Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 06:30

 

Département 16 - CHARENTE

  Voyez vous un château au loin ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune Bouteville est située à 25km au Sud-Ouest d'Angoulême, à 20km au Sud-Est de Cognac et à 7km à l'Ouest de Châteauneuf sur Charente.

   Coordonnées du château :

45° 36' 1.534" N 0° 8' 4.286" W
 45.600426°  -0.134524°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Dans cette région viticole, les châteaux (sur les étiquettes des bouteilles) sont nombreux. Ma découverte ne se fera point dans une cave mais proche des vignes pour admirer une construction dont la première pierre a été posée il y a 1000 ans.

    Voyez vous une construction médiévale ?

Est ce un bâtiment médiéval ?

    En voyant au loin cette bâtisse, je pressens que la recherche d'indice va être très difficile. Après 2 siècles de reconstructions, il ne reste que peu de l'architecture médiévale.

   La façade d'entrée comporte 2 tours rondes aux angles. L'ensemble est posé sur une lit de pierre précédé par un fossé.

  Une partie (infime ?) des pierres doit avoir été taillée au Moyen Âge, mais le rendu visuel est un château de l'époque classique.

 

Le plan
   Avant d'analyser les différents bâtiments, je consulte le plan  Le plateau portant le château n'étant pas asymétrique, le château a la forme classique d'un quadrilatère. L'entrée est en haut à droite.

  Une tour sortant de terre tel un volcan

Rapide analyse

* La massive ronde tour d'angle avec son puissant contrefort à larmier tranche par rapport à la sobriété classique de la façade.

Etait ce pour effrayer un éventuel assaillant ?

ou

Une référence au passé médiéval ?

* L'intérieur de la tour ruinée ne révèle pas d'information sur sa fonction (pas d'archère, ni de cheminée).

* Pour une tour "récente" l'épaisseur du mur m'étonne.

* Le glacis en bas de la façade semble anachronique.

La petite tour au fond va-t-elle me donner des indices sur l'architecture qu'aurait pu montrer la grosse tour ?

 

La petite tour et l'entrée

* La tour proche de la porte a un diamètre bien inférieur à celui de sa consoeur.

* Sa fonction défensive est indéniable par les 2 rangées superposées de petites canonnières avec ébrasement (voir vocabulaire) extérieur.

* Sur la tour puis au dessus de la porte d'entrée, une pierre sculptée anime un peu les formes austères.

 

        L'intérieur :
La découverte
  Je ne vais point vous commenter les entrailles. Je vous laisse admirer les communs et les bâtiments d'habitation du 17ème et 18ème siècle.

 

 

La vue
    Même si le bâtiment n'a pas la beauté brute d'un château fort, il offre un paysage étendu sur les vignobles.

 

La vue est si lointaine que je distingue... l'Amérique !

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 9ème siècle, la petite élévation semble occupée par une fortification surveillant l'ancienne voie Romaine entre Périgueux et Saintes.

* Au 11ème siècle, le château Comtal (voir titre de noblesse) appartient à un des fils du  Comté d'Angoulême, de la grande famille Taillefer.

* En 1176, comme les autres places fortes du Comté d'Angoulême, Bouteville est remis au Duc d'Aquitaine, Richard Coeur de Lion.

* En 1356, Bouteville est toujours une place forte Anglaise. Edouard de Woodstock, plus connu sous le qualificatif "Prince Noir", fait construire un mur d'enceinte pour protéger le site des troupes Françaises.

* En 1392, durant la Guerre de Cent ans, le château est restitué au Comte d'Angoulême.

* A partir de 1562, début des Guerres de Religion. Le château subit les attaques des 2 camps.

* A la fin du 15ème siècle, le château appartient à Charles d'Orléans et Louise de Savoie.

* En 1540, le Roi François Ier aliène le château et les Terres à Claude de Montmorency. Durant 10 ans, cette famille possède le domaine.

* En 1550, le château en ruine et les terres sont engagés à Galéas Pic, Comte de Mirandole.

* En 1593, le Roi de France (voir liste) Henri IV ordonne la vente du château. Bernard III de Beon du Massez achète le site et engage de nombreux travaux de modernisation. Sur une représentation de la construction du château réalisée par Claude Chastillon, le vieux castel médiéval en ruine est à droite.

* En 1607, Bernard III décède. Sa femme, Louise de Luxembourg, continue les travaux.

* En 1624, les travaux ne sont pas terminés après le décès de sa propriétaire.

* De 1630 à 1701, Marie Amelot, belle-fille de Bernard de Béon et de Louise de Luxembourg, est la maîtresse femme de la famille. Elle coordonne l'ensemble et laisse son "empreinte" au château.

* Au 18ème siècle, d'autres travaux sont réalisés par la famille de Beon du Massez Luxembourg.

* En 1726, le dernier représentant de la famille décède. Le château est possession de Henri Bruzac Hautefort, Comte de Vaudre. Il fait abattre plusieurs bâtiments pour transformer le château à son goût.

* En 1736, après avoir habité le château durant 10 ans, le Comte quitte le lieu.

* En 1787, le château est en apanage à Charles Philippe, Comte d'Artois. Certains bâtiments sont en ruine.

* Vers 1792, les révolutionnaires réquisitionnent le château et le transforment en prison.

* Le 5 vendémiaire de l'An XII (28 septembre 1803), le château est acheté par le citoyen Antoine Marcombe.

* Au 19ème siècle, pour rentabiliser l'achat de ce bâtiment de bourgeois, le château est dépecé de ses boiseries et pierres. Chaque partie est revendue.

* En 1984, le château est  classé aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité et le département tente une consolidation des bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec précaution.

 

Un château presque intemporel

      Vers Menu châteaux Charente

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 04/05/2015 22:24

Je reviens – un tout petit tant – sur mes propos, car jusqu’à aujourd’hui votre série d’images refusait de s’ouvrir (j’avais beau laisser ma souris sur chaque image, point elle ne voulait s’agrandir, et j’avoue que ça m’a un tant énervée de ne les voir qu’en tout petit, donc pas avec les détails que l’on peut apercevoir une fois agrandies. Et ce n’est pas la 1ère fois, mais en général, à un moment on peut les voir agrandies, alors qu’ici, j’avais essayé plusieurs fois à des temps, et jours même, différents).
... Je me rends compte que cela change la vision de « l’intérieur », car on aperçoit des restes de l’ancien castel, non ? : dans les 2e, 4e et 5e image il y a ce départ de voûte (de porte, je pense ?) qui me plait et ces restes de « vieux » murs également.
... Le castel paraît plus « de son âge »… à mes yeux. Mais peut-être que je me fourvoie et que ces restes ne sont point du Moyen-Âge… ? En tout cas, ils « adoucissent » le lieu… toujours à mes yeux.

Le Chevalier Dauphinois 04/05/2015 23:21

*** La gestion des images sur Overblog devient de plus en plus pénible. Leurs serveurs semblent dépassés ou mal programmés.
* Avec les images revenues, vous comprenez un peu maintenant la raison de cet article.
* Certains détails semblent médiévaux alors que la structure générale est clairement d'époque "moderne".
* Est ce une sensation ou une vraie tour du moyen âge ?.... Tel est le doute.
* Il faut être un vrai archéologue ou un spécialiste en architecture pour déterminer l'origine de certaines parties construites.
* Ne pouvant clairement trancher, j'ai choisi de montrer cette ruine en espérant ne point me tromper.

Morganne 04/05/2015 20:51

Personnellement, cela me laisse sur ma faim, presque dépitée,si je puis m'exprimer ainsi...
Une impression de chef d'oeuvre quelque peut dévalorisé, quel dommage...
Mais je suis impatienté de découvrir "votre" saint Graal, chevalier...

Le Chevalier Dauphinois 04/05/2015 23:24

* Je comprends votre réaction.
* La ruine paraît très moderne, trop renaissance, sans âme.
* De plus, je l'ai visitée durant une période de travaux engagés par le département. Il m'a fallu masquer quelques poutres, sceaux, bétonnières et autres ustensiles de maçonnerie. C'est peut être aussi cela qui rend ce site "impersonnel".

philae 03/05/2015 10:03

bonjour
magnifique et en plus dans un vignoble de charme
si vous le souhaitez vous pouvez vous inscrire à ma nouvelle communauté douce France
cordialement
jo

Le Chevalier Dauphinois 04/05/2015 19:57

* L'intérieur des terres des Charentes est agréable par la douceur de vivre des habitants et la beauté des vignobles.
* J'avoue avoir été alternativement Castellologue, Touriste puis Photographe chaque jour durant mes vacances.
** Je vais de suite voir votre communauté.

Anne la Dauphinoise 01/05/2015 18:58

B ien malheureuse je suis n’avoir trouvé
O uvrage qui aurait pu là me donner
U n frisson de plaisir mirant ses pierres.
T rop « récent » paraît bâti… De naguère,
E n mon âme et conscience (!) nenni, ne puis-je
V oir ne serait-ce qu’un quelconque vestige.
I l est bien courtine abîmée montrée :
L ‘appareillage j’ai certes moult aimé.
L e problème est que, si bien j’ai compris,
E st nullement du « neuf castel » partie…

C ontinuant son enceinte seulement (?)
H élas, votre article n’est précisément
A ttaché à nous la faire découvrir…
R este que je n’ai peut-être ici su lire -
E ntre les lignes ?… - vérité historique ?…
N e sont les rondes tours qu’une réplique
T rès « moderne » des anciennes et se basant
E n unique point - l’assise - sur éléments

N otamment de l’enceinte du Prince Noir,*
O ù, jadis, tours semblables étaient à voir ?
T oujours est-il que ne me font rêver…
A donc, cet article je veux oublier !

* ce qui expliquerait le glacis qui vous paraît anachronique… ? (vous voyez, j’essaie quand même de comprendre !… mais mon courroux n’est point dissipé pour autant !)

Le Chevalier Dauphinois 04/05/2015 20:12

* Bien que (petit) courroux vous ayez, belle et longue prose vous avez faite.
* Cela m'encouragerait presque (j'ai écrit presque) à proser encore sur un tel type de château "moderne".
* Mais.... je ne vais point faire cela de suite. Je me dois de respecter le thème de ce blog.
** Même si cette beauté n'a point été construite au Moyen Âge, elle en comporte de nombreuses pierres et prend l'emplacement sur la petite colline.
** Je me demande si les sous-sols ne sont point ceux du vieux castel.
** Ce qui m'a fasciné, c'est l'intemporalité du site.

Anne la Dauphinoise 01/05/2015 14:05

1- Vous êtes encore plus diabolique que je ne le pensois !
2- Je reconnais que pour l’historique y avez mis bonne foi…
3- Mais avez eu raison de penser que suffisant point cela n’estoit !
4- A mes yeux… euh… point ne vous dirai comment aujourd’hui je vous vois !
5- N’aurait été anodin cet article, même des milliers d’années plus tard, je crois !
6- N’essayez-vous point de m’amadouer ?… raté ! je ne me chauffe de ce bois !
7- Brin de muguet ?… mais où est-il ? aucune image d’icelui dans l’article je n’aperçois !
8- Bien mal choisi votre jour, en effet, Ô Chevalier Dauphinois ! (même si j’avoue que pour rien n’y êtes… cette fois !)
9- Alors, n’avez point versé même une larmounette de honte, mais de joie ? Votre armure est pratique ! « Il n’est armure qui ne se puisse ôter »... (est-ce du jour mon proverbe dauphinois !)

Le Chevalier Dauphinois 01/05/2015 20:59

* Diabolique !
* Voila un surnom ou un qualificatif que point encore vous m'avez donné.
* Je l'accepte avec grand plaisir.
* Lorsque vous verrez la beauté castrale dans 3 semaines, je pressens que de doux mots vous me direz.
*** Il faut bien que je montre quelques constructions "moins médiévales" pour que vous soyez aux anges devant une autre purement magnifique !
* Et puis, votre courroux m'amuse (surtout protégé par mon armure et mon écran... hihihihi).
* Je me demande si je ne vais pas encore le provoquer au début juin.... Je me demande si je vais oser.....