Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 07:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

  Ce dessin est le dessein de ma journée

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg d'Authon-Ebéon est situé à 60km au Nord-Ouest d'Angoulème, à 40km au Sud-Est de Rochefort, à 20km au Nord-Ouest de Gognac et à 9km au Sud-Ouest de Matha

     Coordonnées du bourg :

45° 50′ 13″ N 0° 24′ 26″ W
 45.836944°  -0.407222°

 

L'église : 
        L'extérieur :
Préambule

   Durant mes vacances dans ce beau département permettant de manger des huîtres et du melon puis de boire du Pineau (avec modération évidemment), je me suis fixé comme but de voir l'église fortifiée dont je possède le croquis dans la poche arrière de mon armure. 

  Fébrile, j'entre dans le petit bourg d'Authon-Ebéon.

  Est ce une tour crénelée ?

La découverte

    A travers les arbres agréablement disposés autour d'une place servant de parking, je découvre une construction fortifiée survolant les toits des maisons.

Est ce l'église ?

 

Le chevet

   En contournant les feuillus, un curieux chevet plat s'offre à moi. Cette haute façade est percée d'une grande fenêtre romane encadrée de deux colonnes. La partie centrale est flanqués de deux baies extérieures aveugles.

  Évidemment, votre Chevalier Dauphinois est attiré par le crénelage au sommet et surtout par la construction en encorbellement.  Cette "verrue" évidée à sa base est une bretèche (voir vocabulaire ). Sa fonction était de martyriser le crâne des assaillants souhaitant entrer par la fenêtre du chevet.

 

Le clocher
   Rapidement, je regarde le clocher curieusement construit  sur le coté comme une tour. Il ne dispose pas de crénelage, ni de système défensif. Je suis surpris par ses pierres de dimensions différentes et dont l'alignement en chaotique.

Est ce du à des reconstructions ? 

Mes yeux se troublent danst une telle église ! 

Les contreforts

   En contournant l'église, je suis surpris par la multiplicité des contreforts et surtout par leur variété et leur entrelacement. Cela se voit sur cette vue (proche du chevet), mais surtout sur cet angle de vue.

Avez vous remarqué quelques détails sur ces curieuses constructions ?

* A l'origine, les contreforts étaient peu épais et peu larges (flèche rouge).

* Puis ont été aménagés sur la construction initiale, des contreforts à larmiers (flèche orange).

* Puis de massif contreforts (flèche verte).

Incroyable n'est il pas ?

 

Des murs rehaussés ?

    L'extrémité de l'église coté portail est très intéressante. La différence de couleur de pierres entre le sommet et le reste du mur me fait penser à une rehausse du bâtiment. Cette curiosité se voit aussi sur le crénelage de la tour d'angle

  En prenant un peu de recul, cela semble plus logique. Sur l'autre façade, la raison de cette rehausse semble évidente. Elle a permis de poser au sommet une salle de repli avec un système défensif.

Une église-château ou un château-église ? 

Le portail

   En découvrant le portail, je me sens transporté entre 2 mondes :

       - Celui d'un chevalier guerrier,

       - Et d'un paroissien paisible.

   Voici ce qui justifie ma dualité :

1 - De chaque coté, les tours sont un mélange de système défensif avec créneaux et de contrefort à larmier.

2 - Au sommet, un chemin de ronde avec crénelage et archères en croix dans les merlons.

3 - En dessous, dix petits arcs supportent une corniche pouvant faire penser à des mâchicoulis (voir vocabulaire). Ces arcs reposent sur des modillons dont trois seulement sont sculptés.

4 - Au dessus du portail, deux colonnettes encadrent une fenêtre à voussure.

5 - Des colonnes dont les chapiteaux montrent des décors de feuillage et d'animaux encadrent la porte. Elles supportent trois voussures comportant des motifs géométrique (losanges et pointes).

 

        L'intérieur :

Classique

   En entrant, je suis en admiration devant la forme simple et linéaire de cet intérieur. Les murs dépouillés et la blancheur augmentent la rusticité.

  Je suis surpris par le manque de lumière pour une église. Il est vrai que les fenêtres sont rares et que leur faible dimension n'apporte que peu de clarté. La partie la plus éclairée est le choeur.

    Pensant avoir vu l'essentiel et étant certain que les salles fortifiées des étages me seront interdites à la visite, je me dirige vers la sortie quand.... je suis attiré par les bandes noires à mi-hauteur.

 

Les dessins 

      En portant mon attention sur la bande noire "encerclant" l'église, je remarque des blasons.

  Ces dessins se nomment : Litres seigneuriales (voir définition). Les litres funéraires montrent les blasons des différents seigneurs qui se sont succédés au château d’Authon (Le castel fortifié n'existe plus).

   Il est amusant de constater que la couleur jaune domine accompagnée parfois du rouge.

Sont ce les seules couleurs que les peintres savaient fabriquer ?

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 15ème siècle, l'église est fortifiée.

* En 1907, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l’Assomption) est libre et gratuite depuis les ruelles. La visite de l'intérieur des systèmes fortifiés est interdite.

 

A qui appartenait ce blason ?

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente Maritime

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Esclarmonde 02/02/2013 22:18

Je me rendrai certainement dans cette région des Charentes cette année et je crois qu'au point de vue vieilles pierres je serai comblée ! J'irai fouiller dans le grenier de ce blog avant de m'y
rendre, sept ans est un âge fort vénérable pour un blog, il y a tant qui s'arrêtent au bout de quelques mois à peine, félicitations...

Le Chevalier Dauphinois 05/02/2013 13:13



Diantre... Pour te plaire il va me falloir faire d'autres articles. Ce département n'est pas le plus dense en châteaux forts et ruines médiévales, mais il possède quelques beautés incroyable. Le
style Saintongeais pour les églises est fascinant !



Anne la Dauphinoise 27/01/2013 11:37

Bien je savais que dans ce blog le temps on remontait... mais pas au point que le sablier des jours - ou compteur- lui aussi à rebours partait !... hier, 6 ans et 364 jours marquait : me dis-je :
"demain, bel anniversaire fêterai"... et ce jour, 363 étaient...
Les 7 ans n'y sont mie !... tant pis, voilà aujourd'hui mon écrit :

L a superstition n'étant point mon fort,
O mettrai-je d'en parler, mais dirai lors :
N 'est-il pas merveilleux qu'ayons d'abord
G agné, à vous lire, 7 ans de bonheur...
U n temps magique peuplé de châteaux forts,
E t d'histoires de rois, de comtes ou seigneurs...

V raiment, plaisir nous avez-vous donné...
I l n'est alors qu'à toujours souhaiter
E tre pour longtemps par vos écrits "bercés"...
!
... Grand'merci à vous, Chevalier !

Le Chevalier Dauphinois 27/01/2013 19:54



Diantre..... J'ai tenté de faire une modification de mon html depuis un smartphone et.... une erreur a modifié plus que j'avais prévu. De suite, je viens de modifier ce petit calculateur de
jours. Mon blog a bien ses 7 ans !


  Il vous remercie pour votre belle prose et il vous promet que dans 1 siècle, il sera toujours là pour vous plaire.



Anne la Dauphinoise 25/01/2013 21:57

A i-je eu également devant l'entrée
U n sentiment double, à sa forme lié :
T répas ou "rédemption" proposait-elle,
H appés, les uns, par un destin cruel,
O u heureux, les autres, d'être réfugiés...
N 'a de cesse, cette entrée, le rappeler :

C omme des bras protecteurs, peut-on la voir,
H auts murs des tours ici semblent vouloir
A ttirer, dans cet "entonnoir" crée,
R éellement les hommes à épargner;
E t devient "porte du salut" le portail...
N 'est-elle, au rebours, vue comme une "tenaille",
T errible guet-apens pour les ennemis
E ngagés là ?... à peu tenait leur vie :

M altraités par les défenseurs des tours
A yant, ceux-ci, du fronton le concours
R equis, grâce aux archères, mâchicoulis...
I nquiétés furent les intrus, "esbahis",
T raités comme suppôts de Satan naguère,
I ls se devaient "passer porte de l'enfer"...
M 'a vraiment cette façade impressionnée,
E t permis, il est vrai, de fabuler...

S ûre je suis bien, du moins, de ce qui suit :
A i-je appris nouveau terme par vos écrits -
I mages à l'appui, ici primordiales -
N e connaissais-je point les litres seigneuriales,
T émoins de la puissance des nobles d'alors.
O uvrages teintés de noir et de couleurs,
N e savent-elles aussi, ces litres, révéler
G rand'largesses de dons faits à ces moûtiers ?...
E tant ainsi le paradis gagné...!

Le Chevalier Dauphinois 05/02/2013 20:56



   Comme votre prose décrit magnifiquement cette ruine et ma tentative de la faire aimer. Ce type d'église fortifiée est rare. Même si je la connaissais un peu avant de la voir, ce fut
un choc quand elle fut devant moi.


  Les bâtisseurs ont il eu plaisir à la faire si forte ?.... Je le pense.