Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 07:30
     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

Département 14 - CALVADOS

 Le rempart ne semble pas imprenable

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

       La commune de Saint Germain de Livet est située à 40km Est-Sud-Est de Caen, à 28km à l'Ouest de Bernay et à 7km au Sud de Lizieux.

   Coordonnées du château :

49° 5' 21.7" N 0° 12' 56.376" E
 49.089361°  0.21566°

 

Le château :

     L'extérieur :

Préambule du Chevalier

  Le but de ce blog est de vous montrer des constructions médiévales fortifiées.

    Evidemment, je visite aussi des châteaux d'époques plus récentes, mais je me suis imposé à ne point les faire figurer dans ce blog.

Pourtant, aujourd'hui, ce château va vous étonner par sa "jeunesse" architecturale.

   Je n'ai pas changé de thème, mais je considère que mes articles sont ouverts à toutes les constructions dont une pierre a été posée avant 1492, date théorique de la fin du Moyen Âge en France. C'est le cas pour ce château.

J'espère que ce choc ne vous sera pas fatal.

 Je laisse maintenant la place à messire M.J.

 

Savoir regarder

     Ce château est une jolie merveille isolée des routes principales et presque anonymement cachée en bordure d'une petite route.

  S'il n'y avait pas un panneau et une porte entrouverte, le touriste non attentif passerait sans prendre le temps de la visite.

5 siècles d'architecture s'offrent à mes yeux de gamin rêveur 

La découverte

   L'arrivée au domaine :

* Sur la droite le pignon du manoir, construit à partir de 1462.

* Au centre le pavillon d'entrée du château Renaissance bâtit de 1560 à 1580,

* Dans son prolongement, le corps de logis.

 

La façade

    Bien que cela ne fût plus de mise en 1560, le pavillon d'entrée était toutefois nanti d'un pont-levis dont on distingue encore l'empreinte des bras.

    C'est en tout cas un remarquable bâtiment, typique de la Renaissance en Pays d'Auge. Maçonné en damier de pierre et brique vernissée de couleur verte, il laisse apparaître les motifs sculptés classiques de la Renaissance :

* Frises et cordons enjolivés de rosaces,

* Niches de part et d'autre de la fenêtre de l'étage

* Surmontée d'une grande lucarne dans le toit en hache,

* Colonnes et entablement encadrant la voûte en plein cintre du rez-de-chaussée.

 Deux minces tourelles, traitées de même manière, soulignent l'élancement de l'édifice.

    Les mêmes matériaux se poursuivent sur la galerie qui lui fait suite sur sa gauche, avec sa couverture en tuiles vernissées. La façade est agrémentée de deux lignes de minuscules fenêtres et d'oculi, alternant avec des niches à l'étage.

   La grosse tour ronde d'extrémité est maçonnée en brique et pierre, coiffée d'un important toit en poivrière reposant sur une corniche à modillons.

 

  Je prends ma récréation dans cette cour

Coté cour

   Coté cour, le bâtiment intermédiaire offre une autre architecture, inspirée de la Renaissance italienne.

   Elle se présente sous la forme de deux galeries superposées. Celle de l'étage est fermée, alors qu'au rez-de-chaussée elle est une suite ouverte d'arcades en voûtes surbaissées.

 

Le manoir

   Raccordé au château par une petite galerie en bois, le manoir de la seconde moitié du 15ème siècle est une belle construction à colombage sur un soubassement de pierre.

   Le mariage de ces deux styles de construction est mis en valeur par son environnement d'eau.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château de forme pentagonale et entouré de douves. Il est possession du seigneur de Tyrel (à vérifier).

* Au début du 15ème siècle, aux heures les plus noires de la guerre de Cent-Ans, le propriétaire du château, Gilbert Louvet, prend une décision que l'histoire démontra fâcheuse. Il décide de se rallier au roi (voir titre de noblesse) d'Angleterre Henri VI.

* Quelques temps plus tard, le château est investi par les troupes du roi de France (voir liste), Charles VII.

* En 1462, la guerre passée, Jeanne Louvet (fille du Baron de Livet) et son mari, Pierre de Tournebu (seigneur de La Vacherie), s'installent en 1462. Ils font bâtir un grand manoir à pans de bois avec son colombier et dépendances.

* Au milieu du 16ème siècle (1560), leur descendant, Jean de Tournebu et son épouse, Marie de Croismare, y accolent le pavillon d'entrée, une galerie attenante, épaulée à son extrémité par une forte tour circulaire, dans le plus pur style Renaissance.

* En 1580, fin des importants travaux.

* Au 17ème siècle (?), la famille Tournebu vend le château qui passe à la suite en de diverses mains.

* Au début du 20ème siècle, les derniers propriétaires privés, M. et Mme Pillaut, meublent et restaurent le château.

* En 1924, une partie du château est classée aux Monuments Historiques.

* En 1957, les propriétaires lèguent le site à la ville de Lizieux.

* En 1963, certaines parties du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite du parc et de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les jours et horaires d'ouverture.

 

Le miroir des siècles illumine ce vieux château à damiers

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 14 Vers Menu châteaux du Calvados

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 28/11/2015 21:52

S eule la signature de Messire M.J.
A empêché que soit votre ironie*
I mmédiatement par mes soins contrée.
N e veux-je, une fois encore, polémiquer…
T rès bien mes sentiments profonds savez !

G loire de ses hôtes fut ce castel, pour sûr.
E videmment, aurais-je aimé que murs
R espirent du Moyen-Âge la bonne odeur.
M ais, pour moi seule peut-être, est-ce malheur
A voir ce jour des bâtis Renaissance
I mmortalisés. Certes ont grande prestance…
N avrée suis-je par le manque de défenses…

D evant mes yeux la forme pentagonale
E st unique détail architectural

L iant ce site à des temps très anciens,
I ncluses les douves, cela est bien certain.
V errais-je grosse tour ronde également
E tre un vestige - bien remanié - d’antan** (?)
T ant peu cela est… heureuse ne me rend,

C herchant à « mes amours » la comparer.
A ussi, et pour bien déstabiliser ***
L e Chevalier, et pied-de-nez lui faire,
V ais-je oublier tous les atours de guerre
A bsents ici, surtout ne point médire
D es briques aux pierres mêlées : savent-elles produire
O riginal coloré assemblage;****
S ans compter le logis à colombages :

N ‘est-il mie quelconque, et présence de l’eau
O euvre à nous offrir un très bel tableau.
R affinement se lit de toutes parts.
M essire M.J. en parle avec égard.
A t-il grand savoir sur architecture
N ous décrivant avec minutie murs
D écorés avec moult de finesse,
I l est vrai, n’ayant, que nenni, rudesse
E vidente d’iceux « de plus haute vieillesse »…

P ourvu de coquilles de Saint Jacques castel
S e montre… Etape sur route de Compostelle ?


N oté ai-je phrase de vote dernière image *****
B elle est-elle; au château un bel hommage…


* oui, c’est à vous que je m’adresse, Chevalier ! écrire : « j’espère que ce choc ne vous sera pas fatal » !… N’est-ce pas un tant exagéré et très moqueur ?… (j’ai bien compris que le « vous » de cette phrase est général, bien sûr, mais, en particulier, je vous le dis tout haut : oui, il m’est fatal !… mais… point ne le montrerai-je, par respect pour Messire M.J. votre invité !).
** antan = le XIIe siècle, époque du castel primitif, d’après l’historique.
*** je peux toujours y croire, non ?
**** coloré… de vert, pas de rouge !… du moins, sur la façade d’entrée.
***** l’info-bulle…

Le Chevalier Dauphinois 29/11/2015 20:53

* Messire M.J. et moi même sommes complémentaire.
* Je suis un Chevalier solitaire et sauvage, heureux dans les endroits perdus, accompagné de ma loupe pour découvrir des ruines.
* Il est un Prince des cités, des lieux magnifiques toujours réels où son oeil de passionné d'architecture voit l'ensemble et l'analyse.
* Je suis heureux de l'avoir dans mon errance médiévale car il me montre des constructions que je n'aurais certainement pas immortalisées.
* Grâce à lui, je vois autrement la richesse de notre patrimoine.
** Je comprends vos réticences et vos remarques, vous me ressemblez un (gros) peu.
** Je sais déjà que d'autres articles de M.J. vous hérisseront (car je les ai tous mis en forme et intégrés).
** Sans lui, mon blog serait incomplet.
** Avec lui, c'est la diversité.

anne laure 28/11/2015 12:00

rhooo qu'il est beau ce chateau !!j'aime bcp
bizz
anne laure

Le Chevalier Dauphinois 28/11/2015 12:10

* Oui, très beau....
... Certaines disent qu'il me ressemble... (hoooo)

Anne d'Amico 28/11/2015 09:04

Ce château est absolument magnifique! On ne peut que remercier les différents propriétaires d'en avoir pris soin et de l'avoir ensuite confié à la ville plutôt que de le vendre à des étrangers!
Merci pour cette superbe découverte!
Bisous!

Le Chevalier Dauphinois 28/11/2015 10:00

* Etant plutôt un marcheur, j'ai beaucoup visité les ruines perdues au sommet des collines.
* Au début de la rédaction de mon blog, ce sont surtout des sites peu connues que je montrais.
* Mais grâce à messire MJ, j'ai compris le charme d'un d'un château encore habité et modernisé.
* C'est donc un vrai plaisir de faire partager la richesse de notre beau royaume..

Plume de loin 28/11/2015 08:48

Bonjour !
Je voudrais remercier monsieur l'auteur de ce blog et monsier M. J. pour leurs articles laconiques mais toujours intéressants. Dans mon pays, il n'y a pas de châteaux (au moins, en même sens qu'ils existent en France) c'est pourquoi vos descriptions me semblent encore plus passionnants. Merci.

Le Chevalier Dauphinois 28/11/2015 10:05

* Bien le bonjour Plume De loin et merci pour votre passage sur mon blog.
* Je me promène parfois sur votre blog et j'ai plaisir à lire une ambiance différente de mes châteaux forts.
** Durant (théoriquement) 1000 ans, l'Europe continentale a été le théâtre de milliers de guerres, batailles, conflits...
** Chaque territoire s'est construit des fortifications contre les multiples ennemis.
** Les châteaux forts des collines ont été abandonnés à la Renaissance (16ème siècle) et sont devenus ruines.
** De nombreux châteaux de plaine ont survécu.
** Saint Germain sur Livet en est un bel exemple.