Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 06:08

 

Département 48 - LOZERE

  Au 21ème siècle, la ruine se bat contre la végétation

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Saint Julien d'Arpaon est située à 50km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi), à 35km ai Nord-Ouest d'Alès et à 7km au Sud-Est de Florac.

      Coordonnées du château :

44° 17' 54.586" N 3° 40' 1.618" E
 44.298496°  3.667116°

 

Le château : 
        L'extérieur :

La découverte

   Sur une hauteur à l'Est de la commune, une ruine presque irréelle, posée sur le rocher, me quémande de la visiter. C'est donc avec entrain, mais sans me presser, que j'arpente un petit sentier.

 

Plusieurs siècles d'aménagement sont visibles

Aspect général

  * Si l'on excepte la construction avancée, le château a une forme circulaire avec un diamètre impressionnant.

  * Je suis fasciné par le nombre de murs encore debout.

  * Le site est posé sur le rocher dont il a la couleur.

  * De nombreuses ouvertures que j'assimile à des fenêtres sont visibles, mais curieusement, les systèmes défensifs semblent absents.

M'approcher je dois !

 

Je la touche presque
   Les premières tours (ou courtines.. car leur fonction est difficile à déterminer) ne possèdent pas les archères droites ni cruciformes (voir vocabulaire) qui me font rêver.

  Lentement, mon oeil s'habitue à la couleur foncée du matériau. Je je distingue des pierres plus claires légèrement espacées.

Sont ce des fentes pour fusil ?

 

Etait ce un passage secret ?

Coloré ou Noir & Blanc ?

   Le parement n'est pas très beau. Ce défaut d'esthétique est causé par les pierres utilisées dont la taille ne peut point être régulières.

   Pour résoudre le problème aux endroits importants (angles, contour des portes et fenêtres) une autre pierre a été utilisée.

Que pensez vous de ce damier coloré ?

 

En haut, c'est pour ma tête ?

   Lentement je regarde chaque pierre du bas vers le haut espérant trouver :

* Une archère,

* Une fente de tir,

* Un crénelage,

* Une échauguette.

  Ma recherche est vaine. Je ne vois que de hautes parois entrecoupées de fenêtres. Lorsque la courtine est cassée, je distingue des couloirs ou des axes de circulation dans l'épais mur. Je commence à douter que ce château fut défensif à l'époque médiévale.

Soudain, je suis en arrêt !

 Que de variantes de couleurs de pierre en ce lieu !

Une installation défensive

   Taillé dans une troisième sorte de matériau, une construction en encorbellement me nargue.

Sont ce des latrines ?

  Que nenni. Vous avez toutes et tous reconnu une échauguette.

   Elle sécurisait l'entrée en dessous dont les traces du système de fermeture se remarquent.

 

Analyse rapide de l'échauguette

   Comme toutes ses consoeurs dans les autres châteaux forts, l'échauguette est portée par des consoles distantes permettant de laisser tomber des "objets" et liquides.

   Je suis surpris par la large et haute fente de chaque coté. Le défenseur est peu protégé des flèches ou balles tirées contre lui. De plus aucun ébrasement intérieur facilite son angle de tir.

  J'ai la sensation d'être à Stonehenge

        L'intérieur :
Je prends du recul
    Sur la pente herbeuse qui devait être la basse-cour, je regarde cette curieuse ruine dont la datation m'échappe.

  Lentement j'avance.

 

Enfin, je vois des rondeurs
   Dans cette ruine où l'angle droit semble être la règle de construction, je suis étonné de voir une voûte pour une salle basse, puis sur le mur opposé, une autre rondeur.

 

Je pense donc je cherche
   Par sa superficie, il semble évident que cette construction ait appartenu à une puissante famille (puissante signifiant riche).
Je décide de chercher des détails architecturaux prouvant ma supputation.

 

Voyez vous les trous sur la droite ?

Une surprise

   Je n'ai pas besoin de longuement chercher En haut de ce qui semble être une tour, je vois de multiples trous.

En connaissez vous la fonction ?

  Vous êtes si perspicaces et si érudits que vous m'avez tous dit :

"C'est un pigeonnier !".

   Ceci est un signe extérieur de richesse, comme pourrait le dire le service des impôts en notre 21ème siècle.

 

Les profondeurs

  Après m'être envolé dans les airs, je plonge dans les salles.

1 - Entrée d'une des salles basses.

Nota : Veuillez être très prudents dans une ruine. Surtout ne grimper sur aucun mur et ne courez pas. Le risque de recevoir ue pierre est important.

2 - Je me sens comme dans une cathédrale, excepté la poussière.

3 - Un joli passage sous voûte avec un arc en tiers point.

4 - Au fond, les ouvertures carrées sont des systèmes de tir avec un faible ébrasement.

5 - Conduit de cheminée.

6 - Des traces dans les murs dont je n'ai pas identifié la fonction.

* Support pour un palan ?

* Etagère ?

Avez vous une suggestion ?

 

1 2 3 4 5 6

 

C'est la fin

   Dans les salles, il y a de nombreux renfoncements de lumière (ou défensif ?). Je quitte cette beauté pleine de mystères et de rêves non sans m'être extasié devant une forme ressemblant à un puits ou une citerne.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château. Il est possession du seigneur d'Anduze dont la famille détient la Baronnie (voir titre de noblesse) de Florac.

* En 1266, l'évêque de Mende achète la seigneurie.

* Au début du 17ème siècle, le château est démantelé.

* Au 18ème siècle, la famille Montcalm, nouveau propriétaire, tente de reconstruire une partie du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est possible en prenant quelques précautions car le site n'est pas sécurisé. Veuillez respecter cette propriété privée.

 

Quelle vue !

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gévaudan : 48
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 01/09/2015 21:30

Votre réponse à mon commentaire m’avait inspiré cet acrostiche. Point n’avais osé l’envoyer alors.
Mais, je ne vais pas le garder pour moi puisqu’il vous est destiné !

D ivagué avez merveilleusement…
I l m’a semblé que ces êtres charmants
V olaient, dansaient en ces mirables lieux !
A ssurément, de ces ruines, amoureux
G randement êtes-vous pour recréer
A mbiance magique lorsque nous dévoilez
T résors qui s’offrent à vos yeux éblouis.
I mpossible d’y échapper ! Que nenni !
O n se prend au jeu : apparaîssent alors
N ombreux esprits qui hantent vos châteaux forts.
S ûr qu’ils existèrent !… les voyons encore !

Le Chevalier Dauphinois 03/09/2015 13:51

* Raison vous avez "ma" Dauphinoise !
* Mon "ma" est irrespectueux, car point vous êtes "ma bourgeoise",
* Ce doit être les farfadets de la ruine qui m'obligent à écrire
* Des bêtises que la raison m'aurait forcé à proscrire.
* Un médicament de désenvoûtement vous devez me prescrire,
* Car dans quelques secondes, d'autres mots de délire
* Vont apparaître sous ma plume.
* Dans la délirante brume
* Apportée par ce Stonehenge médiéval
* Je vais choisir la fuite sur mon cheval.
* Car ici les mots ne sont point pour un carnaval
* Mais pour montrer des ruines pour un grandiose festival !

matray 08/08/2015 09:49

Comment être sur d'une construction au XIII et pas avant ? as tu cherché dans les cartulaires ? HGL ? ... je crois mais ça n'engage que moi qu'effectivement que la construction initiale était de pierres récupérées sur place et qu'une restauration importante (pierres d'angle) a été faite bien plus tard. Sait-on d'où viennent ces belles pierres taillées ?
une amie FB

Le Chevalier Dauphinois 16/08/2015 11:31

* Vous ici, Belle Dama, heureux je suis de vous lire.
* Votre question est d'importance et la réponse mériterait de nombreuses ligne et même... un livre.
* Comment définir la date d'une ruine, sachant qu'elle ne fut pas figée dans le temps et qu'évolution elle a du avoir ?
* Dater une construction ou plutôt certains pan de mur ou tours est parfois facile.
* Les archères par la taille et la forme définissent certains siècles (même s'il est vrai que certaines provinces étaient plus en avance technologiquement que d'autres). Donc une archère peut être du 11ème (rare), 12ème, 13ème : Archère droite ou cruciforme à croix pattée.
* Les ouvertures pour arme à feu datent du 15ème et évidemment du 16ème.
* La deuxième enceinte date du 13ème siècle.
* Le donjon en angle ou central définit aussi le siècle de construction (non pas du château mais de la tour).
* Les contreforts sont aussi un signe de datation, mais il est parfois trompeur : Exemple dans le donjon de Saint Sauveur Le Vicomte.
* Les tours rondes et les échauguettes sont souvent du 13ème siècle. La forme est améliorées en forme pour éviter les angles morts.
* Les mâchicoulis sont aussi un signe de datation. Mais pour les seigneur moins fortunés ou les châteaux de garde, les hourdages en bois a été utilisés très longtemps.
* La barbacane est une amélioration défensive du 15ème siècle.
=======================================================
** Comment fais je pour avoir les informations historiques ?
** La lecture de livre en achat, bibliothèques, documentations des offices de tourisme et mairies puis Gallica et Google Book.
** Évidemment la consultation des cartes de Cassini m'aide à définir les lieux. Le lecture des grands classiques (personnages célèbres, croisades, Guerre de Centa ans et même Guerres de Religion, etc...) m’apprennent l'existence d'un château attaqué ou brûlé ou construit.
** Et puis il y a des incontournables comme le dictionnaire des Châteaux forts, l'Armorial de Guillaume Revel etc.... qui sont mes livres de chevet.
** Et enfin, je me suis constitué une petite bibliothèque de notes personnelles que je classe par ville/château (et non par chronologie historique). A la base, c'est le château qui m'anime (la marche, la découverte, la photo). L'historique vient après.
*** Je ne m’intéresse que depuis peu sur la qualité des pierres, le type, la provenance etc.... Donc je n'ai pas pour le moment de réponse à votre question.

Anne la Dauphinoise 07/08/2015 21:37

S urprise j’ai été mirer si hauts murs
A ux angles droits, car moult de courbures
I maginées j’avais par votre image
N ichée dans « diaporama »* : beau présage
T endant à rondeurs ou voûtes rendre hommage.

J ‘aurais dû penser que n’est l’intérieur
U n reflet de la vue de l’extérieur…
L ‘effet de surprise fut tout autre aussi :
I mpression j’avais eue qu’entrailles, ici,
E taient les seuls vestiges à découvrir .
N ‘est que décuplé, dès lors, mon plaisir !

D ‘autant que, pour moi, est le parement

A dmirable ! de ceux que j’aime vraiment.
R ien ne saura d’avis me faire changer :
P enchant ai-je pour appareillage « grossier ».**
A ccentuant – un comble – délicatesse…
O uvrage qui, bien qu’étant une forteresse,
N ous offre physionomie enchanteresse…

L es ouvertures – portes ou couloirs – ont l’heur
O pérer charme sur moi : est-ce vrai bonheur
Z igzaguer en songe et si l’on peut dire,
E ntre les murs de ce castel, quérir
R éminiscence de la vie d’autrefois.
E xquis « exercice » qui me met en joie !…

G randeur et majesté sont maîtres-mots.
E t cinquième photo que montrez bien vaut
V ision de Stonhenge ! vous avez raison.
A vec elle est Saint Julien d’Arpaon
U ne vraie « magie » ! et lorsque l’on descend
D eviner ses entrailles, émoi nous prend :
A ttirantes sont nombreuses parties vues
N ous transportant dans siècles révolus.

N ‘ai-je d’yeux que pour toutes ces salles voûtées
O rnées… de rien !… Quelle belle nudité !
T entures de pierre sont leurs atours uniques
A uxquels s’ajoutent des arcs magnifiques.

B eautés sont également ouvertures
E n carré ou losange : seyent aux murs...
N ‘oublierai-je point fente de tir : elle est
E ncore une fois détail qui moult me plait.

E nfin, j’ai cru voir en renfoncement
T rès originales latrines… sûrement

C himère… mais pierres au sol en arrondi
E voquent pour moi traces de « cuvette » qui
C oïncide avec conduit entrevu
I mmédiatement dessous***… farfelu ?…

E n tout cas, mon pouvoir d’imaginer
N ’est ici nullement contrecarré !
C hoix avons-nous, par vos superbes images,
O pter pour réalité ou mirages…
R ayonnant est castel, quoi qu’il en soit.
E ncore merci, Chevalier Dauphinois !

* votre « Ombre et lumière dans les châteaux forts »
** pour moi, il ne l’est pas du point de vue esthétique. Et, devant lui, j’oublie le côté inattaquable qu’il n’a point.
*** plutôt un petit trou (on voit à travers… du moins, il me semble voir à travers = il donnerait sur l’extérieur… ?)

Le Chevalier Dauphinois 14/08/2015 20:36

* Pour cette merveille, je m'attendais évidemment à un commentaire fastueux de "ma" princesse Dauphinoise. Et point je suis déçu.
* Comme vous l'avez remarqué dans ma prose, cette ruine m'a fasciné, m'a aussi surprise.
* De plus, la température extérieur était chaude, ce fut donc un vrai plaisir d'entrer dans ses entrailles voûtées.
* Pique-niquer au milieu de ce "Stonehenge" ruinée et médiéval fut un plaisir unique.
* Ce site est mystérieux tout en étant facilement interprétable.
* La nuit dans ce château, je suis certain que des farfadets dansent autour de fumerolles multicolores.
* Peut être que des "sirènes", belles comme des anges, volent au dessus des flammes et encercles les créatures de poudre magique.
** Diantre !... Suis je ensorcelé pour narrer autant de billevesées ?.... A moins qu'amoureux de la ruine encore je suis ?