Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 07:30

 

Département :   81 - TARN

 

Le bourg : Quelle curieuse construction plantée sans rempart

    Situation :    (--> le voir sur la carte)

       La petite commune de Lescure d'Albigeois se situe à 10km au Sud de carmaux et 6km au Nord-Est de Albi.

  Coordonnées des fortifications :

43° 57' 11.369" N 2° 10' 13.094" E
 43.953158°  2.170304°

 

Les fortifications : 

       Sur ma carte de France des fortifications à visiter, j'ai coché des milliers de sites. Bien que préparant toujours mes croisades de découverte, j'avoue que je ne me souvenais plus de ce que Lescure d'Albigeois possédait .

   Ce fut donc une incroyable surprise lorsque je vis cela.

 

    L'extérieur :

La découverte 

    Ce n'est pas la haute tour qui attire mon regard mais :

* La couleur rouge de la brique (je suis si habitué aux pierres blanches des châteaux sur des pics que ce matériau me fascine).

* Puis l'alignement des maisons. Elles sont certainement implantées dans la base du rempart entourant la ville. A notre époque, les fenêtres se sont ouvertes vers l'extérieur.
* Et enfin, les fentes droites avec trou circulaire. L'ensemble se nomme : Archère canonnière bien sur.

 

La tour

    La haute tour est en réalité la porte fortifiée de la cité médiévale. Elle comporte en partie supérieure l'efficace défense rapprochée nommée : Mâchicoulis (voir vocabulaire).

   En dessous, une paire d'archères droites repoussaient au loin les gredins souhaitant attaquer. Bien que la tour ne dispose plus de vantaux, il est possible de les imaginer en regarder ce bel arc brisé. Évidemment, une herse protégeait l'entrée créant une autre obstacle "agaçant" les assaillants.

 

     L'intérieur :

        La découverte des remparts ainsi que la tour n'est pas autorisée. Je ne peux qu'imaginer en la regardant.

 

 

Histoire du bourg :

* Vers le 9ème siècle (?), le site est possession de Constance, fille du Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse (à vérifier).
* Au 10ème siècle, le lieu est donné au futur Pape : Sylvestre II (à vérifier).
* En 1012, le pape Sergius IV  vend le fief  à Védianus.
* Vers 1400, le fief appartient à la famille Salgues.
* Au 15ème siècle, la ville reçoit une puissante porte fortifiée.
* De 1435 à 1438, le routier nommé Rodrigo de Villaudrant occupe la cité. Il ne la quitte qu'après une "rançon".
* Au 16ème siècle, les fortifications sont améliorées.
* Vers 1792, le bourg est récupéré par les révolutionnaires au profit de la cité Papale.
* En 1911, la tour de l'Horloge (porte fortifiée) est classée aux monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la visite de l'extérieur est libre et gratuite. La découverte de l'intérieur est interdite.

 

Une maison dans les anciens remparts

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 81 Vers Menu châteaux du Tarn

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux du Comté de Toulouse : 31 81
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 14/01/2013 16:30

Je reviens ici, car un nom dans votre historique m'avait apparemment échappé au premier abord, et pourtant il aurait dû me sauter aux yeux, car c'est un nom que j'entends depuis mon enfance, sauf
qu'il est ici quelque peu différent :
Il a eu, je le sais, plusieurs orthographes, mais celle retenue pour la postérité par mon village natal, et bien d'autres, est : Rodrigue de Villandrando, comte de Ribadeo, routier espagnol auquel
je "voue une admiration" qui pourrait paraitre déplacée lorsque l'on ne connait pas trop l'Histoire et la mentalité d'alors.
... Admiration, non pas seulement parce qu'il vint se battre sur "mes terres" pour défendre le Dauphiné, et qu'il eut une tenue avisée et héroïque à ce moment-là, mais parce que malgré tout le mal
qu'il put faire avec ses troupes à travers la France, il fut toujours au service du roi ou des princes servant le roi lorsqu'il cherchait "embauche" et jamais ne changea de camp (mis à part ses
tous premiers débuts où il "fricota" avec Villiers de l'Isle d'Adam, mais ce fut bref !)
... Il fut même châtelain dans mon Bas-Dauphiné : récompense qui lui fut attribuée, pour ses bons et loyaux services, par les Etats du Dauphiné tout d'abord ! le roi confirmant ensuite, parce qu'il
était ainsi, que ce soit le roi qui attribue les récompenses, mais c'est le parlement de Grenoble qui le premier lui attribua des terres en Dauphiné.

... Je suis en train de terminer un livre à son sujet, passionnant, et qui m'indique que Rodrigue de Villandrando s'empara de Lescure d'Albigeois en 1436.
Et ce livre est merveilleux, datant de plus d'un siècle, car il possède de très nombreuses pages qui sont des photocopies d'actes recopiés du XVe siècle : ainsi j'ai beaucoup de dates précises, qui
ne peuvent pas trop être contestées, je pense; beaucoup de noms de seigneurs également, tant ce routier a côtoyé de monde... d'ailleurs, il m'a déjà permis d'aller à l'un de vos châteaux avant
celui-ci, et ce n'est pas fini.
Heureuse je suis donc que mes lectures encore une fois me donnent des liens vers vos ruines.

Le Chevalier Dauphinois 07/02/2013 12:24



  Diantre... Votre littérature est bien plus détaillée et bien plus ancienne que mes quelques note que je glane dans des feuiller ou des brochure dans les offices de tourisme.  
Admiratif je suis !


  J'avoue ne point connaire ce Rodrigue de Villandrando.



Anne la Dauphinoise 30/01/2011 22:29


Plutôt réfractaire aux briques je suis, sauf pour ma cheminée, mais même là, elles sont tout comme moi : réfractaires !...
Point n'arrive à apprécier les édifices de brique, sauf si l'originalité de la construction parvient à m'en faire oublier son matériau.
Les pierres blanches, inégales et disjointes de préférence, et les galets roulés ont tant de charme ! Il s'en dégage une chaleur que je ne retrouve pas avec la brique. Plus c'est brut (je suis
toujours dans le domaine des matériaux...) et naturel, plus cela me sied.
... Une chaumière en galets ou pierres avec un toit de lauzes: voilà mon idéal.


Le Chevalier Dauphinois 03/02/2011 21:54



  Je comprends la passion de la pierre pour une construction. Je l'ai d'ailleurs.


Mais ces petites particularités rouge, parfois mélées de pierres blanches scuptées m'amusent.



Anne la Dauphinoise 27/01/2011 22:45


Modèle unique, point n'en doute, mais qui d'époque bien sait changer.
Je préfère la poussière des ruines oubliées...


Le Chevalier Dauphinois 30/01/2011 21:14



J'ai aussi beaucoup de tendresse pour les ruines de pierres. Par contre, la couleur rouge des briques m'impressionne toujours !



Anne la Dauphinoise 27/01/2011 07:44


Alors je ne m'étais pas trompée : vous n'avez pas de frère jumeau !... (cf la "présentation" dans votre réponse au dernier commentaire)


Le Chevalier Dauphinois 27/01/2011 18:32



Modèle unique je suis. Heureusement, sinon le web serai très poussiéreux de ruines oubliées :P



kontomichos 22/01/2011 10:44


bonjour sir chevalier , tu continue toujour a nous émmerveillez avec tes visites de site moyen ageux
aucune critique a te faire , cela fait trop longtemp que je ne suis pas venu te voir.
tu n'aura mais voeux quand mars, moyen oblige.
qui suis je??


Le Chevalier Dauphinois 25/01/2011 12:27



Heureux de vous revoir messire. J'ai commencé quelques articles sur la Glotographie. C'est ici : Présentation.


   Mais la rédaction (et visite bien sur) d'article de ruines médiévales est mon but principal.