Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Connaissez vous la formule magique pour écarter les arbres ?

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bor et Bar est située à 40km au Sud-Ouest de Rodez, à 30km au Nord d'Albi et à 20km au Sud de Villefranche de Rouergue.

     Coordonnées du château :

44° 11' 8.869" N
2° 4' 32.434" E
 44.185797°
 2.075676°

 

Le château : 
        L'extérieur :
L'approche

    A un jet de flèche au Sud du petit village de Bar une colline porte les ruines de l'ancien château fort. Sa position en bordure de la rivière Viaur est idéale pour surveiller le passage vers les hauts plateaux du Ségala.

   Pour mieux ressentir cet ancêtre médiéval, je sors de ma poche la représentation de sa splendeur.

Sera-t-il aussi beau au 21ème siècle ?

  Sont ce les flammes de l'enfer qui rougeoient cette tour ?

La découverte

    Lentement, je m'avance en écartant les branches des arbres et en prenant soin de ne point griffer mes magnifiques mollets de Chevalier.

   Une ronde tour me regarde en pouffant de rire.

Suis je si ridicule dans le bois ?

   Je tente de l'approcher et soudain je remarque la présence d'un fossé comblé. Je suppose qu'il entourait le site, mais la végétation m'empêche de vérifier mon hypothèse.

  Sur le croquis, en avant du château il y a un jardin médiéval. Son fantôme n'apparaît pas dans les hautes herbes.

 

La tour solitaire
     Je consulte de plan pour définir quelle tour est en face de moi. La mission est impossible car je manque de repère sur cette ruine.

  Je suis étonné par la piètre qualité de taille des pierres ainsi que le mauvais jointement. Ceci est surprenant car en opposition avec le croquis du château.

   A mi-auteur actuelle (je vous rappelle que dans une ruine, les gravas et les siècles ont fait monter la hauteur du sol de plusieurs mètres) je vois une grande fente verticale. Même si sa largeur a été causée par les siècles sans entretien, je subodore que cela devait correspondre à une fente de lumière ou une archère.

   Peut être aurai je la réponse en regardant dans la tour.

  'Entrez Chevalier' me murmure la tour

Je fais le tour de... la tour

   Lentement, je contourne cette beauté millénaire et solitaire pour mieux la comprendre. Grâce aux vestiges des départs de mur (dont les remblais semblent peu solides), je suis certain que j'ai en face de moi une tour d'angle.

 

L'intérieur de la tour
    Le temps a fait son terrible travail de destruction, les entrailles de cette tour ne me révèlent rien. Le parement intérieur est illisible, la fonction initiale de l'ouverture n'est point identifiable.

  Seule l'épaisseur du mur m'informe de l'ancienneté de la tour.

 

Qu'est ce ?

    Lentement, je m'éloigne de ce vestige d'un autre temps quand je suis interpellé (vous ai je déjà dit que les pierres me parlent et le hèlent ?).

    Les arbres s'écartent me laissant voir un imposant bâtiment. Il me semble identifier les bases d'une ronde tour  dont le diamètre est supérieur au précédent vestige. La haute paroi ne m'informe pas de la fonction exacte de cette tour ni de son âge.

 

 

Histoire du château :

* En 1171, le site fortifié appartient à l'évêque d'Albi.

* En 1285, cautionné par le Roi de France (voir liste), Bernard (et Bertrand ?) de Bar occupe(nt) le château.

* En 1361, les Anglais attaquent puis prennent le château.

* En 1364, les Anglais quittent le site fortifié.

* En 1436, Rodrigue de Villandrando s'empare du château.

* En 1614, le dernier membre de la lignée de la famille De Bar s'éteint sans héritier. Le fief appartient à Jean de Salès.

* En 1682, un acte fait foi que le sieur Tamus et la famille de la Guimerie ont détérioré le château, les meubles et autres mobiliers.

* En 1686, malgré son état partiel de ruine, le château est habité.

* Au 17ème siècle, le château appartient successivement à :

- Jules de la Roque Bouillac,

- François de Pommeyrol-Jalenques,

- La famille : Roquefeuil de Versols.

* Durant la première moitié du 18ème siècle, le fief est toujours possession de la famille Roquefeuil de Versols.

* En 1749, le château et les terres sont vendus aux deux sieurs :

- Courrège,

- Fricou.

* Au 20ème siècle, le château appartient à la famille Fricou.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est dangereuse, veuillez être très prudents en évitant de monter sur les murs.

 

Dans son écrin de verdure, la ruine garde tous ses secrets

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 05/12/2014 23:44

En recherchant ce que je pouvais avoir sur les seigneurs de Coupiac, je "tombe" sur un seigneur de Bar, dans un grimoire sur un Dauphinois ! (l'un de mes Dauphinois préférés -puisque préféré de
"mon" Louis XI : Ymbert de Batarnay - désolée, cela fait beaucoup de préférés et de possessifs !)
... Lardit de Bar était sénéchal du Rouergue en 1475.
Avec d'autres personnes, il fut chargé de mettre en la main du roi (Louis XI, donc) des seigneuries du Rouergue confisquées à Jacques d'Armagnac (duc de Nemours).
... Et cela, pour en confier le gouvernement à "mon" Dauphinois Ymbert de Batarnay (lequel avait reçu pas mal de terres confisquées déjà à des Armagnac).
... Heureuse j'ai été de retrouver un seigneur de Bar, mais point n'ai su retrouver de seigneurs de Coupiac, par contre.
PS: Merci pour vos historiques si longs sur ces castels du Rouergue. Je les apprécie vraiment.

Le Chevalier Dauphinois 06/12/2014 11:58



* Les dualités entre les représentants du Roi de France et les Comtes d'Armagnac puis les maudits Anglois vont être présentes dans de nombreux châteaux du Rouergue.


* Je pressens que les historiques sur les (plus de 100) articles de cette provinces vont vous fasciner.



Anne la Dauphinoise 30/11/2014 22:33

Je reviens ici pour vous parler de l'historique et, évidemment, de "mon Routier préféré" : Rodrigue de Villandrando ! Car le grimoire que je possède sur lui m'a révélé pourquoi il vint prendre le
castel de Bar.
... L'histoire commence, à l'origine, en 1434, par le poste vacant à l'évêché d'Albi !... aucun rapport de prime abord.

... En 1434, il y eut 2 prétendants pour cet évêché : Robert Dauphin (d'Auvergne) choisi par le roi et les princes de sang, et reconnu par le pape, et Bernard de Casilhac, choisi par le Chapitre
d'Albi et reconnu par le concile de Bâle.
... D'où : problèmes ! Car Robert Dauphin se tint sur ses gardes pendant une année (il occupait effectivement le poste) puis, se croyant tranquille, délaissa Albi un moment pour se rendre en
Auvergne. Casilhac en profita pour investir Albi et sa cathédrale.
... Et, pour "récupérer" son siège, Robert Dauphin fit appel à Rodrigue de Villandrando, n'ayant reçu que des promesses d'hommes de la part de Charles VII, mais nul secours en réalité. (De plus,
Villandrando était de sa famille, ayant épousé une demi-soeur du duc de Bourbon, parent de Robert d'Auvergne).

Voilà pourquoi Villandrando et sa bande de Routiers virent en cette contrée.
... En premier lieu, Villandrando s'empara de Lescure d'Albigeois, puis de la cathédrale d'Albi tenue par les partisans de Bernard de Casilhac. Il y fit même une entrée remarquée : il pénétra dans
l'édifice tout armé (éperonné et salade en tête, me dit même mon grimoire !) et s'avança jusqu'au choeur. Toute l'assistance effarée pensait qu'il allait violer le tabernacle et les objets saints,
mais en place de ça, il alla s'asseoir calmement - et toujours armuré ! - sur la chaire épiscopale, disant qu'il venait prendre ce siège de la part de Robert Dauphin.
C'était presque fini : Robert Dauphin avait retrouvé son évêché !

Puis, Villandrando se chargea de prendre les castels des environs appartenant aux partisans de Casilhac :
... En 1436, Bar avait comme seigneur Flotard de Bar, chevalier. Celui-ci refusa d'entendre la sommation de Villandrando de rendre le castel de Montirat. Courroucé, Villandrando mit sa terre à feu
et à sang et vint investir le castel de Bar avec ses hommes.

Mais, d'après mon grimoire, il ne resta pas longtemps dans cette contrée qui, au bout de peu de temps, ne présentait plus grand chose à piller ! (le Languedoc voisin était plus attirant !) Fin 1436
il était parti, alors que cet épisode se déroula en août/septembre. (parti, contre "patis", cette fois ! versé par les Etats du Languedoc). Mais laissa t-il de ses hommes au castel de Bar ? je ne
le sais point indubitablement, mais je le suppose, en attendant que Robert Dauphin y remette les siens.

En conclusion : même s'il y eut pillages et exactions dans la contrée de sa part, "mon" Routier a (encore !) fait une bonne action ! (remettre sur son siège l'évêque élu)
... Toujours prêt à se battre pour la autres, "mon Routier" ! (moyennant argent comptant, cela va sans dire... mais tout travail ne mérite t-il point salaire ?)
... Et toujours du côté du roi de France, ou de ses alliés ou de sa famille ! (car les Bourbon et les Dauphins d'Auvergne étaient de la parenté de Charles VII).
... Alors oui, je confirme : j'aime ce "vilain garçon - chevalier sans peur et sans reproche" (cf. Alcazaba) qui m'a séduite depuis fort longtemps !
... Désolée pour mon commentaire tant long : ne sais-je être brève lorsqu'il s'agit de "mes hommes préférés" !

Le Chevalier Dauphinois 01/12/2014 17:38



*Admiratif je suis par votre commentaire si riche.


* Admiratif toujours je suis envers ce Vilain Garçon" qui fut toujours du bon coté, même si c'est l'argent qui fut sa vie erreante.


* Heureux aussi je suis que ce château exista un peu dans vos livres magnifiques.


***** Merci *****


 



Anne la Dauphinoise 28/11/2014 22:01

C omme est grande renommée de notre Chevalier ! "
H anter" site d'une mairie de si lointaine contrée !
A insi, même au péril d'avoir mollets griffés -
T ant magnifiques sont-ils, à l'entendre parler ! -
E st-il parvenu, sans trop de mal, s'approcher (
A force d'incantations, quand même, pour écarter
U ne masse de feuillus semblant fort le gêner)

D 'une beauté d'un autre âge, que voulait conquester...
E st vraiment d'un autre âge, cette beauté... arruinée

B eaucoup trop pour que sa vie nous soit dévoilée.
A tout le moins, la voyant très "enveloppée",
R aison nous dit que n'est de dernière mode née !

B ien au rebours, a dû en voir siècles défiler !
O utreplus, cette épaisseur nous laisse soupçonner
R éel penchant pour tout ce qui était guerrier;

E t fut certainement l'une des sécurités
T rès visibles, icelles, sur gravure que nous offrez...

B ien ai-je compris que fut une tour d'angle, car liée
A courtine a été - départs de murs restés
R appelant ce fait - or, ne puis-je la comparer

A seconde tour, par vous seul aperçue : avez,
V olontairement, son image toute occultée
E n la colorant et la "brouillant"... Chevalier,
Y vois-je diablerie ! Pourquoi nous avoir privés
R êver sur cette ruine, même si n'a point été
O uvrage "compréhensible" ?... d'habitude, nous donnez
N ormal aspect aussi d'une image transformée...

R ondeurs de cette tour vouliez pour vous garder ?
O u secret vous a t-elle a demi avoué ?
U ne tour vous hélant, pour ensuite ne point parler
E st malaisé à croire... Aurait-elle chuchoté :"
R esplendissante je fus, mais affres du temps et
G âchis de certains hôtes m'ont moult défigurée" ?
U n désespoir qu'auriez su entendre, Chevalier
E n l'abordant, mais sans vouloir nous le prouver...

P uis-je ajouter que, pour moi, dessin a été
S ur le gâteau cerise : naïf, mais vraie beauté !

Et:

P uis votre historique mention fait de "MON" Routier !
S aint, le sais-je bien - alas ! - n'a point toujours été...

Le Chevalier Dauphinois 01/12/2014 17:44



* Il est vrai que dans ces images, point je montre tout.


* Ce n'est point de la "cachetterie ou diablerie" de ma part.


* Mais à l'époque, je ne disposais que d'un appareil photo à pellicule.


* Donc, j'emportrais 10 rouleaux de 36 poses pour ma semaine ou quinzaine de jours.


* Je ne pouvais pas, comme avec le numérique, consacrer des centaines d'images pour une seule ruine.


* Donc, j'ai mis ici toutes les images dont je dispose.


* De plus, il ne faisait pas très beau ce jour là. Donc certaines images sont difficilement montrables.


* C'est la raison du trucage de couleur après avoir scanné mes diapositives.


 



patricia 12/09/2014 10:55

Le site est très agréable à regarder
Et j'étais très surprise de découvrir autant de renseignements sur notre château ou du moins ce qu'il en reste.
J'ai utilisé votre blog pour enrichir le site de notre commune et nos lecteurs sont ravis
Merci

Le Chevalier Dauphinois 12/09/2014 12:54



    La mission d'un Chevalier, de plus Dauphinois , est de faire une croisade dans notre Royaume pour
photographier puis immortaliser toutes les richesses médiévales. Evidemment, je ne fais pas que marcher dans les bois et les collines, j'erre aussi chez les bouquinistes, dans les vides greniers,
sur les sites web de libraires pour acheter quelques ouvrages ou fascicules sur l'histoire régionale et les châteaux forts.
     De cette documentation, j'extrais les quelques informations que j'archive dans une base de données de mon PC. 


Ainsi, le jour où je décris une ruine sur mon blog, la base historique ressort, même si elle est partielle.


   Je suis très heureux que vos lecteurs soient ravis des quelques détails de mon article.



patricia davy 01/09/2014 15:48

bonjour
j'aimerai utiliser votre blog pour agrementer le site de la commune de bor et bar
je le trouve très bien fait
pouvez vous m'en donner l'autorisation
cordialement

Le Chevalier Dauphinois 02/09/2014 08:58



Bien le bonjour Princesse du Rouergue.
   Heureux je serais que mon modeste blog existe dans le site de votre commune. Autorisation chevaleresque vous avez.


  Evidemment, si vous pouviez citer mon blog, ce serait sympa.