée :
U n toit en poivrière a dû coiffer,

C omme le montrez d'ailleurs, les rondes tours...
H élas,ne sont plus guère visibles atours
E mbellissant l'entrée de ce château...
R ien n'est évident sur votre photo :

B elle amorce d'arc de la porte (?) ai-je vu.
E nsuite : rien !... Alors entrée ai-je conçue,
R ehaussée d'une salle des gardes protégée;
R eliée donc aux deux grosses tours de l'entrée.
Y fut sans doute herse, aussi, pour fermer (?)

N e sais-je que penser de plus de l'entrée...
O u plutôt, chemin de ronde a été -
T oujours au-dessus - ne le vois couvert :
A lors fut crénelé, "à ciel ouvert"... ?
...

P our sûr, trop dures questions vous nous posez !
S ommes-nous novices !... "le métier doit rentrer" !

Le Chevalier Dauphinois 13/01/2014 12:11



   Comme vous l'avez compris et ressenti, cette ruine fut pour moi un vrai délice. La réalité m'a permis de la comprendre, les partie manquante ont ait travailler mon imaginaire.


 J'avoue me régaler dans une ruine, plus que dans un vrai château.. Mais ceci est aussi du à la solitude du site. Il est rare que je croise un autre touriste en ces lieux.



hediard 10/01/2014 10:49

peut-être les traces d'un pont levis ? bonne Année 2014 a tous

Le Chevalier Dauphinois 10/01/2014 18:21



 Votre réponse est une approche intéressante de ce que montre cette image. Je vous livrerai mon analyse globale dimanche soir sur cette image mais aussi sur le complément des autres photos.
Car.... un système défensif est un tout.



bernard othon de niort 10/01/2014 10:19

salut a toi confrére du 38
a ta question je répondrais bien , une archére du style XIIIé customisée au XV , voir XVIé . mais ca me parait simple
pas toujours simple de voir un detail sur photo , mais il me semble voir une belle voute a cette porte .
une voute qui pouvait cacher une herse ? un beau machicouli ? les 2 ?

Le Chevalier Dauphinois 13/01/2014 12:08



Raison vous avez messire


1 - Evidemment, la tour comporte une archère du 13ème siècle modifiée certainement à la fin du 14ème ou début 15ème. Classiquement, elle protégeait l'entrée (avec sa consoeur)


2 - Le départ de voûte montre à l'extérieur une "encoche" servant à recevoir ce que je pense être le pont-levis (car je ne vois point de gond pour un vantail).


3 - Je n'ai hélas pas pu vérifier la théorie d'une herse.