Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 06:30

 

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

 

Le bourg : Quelle magnifique église fortifiée ! 

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Ecoyeux est située à 60km au Nord-Ouest d'Angoulême, à 40km au Sud-Est de Rochefort, à 15km au Nord-Est de Saintes et à  15 km au sud de Saint Jean d'Angély.

 

     Coordonnées de l'église :

45° 49′ 23″ N0° 30′ 21″ W
 45.823056° -0.505833°

 

 

L'église : 

        L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité la maison forte d'Ecoyeux, je marche quelques mètres pour dévorer des yeux un magnifique bâtiment religieux fortifié.

 * L'église sans transept est massive tout en étant légère.

Incroyable n'est ce pas !

 * Le choc de la surprise passé, je tente de retrouver un peu de lucidité.

* Pourtant, je suis certain d'être en face d'une des plus belles églises Romanes fortifiées de France.

Qu'en pensez vous ?

 

Je n'ai aucun doute sur la présence de système défensif

Est ce un clocher ou un donjon ?

 * Parfois, en découvrant une église qui serait fortifiée, il me faut de longues minutes d'observation pour trouver l'indice qui va justifier la présence d'un article du bâtiment religieux.

 * Mais en face de l'église d'Ecoyeux, je ne me pose aucune question, les preuves sont multiples.

 Sauriez vous me les énoncer ?

 

Analyse des défenses

   Il y a tant à voir qu'il me semble plus logique de faire une liste numérotée :

1 - A droite, coté portail, deux magnifiques échauguettes comportent de petites archères en croix.

2 - Une des échauguettes est posée sur des consoles créant ainsi des mâchicoulis (voir vocabulaire).

3 - L'autre est plus haute sans mâchicoulis.

N'êtes vous pas surpris par cette asymétrie ?

4 - La plus petite échauguette est curieusement portée par un contrefort à larmier dont l'épaisseur est surprenante.

5 - Au dessus de la nef, dont les petites fenêtres en hauteur ne permettent pas le passage d'un assaillant, un étage a été aménagé après la construction de l'église. Curieusement, cette salle de repli ne comporte aucun système de tir.

6 - Le clocher, carré et massif, possède deux larges et hautes fentes sur 3 faces. Il devait y avoir une salle de guet.L'élégance des colonnettes contraste avec les fentes de tir

7 - Au dessus d'une corniche (sous les fentes), de nombreux trous de boulin à l'espacement symétrique me font penser aux vestiges d'une passerelle en encorbellement.

8 - Sur la quatrième face, une sorte de petite tour carrée est accrochée. Elle possède plusieurs fentes verticales pouvant s'apparenter à des archères primitives.

Quelle curieuse "verrue" ! 

9 - En prenant un peu de recul, je ne vois plus un clocher mais une tour de défense. La fonction de la "verrue" me semble évidente. Cette construction abrite un escalier desservant les 2 étages.

10 - Comme pour la nef, le chevet comporte sous le toit une salle de repli défensive.

11 - De nombreuses archères facilitent la défense.

12 - Je suis surpris par la diversité de ses fentes : Droites, cruciformes, etc....

 

Décoration il y a

* Ma description des différents systèmes défensifs m'a fait oublier que le bâtiment est une église.

* En général, les constructions religieuses comportent de nombreuses pierres sculptées.

* Celles-ci sont magnifiques comme par exemple ses colonnettes et ses modillons.

* Entre les deux, des archivoltes embellissent le mur et donne de l'élégance au chevet.

* Le contraste avec la salle de repli défensive au dessus est fascinant.

Un portail décoré et pourtant très défensif

 

Une porte bien défendue

* L'entrée est défendue par les 2 échauguettes couvertes de toitures en poivrières.

* Elles sont reliées par un chemin de ronde non couvert.

* Celui-ci possède un classique crénelage dont les merlons sont fendus.

Quel système de défense lui manque-t-il ?

* Pour être parfait, il faudrait une bretèche (voir vocabulaire) au dessus de la porte.

 

Le portail

* Le contraste entre les rudes systèmes défensifs en partie supérieure et les délicates décorations en partie basse m'interpelle.

* Sous une fenêtre, la corniche, avec de jolis modillons, semble être portée par 2 colonnes.

* La partie basse comporte un vaste portail à trois arcatures aux claveaux magnifiquement décorés de palmettes et de fleurs. Ce riche portail est  flanqué de deux baies extérieures aveugles.

* Ces 2 baies possèdent 2 caractéristiques :

- Au centre un mur en opus spicatum --> (voir définition).

- Sur le coté, des contreforts à larmier certainement aménagés après  la construction de l'église.

 

        L'intérieur :

"Sésame, ouvre-toi !"

* C'est ainsi que j'entre dans l'église. Comme je l'avais constaté à l'extérieur, la nef est linéaire.

* L'ambiance est sobre, sans sculpture ni colonne et encore moins de plafond voûté d'ogives.

* La renaissance n'a pas changé la pureté Romane de l'abside.

* Ne trouvant pas de porte ouverte pour visiter les salles supérieures de repli, je reprends la sortie en suivant la lumière.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est fortifiée.

* Vers 1789, un rapport affirme que l'église est en mauvais état. La somme pour la rénover est très importante.

* En 1881, le curé du village fait un état des lieux très négatif sur l'entretien de l'église.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Vivien) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Est ce la plus belle église fortifiée de France ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées Vers Menu châteaux Charente Maritime

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierrote 29/10/2016 13:16

E st-il, pour sûr, l’un des romans moutiers
C omme on en voit peu, si bien fortifié.
O r, ai-je tout dit dans mon premier écrit.
Y sont vus vraiment tout ce qui a mis
E glise au rang de castel, en forçant
U n tant le trait de ce bâti sis en
X aintonge (est-ce nom de cette province, antan).

N ‘avais-je du lieu évoqué l’intérieur.
O ui, je ne regarde mie avec bonheur
T out ce qui appartient au religieux.
A observer ces entrailles un peu mieux,

B ien dois-je reconnaître que le maître-mot
E st austérité, juste « blanchie » trop.
N e furent accessibles fortifications :
E st-ce, dans ces constructions, ma seule passion !

P eut-être que j’exagère un petit tant…
S culptures païennes sont objets attirants !

Le Chevalier Dauphinois 29/10/2016 13:34

* Cette église est unique !
* Elle fait partie de mes 5 églises préférées tant elle est fortifiée (presque) à la perfection.
* Et puis, il y a en cette province une architecture des portails magnifique... et certainement unique.
* L'extérieur est un délice qui m'a fait passer au moins 4 heures de plaisir.... sans compter sa rédaction.

Anne la Dauphinoise 01/07/2013 12:31

Pitié, Ô, Chevalier ! N'ayez point trop la tête qui enfle, sinon, votre heaume devenant trop étroit, vous allez le changer contre votre chapeau de paille !
Quant à la fleur... celle de la passion vous avez, m'aviez-vous répondu une fois (pour une fois que je connaissais le nom d'une fleur, inconnu de vous !)
Je la préfère à la fleur de narcisse... qui pourrait vous faire tomber de votre destrier, si vous vous penchiez trop pour admirer votre reflet dans l'éclat de votre armure bien "astiquée" !(comme
je suppose qu'elle doit être !), alors que celle de la passion nous donne, par vos yeux, le reflet de votre vison des belles ruines que vous découvrez.

Le Chevalier Dauphinois 02/07/2013 12:38



   Je me souviens de cette fleur que vous m'apprites. Passion d'elle j'ai maintenant. Durant de nombreux mois, je vais alterner églises et châteaux. Même si parfois le chapeau de paille sera posé dans mes textes, je
n'en oublierai pas le heaume de passion.


  Et si ma tête grossit, on m'apellera "Le chevalier au heaume de fer" (car point masque cela est pour moi)



Anne la Dauphinoise 30/06/2013 03:09

J'avais bien compris qu'il y avait 2 genres d'opus. Point ne pensais que vous auriez pu faire une erreur. j'étais d'ailleurs allée sur le lien que vous nous avez donné, et c'est là que j'avais
connu la différence. Au départ, en voyant les premières phrases des explications de la 1ère définition je pensais qu'ils parlaient des arêtes de poisson.
Cela m'avait amusée, ces 2 termes presque identiques. Et j'étais "fière" de connaitre le nom savant de nos arêtes de poisson ! Mais en fait, tout comme vous, je ne vois pas trop la différence...
sauf, si j'ai bien saisi, la façon de faire le joint... ? mais ai-je bien compris ?

Le Chevalier Dauphinois 30/06/2013 16:36



  J'avoue que la distinction ne me paraît pas très évidente  . Même mon petit fascicule d'architecture
n'est pas prolixe.... Mais placer un mot "rare" ou de spécialiste m’enorgueillit... Aurai je la tête qui enfle sous mon heaume et une fleur de narcisse en moi ?



Anne la Dauphinoise 27/06/2013 14:28

Puique lien à la maison forte vous nous aviez donné, aussitôt vers lui me suis-je empressée...

E moi !... S'en est-il fallu de tant peu -
G uère plus - pour qu'ayons eu devant nos yeux
L 'image d'un castel !... Mais raison garder
I l me faut : s'agit-il bien d'un moûtier.
S ûr qu'il n'est point ordinaire, pour ça non !
E n lui, partout défenses découvre t-on.

F açade austère, remaniée à merveille,
O ù deux échauguettes asymétriques veillent,
R eliées par chemin de ronde découvert.
T ous furent aménagés de moult d'archères.
I mposants contreforts "ferment" l'entrée :
F uite impossible, alors, car les archers
I nfatiguablement lançaient leurs traits,
E t sauve retraite point l'ennemi n'avait...
E st-il vrai que contraste ici surprend;

D evinerez ce qui me sied vraiment...
'
E n ai-je appris sur l'opus spicatum !
C royais-je que c'était l'opus piscatum !
O u, nommé chez moi : "arêtes de poisson"...
Y a t-il différence dans la façon...
E t le chevet nous offre le même rendu :
U n bas, roman, travaillé, qui est du
X IIe siècle, je présume, alors qu'en haut

S alle de repli ne fut construite si tôt.
A cette dernière couvert nef tout autant;
I mmense fut-elle dans cette partie, pourtant
N ulle trace de défense comme sur le chevet.
T our-clocher, au mitan, dut faire le guet...
O uvrage peu commun qui a su allier
N oblesse et finesse en étant guerrier.
G uère n'ai-je vu ici de grand "superflu";
E t... modillons m'ont tout de même bien plu !
...

N e sais-je si est la plus belle romane fortifiée :
B ien plus menues, austères, chez vous m'ont mieux "charmée"...

Le Chevalier Dauphinois 29/06/2013 13:23



   Je me doutais que cette église serait votre. Elle est si belle, si puissante comme un château que je me devais de la narrer longuement et de la montrer sous tous les angles avec
quelques détails architecturaux.


   J'ai passé presque 2 heures à admirer cette église presque unique !


Sauf erreur de ma part (mais j'avoue avoir cherché la vérité avant de proser) ce que je montre est bien : L'opus Spicatum.


Les arrêtes de poisson semblent se nommer : Opus_Piscatum ... Mais la nuance me
parait très subtile au point que je me demande si "l'erreur d'orthographe" désignerait la même curiosité architecturale.