Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 07:30

 

Pour découvrir l'extérieur de cette incroyable église, veuillez cliquer ici.

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

L'église : 
        L'extérieur :  (suite)

Le portail

http://idata.over-blog.com/0/23/09/69/chateau/16-17-79-86/16-charente/berneuil_eglise/berneuil-45.jpg

   Lentement, je m'avance vers la façade d'entrée tout en dévorant chaque centimètre carré de cette église à l'architecture si unique.

Le portail est magnifique !

   Au sommet, j'admire :

* La sculpture de la crucifiction avec Marie et Saint Jean,

* Puis sur la gauche, un dragon posé sur le contrefort.

   La façade du portail comprend deux parties distinctes :

* La partie basse du portail avec 3 arcades à voussures dont les 2 extérieures sont borgnes.

* En partie supérieure, il y a 5 arcades à voussure dont une seule est ouverte.

Avez vous remarqué la position des contreforts d'angle ?

  Ils semblent avoir été construits après la réalisation de la façade (sinon je ne m'explique pas qu'ils cachent les belles arcades).

http://idata.over-blog.com/0/23/09/69/chateau/16-17-79-86/16-charente/berneuil_eglise/berneuil-44.jpg

 

Le portail - détail

   Le tympan des arcades possède des sculptures de lion, d'animaux fantastiques et d'oiseaux. Je ne reconnais pas la signification de récits bibliques ou évangéliques.

 

Sont ce des licornes entrelacées ? Est ce un lion ou un dragon ? Sculptures très imagées

 

   Avant d'entrée, je m'imprègne du plan de l'église.

 

        L'intérieur :

Quelle blancheur !

    En entrant, je suis surpris par l'atmosphère "sans saveur". Le blanc immaculé règne et aucune statut ou sculpture coloré vient rompre cette monotonie. Seul l'autel très éclairé laisse entrevoir une différence de ton.

 

Des peintures

  La surprise passée, je cherche les détails que toutes églises possèdent. Les colonnes des fenêtres Romanes ne comportent pas de chapiteaux sculptées, mais elles sont peintes. Chacune possède une représentation géométrique unique qui semble avoir été faite par "des enfants" ou des dessinateurs sans grand talent. Cette fraîcheur est fascinante. 

 

Colonne romane avec dessins géométriques Le Roi Saint-Louis et sainte Appolonie Colonne romane peinte

 

Des murs peints

   Certains murs sont encore décorés de "faux appareils" avec quelques représentations de fleur de lys ou de rose. Mais le plus surprenant est le dessin d'un homme et d'une femme :

* La femme, avec dans sa main droite une pince tenant une dent, est reconnaissable : Sainte Appolinie.

* L'homme est identifiable : C'est notre bon roi Saint Louis (voir liste des rois).

    Le plus étonnant est que l'une vivait au 3ème siècle, alors que l'autre régnait au 13ème siècle.

Fascinante rencontre !

 

Pourquoi y a-t-il une bande noire ?

    Si vous avez été un peu attentifs à la lecture de mon blog, vous savez que cette bande noire avec ses dessins colorés se nomme : Une litre funéraire. Deux détails me surprennent :

1 - En général, la litre ne comporte qu'une seule ligne de blason (voir exemple dans l'église fortifiée d'Authon). Il semble que la superposition soit due à un ajout ultérieur : Deux niveaux.

2 - La litre sur le mur Nord porte les armes de la famille : Le Tellier. D'après ma brochure, le blason le plus représentatif est celui de Michel Le Tellier, Baron de Barbezieux et confesseur de Louis XIV (voir liste des rois).

  Heureux de toutes ces découvertes, je me dirige vers la sortie tout en admirant la croisée de transept. 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au milieu du 14ème siècle, la Guerre de Cent ans fait rage. Pour protéger la population, l'église est rehaussée.

* Au 15ème siècle, le mur coté Nord est renforcé par un puissant contrefort.

* En 1614, les habitants offrent une cloche à l'église.

* En 1914, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1950, début d'une campagne de réfection des vitraux.

* Au 20ème siècle, des travaux de restauration ont mis à jour des peintures sur les murs et des sarcophage sous les dalles de la nef.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Une église peut classique et passionante

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de la Charente

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 28/04/2013 19:05

Je ne m'étais pas trop arrêtée sur les fortifications dans la 1ère partie, pensant les revoir un peu dans la seconde, et pensant qu'on les verrait mieux. Point n'avais compris que votre article se
scinderait en 2 ainsi.
... Je reconnais que tout ce qui est sculptures et peintures "laïques" ne m'ont point déplu à découvrir. Le reste, cela ne m'aurait point manqué, et je n'ai pas "accroché" du tout, bien que je
sache que cela fait partie intégrante (pour ne pas dire principale, normalement !) de ce genre d'édifices, mais cela "jurait" avec la 1ère partie et avec votre mode d'approche, même si l'on était
prévenu (c'est pour cela que je vous avais demandé si vous aviez bien votre heaume sur la tête, entre le 1er et le 2e article : pour vous protéger de mon courroux ! - pas trop méchant, ce
dernier,tout de même-)

Le Chevalier Dauphinois 28/04/2013 19:31



   J'avais prévenu que heaume et chapeau de paille se rencontreraient pour la description de cette église. Je n'ai pour l'instant décrit que 2 bâtiments avec cette double
"casquette"  .... 2 sur plus de 700 (en comptant les pays d'Europe), c'est bien peu.


    L'autre article sera publié en 2014, donc vous avez 1 an pour vous habituer. 


 D'autres églises encore plus défensives arrivent dont les décorations sont moins que minimales. Il me fallait bien être un peu "original" pour cette beauté presque unique.


  Pour me faire pardonner, je programme  mardi une "ruine ruinée" avec historique.... sans sculpture et où l'imaginaire sera nécessaire.


 



Anne la Dauphinoise 24/04/2013 21:49

B elle était la première partie.
E njouée moins je suis ici...
R aison est que j'espérais bien
N e serait-ce qu'un tout petit rien
E voquant les sécurités :
U n aperçu plus rapproché,
I nvitant l'oeil à découvrir
L es défenses, avec grand plaisir...

C ertes, insensible on ne peut être,
H onteux serait-il de l'admettre,
A la vue d'une telle entrée
R envoyant grande sobriété
E t néanmoins richesse certaine :
N ombreux détails en valent la peine :
T outes les sculptures et les arcades.
E st spectaculaire cette façade !

A urais-je aimé savoir ce qui,
N aguère, au sommet fut construit...?
G ros contreforts "carapacés",
O utreplus, m'ont très attirée :
U ne force belliqueuse s'en dégage,
M ême si, là où sont, semblent "sages";
O bstacle pourtant pour l'ennemi,
I celui, dans leur "tenaille" pris...
S ans compter les salles de repli :

P ensais-je leurs entrailles vraiment voir :
O uvertures m'en donnaient l'espoir...
S ont belles les peintures retrouvées,
T émoins d'un "art naïf" aimé.

S ignes païens sont-elles à mes yeux.
C ocasse, avouez, en ces lieux...
R appel d'une autre "laïcité" :
I mages de litres vous nous montrez.
P oint n'avais oublié leur sens :
T rès belle preuve de reconnaissance
U ne fois les hommes décédés;
M ais aussi pouvoir affiché.
...

N 'ai-je point "chapeau de paille" trop apprécié.
B ien des efforts, pour vous, ai-je là faits...

Le Chevalier Dauphinois 28/04/2013 15:45



  Je vous comprends princesse Anne mais j'avoue avoir été subjugué par cette construction religieuse. La description de cette église a été a été divisée en 2 articles pour permettre à chacun
de voir différemment cette construction :


    * 1er article montrant les systèmes défensifs.


    * 2ème article, montrant les sculptures et peintures Romanes.


 Je n'abuserai pas de ce type d'article dans ce blog de fortifications médiévales, mais je voulais montrer aussi la richesse des églises peu connues et non médiatisées.