Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 07:30

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

 

 

Le bourg :L'architecture de l'église est curieuse

    Situation :  (le voir sur une carte)

       La petite commune de Vigneux-Hocquet est située à 50km au Nord de Reims, à 12km au Sud-Est de Vervins et à 8km au Nord-Nord-Ouest de Montcornet (voir son église fortifiée).

 

    Coordonnées du bourg :

49° 44′ 20″ N03° 59′ 28″ E
 49.738889° 3.991111°

 

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

* Isolée au milieu de son cimetière, le long de la rue de l'église (Haaa, j'apprécie quand les voies communales me facilitent la recherche), l'architecture de cette construction n'est pas classique pour un bâtiment religieux.

* Je pressens que mon plaisir de castellologue-amateur va être au paroxysme.

 

 

Première analyse

* Dans cette région de brique, l'utilisation de la pierre est étonnante. Même si des ajouts ont été réalisé avec ce matériaux rouge, c'est le gris-blanc qui domine.

* L'église comporte 3 bâtiments de forme et de construction bien différentes :

1 - Sur la gauche, un clocher-tour massif.Quelle puissance pour une chevet d'église !

2 - Au centre, la nef qui ne présente pas de caractéristique défensive.

3 - Sur la droite, un chevet fortifié.

* J'ai l'impression d'être devant une fortification datant de la même période mais ayant eu 2 architectes qui n'ont pas coordonné leurs travaux.

Est ce le résultat d'un concours "de beauté" ?

 

 

Le chevet : La découverte

* Bien qu'ayant déjà vu un chevet fortifié dans cette région (voir Renneval) je suis surpris par la force brute.

* Cette sensation est certainement due aux contreforts à larmiers mais aussi à la forme pentagonale.

Les consolidations en briques sont elles dues

aux guerres et batailles ?

 

 

Le chevet : Les défenses en encorbellement

* Évidemment la fonction défensive est très marquée sur ce chevet.

* Certains murs comportent une construction en encorbellement.

* Ces bretèches (voir vocabulaire) aux dimensions différentes suivant les façades, prouvent l'existence d'une salle de repli au dessus du chevet 

Se poursuivait elle au dessus de la nef ?

Quel beau vestige de bretèche !* La nef actuelle étant récente, la réponse est "Non", mais peut être qu'au 16ème siècle la réponse était "Oui".

 

 

Le chevet : Les fentes de tir

* Une bretèche est un dispositif pour une défense verticale.

* Même s'il existe des bretèches avec fente, elles n'ont qu'une fonction défensive limitée.

* Pour éviter que les assaillants approchent, il faut leur tirer dessus.

* Les façades possèdent des fentes de tir pour fusil plus ou moins imposantes et efficaces.

* Certaines avec un ébrasement extérieur augmentant l'angle de tir.

* Même si ce chevet n'a pas l'efficacité des tours défensives des châteaux forts (angle mort, pas de tir rasant), cette masse a du faire réfléchir plus d'un assaillant.

 

 

Le chevet : La tour 

* En contournant le chevet, je découvre une autre forme de défense.

* Certes, cette tour n'a pas la puissance ni l'efficacité d'un donjon mais avec ses fentes, elle permet à des tireurs de mieux défendre les courtines.

* Évidemment, votre perspicacité a déduit que cette ronde construction est une tour escalier.

 

 

  Le clocherUn clocher-donjon très primitif

* A l'autre bout de l'église trône une autre construction défensive.

* Je suis fasciné par sa forme brute, son architecture presque grossière avec ses contreforts droit aux angles.

* J'ai l'impression de voir un donjon borgne comme au 11ème siècle.

* Pourtant avec un peu d'attention, il est possible de voir une fente de tir ainsi que les vestiges d'une construction en encorbellement.

Était ce une bretèche ou des latrines ?

* Qu'importe, ce clocher-donjon a été l'un des systèmes défensifs de cette incroyable église fortifiée du Thiérache.

 

 

    L'intérieur :

* Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 14ème siècle, construction du donjon.

* Au 16ème siècle, la région étant peu sure, les abbés  décident de fortifier le chevet de l'église.

* Au 19ème siècle, la nef est reconstruite (à vérifier).

* En 1887, les communes de Vigneux et Hocquet sont regroupées.

* Au 20ème siècle, une association de sauvegarde de l'église est créée.

* En 1987, une partie de l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher et des fortifications est interdite.

 

 

2 tours peu semblables

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées 

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 21/01/2014 21:22

V ous avez su là nous trouver,
I l est vrai, surprenant moutier.
G randiose n'est-il, mais cependant
N ous sommes face à un imposant
E difice, à l'aspect trapu.
U n clocher qui est daté du
X IVème siècle; quant au chevet

H istoire nous conte que bien après
O n oeuvra pour le fortifier.
C ertes, ne fut-il que rehaussé.
Q ue j'aime ce que cela implique :
U ne salle de repli pour tragiques
E t durs moments... M'a plu aussi
T rès belle bretèche. N'en voyons mie

A utant souvent que dans castels
I l me semble; et pourtant jumelle
S e voit, je pense, sur le clocher.
N 'était icelle pour protéger
E ntrée, au-dessus de la porte ?

T el est mon avis, mais qu'importe...
H ormis ces défenses, fentes de tir
I ci et là surent faire courir
E n arrière les vils ennemis...
R aison avez dans votre écrit :
A ce moutier fort brut aspect...
C oincée entre clocher et chevet
H umble paraît la nef, en confiance.
E n elle ne sent-on arrogance

N aturelle, ailleurs décelée.
B ien cette église ai-je appréciée.

P arce qu'aussi en pierre fut bâtie :
S pectacle qui toujours me ravit.

Le Chevalier Dauphinois 22/01/2014 19:08



   En voyant cette curiosité dissymétrique, j'ai de suite pensé que la nef ayant été détruite, a été reconstruite plus basse. Mais si j'assimile cette église à un château, je vois 2
tours et une courtine.


  Que pensez ?.... Que les hommes savaient modifier leur bâtiment suivant le besoin sans avoir des milliers d'opposants comme notre siècle en possède.



Jacqueline 21/01/2014 08:10

Quelle beauté au soleil couchant!!!Dans cette région si éprouvée dans les conflits mondiaux (je le sais car mes aieux sont de cette région) c'est un miracle qu'une telle construction nous offre
encore sa silhouette! Effectivement on attendrait des briques ; peut etre que les abbés avaient venir des architectes d'ailleurs?

Le Chevalier Dauphinois 21/01/2014 13:57



   Entre les 2 guerres mondiales, les batailles Napoléonniennes, les guerres et destructions de Louis XIV, je suis toujours admiratif qu'un bâtiment existe encore.Curieusement, des
bâtiments qui ont survécu durant 500 ans meurent très rapidement au 20ème et 21ème siècle pour cause de non entretien.


  Curieusement, notre civilisation dite moderne est plus destructrice que les grands siècles de guerre.