Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 06:30

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 La surface di site fortifié est impressionante

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Surgères est situé à 30km Est-Sud-Est de La Rochelle et 24km au Nord-Est de Rochefort.

     Coordonnées du château :

46° 6' 19.994" N
0° 45' 2.084" W
 46.105554°
 -0.750579°

 

Le château : 
        L'extérieur :
Le travail préparatoire

   Plusieurs mois avant de partir en vacances, je détermine le département que je souhaite découvrir puis je me plonge dans ma bibliothèque pour humer les beautés que je vais déguster.

  Revues, livres, dictionnaire des châteaux défilent sur mon bureau pour me permettre de cocher sur la carte IGN les bourgs et lieux dits à visiter. C'est ainsi que j'ai découvert le plan de la forteresse de Surgères.

Au 21ème siècle, le château est il toujours aussi impressionnant ?

  Bien qu'arrasés, les remparts sont impressionnants  

La découverte
    En arrivant devant les remparts de l'ancienne place forte de l'Aunis, je suis bouche bée :

 * Même si la hauteur n'est pas impressionnante,

 * Même si les douves ont été comblées,

 * Même si les tours sont dépourvues de système défensif,

 * Même si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) sont absents,

 * Même si des consolidations récentes ont effacé le travail du temps et l'ancienneté des pierres,

--> Les 600m de longueur du rempart extérieur de forme ovoïde m'impressionnent.

De nombreuses surprises attendent le marcheur 

Je longe l'imposant rempart

    Le plan et ma documentation affirme que ce rempart comportait 24 tours défensives. Je me dois de les compter en faisant le tour.

     Mais rapidement, je suis distrait par des fentes verticales regardant pousser l'herbe. .

   Évidemment, avec votre perspicacité, hooo mes merveilleux lectrices et lecteurs, vous avez compris qu'à l'époque médiévale et même renaissance, ces archères étaient précédées par un profond "trou". Ces fentes permettaient la défense des douves mais aussi de la berge en face.

 

Bien qu'étant dehors, je vois l'intérieur

   En continuant ma marche, j'ai la surprise de voir :

* Les archères disparaître dans la terre,

* Le rempart diminuer sa hauteur,

* Et de distinguer une église (dédiée à Saint Pierre) dans la cour.

    Cette construction religieuse très modifiée semble avoir quelques pierres posées au Moyen Âge.

 Faire le tour des tours est épuisant

Des surprises m'attendent

  Tours et murs de rempart s'enchaînent à un rythme endiablé. Soudain, je suis presque en transe tant les beautés et surprises sont nombreuses :

1 - Sur une tour qui parait classique, je distingue une archère droite.

2 -Un peu plus loin, je vois une tour semi-circulaire. Bien qu'elle ne possède pas de canonnière, elle me fait penser à un aménagement du 15ème siècle. Son nom est : Tour des compteurs.

3 - Puis, juste derrière, une construction crénelée nommée : Tour de l'horloge. En la contournant, je constate une face est plate. Je pressens une consolidation après destruction.

4 - Enfin, je trouve la tour-porte.

 Même absents, les fantômes des ponts-levis sont 'présents'

La porte d'entrée

  Cette construction  possède les classiques et efficaces systèmes défensifs du moyen âge :

 A - Une entrée pour carrosse,

 B - Une petite entrée pour les piétons,

 C - Une salle des gardes en partie supérieure,

 D - Certainement une bretèche aujourd'hui disparue,

 E - Un pont-levis pour chaque entrée.

 F - Puis, dans le sas, un assommoir.

    Précautionneusement, j'entre dans la place fort en espérant ne point réveiller les fantômes des gardes. 

 

        L'intérieur :

Que d'indices merveilleux !

   Vous connaissez mon imagination fertile et mon incroyable "don" :  Je peux voir à travers les pierres et même leur parler.

  Ainsi, en voyant le coté intérieur de la tour-porte, 3 détails m'apparaissent.

Les voyez vous ?

1 - La fenêtre sous le toit confirme ma supposition d'une salle de garde.

2 - Sur la droite, l'ouverture murée devait être un accès au chemin de ronde.

3 - Sur la gauche, le ouvertures basses sont les portes des cachots (prison).

  Vais je écrire une ode pour la tour d'Hélène ?  

Vide et pourtant bien rempli !

    L'intérieur est bucolique. Herbe, fleurs, arbres sont les êtres qui m'accueillent. Mais au centre, une tour solitaire me fait signe. C'était l'une des tours de défense du château fort au 12ème siècle. Cette romantique construction est aujourd'hui nommée : Tour Hélène.

Pourquoi ?

   Ce n'est pas la Belle Hélène (du célèbre Offenbach) qui en est l'architecte. C'est un hommage à Hélène de Surgères, femme lettrée, à qui Ronsart (qui la courtisait) a écrit quelques sonnets :

1 - Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle,
2 - Le soir qu'Amour vous fit en la salle descendre
Madrigal,
3 - Maîtresse, embrasse-moi, baise-moi, serre-moi,
4 - Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
5 - Tant de fois s'appointer, tant de fois se fascher,
6 - Te regardant assise auprès de ta cousine,
7 - Vous me distes, Maitresse, estant à la fenestre.

La petite histoire prétend qu'elle ne lui céda point.

Mesdames, auriez vous été sous le charme ?

 

C'est à vous d'imaginer et de voir

    Mon errance dans ce jardin m'amène vers une construction magnifique. Je vous laisse admirer cette tour et.... je vous propose de me la commenter.

 

C'est la fin

      Pressentant que la place forte ne me révélera plus de secret, je monte un escalier en pierre pour savourer la vue au dessus du rempart.

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle, un château en bois existe en ce lieu.

* A la fin du 11ème siècle, la Duchesse (voir titre de noblesse) Aliénor d'Aquitaine donne le site au seigneur Maingot plus connu sous le nom de Guillaume de Surgères.

* Au 13ème siècle, Guillaume II de Surgères fait construire un château fort comportant 8 tours identiques.

* Au 14ème siècle, Jeanne de Surgères, dernière héritière de l'illustre famille, épouse Jean Larchevêque, seigneur de Parthenay.

* Quelques temps plus tard, après la mort de Jean, Jeanne épouse Aymard de Clermont, seigneur d'Hauterive.

* Au 15ème siècle, Antoinette de Clermont, Dame de Surgères, possède les terres et château. Malgré ses 4 mariages, elle n'a point d'héritier. A sa mort, le domaine échoit à son neveu Jean Aubin.

* Au début du 16ème siècle, par héritage, le château appartient à Aymond de Fonsèque. Cette famille garde la seigneurie jusqu'au 17ème siècle,

* Au 16ème siècle, un rempart de 600m de long est construit. Vingt tours en assurent la défense.

* Au début du 17ème siècle, Hélène de Fonsèque épouse Issac de la Rochefoucault, Baron de Montendre et de Montguoyon. Elle apporte château et terres en dot.

* Au milieu du 17ème siècle, François, deuxième fils de Hélène, devient propriétaire du château.

* En 1704, Charles François de La Rochefoucauld donne à son fils François, la Vicomté de Surgères.

* En ce 18ème siècle, la femme du Vicomte, Angelique Lee (fille d'un banquier Irlandais) fait réaliser de nombreux changements à l'architecture du château.

* En 1735, destruction de 2 tours puis consolidation du rempart.

* En 1744, construction de nombreuses dépendances.

* En 1746, aménagement d'une cuisine, d'un garde-manger, d'un lavoir.

* En 1792, les révolutionnaires confisquent le château appartenant à Polycarpe de La Rochefoucauld.

* En l'an III (1795), Philippe Auguste Levallois, ancien serviteur de la famile, achète le château.

* En 1832, le château appartient à Pierre François Charles Durand, Baron de Couppé.

* En 1834, le Baron cède à la municipalité : L'église, les douves et la promenade.

* En 1857, Marie Anne François Boutet de La Touche, veuve du Baron, vend l'ensemble des biens à la municipalité.

* En cette deuxième partie du 19ème siècle, la municipalité aménage une mairie, un palais de justice et un jardin à l'intérieur des remparts.

* En cette fin de 19ème siècle, des aménagements sont réalisés et quelques bâtiments sont détruits.

* Au 20ème siècle, le château est transformé en bibliothèque municipale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur (jardin) est possible. Par contre, l'intérieur des bâtiments n'est pas ouvert au public.

 

Le château ne surveille plus l'horizon mais le parking

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 17 Vers Menu châteaux de Charente Maritime

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 25/06/2013 21:39

Alors, permettez-moi (et pour la dernière fois à Surgères, promis, juré!) de vous donner encore un peu de plaisir:
Point n'avez répondu à ma question: quelle tour était-ce ? j'avais opté pour la tour "M" du plan...
Juste un oui ou un non ! le plaisir sera bref... mais le travail aussi !

Le Chevalier Dauphinois 26/06/2013 06:53



Cette beauté énigmatique se nomme : Tour de l'Horloge. C'est la construction dont la face extérieure plate m'avait interpellée. J'ai l'impression
que c'est une tour d'artillerie du 16ème siècle.



Anne la Dauphinoise 25/06/2013 13:35

Désolée de vous avoir travail donné ! Mais (grandes) vacances allez bien avoir pour vous reposer !
Aussi, "j'en rajoute une couche", car, en vertu de ce que vous nous avez enseigné, point aux latrines n'avais-je songé... juste au-dessus d'une porte ! (grande ouverture,qui plus est) Possible
quand même ?

Le Chevalier Dauphinois 25/06/2013 18:00



--> Travailler pour vous est un plaisir des plus doux.


* Il est vrai que la bretèche semblait l'idée la plus logique, mais avec une si petite bretèche, il aurait fallu une petite porte. Il est possible que poterne il y eut... Mais point de preuve
j'ai.


* L’assommoir aurait pu être une bonne idée, mais en dehors d'un "couloir/sas", cette astuce défensive n'a aucune utilité.


*** Je ne suis point infaillible et le site castral a été si souvent modifié qu'erreur de raisonnement je peux commettre.



vikki 24/06/2013 13:48

voila un bien beau château et bien entretenu .
j'aurai bien aimé voir le château en bois du 10 ième siècle ,
cela est tellement rare de voir un château en bois ...
je note , et le visiterai lors d'un passage en Charente .
bonne continuation

Le Chevalier Dauphinois 25/06/2013 05:37



   Les châteaux en bois n'était pas impressionnant. Ils étaient généralement composé d'une tour posée sur une motte et d'un rempart entourant la basse cour.


 Il va falloir que je fasse prochainement un article sur l'évolution des château, cela sera amusant et utile je suppose.



Anne la Dauphinoise 17/06/2013 13:45

Par contre, si vous pouvez nous en dire plus sur votre "tour mystère" :
Est-ce la tour "M" du plan ? Mais à quoi a t-elle pu servir, à part faire partie des défenses de l'enceinte ? Je ne m'explique pas cette grande porte/portail... ?
Et les corbeaux en dessous de la bretèche ? (si bretèche cela est) on dirait que c'était une porte, avant, partiellement rebouchée ? Mais pourquoi au-dessus de la porte principale de cette tour
?... Et la petite porte, à gauche : ouverture récente ? Sinon,elle devait bien se trouver à au moins 2 m de hauteur, antan... Mais pourquoi tant de portes sur cette tour ?

Le Chevalier Dauphinois 25/06/2013 06:22



Diantre !.... Je suis obligé de travailler .... Qu'il n'est point aisé d'être Chevalier-Castellologue-amateur en ce
21ème siècle.


  Cette tour n'est pas facile à décrire tant elle a été modifiée, transformée et utilisée.


* Si je fais abstraction de la fenêtre récente, je peux imaginer qu'un conduit partait du haut et descendait presque jusqu’en bas. J'ai supposé que latrines cela était... Mais des latrines dans
une cour, c'est assez rare (bien qu'il existe parfois une sorte de "fossé/douves/ruisseau" dans l'enceinte pour évacuer les eaux usées). Il est vrai que les murs accrochés à la tour
n'était point ceux du château fort mais faisaient parti du rempart extérieur.


* La grand ouverture ogivale en bas semble être... heu.... Soit une porte de la citadelle aménagée après la renaissance, soit une éventration d'un accès au ratier ou à un magasin
(fourrage ?).


 * J'avoue que la présence de nombreux enfants bruyants, dynamiques, omniprésents et joueurs ne m'ont pas permis de prendre le temps de mieux regarder cette tour. Et puis, il me fallait me
dépêcher pour rejoindre (avant la tombé de la nuit) le gite rural de ma semaine de vacances qui se situait assez loin de Surgères. Cette ville ne fut qu'une étape rapide dans mon
itinéraire Saintongeais.



Anne la Dauphinoise 16/06/2013 22:59

Grand merci pour votre "sollicitude", Chevalier !... Bien m'ont fallu les 4 derniers articles pour apaiser mon courroux, il est vrai !... Sûr, que je suis "tranquille" pour à peu près un an, cette
fois ?
... Je reste cependant sur mes gardes, et, c'est mon secret à moi : tendez bien l'oreille, Ô Chevalier : à la moindre "incartade", mon courroux s'abattra de nouveau, soyez-en sûr et certain !
promesse de... l'ange et démon que je suis ! les chapeaux de paille brûlent bien... en enfer !

Le Chevalier Dauphinois 17/06/2013 12:13



Diantre !.... Je vais de suite vérifier si mes prochaines proses ne sont point trop touristiques...car en dehors des ruines "ruinées", il est facile de mettre lunettes et chapeau de
paille.