Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 06:30

 

Si vous ne l'avez pas lue, la 1ère partie (description de l'extérieur du château de Savel) est ici --> clic.

 

 

Département :  38 - ISERE

Les Dauphinois savaient trouver de beaux sites pour les châteaux forts

 

Le château :  

     L'intérieur :

Le rempart

    En arrivant sur la plate-forme portant mon Graal, je ne suis pas surpris de voir ceci.

    Bien que ce château soit en ruine, les pans de mur sont significatifs de sa construction originelle.  Comme je l'avais deviné quelques minutes plus tôt, c'est un mur en galets roulés qui servait de rempart.

 

Logis ou commun ?

    A travers la végétation, les ruines s'amusent à jouer les fantômes. Au sol, les galets sont nombreux prouvant que les bâtiments étaient hauts avec une belle superficie.

   Cette paroi en galets n'est pas assez épaisse pour être un mur défensif. Je subodore que cela fut un bâtiment d'habitation car la surface au sol ainsi que les vestiges de salles sont nombreux.

Un donjon en galets roulets... c'est rare !

 

Le 1er donjon

     A quelques mètres presque au centre de la colline, une imposante construction dépasse les arbres. Même si son remblai ainsi que les parois sont composés de galets, le parement extérieur possèdent des pierres taillés prouvant l'importance de ce bâtiment. Ces longue pierres devaient consolider l'épais mur. Et, contrairement aux vestiges précédents, les trous de boulin sont nombreux.

  La faible hauteur ne permet pas de savoir si crénelage et mâchcoulis (voir vocabulaire) existaient.

    Le plus curieux est la forme arrondie à l'intérieur de cette tour. Cette rondeur était impossible à deviner de l'autre coté.

Voilà une belle sachant bien cacher ses rondeurs !  

 

Encore un bâtiment

  Au fond, cachée dans les arbres, une autre ruine se fait dorer au soleil.

Mais, je vous sens un peu perdus par la composition architecturale du site féodal. Voici un croquis qui devrait vous aider.

     Description des bâtiments de gauche à droite :

* Le premier rempart,

* Le donjon avec sa ronde forme,

* Un vestige non identifié,

* Le deuxième donjon.

 

Le 2ème donjon 

    De cette puissante tour, il ne reste qu'un angle. Curieusement, les pierres taillées sont plus nombreuses dans la partie basse. Contrairement à l'autre tour, celle-ci possède des trous pouvant certainement recevoir des poutres pour un plancher.

Le confort des occupants n'a pas été oublié. Comment le sais je ?

   Il suffit de regarder avec attention ce vestige de fenêtre.

 

L'extérieur du 2ème donjon 

     Croyant avoir tout vu de cette ruine, je sors du château et je lui lance un dernier regard.

Diantre, ce donjon est aussi surprenant que l'autre !

  Je découvre avec étonnement que l'angle extérieur n'est point droit mais arrondi.

Serait ce un effet de la chaleur ou de la perspective ?

   Je m'approche et constate que point anguleux est cet angle.

"Les ruines sont toujours aussi surprenantes" me dis je.

 

Un dernier regard 

   Je suis si heureux dans cette Dauphinoise ruine, que je ne veux plus la quitter. Alors, je m'assieds à ses pieds et j'admire le panorama sur le lac de Monteynard et les montagnes du Vercors.

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, Savel est un lieu de passage et de commerce important. Les blés du marché de Mens passe par le pont enjambant la rivière Drac. Un castrum, surveillant la vallée, existe certainement.
* Au  12ème siècle (à vérifier), construction d'un château fort à l'emplacement du castrum.
* En 1247, le château appartient au Dauphin (voir titre de noblesse) Guigues VII (voir liste).
* En 1339, le château est inféodé à 2 seigneurs en récompense de leurs actes de bravoure :

- Guy de Saint-Savin (seigneur de La Mure) possède la partie Nord,

- Lanthelme Aynard (seigneur de Theys) les bâtiments au Sud.

* En 1358, Pierre Aynard achète la partie de Jean de Saint-Savin et devient seul propriétaire du château et des droits de payage du pont.
* Au 16ème siècle (à vérifier), la famille Aynard déserte ce vieux château.
* En 1720, la Grande Peste faisant peur aux Matheysins   , le pont sur le Drac est détruit, obligeant les marchands (peut être contaminés) à passer par les autres vallées.
* En 1962, pour construire un barrage hydro-électrique, l'EDF achète le village, l'église et l'école pour noyer la vallée. Le château regarde la destruction de l'ancien village en versant une petite larme.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le circuit balisé est très agréable avec quelques panneaux didactiques.

 

Quelle magnifique vue sur le lac de Monteynard

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Bouvier 17/11/2012 23:06

venant de découvrir ce site, je vous remercie pour tout le travail accompli,il est impossible que vous lassiez vos lecteurs! Vous êtes passionnant à lire ...

PS:Matheysin et non mathésin ;)étant moi-même Matheysine.....

Le Chevalier Dauphinois 18/11/2012 08:21



  Point travail cela est. Ce blog est un loisir qui me fait lire, marcher, photographier et découvrir la France. C'est un plaisir que je suis content de partager.


  Raison vous avez pour ma faute d'orthographe.  De suite je corrige.



Muriel 08/10/2011 12:59


Très joli croquis! On dirait que les 2 vestiges se parlent et se répondent..


Le Chevalier Dauphinois 08/10/2011 14:49



Lorsque les seigneurs ne sont plus au logis, il est probable que les pierres papotent... Tu connais les femmes et tout ce qui est féminin, elles adorent cela...



Anne la Dauphinoise 01/10/2011 01:00


Magnifique château il dut être, en effet. Les galets roulés et la pierre taillée s'harmonisent à merveille... pour donner naissance à une merveille.
D'après ce que j'ai lu, Savel appartenait à Guigues VII en 1247, mais cette même année la terre de Savel passa aux mains de Pierre et Guigues Aynard, en échange de leurs terres allant de Gières à
Allevard (et incluant même le château de Theys.
"Disgrâce ou offre qu'ils ne pouvaient pas refuser ?", d'après mon historien; ou peut-être aussi "enjeu économique pour ces Aynard si puissants" pourtant ? Point de réponse dans les textes.
Mais apparemment Guigues VII "savait y faire" pour agrandir son patrimoine !


Le Chevalier Dauphinois 03/10/2011 21:14



Guigues VII semble avoir été un "grand" Dauphin pour notre province : Un diplomate guerrier et un "peu" autoritaire.



Esclarmonde 30/09/2011 21:58


J'ai vécu sur le plateau de Valensole en Provence où les bâtiments anciens sont également construits avec ce genre de galets. Si je comprend bien, ce château est dans ou à proximité du Trièves,
c'est une région que je trouve magnifique et la vue du château doit être de toute beauté. Merci chevalier pour ces articles.
Esclarmonde


Le Chevalier Dauphinois 03/10/2011 21:09



Le Triève avait plusieurs châteaux forts à l'époque médiévale, hélas, nombreux d'entre eux n'ont pas réussi à survivre. Cette ruines est un bel exemple de construction en galet roulés



Jacqueline 30/09/2011 14:01


La vue sur le lac devait etre un ravissement pour les occupants chanceux de cette demeure...Pensez vous que les galets si nombreux puissent provenir de cette pièce d'eau..ou lac comme vous preferez
dire peut etre....
Merci pour cette promenade vivifiante Chevalier. Je vous attends aussi dans mon site de cartes postales....un peu poussièreuses...
je vous donne le bas de ma robe à baiser...


Le Chevalier Dauphinois 30/09/2011 18:46



Le lac est récent (20ème siècle). Le torrent en contre-bas a laissé depuis des millénaires des galets qui sont la richesse des vallées de la Mathésine. Un matériaux solide et pas cher ne
nécessitant pas des tailleurs de pierres.