Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 06:30

 

Département 12 - AVEYRON

  Quel incroyable spectacle !

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   La commune de Brousse le château est située à 40km au Sud de Rodez, à 35km Est-Nord-Est d'Albi et à 34km à l'Ouest-Sud-Ouest de Millau.

     Coordonnées du château fort :

44° 59' 49.38" N 2° 37' 28.06" E
 43.99705°  2.624461°

 

Le château fort : 
        L'extérieur :
La découverte

     Armé d'une reproduction du château au 19ème siècle, c'est au triple galop que je me rends dans cette commune proche de la rivière Tarn.

    Devant cette masse de pierres construites, composée de tours et de rempart, mes poils se dressent, mes naseaux vibrent et mon coeur de castellologue amateur s'arrête.

Je vais humer une forteresse mélangeant 6 siècles d'architecture militaire !

 

Première sensation

* La forteresse a été construite sur le rocher.

* La variété des pierres prouvent qu'elle a beaucoup souffert durant ses nombreuses années de conflits (guerre de Cent ans, attaques des Routiers "affamés, guerre de religion).

* Les courtines ont souvent été modifiées. Les marques de jointures en sont la preuve.

 

L'analyse

  Avec un château fort aussi dense, je me dois de réaliser une présentation très visuelle.

1 - Le château comporte une alternance de hautes courtines protégées par des tours flanques.

2 - Certaines tours ont une forme ronde mais certaines, plus grandes et hautes, ont gardé la forme "carrée".

3 - Comme tous les châteaux forts, celui de Brousse possède des crénelages avec des archères droites dans les merlons.

4 - Certains murs possèdent des vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

5 - Mais d'autres courtines ont la chance d'avoir conservé de vrais mâchicoulis.

6 - Le plus impressionnant est le nombre d'archères différentes sur plusieurs niveaux.

 

1 2 3 4 5 6
11 12 13 14 15 16

 

11 - Le vieux rempart posé sur le rocher, avec ses multiples réparations, possède sur un seul niveau de nombreux systèmes de tir pour arme à feu (petit canon ou arquebuse).

12 - Les systèmes défensifs pour arme à feu sont très nombreux sur les courtines et tours.

13 - Une curieuse archère-canonnière avec des évasements horizontaux (pour mieux viser ?).

14 - Certaines canonnières ou arquebusières ont été implantées dans la l'épaisseur du mur (à gauche), mais d'autres (à droite) ont été aménagées dans une ancienne archère droite.

15 - A gauche, l'archère-canonnière semble classique. Mais à droite, l'orifice rond a été implanté dans une archère cruciforme.

16 - Les tours possèdent des archère-canonnières proches de leur courtine pour mieux la défendre.

 

 

        L'intérieur :

Une première porte

    Une porte, ressemblant plus à une poterne qu'à une entrée de château fort, se dissimule partiellement dans un décrochage. Elle est défendue par plusieurs archère-canonnières. L'ébrasement intérieur me surprend car il limite la vision du tireur.

 

L'échec

   Hélas, la porte ne s'ouvre point en ce début de printemps. Je ne pourrai pas découvrir les entrailles de cette beauté médiévale. Je me réconforte :

* En volant la vue d'une salle défensive.

* En regardant le château vu du ciel,

* Puis en admirant le panorama sur le Tarn.

 

 

Histoire du château fort :

* Vers 935, première mention d'un château surveillant le passage sur la rivière Tarn. Il appartient au Comte du Rouergue (à vérifier).

* En 975, la Comtesse Garsinde donne le château à son neveu Amelius, évêque d'Albi.

* En 1112, le château est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Rodez (voir liste).

* En 1204, par son mariage avec Riques de Cabrière, Bernard Ier d'Arjajon récupère la seigneurie de Brousse.

* En 1344, Jean Ier d'Arpajon, enlève Hélène de Castelnau âgée de 6 ans. Son but : Il l'emprisonne pour l'épouser.

* En 1347, envoyé par le Roi de France pour délivrer la jeune captive, Gérard de la Barthe attaque puis s'empare du château.

* En 1349 (à vérifier), Jean Ier d'Arpajon épouse Hélène de Castelnau.

* En 1404, dans la prison du château, Jean d'Armagnac décède. Il avait été incarcéré par ordre de son frère puis aveuglé à l'aide d'un bassin ardent.

* Vers 1700 (à vérifier), Catherine Françoise d'Arpajon, Comtesse de Roussy, vend le château à Gilles de Grandsaigne.

* En 1785, François Peyrot de Vailhauzy achète le château.

* En 1839, Madame Delauro (fille de François Peyrot de Vailhauzy) vend le château à la commune.

* A partir de 1840, la commune transforme un bâtiment du château en presbytère.

* En 1944, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, de nombreux travaux de consolidation sont réalisés par des associations puis par la commune.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les dates d'ouverture.

 

Chaque bâtiment est un morceau de notre histoire s'étalant sur 1000 ans

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Rouergue : 12
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/04/2015 21:30

B ien un siècle en arrière vous m’emmenez…
R avie de revoir ce lieu visité.
O ncques n’ai oublié le village aussi.
U n pont de pierre, très bel, était ici.
S on pavage si rustre m’avait beaucoup plu,
S on allure si ancienne un tant émue.
E t le castel, ensuite, avais-je miré.

L a chevillette j’avais alors tirée
E t la bobinette avait chu, laissant

C our intérieure découvrir seulement.*
H eureuse je suis, donc, que murs extérieurs
A yez su détailler; est-ce vrai bonheur «
T ourner autour » de cette forteresse,
E mbrasser du regard enchanteresse
A rchitecture comme je les aime tant :
U ne allure austère, mais bien répondant

A ux « critères » de jadis, car pour la guerre
V oué était ce site… La toute première
E vidence qui nous saute aux yeux, ici :
Y voit-on hautes courtines, mâchicoulis,
R ondes tours flanques, certaines encore carrées,
O ù canonnières ont archères remplacées,
N on partout, car d’aucunes sont restées…

R udesse d’une place sur éperon rocheux.
O n ne pouvait, en ce temps, rêver mieux : «
U n œil » sur la contrée et les rivières
E tait en permanence posé, naguère ;
R oche ne se laissait aisément « dompter »,
G arantie d’une certaine sécurité…
U n tel ensemble de guerriers bâtiments
E ngageant n’était mie… sauf du dedans !…

N e sont point trop de modifications,
O n dirait, pour que soit « en perdition »
T oute ou partie de l’âme de ce castel.
A t-il d’antan gardé sa parure belle !

B ien sûr, appareillage ai-je apprécié,
E t son charme a encore su opérer.
N e manquait plus que vision intérieure :
E n avez « volé » image : eut-elle l’heur

P arfum dégager qui m’a transportée
S ans peine dans autre temps, autre contrée.


* je n’ai pas visité l’intérieur… arrivée trop tard, peut-être… ou l’intérieur ne se visitait pas à l’époque… je me souviens être montée sur le chemin de ronde, par contre.

Le Chevalier Dauphinois 11/04/2015 19:12

* Heureux je suis que cet article vous fasse revivre un passé joyeux.
* L'extérieur de cette forteresse est si puissante et si (presque) intact que la non découverte de l'intérieur ne m'a point frustré.
* Et puis je suis habitué à avoir porte close puisque je ne visite pas les châteaux en juillet/aout.
* Le Rouergue regorge de ces constructions médiévales ayant fait évoluer les systèmes défensifs sur plusieurs siècles.
* C'est un paradis pour le touriste amateur de pierres.

Morganne 10/04/2015 21:27

Quelle magnifique forteresse! Quelle force! C'est vraiment le type d'architecture qui fait voyager dans le temps!!!
Merci chevalier

Le Chevalier Dauphinois 11/04/2015 19:05

* Des beautés puissantes comme celle-ci, il y en a encore dans nostre Royaume de France.
* Je prends mon temps pour les montrer car elles doivent se déguster.