Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Est ce un donjon féodal ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bozouls est située à 35km Est-Sud-Est de Decazeville, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le château et à 20km au Nord-Est de Rodez.

     Coordonnées de la construction fortifiée :

44° 27' 17.226" N
2° 40' 16.367" E
 44.454785°
 2.671213°

 

La maison forte : 
        L'extérieur : 

Préambule

   Il m'arrive parfois, en découvrant un site fortifié d'origine médiévale, de ne point être capable d'en donner la fonction avec exactitude. C'est le cas en ce lieu.

   Avec mes lectures, je m'aperçois que je ne suis pas le seul à douter de la fonction exacte du bâtiment de Séveyrac. Certains castellologues ou historiens le nomment :

* Maison forte,

* Ferme fortifiée,

* Grange fortifiée,

* Château fort.

Quel est votre ressenti ?

   Est ce une ferme fortifiée ?

L'arrivée

     Après avoir visité le château de Bozoul, puis la maison forte d'Aboul, je me dirige légèrement vers le Sud en direction du hameau de Séveyrac pour découvrir ce que j'ose nommer : Une maison forte.

   Mais en voyant l'architecture globale, puis l'historique, je corrige ma rapide affirmation et je pressens que ce lieu fut une ferme fortifiée.

    En relisant ma brochure récupérée chez un bouquiniste, je constate que ce site aurait été : Une grange fortifiée.

A-t-elle des points communs avec celle d'Ouveillan dans l'Aude ?

 

La découverte

    L'extérieur du site a la forme d'un polygone irrégulier. L'enceinte comporte des hauteurs de mur différentes qui n'est point logique pour un système défensif. En réalité, ce sont des bâtiments formant "rempart".

   Quelques fentes apparaissent, mais il est délicat d'en définir la fonction (défense ou lumière ?).

  Voyez vous les système défensifs ?

L'imposante tour
   La construction la plus impressionnante est incontestablement la tour. Ses dimensions sont telles que j'ai presque envie d'affirmer que c'est un donjon habitable. Elle comporte :

* Au moins 4 niveaux.

* La partie basse est aveugle.

* L'entrée s'effectuait au 1er étage certainement par une passerelle ou un pont extractible.

* La construction avancée doit comporter l'escalier.

* Des fenêtres modernes de confort se sont ouvertes durant les siècles.

* L'étage d'habitation médiéval est visible par la baie surmontée d'un arc de décharge.

* Au même niveau, les vestiges de latrines en encorbellement confirment ma supputation d'étage d'habitation.

* Aux angles, des culots rappellent la présence d'échauguettes (voir vocabulaire).

* Ayant été arasé, le bâtiment ne comporte plus d'étage défensif. Mais je pressens qu'un chemin de ronde couvert (avec hourdage ou mâchicoulis) existait.

 

Je vais m'approcher de la tour

    Lentement je contourne le site pour chercher le portail d'entrée. Les années de quiétude ont fait disparaître l'entrée fortifiée.

 

        L'intérieur :

Stupéfaction

  Le spectacle de la puissante tour est fascinant. Je reste en arrêt durant de longues minutes. Les bâtiments annexes n'arrivent pas à détourner mon regard de cette construction massive et pourtant élégante.

 

Personne m'entend

   Il faut maintenant que je quémande l'autorisation d'entrer. Je hèle, je me manifeste, je fais sonner mon armure comme un tambour mais hélas, point de propriétaire se montre dans cette porte. Je repars avec mes doutes et mes questions.

 

 

Histoire de la maison forte :

* En 1165, le Comte (voir titre de noblesse) Hugues de Rodez donne le site à l'Abbaye de Bonneval.

* Au 14ème siècle, le site est fortifié (à vérifier).

* Au 17ème siècle, les abbés afferment (donne "en location" à des fermiers) le site.

* En 1664, le domaine dirigé par Séguy de Dalmérac possède :

- 4 paires de boeufs de labour,

- 6 vaches,

- 5 chevaux,

- 214 brebis,

- 180 agneaux....

* En 1667, le fermier se nomme : Antoine Souquet de Barriac.

* En 1688, Antoine Bézamat et Antoine Mirabel sont les fermiers oeuvrant dans cette ferme.

* En 1728, le fermage est tenu par Gabriel Monteil.

* En 1765, Pierre Geniez est cité.

* En 1782, Jean Antoine Frayssinoux s'occupe du fermage.

* En 1792, les révolutionnaires s'emparent du site et le vendent comme Bien National à Jean Antoine Frayssinoux.

* En 1796, un portail "moderne" est aménagé.

* En 1809, le domaine possède 10 boeufs.

* A la fin du 19ème siècle,la dernière héritière de la famille Frayssinoux apporte en dot le site à Bernard d'Armagnac.

* En 1924, la propriété appartient à Claude Desjoyaux.

* En 1935, Pierre Rieucau achète le domaine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Cette beauté construite illumine la campagne Aveyronnaise

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 30/09/2015 14:32

G ênant n’est, à mes yeux, ici le nom :
R avissants sont bâtis, de toute façon !
A urais-je préférence pour ferme fortifiée,
N on seulement par l’Histoire suggérée :
G randes dépendances ont allure agricole
E vidente… mais peut-être que sur ce sol

E tait une grange « nue » long temps avant ?
T outefois, venue la Guerre de Cent ans,
/
O n avait sûrement sécurisé
U tile surface qui servait de grenier,

F aisant d’icelle quasi donjon à voir,
E mpreint de moulte force. Etait-ce espoir
R éel pour paysans et pour les hôtes.
M unie, comme le pensez, d’une porte haute
E vitant intrusion aisée, la tour

F ièrement montrait de très beaux atours :
O n aperçoit encore les échauguettes
R abaissées au point de ne plus paraître
T errifiantes comme surent l’être souventefois.
I mage réduite de ces morceaux de choix
F igures de proue des castels fréquemment ;
I mpassibles semblant, si droit se tenant.
E moi donnèrent pourtant à l’ennemi :
E taient les yeux de ces sites, les « espies »…

D ame ! comme il m’aurait tant plu les mirer
E ntières ces rudes « guérites » du passé !

S i, de plus, un chemin de ronde couvert
E xistait au sommet, alors naguère
V ous aviez puissance d’un donjon, pour sûr !
E t vestiges de latrines sur les murs
Y confortent idée qu’à certains étages
R ésidèrent maîtres des lieux ; était-ce l’usage…
A i-je beaucoup moins prisé les escaliers
C einturant la nouvelle porte d’entrée.

B ien trop « pompeux » dans cet ensemble sont-ils.
O mbrage à simplicité portent-ils.
Z èle je ne montre voyant fenêtres nombreuses ;
O uvertures qui ne sont des plus joyeuses…
U ne fois tout cela dit, je ne sais plus
L ‘identité de cet ensemble vu :
S ait être tout en même temps !* Est-ce incongru…

P riorité, dans ce cas, est pour moi
S écurité qu’il offrit autrefois.


* = grange, ferme, maison fortifiées ou un castel fort avec puissant donjon !

Le Chevalier Dauphinois 02/10/2015 19:49

* La littérature décrit ce site comme : Grange fortifiée. J'ai donc mis cette caractéristique dans le titre.
* Mais j'avoue que ferme fortifiée (ou maison forte) m'aurait été plus logique.
* Je remarque que cette beauté vous a plu. Elle possède toutes les particularités apportant le rêve médiéval et le plaisir des yeux.