Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 06:30

 

Département :  11 - AUDE

 

Le bourgEst ce le gardien des lieux ?

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

        Le bourg de Coursan se situe à 7km au Nord-Est de Narbonne et à 5km à l'Ouest de Fleury.

  Coordonnées du bourg :

43° 13′ 57″ N 3° 3′ 32″ E
 43.2325°  3.058889°

 

L'église 

     L'extérieur :

Préambule

    Cela se passe il y a de nombreuses années et m^me, au siècle dernier. C'était la fin des vacances, je n'avais plus que 8 photos possible dans ma dernière pellicule de diapositives. De plus à cette époque, je n'avais pas conscience que les églises fortifiées seraient l'une de mes passions des années plus tard.

Conséquence : Peu d'images caractéristiques.

    Mais l'église de Coursan ne doit pas être oubliée de ce blog. Ces quelques photos grossiront peut être avec le temps.

 

L'arrivée

     Dans le ciel bleu de cette magnifique région, les blanches gargouilles se détachent faisant le plaisir des photographes. Leur forme trapue est bien différente de celle élancée des grandes cathédrales.

  Certaines gargouilles ressemblent à des... heu... mammifères quadrupèdes et d'autres à des... heu... chiens féroces ?

Que voyez vous ?

 

Les défenses

     Mais je ne suis pas venu en ce lieu pour faire du tourisme photographique mais pour regarder des défenses médiévales. Cela commence par une haute et fine archère à étrier (13ème siècle ?). Puis sur la haute tour servant de clocher et d'horloge une archère aussi belle. Ce qui me surprend, c'est la différence de qualité, de couleur de pose entre les pierres du chevet et celles de la tour.

     Cette tour a dû prendre la fonction de clocher récemment, car vu sa position et les matériaux, je suppose qu'elle  devait être celle d'un château ou des remparts.

    Au sommet, je ne vois ni crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire). Les années de modifications et de modernisation ont certainement changé l'architecture de cet ensemble.

 

     L'intérieur :

          La tour ne se visite pas et l'intérieur de l'église est "moderne".

 

 

Histoire de l'église :

* En 1237, un texte mentionne la présence de fortifications. Comme souvent, les murs de l'église s'appuient sur les épais murs des remparts.
* Au 14ème siècle, une partie de l'église est reconstruite.
* En 1869, l'architecture de l'église est réaménagée. Les murs, charpente, voûtes sont refaits.
* En 1874, restauration des fenêtres du choeur ainsi que la voûte
* En 1877, des contreforts sont construits suite à l'effondrement du mur Sud.
* En 1948, le clocher de l'église est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de la Rominguière) est libre et gratuite. La visite de la tour est impossible. 

 

Chien, cheval ou cochon ?

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  
Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article

commentaires

Véroo 06/11/2014 21:18

Les gargouilles, c'est toujours impressionnant ! Certaines sont magnifiques !

Le Chevalier Dauphinois 07/11/2014 13:01



* Les gargouilles de cette église ne sont point les plus originales de notre Royaume...


*... mais elles ont l'avantage d'être animalières, sans pour autant être identifiables. 


* Et puis, elles sont sur une église fortifiée, l'une de mes passions récentes.



Anne la Dauphinoise 05/11/2014 07:47

Pour votre dernière phrase : mais vous avez bien un avis ? qui sera plus éclairé que le mien, sans aucun doute.
(maintenant que je m'intéresse - plus ou moins ! - à vos moutiers fortifiés, si vous ne m'aidez point, ça ne va pas être facile de rester concentrée !)

Le Chevalier Dauphinois 06/11/2014 18:34



* La damoiselle (pour un Chevalier de 800 ans, jouvencelle vous êtes pour moi ) du Nord Isère me quémande mon
avis sur une église que j'ai peu regardée au siècle dernier.


* Hummm... Que répondre ?


* Cette église devait être intégrée dans les remparts médiévaux.


* Entre la Guerre de Cent ans, les routiers de l'après guerre puis les guerres de Religion, le Rouergue fut peu épargné.


* Je pressens que la suppression des remparts et l'extension de l'église se sont faites par à coup.


* J'imagine que la tour devait être purement défensive avant d'être transformée en clocher.


* Je pressens qu'entre les contraintes architecturales (ancien rempart, maison, pente) les construteurs n'ont pu que s'adapter. La logique d'aménagement n'est pas évidente à imaginer.


* Une autre église du Rouergue, que je viens de finir de décrire ce jour, est un peu dans la même histoire.


* Elle et son château ne paraîtont que dans 2 à 5 ans. Mais je la mets dans Pinterest ce soir.



Anne la Dauphinoise 04/11/2014 21:36

C ertes, peu d'images vous nous offrez ici.
O r, je vous avoue qu'elles m'ont suffi.
U ne chose, par contre, m'a un tant intriguée :
R ien ne me "choque" entre chevet et clocher.
S emble être bien identique - ou je vois mal ? -
A ppareillage de ces bâtis, normal...(?)
N e suis-je surprise que par emplacement

A utrement bizarre du clocher coupant
U ne partie du chevet... est-ce incongru.
D e là, peut-on déduire, comme on l'a lu :
E tait moutier adossé au rempart,

L a tour, qui est clocher, en étant part ?
A lors, je me demande quand même pourquoi
N 'a t-on bâti chevet à autre endroit...?
G arder a t-on voulu, et à tout prix,
U ne exposition Est-Ouest, ici ?
E videmment, cela n'est d'importance.
D oit-on plutôt s'attacher aux défenses.
O r, sont-elles peu visibles, très effacées,
C ar maintes fois fut moutier remanié.

N ous apercevons toutefois archères.
O ù fut première ? ne nous le dites guère !
T ant et si bien que l'ai-je imaginée
A u chevet appartenant... vérité ?...

B ien sûr, gargouilles ne peuvent que plaire; ne sont
E n aucun cas statues de saints Patrons
N i ornements religieux qui n'ont place
E n vos articles ! (oui, suis-je un tant tenace !)

P our ma part, ai-je cru voir en elles "cerbères".
S erions-nous là aux portes de l'Enfer ?...!

Le Chevalier Dauphinois 04/11/2014 23:08



* J'ai visité cette beauté il y a si longtemps, que je ne m'en souviens pas vraiment.


* Mon oeil de castellologue amateur n'avait pas vraiment regardé l'église.


* Mon seul but était de prendre quelques images pour finir la pellicule et ainsi.... pouvoir la faire développer au retour (le lendemain).


* Donc, je ne serai pas un bon conseiller pour répondre à vos interrogations.



Guy Jardinet 04/11/2014 08:33

Roumiguière...
Je suis un dévot des Vierges noires, et je rencontre soouvent une légende d'origine qui fait souvent découvrir la statue par un boeuf au milieu d'un roncier, un roumiguier.
Cordialement,
Guy

Le Chevalier Dauphinois 04/11/2014 17:50



* Voila un patronyme que je ne connaissais point.


* Dans mes petits fascicules de légendes je n'ai point ce nom.


* Diantre !... Il va me falloir creuser.


** Par contre, le patronyme  "Notre-Dame de la Rominguière" semble attesté dans plusieurs fascicules.