Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 06:30

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

Le bourg :

Cette église parait très classique    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Fontaines lès Vervins est situé à 40 km au Nord-Est de Laon et à 2km au Nord de Vervins.

Coordonnées du bourg :

49° 51′ 11.17″ N 3° 53′ 47.34″ E
 49.853101°  3.896483°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le petit bourg, il n'est pas difficile de trouver l'église tant elle est majestueuse. Contrairement à ses consoeurs du circuit des églises fortifiées de la Thiérache, celle-ci n'est point en brique rouge.

Ces blanches pierres comportent elles un système défensif ?

 

L'enquête commence

    Rapidement, je comprends que la nef ne dispose pas (ou plus) d'une salle de repli à l'étage. Et les contreforts en briques (posés certainement après le 15ème siècle) ne constituent pas un système défensif.

   Le clocher carré est curieusement borgne et dépourvu des classiques mâchicoulis ou des habituelles bretèches.

N'a t il jamais eu de défense ?

 

Sont ce les défenses ?

   En prenant un peu de recul, je vois une petite tourelle posée sur un haut contrefort droit. Cette curiosité architecturale attire mon attention.

   Une vision de loin est la solution pour comprendre l'utilité de cette échauguette (voir vocabulaire).

  Un puissant clocher-donjon mais peu fortifié

Il y en a une autre

   La construction ronde en encorbellement n'est point seule. Deux magnifiques échauguettes encadrent le clocher-donjon. Avec des fentes de tir (pour petites armes à feu), leur fonction défensive est incontestable.

   Mais je suis surpris  par l'asymétrie de positionnement et de forme des ouvertures de défense.

 

Les défenses des échauguettes

  Ces constructions en briques ayant été aménagées au 16ème ou 17ème siècle, il est logique de voir une canonnière puis une arquebusière.Ces ouvertures permettent de tirer sur des attaquant se situant loin de l'église, mais :

Comment est assurée la défense de près ?

 

Défense de la porte

  Le clocher donjon ne comporte ni bretèche ni de construction en encorbellement pour défendre la porte. les architectes de cette église ont certainement pensé à un système plus efficace.

Mais lequel ?

   En regardant à la base des échauguettes, je vois une fente verticale pour fusil. Bien qu'au 21ème siècle, ces fentes soient transformées en nid pour petits oiseaux, je suis certain que 4 siècles plus tôt, elles ont été très utiles et efficaces durant les guerres de religion (par exemple).

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle , construction d'une église.
* En 1633, l'église est réparée (ou consolidée ?).
* En 1927, le clocher est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

Une double échauguette défensive

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

catcent 28/04/2012 14:21

C'est vrai qu'elle est magnifique.
Bonne journée Chaevalier D, Bye

Le Chevalier Dauphinois 28/04/2012 15:54



Ses échauguettes pourraient presque ressembler à un décor tant elles sont élancées.



Anne la Dauphinoise 23/04/2012 21:54

Je sais ce que je trouverai ou non dans vos articles et cela me va.
... De mon côté, en retrouvant les personnages qui ont "hanté" vos ruines, et en lisant l'Histoire et leur histoire, je me fais une idée de la mentalité d'alors.
... J'essaie juste de suivre et comprendre le raisonnement des hommes de ce temps qui a conduit au final à créer la France, avec, tout au long, des situations à intégrer aussi bizarres que celles
des marches ou celles de contrées telles que l'Aquitaine.
... Quoi qu'il en soit, j'apprends toujours quelque chose en lisant vos articles !

Le Chevalier Dauphinois 24/04/2012 13:07



   Je sais que les vrais archéologues n'apprennent rien dans mes proses, que les passionnés d'histoire en voudraient plus, que les randonneurs voudraient des ruines plus isolés avec un
itinéraire.


  J'essaie par de petites touches de combler chacun. Avec les temps, je pense que change lentement la forme de mes articles. D'ailleurs, celui des Marches de Bretagne est un peu
"différents".... Un peu.



Anne la Dauphinoise 23/04/2012 18:36

Vos écrits sur ces marches bretonnes, angevines... vont beaucoup m'intéresser, car point ne connais trop ces régions et leur histoire.
Je suis "fascinée" par ces pays de "marches" avec ce que cela impliquait de revirements de serments de fidélité : comment les gens arrivaient-ils à concilier leurs actes et leurs pensées ?... cela
dut être dur pour certains, car même si les lois de la féodalité permettaient de tels revirements, être du jour au lendemain l'ennemi de son ami ou vice-versa, ce ne fut pas toujours facile à
"gérer dans sa tête", je pense...

Le Chevalier Dauphinois 23/04/2012 20:45



  Mon blog étant plus orienté sur la découvertes des ruines et des châteaux que sur l'histoire, mes articles vont peut être vous décevoir. Je n'écrirais que sur l'histoire des châteaux.
Certes, il y a des hommes, mais ils ne sont pas les héros de mes proses.


  Il est vrai que je ne vois pas souvent une analyse psychologique des "personnages changeant de camps". Les livres d'histoire expliquent souvent les raisons, les actes mais ne décrivent pas
les tourments ou le déséquilibre potentiels.



Anne la Dauphinoise 22/04/2012 01:15

Il est vrai que point n'avais pensé qu'une église, même non fortifiée, ait pu servir de refuge... merci de me le rappeler.
Quant aux brigands, vous êtes bien "généreux" en disant "parfois" !(pour ce qui concerne les damoiselles) Je commence à les connaître un peu (je les "recense"...) et j'aurais dit "toujours" !...
damoiselles ou non, d'ailleurs... !... Mais à leur décharge, ils purent être aussi des héros. J'en ai la preuve avec l'un d'eux qui vint se battre pour le Dauphiné, qui a même son nom sur une
stèle, au même titre que des seigneurs, maréchaux ou gouverneurs, et qui pourtant commit les pires exactions avec sa bande ailleurs.

Le Chevalier Dauphinois 22/04/2012 09:51



   Raison vous avez sur le changement d'attitude de certains "brigands". J'ai lu quelques récits sur la Guyenne devenue Anglaise par le mariage de cette vilaine Aliénor d’Aquitaine.


  En fonction des sommes payées (par l'Anglois ou le Français), les Routiers étaient des héros ou des traitres (suivant le camps). Des Voleurs et assassins devenus Héros,
il y en eu plein durant notre Histoire.... Corsaires, flibustiers, mercenaires et "Capitaines" de troupes.


  Et je ne parle pas des châtelains dont la fortification était en frontière. Actuellement, je rédige des articles sur le département 49 dont le Nord devint, durant le Moyen Âge, tour à tour
Angevin ou Breton.


  Diantre !... Que notre histoire est complexe.



Jacqueline 21/04/2012 22:05

La princesse romaine a fait des voyages pour admirer les chateaux de la Vallée d'Aoste et elle a pensé au Chevalier Dauphinois en admirant les vestiges.....

Le Chevalier Dauphinois 22/04/2012 09:56



Aoste .... C'est une charcuterie de référence mais ce sont aussi des ruines que j'ai croisées trop rapidement. Envieux je suis de vos vacances Princesse Romaine. Je vais de suite imaginer une
excursion Italienne pour manger "vos" ruines.