Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 06:30

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

 

 Au bout de la route, une église m'attend

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Noircourt est situé à 48km au Nord de Reims, à 33km au Nord-Est de Laon et  à 7 km au Sud-Est de Montcornet.

 

   Coordonnées du bourg :

49° 40′ 7″ N4° 5′ 35″ E
 49.668611° 4.093056°

 

 

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     En arrivant dans le village, il est aisé de voir au loin l'église avec son massif clocher. Dans cette région si calme il parait impensable que de vils attaques aient pu avoir été perpétrées. D'ailleurs je ne vois pas de système défensif sur cette église.

Reste il quelques traces ?

 

 

L'enquête commence

    En approchant, je suis stupéfait par l'architecture de cette église. Elle n'est point élancée comme les bâtiments de style Gothique Flamboyant., pourtant avec sa forme trapue et la puissance de ses défenses, je suis en transe.

 

  Une belle échauguette défensive

Le clocher

     Le clocher semble être la pièce maîtresse de la défense. Il possède 2 imposantes échauguettes d'angle permettant un tir sur 270° et sur 2 niveaux.

  Consolidé par des contrefort plats, le clocher parallélépipédique semble indestructible. L'association de la pierre et de la brique me fait penser à des reconstructions ou des améliorations défensives sur plusieurs siècles.

  Comme pour un donjon de château fort, le clocher possède une porte haut perchée avec des trous de boulins (voir vocabulaire) pour supporter une passerelle d'accès.

 

 

La nef

   Avec un début de visite aussi tonitruant, je me jette sur les murs de la nef espérant voir une salle de repli sous le toit ainsi que des fentes de tir. Hélas, mon imagination débordante se retrouve devant un mur sans système défensif.

N'y aurait il que des défenses sur le clocher ?

 

 

Le verticale d'une échauguette est son point faibleLe transept

   Ce que je crois être le transept possède un système défensif presque identique à celui du clocher. Les 2 échauguettes d'angle sont moins hautes donc ne permettent qu'un seul niveau de tir.

  Je suis étonné de voir la couleur rouge-brique pour l'échauguette de gauche et grise-pierre pour l'autre.

Est ce du à une reconstruction suite à une attaque ?

  Même si ce système défensif n'est pas optimal, il a certainement impressionné quelques routiers qui ont préféré ne pas affronter un tel édifice et attaquer le village suivant.

Avez vous remarqué une curiosité entre les 2 échauguettes ?

  Il y a une fente de tir pour arme à feu. Son ébrasement (voir vocabulaire) extérieur est peu classique.

 

 

Le chevet 

  Comme pour le mur de la nef, celui du chevet ne comporte aucun système de tir et aucune preuve qu'une salle de repli ait pu être aménagée en partie haute.

  Les linéaires contreforts à larmiers tranchent avec la beauté du remplage de la baie. Je prends un peu de recul pour admirer  l'architecture quand soudain un un détail me surprend.

Le voyez vous ?

 

Que de contrastes entre brique-pierre linéarité-rondeur 

Absence du transept

  Je m'attendais à voir l'autre moitié du transept avec ses échauguettes et c'est une ronde tour qui casse la linéarité de la nef.

  Cette construction circulaire ne semble pas être une tour-escalier car elle ne possède que peu de fentes de lumières. Le plus surprenant est la présence de consoles.

Sont elles les vestiges d'un crénelage ?

  En observant la tour, je constate :

   * La diversité de tailles et de dimensions des pierres,

   * La différence de construction entre le bas et le haut,

   * Le manque de finition des fentes de tir,

   * Le.....

Mais que vois je ?

   En haut de la tour, un vestige de construction en encorbellement me fait penser à une bretèche. A moins que cela soit les latrines de la salle de repli (dont l'existence ne fait aucun doute maintenant). L'architecture de cette église est vraiment surprenante.

 

 

L'entrée

   C'est avec jubilation que je retrouve le puissant clocher dont les pierres et l'architecture ne sont pas homogènes avec celles de la nef.

  Les fentes de tir ne sont évidemment pas médiévales, par contre, je pense que l'ouverture centrale supérieure devrait être une bretèche.

    L'immense arc bouché ressemble à une ouverture permettant l'accès au hall d'entrée comme à Vicq d'Auribat (voir cette église Landaise).

Quand a t il été bouché ?

 

Sobre et épuré

 

Avant d'entrée, je suis attentif

   Lentement, j'avance vers la porte d'entrée tout en prenant garde que l'ancêtre d'une bretèche ne soit pas hanté par un esprit farceur et lanceur de pierres (ou de crottes de pigeon  ).

 

 

 

    L'intérieur :

      Comme je le présumais, les systèmes défensifs ne sont pas visitable. En silence, je marche dans l'allée centrale de cette étroite nef et je me brûle les yeux à travers les vitraux sans âge.

  Dans cet intérieur presque intemporel, je repars vers la sortie.

 

 

 

Histoire de l'église :

* En 1265, la terre appartient au chevalier (voir titre de noblesse) Gilles de Norcourt.

* Vers 1500, Jeannot Dupin est seigneur de Noircourt.

* Au 16ème siècle, construction de l'église avec ses fortifications.

* Au 17ème siècle, amélioration des fortifications (à vérifier).

* En 1720, Noircourt appartient à la famille de Lamirault.

* En 1936, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église dédiée à Saint Nicolas est libre et gratuite. La visite des systèmes défensifs est interdite.

 

 Quelle magnifique église fortifiéeL'asymétrie est belle sur cette église 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées 

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 27/06/2014 21:32

N 'est ce moutier du genre que je préfère, pour sûr.
O r, je lui reconnais une certaine allure
I mposante et dûe à ses fortifications...
R aison n'ai-je point trouvée à l'édification
C éans d'une tour en place du transept attendu :
O ption "précipitée" pour que soit défendu
U n côté vulnérable, non encore terminé ?
R estes de consoles vus nous apprennent qu'a été -
T out le laisse à penser - d'une crénelage munie.

A lors que sur autre face échauguettes, l'avez dit,
I ntimidèrent beaucoup, mais surent aussi défendre :
S ous le tir des gens d'armes intrus se faisaient prendre...
N ul doute que le clocher fut élément premier
E n matière de défense, efficace pour l'entrée :

T rès bien fut protégée par bretèche et tourelles.
H arcelés deux fois plus étaient ici rebelles,
I l est vrai, par rafales tirées des deux niveaux.
E t contreforts en pierre, même si ne furent très hauts,
R etardèrent intrusion : étranglement faisaient,
A dmirable, pour bloquer tous ceux qui s'y tenaient...
C omme j'aurais aimé voir ancien porche non bouché !
H élas, sécurité, je pense, l'a condamné.
E xtrème satisfaction, pourtant, me fut donnée :

N 'est-elle pas magnifique, cette ouverture d'antan,
O riginel accès, très haut, sur le dedans ?...
T ant peu en ai-je vue -aucune !- sur une église !
A eu ce mince détail, sur moi certaine "emprise" :

B el atour d'un donjon, l'avez vous-même écrit.
E t d'un coup religion s'est là évanouie,
N e laissant place alors qu'à "sentiment laïc" :
E tait primordial corps, et non plus âme... Magique !

Le Chevalier Dauphinois 30/06/2014 18:51



  En écrivant cet article, je me doutais que l'église serait à votre goût. Elle est en pierre, même si des retouche ou modernisation sont en briques.


 Elle possède ces petites petits systèmes défensifs qui sont un mélange entre tour et échauguette. L'ensemble n'est pas symétrique et varie l'angle droit et les courbe.