Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 06:30

 

Département 09 - ARIEGE

La carte montre le fameux Spoulgas

 

Le bourg :
       Situation :   (--> le voir sur une carte)
   Le petit bourg de Bouan est situé à 100km au Sud de Toulouse, à 70km au Sud-Ouest de Carcassonne, à 20km au Nord-Ouest d'Ax les Thermes et à 7km au Sud-Est de Tarascon sur Ariège.

     Coordonnées du bourg :

42° 48′ 5.04″ N 1° 38′ 53.88″ E
 42.8014°  1.6483°

 

       Toponymie :  (Petite initiation)

 Une Spoulga (mot en vieil occitan) provient du latin "spelunca" signifiant : Caverne, grotte.

     Ce mot est plutôt usité dans les Pyrénées et en Ariège. Il désigne : Une grotte fortifiée.

 C'est au 19ème siècle que ce terme est "reconnu officiellement" suite aux travaux de l'historien Adolphe Garrigou.

 

Les Spoulgas : 
        L'extérieur :
1km à pied, cela use le soulier...mais pas le moral du ChevalierEst ce le bon endroit ?

    En découvrant le panneau touristique des vallées d'Ax, je remarque une beauté que je me dois de découvrir. Mon oeil d'aigle se plonge sur les parois sensées posséder les Spoulgas.

Les voyez vous ?

  Tel un Terminator des temps modernes, je branche ma vision thermique. Le résultat est :  Je ne les vois pas.

 

La recherche

Comment rejoindre ces Spoulgas invisibles ?

   La réponse est simple, il suffit de suivre le panneau. Au début de la randonnée, le chemin dans les sous-bois est plat mais rapidement il monte et se rapproche de la paroi. Les puissants arbres laissent place à la végétation plus rase, piquante parfois et envahissante. L'agréable sentier laisse place à un véritable chemin de montagne tracé dans les éboulis.

 

La découverte
   Essoufflé (car, comme un fou, j'ai couru pour rejoindre ma belle médiévale), je m'arrête et je lève la tête.

Les spoulgas sont cachées dans la paroi

Voyez vous les fortifications ?

 Ne me dite pas "Non, Chevalier". Regardez bien, elles sont ici.

   Hélas, dans ma précipitation, je me suis trompé d'itinéraire, je me retrouve dans une combe trop au Sud des grottes.

  Deux solutions s'offrent à moi :

1 - Tenter de traverser dans la rocaille, mais cela semble dangereux.

2 - Rebrousser chemin et emprunter un chemin plus au Nord.

La deuxième solution semble la plus raisonnable mais un éclair jaillit.

Orage, Oh désespoir, je suis foudroyé !

Est ce la fin de l'aventure ?

  Le ciel se couvre, l'orage menace, il y a même un dragon cracheur de feu dans le ciel. 

Pensez vous que ma folie soit causée par le mal des montagnes ?

A moins que ce soit du au petit vin Ariégeois dégusté ce midi dans une taverne.

  Avant de quitter ce site médiéval, je regarde avec nostalgie la belle construction comportant de petites fenêtres et des archères droites.

 

Je ne baisse pas les bras

   Tout en descendant, je pense à mon échec. Ne point voir ces Spoulgas fortifiées me frustre. Je décide donc de continuer mon exploration tout en étant éloignés des parois et pierriers dont la fonction est souvent "d'attirer la foudre".

 

        L'intérieur : 

Les voyez vous ?

   Bien campé entre la route nationale et la falaise, je scrute la montagne à la recherche de la fortification

Comme elle est belle !

 Même s'il est vrai qu'elle semble invisible, ne me dites pas que sa beauté ne rayonne pas. Regardez mieux ici.

    Pour décrire cette construction bien différente des classiques châteaux forts, je vous propose de lire la prose puis de mettre le curseur de la souris sur la petite image correspondant au numéro.

 

Les Spoulgas sont là !

1 - La falaise comporte de nombreuses grottes.

2 - Certaines sont fermées par des murs en pierre. L'ensemble couvre plusieurs niveaux.

3 - En partie basse, le mur ressemble à une tour ou un sas d'entrée.

4 - En partie haute, j'ai l'impression de voir un "donjon"accroché à la falaise.

5 - Cette construction posée sur le rocher semble borgne.

6 -Les murs semblent épais et surtout je crois voir une double voûte.

 

1 2 3 4 5 6

 

C'est la fin

    Si vous souhaitez mieux visiter les entrailles des Spoulgas, je vous propose cette vidéo.

 

 

Histoire des Spoulgas :

* Au 12ème siècle, pour délimiter son territoire et renforcer ses frontières, le Comte (voir titre de noblesse) de Foix  (voir ce château) doit construire de coûteux châteaux. Pour diminuer le prix des constructions, il a recours à une technique employée en Espagne : Utiliser les grottes naturelles.

* Au 13ème siècle, après la croisade des Albigeois et la "victoire" du Roi de France (voir liste), il semble que ce style de construction ne soit plus utilisé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur du château est possible après une marche en montagne. Il est important d'être bien chaussé. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable. Soyez prudents.

 

L'orage gronde dans les Pyrénées

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Malard Jérémy 01/12/2013 14:28

Bonjour,
Tout d'abord, félicitation pour ce travail, site super interessant pour tout amateur d'histoire. Je vais en Ariège depuis tout petit (29 ans donc ça date un peu), je n'ai jamais été voir les
grottes fortifiées de la région Tarasconnaise et pourtant encore cet été je les voyais en descendant de Niaux, bref l'an prochain je me suis décidé en en trouvé le maximum, auriez vous des infos,
cartes, tracés et toute sotrtes d'infos concernant les spulgas ariègoise ? Je ne pense pas qu'une source littéraire soit connu sur ce sujet ? Je serait heureux de converser et d'echanger sur ce
sujet avec vous. N'hésitez pas a me contacter via mon mail ( mpfao@hotmail.fr ). Historiquement ...

Le Chevalier Dauphinois 01/12/2013 16:51



Comment fais je pour trouver ces lieux durant mes vacances :


* D'abord, je prépare longuement mes vacances. Sans cela, je ne pourrai pas optimiser les rares moments.


* Pour mes découvertes castrales en Ariège, j'utilise les cartes IGN (1/100 et 1/25). Les lieux touristiques mais aussi les endroits curieux, les ruines sont marqués.


* Lorsque je n'en possède pas de précise, j'ai recours au site Geoportail. Si j'avais eu
ce jour là mon GPS de randonnée et la carte IGN au 1/25000ème, je suis certain que je ne me serais pas trompé de sentier. Hélas, ils ont été oubliés dans un sac à dos dans mon Dauphiné. Donc, il
a fallu improviser.


* J'ai la chance de posséder l'incroayble dictionnaire des
châteaux forts de Salch. Evidemment, ce sont de longues heures de lecture et de cochage sur les cartes routières.


* Il y a aussi quelques éditeurs régionaux très intéressants comme Lacour-Rediviva.


* Et puis, les livres de randonnées sur les Pyrénnées Ariégeoises.


***   Cela fait des années que je fréquente les vides greniers et les bouquinistes à la rechercher d'ouvrages, de revues, de guides. Mais l'information finale est donnée par les locaux, les
mairies et les offices de tourisme.


 



Marie Jeanne Verny 23/06/2013 19:35

Je souhaiterais renvoyer à votre site pour un travail que je fais sur l'écrivain Roland Pécout (http://www.univ-montp3.fr/uoh/pecout/). Je mets en ligne un de ses romans épuisés L'Envòl de la
tartana (une tartane étant, en occitan, un oiseau de proie ou une sorte de bateau à voile).
Un épisode se passe à la spoulga de Bouan. J'indiquerai sur le site le lien avec votre site, mais j'aurais bien aimé l'illustrer d'une photo du site. Accepteriez-vous de m'en fournir une ? Je
précise qu'il s'agit d'un site à usage pédagogique et que les photos doivent être libres de droits.
Je vous serai infiniment reconnaissante si vous pouvez m'aider.
Voici le texte occitan que je veux illustrer :

Demandèt a una bòria l'espolga de Boan. Li ensenhèron un caminòl al fons dels prats. Montèt entre los arbres, s'espinassant als arièges, s'arrapant a las lianas de redòrta per resquilhar pas sus
los calhaus banhats. Lo campàs sentissiá lo poiridièr vegetal, las vacas, l'erbum, la patz, e lo temps volatil coma o es dins los contes. Après una darrièra mata de garrics, foguèt davans
l'espolga. Repaire estranh... cruvèl vuège, eiriçat de merlets, encara dreissat contra lo vent. La bauma fortificada se rescondiá contra lo bauç de la montanha, invesibla dempuèi la val, la muralha
aviá per pòrge un trauc sens forma. Benlèu las pèiras d'encastre s'èran escrancadas ; benlèu los òmes de guèrra avián fach una breca per agantar los refractaris. Dintrèt e escaladèt los dos nivèls
de la cauna, castèl d'estraça per las gralhas. Una cistèrna en cròta aviá servit pendent los sètis ; èra mieg-agrasada e aclapassida. De tèsts de pegals se mesclavan a la tèrra. Lo plan superior
èra pro grand ; mas semblava una ratièra, una trampèla sens autra sortida : d'esquina al roc. D'òmes aici s'èran retirats e èran mòrts, secutats e devorits per los chins de guèrra de la
Crosada.

Lo sòl èra borrolat, cavat de cròses, eiriçat de montilhas. S'assetèt. Dempuèi longtemps, los cercaires de tresaurs avián bolegat la susfàcia a paladas. La legenda del tresaur catar... Après la
casuda de las darrièras fortalesas, vesiá los Bonsòmes caminant la nuèch, amb una caissa, a travèrs las forèstes de Cabardés, d'espolgas en espelugas, vers la frontièra o las ribas de mar. Bèla
legenda... Imatge d'un mond que s'espeta, d'una pensada que morís, e a l'ora de disparéisser planta sa grana per de temps melhors.
(Trad. improvisée : il demanda dans une ferme la spoulga de Bouan. On lui montra un chemin au fond des prés. Il grimpa entre les arbres piqué par les épines des "arièges" (oublié le sens),
s'accrochant aux lianes de clématites pour je pas glisser sur les cailloux mouillés . Cela sentait la pourriture végétale, les vaches, l'herbe, la paix et le temps volatile comme il est dans les
contes. Après un dernier bouquet de chênes, il fut devant la spoulga. Etrange repaire... coquille vide hérissée de créneaux, encore dressé contre le vent. La grotte fortifiée se cachait contre le
flanc de la montagne, invisible depuis la vallée, la muraille avait pour porche un trou informe. Peut-être les pierres de coin s'étaient-elles écroulées ; peut-être les hommes de guerre avaient-ils
fait une brèche pour attraper les réfractaires. Il entra et escalada les deux niveaux de la grotte, château démoli (?) pour les corneilles. Une citerne creusée avait servi pendant les sièges : elle
était maintenant à moitié effondrée et réduite en tas de pierres. Des tessons de poteries se mêlaient à la terre. L'étage supérieur était assez grand ; mais il semblait une souricière, un piège
sans autre sortie, dos au mur. Des hommes s'étaient retirés là et étaient morts, poursuivis et dévorés par les chiens de guerre de la Croisade.
Le sol était boursoufflé, creusé, hérissé de monticules. Il s'assit. depuis longtemps les chercheurs de trésor avaient remué la surface à coups de pelles. La légende du trésor cathare... Après la
chute des dernières forteresses, ils voyait les bonhommes cheminant de nuit avec une caisse, à travers les forêts de Cabardès, de spoulgas en espelugues, vers la frontière ou le bord de mer. Belle
légende... Image d'un monde qui se défait, d'une pensée qui meurt et qui, à l'heure de disparaître plante sa graine pour des temps meilleurs.)
Cordialement,

--
Marie-Jeanne VERNY, Maître de conférences habilitée à diriger des recherches Département d'occitan Université Paul Valéry Montpellier
Adresse personnelle et courrier FELCO et CREO : 12, rue Salle l'Evêque 34000 Montpellier-04 67 66 33 31
présid. CREO Lengadòc : http://www.creo-lengadoc.org/
co-secrét. FELCO (Fédération des enseignants de langue et culture d'Oc - enseignement public) : http://www.felco-creo.org/

Le Chevalier Dauphinois 23/06/2013 20:00



Bien le bonjour Princesse Marie Jeanne


  Ne lisant point l'Occitan (car Dauphinois je suis) je vous remercie de m'avoir donné la traduction d'un texte qui exprime bien les sensations en découvrant ces spoulgas
Ariégeoises.


  Si la dimension des images dans l'article correspond à votre besoin, je serais honoré que vous les preniez sur mon blog. Si vous souhaitez des photos plus grandes, je peux vous les faire
parvenir par courriel dans quelques jours.


  A cause de l'orage et surtout de mon erreur de sentier  , je n'ai aucune photo proche de ces grottes.
C'est grâce à mon téléobjectif que j'ai pu avoir quelques images. J'espère que la piètre qualité vous satisfera.



bart de villelongue 20/05/2013 22:39

est ce que ces lieux ont abrité des bonshommes et ont ils subi une attaque de l'armèe de simon? dommage pour l'orage, et a l'abri des grottes?

Le Chevalier Dauphinois 21/05/2013 06:26



   Ces grottes n'étaient point habitées par des seigneurs. Ces modestes soldats gardant la vallée ne devaient pas être la cible de l'armée Royale de Simon. Je n'ai aucun texte narrant l'attaque de ce type de fortification.


  Quelques minutes après mon départ, mon destrier et moi fumes sous l'orage. Un orage violent comme seules les montagnes peuvent en créer. Heureux j'ai été de ne point être enfermé dans la
grotte, refuge peu enviable au 21ème siècle.



Anne la Dauphinoise 17/05/2013 21:04

L ieu bien insolite, que vous nous montrez.
E merveillée suis-je par l'habileté
S ouventefois prouvée des hommes d'antan...

S i les cieux avaient été plus cléments,
P eut-être aurions-nous connu l'intérieur.
O r, de dragons célestes eûtes-vous peur !...
U n soudain mal des montagnes, dites-vous ?
L e deuxième choix, plutôt ! Avouez nous :
G uère n'avez dû goûter l'aigue ariégeoise !...
A lors, j'imagine qu'une fée peu courtoise
S urgit, vous détournant du bon sentier...

D ame ! suis-je en train, moi aussi, m'égarer...
E xploit réel ce fut, je reconnais,

B raver telles situations pour qu'on ait
O ccasion d'admirer les belles murailles
U nies, liées aux rochers; Quel travail !
A différents niveaux de la falaise
N aturelles grottes -"nids d'aigles"- donnèrent bonne aise

A ceux qui leurs entrées moult fortifièrent.
R este t-il, encore visibles, des archères,
I mposants murs ayant allure de tours :
E mbûches certaines, quel que fut leur contour...
G rand' découverte ce fut pour moi, ici,
E t fascinant, ce passé "enfoui".

Le Chevalier Dauphinois 21/05/2013 12:53



Insolite est ce lieu, il est vrai.


Emerveillé j'ai été (et le suis encore).


Courageux visiteur j'ai été, tout en n'étant point téméraire.


Passeur de beauté heureux je fus par ce modeste article.



Papy martial 17/05/2013 19:40

Bonsoir. Article passionnant qui incite à en savoir plus sur ces surprenante grottes fortifiées dont j'ignorais totalement l'existence. A+

Le Chevalier Dauphinois 17/05/2013 21:23



  Des grottes fortifiées, ou des renfoncements protégés par un mur, existent dans plusieurs départements en notre Royaume de France. J'en ai présentée une récemment dans le Lot
nommée : Le château du Diable.


  J'ai d'autres merveilles de ce type dans ma besace. Elles apparaîtront dans 1 an.