Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 06:05

 

Département 16 - CHARENTE

  Le vieux château fort se cache derrière des constructions modernes

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Gourville est située à 50km au Nord-Est de Saintes et à 25km au Nord-Est d'Angoulême.

   Coordonnées du château :

45° 49' 44.389" N
0° 0' 54.536" W
 45.828997°
 -0.015149°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Je savais que je prenais du bon temps en visitant des châteaux médiévaux, mais j'ignorais que même les panneaux des rues me le suggéraient.

  C'est donc un Chevalier Castellologue Amateur qui sifflote en longeant le mur du château.

  Les constructions s'enchevêtrent

Je devine plus que je vois

     Au début de ma découverte, je ne vois que des toits posés sur des bâtiments aux formes parallélépipédiques. Puis les bâtiments s'offrent à moi.

 

Première analyse

* Une tour carrée sort de l'alignement.

* Elle possède un curieux système défensif, compromis entre fente de tir et gargouille.

* Puis une demi-tour ronde avec :

- Un crénelage refait,

- Des trous de boulin dont je ne m'explique pas la fonction,

- Des "gargouilles" remplaçant les mâchicoulis.

* Puis, des reposoirs à pigeons... Qui en réalité sont des consoles, vestiges d'un mâchicoulis (voir vocabulaire) ou peut être d'une bretèche.

 

Une architecture difficile à analyser

La tour porte

  En prenant un peu de recul puis en me contorsionnant, je vois la porte d'entrée. Comme il se doit pour un château fort, la tour-porte possède plusieurs système défensifs :

* Des archères-canonnières sur plusieurs niveaux,

* Des mâchicoulis (dont il ne reste que les consoles),

* Sur la façade d'entrée, des archères-canonnières encadrant les emplacements pour flèches du pont levis,

* Puis la porte, toujours encadrée par des archères-canonnières.

  Devant tant de bâtiments entremêlés, je consulte le plan pour espérer comprendre.

Est ce plus clair pour vous aussi ?

 

        L'intérieur :
  Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. Je me console en regardant les 2 reproductions du domaine :

* Château féodal au 14ème siècle imaginé par les historiens au 19ème siècle.

* Château au début du 17ème siècle représenté par Claude Chastillon.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, Hélie de Gourville possède la terre. Un château en pierre est construit.

* En 1351, Guillaume de Gourville décède sans héritier. Sa soeur Isabelle de Gourville, mariée à Jean II Chasteigner (Seigneur de La Meilleray), hérite du domaine.

* En 1378 Jean II décède. Sa feuve vit toujours au château.

* En 1441, Jeanne Paulhe, Dame de Gourville, épouse Philippe Taveau, fils de Guillaume Taveau Baron (voir titre de noblesse) de Mortemer.

* Au 15ème siècle, des fenêtres à meneaux sont ouvertes.

* Au début du 16ème siècle, Guichard de Roffignac possède le domaine.

* En 1550, la famille de Roffignac vend la seigneurie au Duc Anne de Montmorency.

* En 1579, Henri Ier de Montmorency hérite du domaine.

* Au début du 17ème siècle, Anne de Lévis, Duc de Ventadour, possède la seigneurie.

* En 1609, le Roi de France Henri IV (voir liste des rois) érige la seigneurie en Baronnie.

* Au début du 17ème siècle, le Cardinal de Richelieu ordonne de "raser à hauteur d'infamie" certains bâtiments et tours.

* Au 17ème siècle, de nombreuses fenêtres sont ouvertes. 

* En 1660, Jean Hérault achète le domaine à Henri II d'Orléans-Longueville (époux d'Anne de Bourbon Condé).

* En 1703, Jean Hérauld décède. Le domaine appartient à son neveu François Hérault.

* En 1718, à la mort de François Hérault, le domaine revient par testament à François d'Hauteclaire.

* En 1780, un acte de vente judiciaire attribut le domaine à Jean Valleteau.

* En 1808, les héritiers de Jean Valleteau vendent terres et château à Rouchier Préneuf.

* Durant plus de 150 ans, le château change très souvent de propriétaires.

* En 1974, le nouveau propriétaire entreprend de nombreux travaux de restauration et consolidation.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues en respectant la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Les systèmes défensifs sont nombreux et variés

      Vers Menu châteaux Charente

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ALL 12/04/2016 13:31

Il fallait demander, nous aurions eu grand plaisir à partager avec vous de plus près...

Le Chevalier Dauphinois 12/04/2016 20:15

* Bien le bonjour et merci pour votre passage sur mon blog.
* Comme vous le constatez, j'habite bien loin de la Charente. Conséquence : J'optimise ma croisade en ne tentant pas de quémander l'accès.
* Le jour de ma venue, je n'ai point vu de voiture ni de vie en ce lieu. Naïvement, je n'ai pas pensé à sonner.
* Et puis j'avoue ne pas trop ennuyer les propriétaires de ces belles demeures.
* N'ayant pas tout visiter en ce département, une autre croisade est possible dans les prochaines années. Je vous promets que je me permettrais de vous solliciter d'abord par mail avant de vous solliciter devant votre porte.

Anne la Dauphinoise 31/07/2015 20:59

G uère de doute que plan beaucoup nous aida !…
O u manière d’ironiser lorsqu’on a
U ne gravure du XIVe siècle montrée
R eprésentant, dans toute sa beauté,
V énérable castel du Moyen-Âge !…
I mposant, puissant… tout à fait l’image
L umineuse de ces vieilles constructions,
L as ! touchées par la modernisation
E moussant lors notre imagination…

C ertes, château remanié sut préserver
H ardi visage par sa masse imposé.
A vons quelques sécurités pu voir
R appelant, je l’espère, moments de gloire*…
E st entendu, l’ai-je compris : croquis
N ‘est vérité mais une pure songerie.
T outefois, icelle m’a « hantée » pendant «
E xploration » des vestiges ci-devant…

A rêtée me suis-je moins sur autre gravure :
N ‘est-elle à mon goût et pourtant ses murs
G ardé ont mieux, je pense, aspect premier,
O ù l’on pourrait le plan superposer…
U n peu trop droits et « raides » sont ces bâtis.
M ême enchevêtrés ne donnent-ils mie
O ccasion de rêver, bien qu’il y ait,
I l est vrai, détails anciens dont l’aspect
S ait nous « transporter », et cela me sied :

N e suis-je aux mâchicoulis** insensible,
O u aux rainures du pont-levis visibles.
T rès belles empreintes sont d’un lointain passé
A ujourd’hui au deuxième plan relégué…

B ien sûr, fut ce castel « banni », antan,
E t reconstruit par hôtes « dans l’air du temps ».
N oblesse***, le reconnais-je, se ressent là,
E t malgré appareillage qui n’est pas

P laisant à mes yeux. Mais vu à distance
S ait château afficher certaine « prestance ».

* absents de l’historique : est-ce à dire que ce castel n’eut aucune utilité guerrière antan ?… cela me paraît improbable…
** devinés par ce qu’il en reste : les consoles.
*** qui se retrouve dans les noms de votre bel et long historique… que je vais « éplucher » sans aucun doute !

Le Chevalier Dauphinois 02/08/2015 20:18

* La découverte de ce château m'a amusé.
* D'abord par la sélection des bâtiments qu'il faut analyser (entre constructions modernes et aménagements récents).
* Puis, par le fait qu'il faut se contorsionner pour voir les constructions médiévales à travers le grillage.
* Enfin, par les beautés défensives qui ont traversé les siècles.
** Ce département n'est pas le plus connu pour ses châteaux forts, donc le plaisir est encore plus grand d'en découvrir un.
.
* Et puis, de retour en mon Dauphiné, j'ai eu plaisir à lire son historique montrant "l'importance" du site.
* J'espère que mon plaisir s'est ressenti dans ma prose.