Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 07:08

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Le bourg :

       Voyez vous une église fortifiée ? Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Genouilé est situé à 40km au Sud-Ouest de Niort, à 32 km au Nord-Nord-Ouest de Saintes, à 30km au Sud-Est de La Rochelle et à 22km au Nord-Est de Rochefort.

     Coordonnées du bourg :

46° 1′ 24″ N 0° 47′ 2″ W
 46.023333°  -0.783889°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Vais je revenir bredouille ?

    Après avoir visité la maison forte de ce bourg, je traverse la rue pour tenter de voir la deuxième bâtisse fortifiée de Genouillé.

    La massive église sans transept ni haut clocher ne semble pas posséder de système de tir ni de salle de sauvegarde.

  Une enquête fascinante commence.

 

Les systèmes défensifs

    En regardant l'église depuis le grand parking, je n'ai plus aucun doute. L'église de Genouillé fait bien partie des églises fortifiées de Saintonge.

  Les contreforts à larmier larges et peu profonds évitent d'importants angles morts. Proche du toit, des ouvertures de surveillance prouvent l'existence d'une salle de repli. La diversité des ouvertures m'étonne :

* La plupart des ouvertures sont identiques et classiques,

* Certaines comportent des crapaudines ayant du recevoir un mantelet (voir exemple au château d'Aigle).

* Et quelques rares possèdent une ouverture ronde pour arme à feu.

  Pour monter à l'étage, il faut un escalier que je suppose être dans cette construction avancée. Les fentes verticales alignées sont certainement les puits de lumière.

Voyez vous une curiosité architecturale ?  Des contreforts non classiques

Des curiosités architecturales
    Soudain, mon regard est attiré par le "renfoncement" au milieu de la nef. Ce ne sont pas les jolies fleurs poussant à la base de l'église qui m'interpellent, mais les 5 petits contreforts imbriqués.

 

Avez déjà vu ce type d'architecture ?

 

  Leur fonction et rôle sont  incompréhensibles. Ma surprise est encore plus grande lorsque je constate que les 5 se rejoignent dans un larmier unique.

   Il est difficile de comprendre la raison de ces renforts, car il me semble que l'église a été modifiée de nombreuses fois sans tenir compte des constructions antérieures.

 

Le portail

   Il est typiquement Saintongeais avec 2 niveaux. Chaque niveau comporte une ouverture centrale et une baie aveugle de chaque coté, en forme de zigzag en partie basse. A part des motifs géométriques, les sculptures sont rares. Il n'y a que les modillons de la corniche qui font références à des hommes aux expressions stylisées.

 

        L'intérieur :

La pénombre règne

   En pénétrant dans l'église, je suis confronté à une faible clarté. Cette "obscurité" est classique pour les églises Romanes. Le manque de lumière est du aux fines fenêtres très ébrasées (voir vocabulaire) situées en hauteur évitant l'intrusion de brigands.

   C'est un système de protection minimal et classique pour une église fortifiée. Leurs dimensions et formes si variées me font penser qu'elles ont été ouvertes à des périodes différentes.

   Le contraste lumineux est important avec l'abside éclairée par une large baie Renaissance.

 

Le plan

   L'architecture intérieure comporte les classiques éléments de l'art Roman (certains historiens affirment que l'église date de l'époque de transition). La nef est composée de trois importantes travées. Les piliers sont pauvrement sculptés (mais peut être ma sensation est causée par une restauration trop "stricte").

   Les voûtes en pierre sur croisées d'ogives comportent au centre une clé "animalière". Ma mission de touriste étant terminée, je cherche le moyen de monter pour découvrir les salles de repli. Bien que j'aie trouvé la porte, je n'ai point la "clé du bonheur" pour découvrir les étages.

 

A quoi sert cette bande noire ?

    "Ceinturant" l'église, une longue bande noire attire mon attention. Des blasons colorés égayent cette énigmatique rayure sombre.

Quelle est la fonction de cette curiosité ?

   Ces dessins se nomment : Litres seigneuriales (voir définition). Ces litres montrent les blasons de deux importants seigneurs du 18ème siècle :

  * Morel d'Aubigny,

  * De Goussé de la Roche-Allart.

 

Est ce un cercle magique ? Voyez vous les 2 cercles ? Connaissez vous ce blason ?

 

Je vous ai déjà montré cette curiosité sur les murs de l'église d'Authon dans le même département.

 

C'est la fin

   Ayant dévoré chaque détail de l'église fortifiée de Genouillé, c'est debout que je retourne me réchauffer avec ma blonde  sous les doux rayons du soleil de Charente Maritime.

 

 

Histoire de l'église :

* Au début du 13ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, des fenêtres sont aménagées pour amener la lumière.

* Au 16ème siècle, l'église est endommagée par les Guerres de Religion.

* Au 18ème siècle (?), partiellement détruit, le puissant clocher est remplacé par un haut campanile à quatre baies.

* En 1913, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 20ème siècle, les traces d'incendie causées par les Guerres de Religion sont encore visibles.

* A la fin du 20ème siècle, une campagne de consolidation et de mise en valeur est réalisée. Les traces de son dur passé sont pratiquement gommées.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l'Assomption) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Je vais rejoindre la lumière

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 16/03/2016 20:57

Si j’avais découvert ce moutier aujourd’hui, je pense que ma prose aurait été la même (adonc, je vous évite un nouveau long commentaire !) : l’une des rares fois où j’ai préféré l’intérieur à l’extérieur… sauf que j’aurais mis plus de nuances pour l’extérieur : il n’est pas « bel à voir », je trouve, mais son austérité brute me sied tout de même !

En revanche, le détail des 5 contreforts imbriqués qui n’en font plus qu’un ensuite n’avait pas dû m’interpeller à l’époque… Vous n’avez toujours pas la réponse les concernant ?…
Il est bien étonnant que je n’aie point remarqué, non plus, la belle fleur que vous offrez en image à vos lecteurs… Vous connaissez son nom ?

Le Chevalier Dauphinois 17/03/2016 18:29

* J'adore lorsque les églises sont anguleuses et tourmentées, amplifiées par les multiples contreforts asymétriques.
* Même si j'ai adoré ce moutier, j'étais pourtant resté debout à Genouillé..... hihihi.
-1- Je n'ai toujours pas l'explication de ses contreforts imbriqués qui se rejoignent en un seul larmier.
-2- Hélas, mon inculture florale ne me permet pas de reconnaître cette "perfection" colorée.

Anne la Dauphinoise 24/05/2013 18:37

... Et cette église a déclenché acrostiche de plaisir !
M ais point ne faut-il au début s'arrêter de le lire...

E st bien difforme ce bâtiment...
G uère n'est de l'extérieur plaisant :
L e chevet plat ne me sied point;
I l manque le transept, et de loin
S on clocher-mur semble couper
E n deux l'église, la "poignarder"...

D e plus, ajouts, là occultèrent
E lancées fenêtres de naguère...

G rand portail sur façade n'a pu
E moi me donner, mais j'ai su
N otamment modillons aimer.
O uvertures sur nef m'ont charmée :
U ne salle de repli, prouvent-elles.
I mpressionnantes crapaudines, elles,
L aissent imaginer mantelets
L ivrant protection contre jets.
E t trous pour fusils furent exprès

C onçus sous d'aucunes, bien plus tard.
H élas, n'a point voulu hasard
A ccepter de vous ouvrir l'huis
R endant accessible aujourd'hui
E scalier dans tour aperçue...
N e suis-je cependant pas déçue,
T ant, franchie la porte, fus surprise :
E h oui ! par l'intérieur conquise !...

M iracle ? non pas... Dois-je avouer :
A tmosphère pourtant m'a "troublée".
R ien de mystique : grande quiétude
I nattendue... Sous dehors rudes
T out en douceur sont les entrailles;
I l n'est point de détail qui faille :
M irable est le plafond voûté,
E ngageante, la nef dépouillée.

S ont fenêtres effilées, bonheur :
A mbiance feutrée donnent; leur lueur
I llumine cependant ces lieux.
N 'est-ce point quelque magie des dieux ?...
T rès peu de sculptures ne me gênent.
O de à l'austérité ? à peine...
N udité du décor me sied,
G arante de grand sérénité.
E t puis, litres, ici sont montrées :
...

N 'arrêterai-je point, que j'aie dit
O combien je les apprécie;
T ant beaux blasons les embellissent...
A insi... fut l'intérieur délice !

Le Chevalier Dauphinois 26/05/2013 07:24



Impressionnée avez vous du être


Pour créer une prose aussi dense.


Je n'ai que ces quelques mots à vous soumettre


En remerciement pour votre travail immense.



Anne la Dauphinoise 23/05/2013 21:28

Je me souviens fort bien de l'église de Woel (avec son magnifique hourdage - sans y être retournée je le revois dans mon esprit- , moi qui aime tant les hourdages)
J'avais franchement ri en lisant votre prose, mais, d'un autre côté, je me demandais comment des gens "croyants" avaient pu prendre vos écrits...? un peu "osés" pour un lieu sacré, non ? !...
d'ailleurs, mon commentaire avait été basé là-dessus, si ma mémoire est bonne; mais le hourdage m'est vraiment resté dans la tête : les 2 choses ont-elles contribué à ce que je me souvienne de ce
lieu ? sûrement !
Quant au fait de se lasser : point ne peut-on se lasser si l'on aime ce genre de choses. Toutes sont si différentes, même si les noms restent les mêmes : salles de repli, bretèches, etc...
Et des surprises nous attendent toujours... là où l'on s'y attendait le moins, parfois. J'en ai encore fait l'expérience ici, et cela me donne encore plus envie de voir moult édifices de la sorte,
bien qu'à l'origine cela ne me tentait pas plus que ça.

Le Chevalier Dauphinois 24/05/2013 12:38



  Pour varier les proses, il faut parfois prendre un peu de risque. Je subodore que les Croyants-catholiques ont de l'humour et même j'en suis certains. Il y a peu d'intégristes religieux en
notre Royaume.


  Et puis, je n'ai rien fait à cette beauté (heu... je suppose ). Je suis certain que durant sa longue
vie dans une région qui fut lieu de guerres, elle a du voir d'autres horreurs. La parodie du Chevalier lui a certainement déclenché un rire de plaisir.



Anne la Dauphinoise 22/05/2013 20:30

Vos différents genres m'ont plu ici, contrairement à l'église de Berneuil. Vous serez même surpris, je pense, lorsque vous lirez mon acrostiche qui a déjà pris un peu forme dans mon esprit. (Je me
suis surprise moi-même !)
... Le rempart, dont vous parlez dans la maison forte, allait jusqu'à l'église, alors ? Ingénieux, si les 2 bâtiments se sont associés pour la défense : le sabre et le goupillon ont donc trouvé 2
terrains d'entente ici !

Le Chevalier Dauphinois 23/05/2013 20:22



  Parfois, je me demande si le lecteur ne va pas se lasser de lire/voir les mêmes salles de repli, mêmes contreforts, mêmes fines fenêtres..... Et ne vais je pas me lasser de narrer cela ?


   Donc j'imagine des versions différentes, des styles et présentations cassant la monotonie. Berneuil est  un exemple d'article non classique, celui d'un Chevalier-touriste.


  Woel est aussi un essai dans la différence.
Lorsque j'ai pris la première photo, j'ai de suite imaginé le récit. Il ne me restait plus qu'à l'écrire.



Anne la Dauphinoise 22/05/2013 15:24

Puisque vous avez mis le lien...
Quelle architecture bizarre et cocasse : une grosse masse... difforme ! (à mes yeux)
La première chose que j'ai vue, sur votre 1ère photo en haut à droite, est ce muret, plus récent (?) avec des fentes de tir ?... Point ne comprends ce muret ici, devant le chevet (plat à ravir,
sauf que, point ne le trouve ravissant !), avec des fentes de tir positionnées si bas...?
Je reviendrai plus tard pour le reste.(Je veux vous laisser tranquille... avec votre blonde !... Point n'avez donc peur du feu de l'enfer, d'insérer une telle image dans un article "sacré" ? !...
Et point n'ai-je donc encore tout vu de vos "nouveautés", dirait-on...)

Le Chevalier Dauphinois 22/05/2013 18:20



Dans cet article, j'ai voulu marier différents genres :


  * L'étude architecturale fortifiée,


  * La découverte d'énigmatiques contreforts,


  * La description des sculptures religieuses,


  * Les peintures des litres seigneuriales,


  * Et l'humour final....


 La variété pour une massive église.


   Nota : L'église et la maison forte sont construites cote à cote (un petit passage les sépare). Elles devaient ensemble contribuer à la protection des habitants.