Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 06:30

  Mais quel est ce haut bâtiment dans le petit matin brumeux ?

Département :  36 - INDRE

 

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Tendu est située à 90km à l'Est de Poitiers, à 38km à l'Ouest de La Châtre (voir son château) et à 22km au Sud-Sud-Ouest de Châteauroux.

   Coordonnée du château :

46° 37' 56.924" N 1° 33' 57.337" E
 46.632479°  1.565927°

 

Le château :  

     L'extérieur :

La découverte

    Il n'est pas encore 6 heures du matin lorsque mon destrier est déjà à l'oeuvre (avec votre Chevalier Dauphinois peu réveillé au dessus) sur la rive droite de la rivière Boulzanne.

    A l'approche d'un bourg, qui suivant les revues et prospectus est nommé Pringuet ou Pringet ou Pringé, mes yeux, encore embrumés en ce premier jour du printemps, croient voir une haute forme dépasser les maisons et les arbres.

Est ce un donjon ?

 

Où sont les restes du château fort ?

    Avant de m'intéresser à cette imposante tour dont l'architecture semble unique, je tente de découvrir les remparts, courtines, fossés, tours flanques constituant la base d'un château fort.

  Il semble qu'il ne reste rien du passé médiéval de ce site. Les bâtiments annexes sont plus récents. Je vais donc consacrer toute mon énergie sur l'incroyable donjon.

  Un haut donjon Roman du 12ème siècle

Le donjon

    Je suis si impressionné par cette imposante tour que je ne me contenterai d'en faire une description "linéaire" :  

* La base a une forme parallélépipédique.

* La tour mesure 14m x 11m.

* Ce donjon possède 7 étages habitables.

* Les courtines sont renforcées par 3 petits contreforts plats.

* Les angles sont contenus par des contreforts épousant le parement.

* Tous ces contreforts sont peu épais.

* Les mâchicoulis protègent les 4 cotés du donjon.

* A chaque angle, une échauguette ronde finalise le système défensif de cette imposante tour.

Avez vous remarqué l'absence de crénelage ?

 

     L'intérieur :

          Le château est une propriété privée non visitable.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château.

* En 1231, Guillaume de Naillac fait dont du château au seigneur de Châteauroux : Guillaume Ier de Chauvigny.

* Vers 1290, le château appartient à la famille Brillac.

* Au 15ème siècle, Marie de Brillac épouse Guillaume de Laigue. Cette nouvelle famille réalise des modifications au donjon.

* En 1460, Jeanne de Laigue épouse Aubert de Montjohan. Le château est donné en dot.

* En 1609, Claude de Montjohan réalise quelques modifications au donjon.

* En 1544 (à vérifier), Catherine de Montjohan épouse le Huguenot Jean de Pons. Le château change de propriétaire.

* En 1581, Anne de Pons (fille de Jean) épouse Philippe, Baron (voir titre de noblesse) de Pierre-Buffière (voir généalogie). Le Château change de famille-propriétaire.

* En 1588, à la mort de Philippe, Anne épouse son frère : Abel de Pierre-Buffière (voir généalogie).

* Au 18ème siècle, le château appartient à la famille de Poix.

* Au milieu du 19ème siècle, le château appartient à Joséphine de Boisé.

* A la fin du 19ème siècle, le château est en ruine. Le donjon est surmonté d'un toit couvert d'ardoises.

* Vers 1900, le donjon est toujours habité.

* Au début du 20ème siècle, les habitants préfèrent maintenant loger dans les bâtiments annexes.

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1965, le toit en ardoise est démonté.

* Au début du 21ème siècle, sans déranger ses habitants, la découverte de l'extérieur du donjon est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

Inoubliable est ma visite en ce bourg de l'Indre

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 17/12/2014 13:59

Petit aparté, juste pour plaisanter un peu, car vous m'avez bien fait rire avec vos calculs !
... Vous n'auriez pas des racines marseillaises, par hasard ?... je trouve votre "éternité" bien courte, en fait... moi qui la croyais... infinie !
... Après un bref calcul de mon côté, et si point je ne me fourvoie, il vous faudra un gros 3 ans, voire 4 tout au plus, à raison de 2 articles par jour, pour venir à bout de vos 2300 articles
restant à écrire... Cela vous laissant, me semble, moult de temps libre pour manger, dormir, ou faire tout autre chose à votre convenance !...
... Sauf si, bien sûr, vous continuez à faire encore des visites de ruines... Ce qui me fait penser au "paradoxe de Zénon d'Elée"... (j'ai retenu ce paradoxe, expliqué en classe de... 3e, ou
seconde, je ne sais plus, car le nom m'avait bien plu : Zénon d'Elée... il m'avait fait rêver... à je ne sais plus quoi de précis, mais il m'avait "transportée" ailleurs qu'en classe !) Alors là,
oui, oncques n'en viendrez à bout, de vos articles !!!
... Mais je vois que point n'avez peur de l'exagération en tout domaine ! (merci pour moi ! je vais finir par redevenir une fillette, à vous "entendre" !... ça me plait assez, d'ailleurs, car c'est
avec les connaissances d'une adulte ! et ça, ça change tout !)

Le Chevalier Dauphinois 17/12/2014 18:13



* Point menti j'ai, hooo belle et jeune Dauphinoise.


* Mesurant le temps avec un sablier, peut être ai je commis une (petite) erreur dans le nombre de grains.


* Mais il faut aussi compter le temps de courir après une oie pour arracher une nouvelle plume, car l'ancienne s'est brisée lors des rédactions multiples et longues.


* Et puis, vous ne comptez point le temps de nettoyage du monocle sinon, point l'oeil efficace j'aurai pour la lecture des prospectus.


* Et enfin, le temps des besoins minimaux (car point faire je vais dans une armure presque étanche).


* Donc.... l'éternité ne me paraît pas être très exagégé.... pas très... mais un peu certes.


** Pour vous, je corrige ma phrase : Il me faudra l'éternité moins un jour.



Anne la Dauphinoise 15/12/2014 21:00

"Secrets" - du moins, renseignements - j'espérais des noms de votre historique tant long : servie je suis !
Rien qu'avec une ligne, celle de 1581, j'ai pu faire un lien, direct ou ténu, avec 7 de vos castels et même avec notre Dauphiné.
Il faut dire que vous m'avez bien aidée en donnant "le juste lien" qui mène à une généalogie. De celle-ci, j'ai poussé mes investigations plus avant (et vérifié, pour certains renseignements, dans
vos castels-mêmes).
... Malheureusement, ici mes grimoires ne m'ont été que de très mince secours, étant presque tous axés sur le Moyen-âge. Mais grâce à votre lien du XVIe siècle, j'ai pu remonter à mon époque
"fétiche"... Alors, très grand merci, Chevalier !

... En 1581 est citée Anne de PONS. Les Pons, du donjon de Pons, ont des ancêtres communs avec les Pons d'Hostun encontrés à GENOUILLE (ceci, pour l'un des liens ténus avec le Dauphiné).
... La belle-mère d'Anne de Pons, donc mère de son mari Philippe de Pierre-Buffière, est Marguerite de Bourbon-Busset, née à BOMMIERS (vu sur une autre généalogie); donc, je suppose, fille de l'un
des La Trémoille qui possédait Bommiers, pour y être née.
... La mère de Marguerite de Bourbon-Busset est Louise (de) Borgia, duchesse de Valentinois (autre lien ténu avec le Dauphiné), encontrée à LA MOTTE-FEUILLY. Louise Borgia a été mariée à Louis II
de la Trémoille.
... Or, un descendant de Louis II de la Trémoille était seigneur de TAILLEBOURG : Frédéric-Guillaume de la Trémoille.

... De plus, une soeur de Philippe de Pierre-Buffière (mari d'Anne de Pons), Isabeau de Pierre-Buffière, est mariée à Guy de BADEFOL(S) (sur Dordogne).
... Guy de Badefols devrait être un descendant de François de Badefols qui vivait du temps de Louis XI (dont je vous avais parlé au castel de Badefols-sur-Dordogne): son arrière-arrière
petit-neveu, si je ne me trompe point.
... Et, Badefols-sur-Dordogne m'a évidemment fait penser à Seguin de Badefols, seigneur-brigand, d'une famille dont François de Badefols faisait partie, je le suppose encore ici (mais point n'ai su
retrouver le lien entre ces 2 hommes). Par Seguin de Badefols, je me suis ainsi "transportée" au castel de SAINT BERNARD (dans l'Ain actuel).

Bien sûr, il y a d'autres castels et leurs seigneurs impliqués ici (rien qu'avec les familles de La Trémoille, de Chauvigny...) Mais point n'ai eu le temps d'approfondir.
... Le périple que j'ai entrepris à travers vos castels juste avec un nom m'a déjà enchantée !

Le Chevalier Dauphinois 15/12/2014 22:50



* Impresionné je suis !


* Avec un simple lien, vous ayez pu retracer autant de familles dont le château est dans ce blog.


* Il faut de suite que je rédige les 2300 autres articles (correspondant aux châteaux visités).


* Mais... 2300 articles, cela va me prendre toutes les nuits et tous les jours pour une éternité sans dormir ni me reposer.


* Diantre !.... Qu'il n'est point facile d'être Chevalier au service d'une belle et jeune Dauphinoise.


 



Anne la Dauphinoise 12/12/2014 21:54

P auvre de vous, qui dès potron-minet devez,
R éveillé à moitié, enfourcher destrier !
U n tant matinal est-il, je le reconnais.
N e souffrent point attente vos ruines, semblerait...
G uidé ainsi, longeant destre rive d'un cours d'eau,
E tes parvenu à ce bourg dont le fort château
T oujours est en vie grâce à unique vestige.

T out ça pour un reste esseulé ? !... Mais tel prestige
E mane de ce puissant donjon que ne sont guère
N écessaires autres "preuves" ! Est-ce suffisant et clair :
D e l'ensemble nous pouvons rêver, imaginer
U ne forteresse grandiose, car donjon érigé

I ndique que ne sut être castel lilliputien !
N anti de sept étages et d'assise large bien,
D onjon a dû connaître effervescence, antan.
R iches seigneurs et leurs hôtes durent avoir bon temps
E ntre ces murs épais - n'en faut douter - même si

B aignées de lumière salles ne devaient être mie.
E n protection de près, alignés au sommet,
R obustes mâchicoulis pluie de pierres déversaient.
R ecul avaient gens d'armes des échauguettes. Tirer
Y pouvaient-ils sur deux niveaux ? L'ai-je supposé...

N ous sommes impressionnés par aspect très austère.
O r, durent l'être tout autant ennemis de naguère :
T ourment auraient eu oser défier ce géant
A ux murs lisses et borgnes, ou presque, dès lors leur offrant

B ien peu de chances s'insinuer à l'intérieur...
E n fait, je me demande si ce castel eut l'heur
N e subir oncques dommages ? N'en souffle mot histoire.
E ut-il vie de plaisir, sans nul moment de gloire ?...
...

P our sûr, je fus heureuse lire tant et tant de noms !
S ecrets, je l'espère bien, peut-être me livreront...

Le Chevalier Dauphinois 15/12/2014 18:40



* Il n'est point facile d'être un Chevalier Castellologue Amateur


* Tôt il me faut être debout ou sur mon destrier, durant mes périodes de vacances.


* Médaille je devrais avoir.


** Au sujet de l'histoire du château, je n'ai abolument rien sur ses attaques.


** Aurait il fait autant peur ?


** Ou bien la province était elle calme ?



Lionne du Nord 12/12/2014 19:51

Magnifique! On le dirait tiré des contes de Fées!
Savais-tu que mes ancêtres viennent de Poitiers?
Bises mon preux Chevalier!

Le Chevalier Dauphinois 15/12/2014 18:41



* Peut être y avait il une belle princesse endormie en haut de la tour !


* Diantre.... Il me faut la réveiller de suite par un baiser (et plus si affinité bien sur).