Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quel magnifique caricatural château fort !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de La Salvetat Peyralès est située à 40km au Sud-Ouest de Rodez, à 30km au Nord d'Albi et à 20km au Sud-Est de Villefranche de Rouergue.

     Coordonnées du château fort :

44° 12' 5.555" N 2° 9' 51.93" E
 44.201543°  2.164425°

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

   Depuis le bourg de La Salvetat Peyralès, je prends la direction du Sud-Ouest pour arriver, après 4km de chevauchée facile, au confluent de 2 ruisseaux nommés : Vernon et Viaur.

   L'embranchement vers le hameau de Roumégous m'amène vers une incroyable ruine posée au sommet de la colline.

Cette beauté ne vous fait elle pas penser au château d'Alleuze ?

 

Premières constatations

* Le château est protégé sur 3 cotés par des versants abrupts. Cela facilite la défense.

* Mon fascicule prétend que deux remparts précédaient le castel. Les siècles ont détruit ces hauts murs.

* Il est aussi noté d'un fossé isolait le château du village. Il est aujourd'hui comblé. Curieusement, son absence ne me comble pas.

    Ce château m'en fait voir de toutes les couleurs

Je m'approche

* Le château est composé de 4 rondes tours reliées par de petites courtines.

* La courtine, coté le plus vulnérable, est borgne.

* La dimension des tours est si importante qu'elles ont certainement été utilisées comme logis (un examen des entrailles me donnera plus d'informations).

* Il est surprenant de voir certaines tours sans ouverture de tir, ni fenêtre.

* Les larges ouvertures sur certaines tours ne sont point des fenêtres mais des archères que le temps a agrandi.

* La largeur des courtines n'est point symétrique. Sur le coté donnant vers l'à-pic (protégé de l'attaque), des fenêtres ont été aménagées.

* Les murs sont si lézardés qu'il me faudra être très prudent lors de la visite des entrailles.

Lentement, je m'avance vers la ruine en espérant que le "ciel" ne va pont me tomber sur la tête.

  Rondes tours et petites courtines

        L'intérieur :Un corps de logis très abîmé

Première sensation

* En entrant, je ne vois que le vide entouré de tours.

* La partie centrale est le corps de logis très démantelé.

* Ces salles de vie devaient être agréables car la lumière arrivait par les grandes fenêtres.

* Avec un peu d'attention, il est possible de voir la base des arcades géminées.

* Les étages sont visibles ainsi que les bases des murs de séparation.

 

Eléments de confort

* Aux étages, il est possible de voir dans l'épaisseur des murs, les axes de circulation.

* De nombreuses cheminées sont visibles ou se devinent.

* Sur cette face du corps de logis, deux grandes cheminées (l'une en avant de l'autre) chauffaient les 2 salles.

* Sur la gauche d'une des cheminées, l'ouverture ressemble à un "tuyau" montant aux étages.

Etait ce un porte voix ?

Je vous en avais montré un plus modeste à Lopera en Andalousie.

  Combien de belles se sont réchauffées ici ?

Les tours

* Ayant des dimensions différentes, les tours offrent un spectacle multiple.

* Elles possèdent souvent une cheminée par étage.

* Les conduits de cheminée se voyaient déjà à l'extérieur, aux sommets des tours.

* Mais certaines sont dans une salle voûtée et éclairée.

* Il est fort probable que l'ouverture dans les tours ne soit point une fenêtre mais une archère.

* La plus étroite des tours contient les vestiges d'un escalier en colimaçon. 

 

Je suis ivre !

C'est la fin.

   Je suis si fasciné et ébloui par cette ruine que mon cerveau bouillonne et mon imaginaire dérive. En fermant les yeux je crois voir des douves entourant le site.

 

 

Histoire du château fort :

* Au milieu du moyen âge, les archéologues supposent qu'un château primitif existait en ce lieu.

* A la fin du 14ème siècle, la famille Cadole fait construire un château fortifié.

* A la fin du 15ème siècle, le château est possession de la famille De Bar.

* Au début du 17ème siècle, la famille Bourbon-Malausse possède le château.

* Au 17ème siècle, la Baronnie (voir titre de noblesse) de Roumégoux et le château sont vendus à la famille De Faramond.

* En 1700, Claude Malroux est seigneur de Roumégoux.

* En 1755, la famille Truel de La Garde et le sir Bonhomme-Dupin possèdent le château en co-propriété.

* En 1811, le sieur Bouscarol habite Roumégoux (village ou château ?).

* Au début du 20ème siècle, la tour Sud-Est s'écroule.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est dangereuse. Le site n'est pas consolidé. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

Comme toujours dans une ruine médiévale, la vue est magnifique

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 14/02/2016 10:32

Réponse rigoureuse et claire. Merci pour ces explications de castellologue, Chevalier.
Je n’en savais point tant, mis à part que Philippe Auguste « inaugura » les rondes tours (en gros).
… J’aurais vraiment cru que ce style de castel était répandu dans le royaume.
Quand on y pense, ils sont très défensifs mais « petits », si l’on voulait y vivre à l’aise, hôtes des lieux, leur famille, leurs amis et leurs troupes aussi, ensemble, sans se gêner…
… Mais j’aime ce genre de castel où l’on croit voir un « cocon », bien renfermé sur lui-même dans lequel on était à l’abri de tout, me semble t-il.
… Rareté (toute en rondeur, ou non) est vraiment signe de Dauphinois Chevalier !… ou vice-versa.

Le Chevalier Dauphinois 14/02/2016 10:51

* Le Chevalier adore les rondeurs... Tel est son plaisir !

Anne la Dauphinoise 11/02/2016 20:53

R uine magnifique que nous offrez ici.
O r, comme une castellologue je ne suis,
U ne vision déformée vais-je donner
M êlant rêves éveillés, réalité…
E mane de ce castel force incroyable,
G lacial est-il, car semble impénétrable,
O ù sont fort resserrés les bâtiments -
U n genre de bloc compact iceux faisant
S ans fenêtres sur les extérieurs donnant.*

L e symbole d’une forteresse est-il.
A vez raison : d’Alleuze a le profil.

S on aspect massif et très « concentré »
A pporte sentiment de sécurité.
L es tours et courtines quasi borgnes y sont
V raiment pour beaucoup : était-ce une façon
E vidente d’intimer aux adversaires
T oujours se tenir à distance, arrière,
A lors que pour hôtes des lieux était-ce
T émoignage d’abri, de paix la promesse.

P our sûr, dans les entrailles me suis perdue,**
E mbrouillée par les vestiges entrevus !
Y ai-je miré cheminées, toutefois ;
R avie qu’axes de circulation se voient :
A insi, en songe, ont pu se recréer
L ongs pans de cette vie dans le passé
E n lequel j’aime me retrouver souvent.
S ut être ce castel, à mes yeux, charmant !

R edirai-je que salles voûtées moult me seyent,
O ù appareillage est pour moi merveille…
U n magicien êtes quand par vos seuls rêves
E mplies sont, de nouveau, les douves d’eve !***
R egrets, pour vous, qu’absence du fossé
G uère ne vous ait comblé, comme l’a été…****
U n bel castel avez découvert, là, «
E gratigné », mais me plait-il comme ça !

* mis à part sur les grandes courtines.
** en rêve et en réalité… impossible, pour moi, de comprendre vraiment l’agencement de l’intérieur du castel, mais cela m’a plu de voir tous ces restes et d’imaginer se dérouler la vie d’antan en ces lieux.
*** eau, en vieux-françois, mirée par l’image du lien « douves entourant le site ».
**** le jeu de mots est de vous… je vous l’ai emprunté !

Le Chevalier Dauphinois 13/02/2016 10:29

* Ce style de château, tout en rondeur, sans angle mort, pourrait paraître l'idéal défensif.
* Pourtant, ce style architectural est rare en notre royaume (et même dans les pays proches).
* Chaque région doit en posséder un seul exemplaire.
* Même le roi Philippe Auguste n'a pas retenu cette forme (il est vrai que la fin du 12ème siècle n'a point été très novateur).
* C'est certainement la rareté qui me pousse à rechercher ce style de ronde forme et aussi à mettre ces châteaux en valeur sur mon blog.