Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 07:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Le château m'a vu avant que je le vois

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Bertholène est située à 40km au Nord-Ouest de Millau, à 15km au Nord-Est de Rodez et à 8km au Sud-Est de Bozouls (voir ce bourg).

     Coordonnées du château :

44° 23' 45.658" N 2° 46' 45.476" E
 44.396016°  2.779299°

 

Le château : 
        L'extérieur :
La découverte

   Sur une butte surplombant le bourg, une ruine médiévale surveille les alentours avec sérieux. La position est idéale pour l'établissement d'un château fort. 

   Même si elle semble ruinée, cette construction de 7 siècles va être mon plaisir de cette fin d'après midi de printemps.

  Les remparts sont posés sur le roc

Les murs

    Ma première approche m'amène vers les murs et remparts extérieurs de cette forteresse. Par endroit, ils ont été posés sur le rocher, rendant l'accès plus difficile pour l'assaillant et augmentant la solidité en limitant ainsi le travail des sapeurs.

   Pour relier certaines parties du rocher initial, des  arcs de décharge ont été aménagés (je vous en avais montré un extraordinaire au château de Roquefixade dans le département de l'Ariège).

 

Le long rempart

    En avant  de la façade principale, le rempart a beaucoup souffert. Il est arasé ne laissant pas deviner la présence d'archère ni de crénelage (voir vocabulaire). Les pierres sont de tailles asymétriques et de provenance diverses.

  Il ne reste que peu, mais quel spectacle

La façade
   Derrière le mur arasé du rempart, une façade moderne et médiévale se dore au soleil.

Pourquoi ai je utilisé ces 2 termes ?

La réponse n'est que constatation :

 * Sur la droite, une ronde tour défensive rappelle les grandes heures médiévales du château.
 * Mais la tour a été modifiée par l'ouverture de fenêtres.

 * L'imposante courtine n'a plus ses systèmes défensifs. Elle a été assagie par de simples fenêtres en partie médiane et des fenêtres à meneaux en croix à l'étage supérieur.

* Sur la gauche, une tour presque jumelle à la première, a gardé sa rigueur médiévale. Je suis surpris qu'elle ne comporte aucune fente de tir.

Avez vous remarqué la tour semi-circulaire au second plan ?

 

Je veux entrer

    Lentement, je contourne le site pour trouver l'entrée. C'est à ce moment que je rencontre un système de tir classique  la fin du 15ème siècle.

  Je suis aveuglé par la beauté médiévale

        L'intérieur :

Vais je rester dehors ?

    Les hauts remparts m'empêche d'entrer, les maisons collées au château sont infranchissables. La seule porte moderne en bois est fermée. 

Suis je condamné dehors ?

 

L'espoir de la lumière

   Soudain, une lumière traverse les arbres et me donne la direction. Tout en respectant la zone de sécurité, je peux admirer les entrailles de cette beauté de 7 siècles. 

   L'autre coté de la façade montre les fenêtres à coussiège et les axes de circulation.

  Il y a bien d'autres détails à admirer, mais je ne vous les révèlerai pas pour vous permettre de jouer les détectives lorsque vous rencontrerez cette belle ruine Aveyronnaise.

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, présence d'un château fort en pierre.

* Au 14ème siècle, le seigneurie relève du Baron (voir titre de noblesse) de Sévérac et du Comte de Rodez.

* En 1349, le seigneur de Bertholène participe à une joute organisée par le Roi de Majorque.

* En 1345, en présence du seigneur, les habitants de Bertholène et de Laissac s'engagent à garder le château et à l'entretenir.

* En 1349, l'accord signé quatre ans auparavant est reconduit.

* En 1550, le domaine appartient à François d'Hèbles.

* En 1569, le Sieur Hébles ayant épousé la cause des Protestants, le château est attaqué et canonné par les Catholiques.  La construction fortifiée est pillée, tous les défenseurs sont tués. Seule Marie de Bertholène, femme de François, est épargnée.

* En cette fin de 16ème siècle, le domaine appartient à la famille Faramond. Le château est partiellement reconstruit.

* En cette fin de 17ème siècle, la famille Berne devient propriétaire du château. Elle aménage une façade "moderne".

* En 1697, le site est possession de la famille De Vezins.

* En 1792, la famille De Vezins est chassée par les Révolutionnaires.

* En 1839, Edouart Maisonabe, avocat à Rodes, achète le château. Il récupère de nombreux matériaux et pierres pour construire une maison bourgeoise dans la plaine à  La Caze.

* Au milieu du 19ème siècle, une église et un presbytère sont aménagés dans les dépendances.

* Au début du 20ème siècle, l'abbé Triadou (curé du bourg) achète les ruines du château.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde tente de faire revivre la ruine.

* En 1999, durant les fouilles, plusieurs objets du 17ème siècle sont retrouvés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur ne semble pas possible.

 

Le drapeau du Rouergue flotte toujours

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 30/01/2015 21:48

B ien beaux vestiges encore une fois nous dévoilez,
E rigés, comme souvent, au sommet d'un rocher.
R ayonnent-ils de la sorte, malgré le peu resté,
T out en puissance, finesse, grandeur et majesté...
H ors de portée, antan, mais de notre Chevalier
O ncques n'est castel, même quand la chevillette tirée
L a bobinette ne chiet*, gardant l'huis bien fermé :
E xtérieur nous suffit, tant est à admirer !
N ous divaguons ainsi entre murs arasés
E t tours aux formes diverses, debout bien qu'éventrées.

A lors spectacle est bel, d'un site fortifié... "
V idé" de moult atours qui le rendaient guerrier ?
E motion n'en est pour autant amenuisée :
Y ressent-on grand'force, et savons deviner
R ichesse de ses défenses qui ont pu "l'habiller"...
O ui, a t-il quelque peu été aménagé.
N e me gênent point tant ouvertures "récentes" percées,

R etenant seulement qu'archères, dans le passé,
O bservables ont dû être en leur place : est-ce assez.
U n rempart extérieur est mieux appréhendé
E n mirant vue du ciel; et vision rapprochée
R appelle que sur rocher s'est maintes fois appuyé,
G age de solidité, d'invincibilité :
U n travail de sape ne pouvant s'effectuer
E n de bonnes conditions, mais à l'échec voué.

P uis nous offrez arcs de décharge... sont vraies beautés !
O uvrages si "aériens", à mes yeux, si légers. "
S ur leurs épaules" pourtant repose rigidité
T oute entière d'un bâti : je suis émerveillée

S avoir que nos ancêtres avaient l'art concilier
C ontraintes et esthétique... est-ce un tant oublié...
R aison ne m'a point fait comprendre proximité
I mmédiate des deux tours : l'une ronde et l'autre carrée.
P eut-être que ma lanterne vous saurez éclairer ?...
T alent avez pour nous "obliger" vite aller
U n jour voir de plus près vos trésors dénichés !
M ais est un peu cynique, je trouve, votre procédé !

N e vous en veux-je trop : entrailles si peu montrées
O nt neurones médiévaux su déjà contenter :
T races infimes de vie de jadis sont incrustées,
A tout jamais - j'espère ! - dans ces pièces "atrophiées".

B ijoux sont, pour moi, ouvertures pour circuler
E t fenêtres à coussièges : est-ce un brin du passé
N ous permettant, pour sûr, moult et moult de rêver.
E t pour cela vous dis-je grand merci, Chevalier !

* du verbe choir
...

Et, en aparté :
Si sur la nouvelle plateforme craignez que feu d'artifice ne puissions mirer,
Sur l'ancienne, et à mon avis, sachez qu'en apothéose aurez terminé.
... Baroud d'honneur de notre Chevalier !...

Le Chevalier Dauphinois 14/02/2015 08:54

* Bien que ruinée avec un intérieur difficilement accessible, cette construction m'a fasciné.
* Elle est le symbole parfait du château fort médiéval :
- Ronde tour
- Courtine avec fenêtres hautes
- Coussiège
- .....
* J'ai compris que pour vous aussi, cette ruine est magnifique.

Anne d'Amico 30/01/2015 20:22

Pfffffff!!!! Fait suer de pas pouvoir visiter l'intérieur! Dangereux peut-être? Ben ils n'ont qu'à le restaurer au lieu de se mettre l'argent dans les poches! En ce moment, je suis plus
"sans-culottes" que "gente dame"!
Bisous!

Le Chevalier Dauphinois 02/02/2015 18:12



* J'ai visité cette ruine il y a bien longtemps.


* Peut être que d'autres travaux de consolidation permettent maintenant de mieux l'approcher.


* Je me souviens que ses entrailles étaient belles et très bien mises en valeur... même de loin.


* Peut être que mes images et ma narration n'ont point montré la beauté de cette ruine.