Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 07:30

 

Département  40 - LANDES
 

Le bourg :

La tour médiévale côtoie les maisons modernes   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Roquefort des Landes est située à 22km au Nord-Est de Mont de Marsan et à 16km au Nord de Villeneuve de Marsan.

   Coordonnées du bourg : 

44° 2′ 3″ N 0° 19′ 17″ W
 44.034167°  -0.321389°

 

   Toponymie :   (petite initiation)

      L'explication sur l'origine du nom est évidente. Un château fort sur un roc donne : Roquefort.  

 

Les remparts :

    L'extérieur :

Mes interrogations

    La révolution Française à partir de 1789 a été très destructrice de châteaux, mais le 19ème siècle avec sa révolution industrielle a donné aux responsables des bourgs l'envie de tout moderniser, par conséquent de détruire les vieilles fortifications du passé.

   C'est pour cette raison que je suis toujours sceptique lors de mes visites de bourgs fortifiés.

Reste-t-il quelques traces médiévales dans ce bourg moderne ?

 

L'enquête commence

    En arrivant, je suis heureux de voir une tour ronde. Il parait évident que les maisons peintes étaient des murs de rempart il y a quelques siècles.

    En regardant mieux le sommet de la tour, je crois voir des trous pour arme à feu. J'ai déjà vu ce système défensif dans une autre tour en contrebas du bourg.

  Le temps a égratigné ces vieilles pierres

Les remparts

    Pour voir les fortifications d'un bourg, il faut suivre les traces "rectilignes" et anguleuses laissées par les architectes. Dans le centre ville (situé sur un plateau) les vestiges sont rares, mais en descendant vers la rivière mes yeux clignotent de joie.

  Les murs ont été plusieurs fois réparés, signes de grandes activités guerrières. Pourtant je ne distingue aucune trace de crénelage, mâchicoulis, bretèche ou archère (voir vocabulaire).

   La faible hauteur du rempart me permet de voir son épaisseur. Elle parait faible pour résister à des boulet de canon.

Ses remparts n'auraient donc pas évolué depuis le 12ème siècle ?

 

Ne reste-t-il que des pans de mur ?

     Soudain, peut être pour rendre le site plus bucolique grâce à la présence de la rivière, le mur disparaît au profit de traces au sol. Mais quelques mètres plus loin, l'alignement de pierres construites recommence, sans qu'aucun indice de datation apparaisse. Souvent, les habitations ont remplacé les murs défensifs.

 

    L'intérieur :

        Les remparts ont été transformés en habitation. Ces propriétés privées ne sont pas visitable. Mais il est possible de monter en haut d'un rempart et d'admirer la vue sur la rivière.

 


Histoire du bourg :

* Au 8ème ou 9ème siècle, regroupement de plusieurs maisons créant ainsi le premier village.
* Au 10ème siècle, Laubaner, Vicomte (voir titre de noblesse) de Marsan, fait construire un château sur un petit promontoire rocheux entre les rivières Doulouse et Estampon.
* Au 11ème siècle, un pont est construit facilitant la circulation, le commerce et le paiement d'une taxe (?). Le petit bourg est une des étapes sur la route de Compostelle.
* Au 12ème siècle (1133 ?), création d'un Castelnau. Des fortifications entourent l'ensemble protégeant un château en pierre.
* En 1357, Gaston Phébus, Vicomte de Marsan, établit une bastide.
* En 1526, François Ier (voir liste des rois) visite le bourg.
* En 1660, de retour de son voyage à Saint Jean de Luz, Anne d'Autriche s'arrête à Roquefort.
* En 1808, Napoléon passe à Roquefort.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des tours du rempart est interdite.

 

Paisible est ce lieu au 21ème siècle

 

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 40 Vers Menu châteaux des Landes

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Guyenne : 33 40
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 01/12/2015 22:28

R avie j’étais, il y a quelques temps,
O bservant restes du castel d’antan.
Q u’importait lors que peu fut à mirer :
U n brin de vie avaient-ils préservée.
E t aujourd’hui vous nous offrez remparts
F antomatiques, parfois, mais qui sont part -
O h, que cela me plait ! – d’une bastide.
R avie suis-je de nouveau, mais très lucide :
T émoignages de jadis ne seront mie

D es plus nombreux et bien gardés, ici.
E pargnés ont été pourtant des murs
S olides toujours, ayant fort belle allure,

L uttant pour se faire remarquer : c’est beau !
A utrefois, je les imagine très hauts ;
N on pas jusqu’à pouvoir atteindre les cieux !
D ame non ! Mais s’en est t-il fallu de peu !
E t voilà que j’affabule maintenant !
S pectacle de ces bourgs est pour moi charmant,

G arantie que je vais encore passer
U n moment agréable, bien que laissées
Y soient menues les traces : n’ont disparu !
E t dans ces ruines d’enceinte entrevues
N ourri est mon esprit de moult de guerres.
N on que cela soit, bien sûr, pour me plaire :
E st-ce faute de notre ennemie l’Angleterre !

N e puis-je oublier que les pèlerins
O ctroyer se voyaient, en leur chemin,
T emporaire abri : était donc de paix
A ccueil aussi dans ce village landais.

B éatrice, notre Dauphine*, est revenue
E n ces lieux hanter mes rêves incongrus.
N ’est-ce point mon paradis ?... « mon » Dauphiné
E st présent dans cette lointaine contrée !

P arfum bien odorant ai-je là humé…
S aura moutier le même dégager ?**

* Béatrice de Faucigny, femme de Gaston VII de Béarn, lequel n’est pas mentionné ici, mais qui fit construire le castel de ce bourg (réf à « Casterat de la Doze »).
** vous m’en avez parlé au Casterat de la Doze, du moutier fortifié de ce lieu… je l’attends !

Le Chevalier Dauphinois 04/12/2015 18:54

* Diantre !... Vous attendez avec impatience l'article sur cette église.
* Il va falloir que je le vérifie avant de le publier car il se doit d'être parfait sinon.... Courroux j'aurai !!!!
* Comme je l'ai écrit il y a presque 2 ans, j'avoue ne plus m'en souvenir dans les détails.... excepté un qui pourrait être "bien".
* Cette fois, c'est moi qui ai la pression.
* S'il n'est point parfait, je me dois de vite retourner en ce lieu avant que publication soit faite.
* Donc... De suite.... Je scelle mon destrier.