Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Où va ce long mur ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de La Bastide-Pradines est située à 70km à l'Est Nord-Est d'Albi, à 15km au Sud-Sud-Ouest de Millau (voir son beffroi) et à 8km à l'Ouest de La Cavalerie.

     Coordonnées du grenier fortifié :

44° 0' 5.598" N 3° 2' 42.443" E
 44.001574 °  3.045026°

 

Le grenier fortifié : 
        L'extérieur :
Préambule

    En nostre Royaume, les touristes sont souvent attirés par le mot : Templier. Avec les légendes, leur pseudo trésor, leur massacre (et le livre de Maurice Druon), ce qualificatif de Templier est très vendeur.

  Conséquence : Dans quelques brochures, certains sites médiévaux sont qualifiés de cet Ordre Militaire Religieux. Hors, la plupart du temps, ce ne sont point les Templiers qui ont habité ou construit le lieu (voir une liste de fausses infoirmations ici).

   C'est le cas de La Bastide Pradines : Point de Templiers à l'origine, mais des membres de Ordre de l'Hôpital de Saint Jean de Jérusalem (nommés aussi : Les Hospitaliers).

  Ce mur m'emporte loin, loin loin....

La découverte

    Au sommet d'un promontoire rocheux, un groupe de maisons blotties à son église se dore au soleil. Lentement je m'approche de ce "nid d'aigle" pour trouver le site médiéval fortifié qui va sublimer ma journée.

 

Je fais le mur

    Mais je suis arrêté par un mur construit parfois sur le rocher. Son architecture intemporel et son manque d'indice ne me permet ni de le dater ni de connaître sa fonction. Mais je pressens que rempart il fut !

    D'habitude, j'entends les pierres me parler... Mais là, les longs murs ne sont que mur-mur ... oups.... murmures.

 

Le Castel Gra­nieyras est là

      Soudain, un parallélépipède apparaît. Cette bâtisse anguleuse, sans tour ne ressemble point à un classique château fort et encore moins à la grange fortifiée de Fontcalvy

  Un cube médiéval !

Rapide analyse du petit coté
* La façade la plus étroite possède 2 ouvertures superposées.

Etait ce des axes de circulation ?

* Pour découvrir son secret, je passe en mode "Terminator". Il me semble voir dans un angle des pierres réajustées.

Sont ce les traces d'une échauguette ?

 

Rapide analyse du grand coté

Cette face est mystérieuse !

* Sa base est composée de quelques lits de longues pierres dont la couleur foncée contraste avec le reste du mur.

* Une ouverture bouchée m'interpelle.

Quelle fut sa fonction ?

* Au bout du mur, un fantôme d'archère droite se dévoile en contre jour.

* A mi-hauteur, au centre, l'ouverture ressemble à une fenêtre de confort.

 

Les 2 autres cotés

   La suite de la découverte est très instructive. Pour ne point tout vous dévoiler et vous donner l'envie de voir cette beauté de 800 ans, je ne vous montre que l'ensemble de loin. Il est possible de voir :

* Une construction en encorbellement nommée : Latrines.

* Un autre encorbellement pour la défense de l'entrée médiévale nommée : Bretèche.

 

        L'intérieur :
  La propriété privée n'est point visitable.

 

 

Histoire du grenier fortifié :

* Au 11ème siècle (?), le site "fortifié" (je ne dispose d'aucune information sur son architecture primitive), possession du Comte (voir titre de noblesse) de Rodez, surveille l'ancienne voie de Narbonne à Rodez passant par le Viala-du-Pas-de-Jaux.

* Vers le milieu du 13ème siècle (1240 ?), le site est habité puis fortifié par l'Ordre de l'Hôpital de Saint Jean de Jérusalem.

* En 1254, le premier commandeur se nomme : Bernard de Pagas le Vieux.

* Vers 1384, Jean de Vica, à la tête d'une bande de Routiers, attaque et s'empare du château.

* En 1438, Guillaume Héralh accompagné de son neveu et d'une troupe armée s'emparrent du château par surprise. Bien que ces vils personnages se soient fortement établis dans la bastide, ils sont délogés par le Sénéchal du Rouergue. Les Hospitaliers récupèrent leur place forte.

* En 1573, les Papistes occupent le site.

* En 1794, les Révolutionnaires réquisitionnent le château comme Bien National. Ils le vendent au citoyen Vergonier, maçon de Lapanousse-Cernon.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

Voila une fortification vraiment hors norme

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 26/01/2016 20:37

C omme bien vous en prit « faire le mur » !
A insi, entendons-nous murmures
S i bons venus du Moyen-Âge !…
T résor, auquel rendez hommage,
E merveille nos yeux et l’esprit.
L es Hospitaliers ne sont mie

G lorifiés assez, et pourtant
R endirent moult de services antan ;
A ussi combatirent pour leur(s) roi(s)*
N ‘épargnant leur vie; et sang-froid
I l ne leur manqua dans la guerre.
E nvers eux n’est aucun mystère** :
Y faut-il en voir la raison «
R abaissant » alors leur renom ?…
A ujourd’hui n’est-ce point le sujet !
S urvit d’eux ce grenier qui est

L oin de me déplaire, que nenni !
A ustère paraît : normal ici ;

B orgne n’est-il, mais il dégage «
A mbiance hermétique » : est-ce gage,
S ynonyme de sécurité
T ant pour hommes que pour grains stockés.***
I l semble qu’habité il put être,
D ‘après les parsemées fenêtres :
E tages étaient sans doute pour « maîtres » ?…

P rofil d’une bretèche avez vu
R appelant qu’entrée défendue
A été jadis : sûr moyen
D e près occire intrus ; de loin
I ceux intimider, je pense.
N e sont restées d’autres défenses****
E tayant fait que fortifié
S ut être mieux ce vieil grenier.

A bsents, peut-être, atours de guerre
V isibles par âmes de naguère ?…
E tait bâti protégé par -
Y faites allusion – un rempart, «
R éfugiant bastide : protection
O fferte, ainsi nulle obsession
N antir ce lieu tel un bastion ? …

N ‘ai-je que rêvé devant ce lieu
O ù s’entremêlent moments heureux :
T émoignage des Hospitaliers
A uxquels je suis très attachée ;

B ienfaits d’un édifice fort sûr
E ngrangeant moult de nourriture…
N ous avez choyés derechef !
E tait votre article bien trop bref !

P rose de ma part l’est-elle moins…*****
S ait-elle vous dire que « c’était bien ! ».

* comme les Templiers, même si ce fut un peu plus tardivement qu’eux.
** si mystères il y eut jamais concernant les Templiers ! ce à quoi je ne crois mie, du tout !
*** grains = les récoltes… en grain ou pas.
**** à part le fantôme d’archère droite… que je n’ai su apercevoir ! honte à moi !
***** et pourtant, j’ai omis de vous parler de l’ouverture bouchée que j’ai aimé découvrir : là, est un vrai trésor des Hospitaliers, pour moi et ici ! (à mes yeux, il vaut de loin le(s) faux-trésor(s) des Templiers !).

Le Chevalier Dauphinois 29/01/2016 10:44

* Hélas pour vous et pour moi, j'ai visité ce site il y a bien longtemps.
* J'étais un peu trop jeune (700 ans seulement) et mal équipé.
* Mon appareil photo n'était pas très performant et mon but de découverte était encore défini.
* Donc mes images sont peu précises et incomplètes.
* Mon souvenir de ce site médiéval n'occupe que peu de neurones.
*** Le but de cet article et de faire connaître ce bâtiment ***
*** Hélas, ma prose n'est pas pour améliorer la connaissance de cette tour ***
* Pour l'ouverture bouchée, plusieurs solutions :
1 - Une aération pour les caves.
2 - Ou la sortie d'un tuyau intérieur de lattrines.