Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

Le bourg :

Les fortifications sont curieuses !    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le village de Lavaqueresse est situé 35 km au Nord-Est de Saint Quentin, à 20km au Nord-Ouest de Vervins et à 8 km au Nord-Est de Guise.

   Coordonnées du bourg :

49° 56′ 59″ N 3° 42′ 39″ E
 49.949722°  3.710833°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

   Dans la courbe d'une petite rue, coincée par son cimetière, bloquée par un muret, l'église de Lavaqueresse n'est pas mise en valeur et la puissance de ses défenses ne semble pas évidente.

   Pourtant, cette église possède encore quelques beaux détails de ses fortifications passées.

 

L'enquête commence

   Au premier regard, il semble logique de penser que seules les "extrémités" de l'église ont été fortifiées :

* Le chevet (à droite).

* Le clocher (à gauche).

  La nef ne possède pas de trace de système défensif ni de salle de repli.

 Puissance et discrétion sont les caractéristiques de ce chevet

Le chevet

    En faisant abstraction du petit bâtiment "récent" construit en avant du chevet, l'architecture est purement défensive avec 2 imposantes tours d'angle encadrant une courtine sans fenêtre. La présence d'une salle de repli au dessus du choeur est indéniable.

       Quatre détails me surprennent :

1 - Les tours ne possèdent que très peu d'ouvertures de tir.

2 - Un coté du chevet comporte 1 tour ronde, alors que l'autre s'enorgueillit de 2.

Y a t il eu une disparition récente ?

3 - Une tour montre une large ouverture dont la fonction m'échappe.

4 - Une ouverture identique existe sur la courtine entre les tours.

Sont ce les fantômes de bretèches ? (voir vocabulaire)

 

Le clocher

   Par sa hauteur et les dimensions de sa base, le clocher ressemble (un peu) à un donjon de château fort. Mais rapidement je suis surpris par trois détails :

1 - Sa base est en pierres alors que le sommet est en briques (est ce une réhausse du 17ème siècle ?).

2 - Les fentes de tir sont rares.

3 - Une petite tour ronde s'accroche à l'ensemble rectiligne sans que sa fonction défensive soit réelle.

    Ne trouvant pas de réponse logique, je vais tenter d'entrer par ce portail gothique.

 

    L'intérieur :

      Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

  Un panneau m'informe que l'église est visitable certains jours, renseignez vous avant.

 

 

Histoire de l'église :

* Au 16ème siècle (?), construction de l'église.
* Au 17ème siècle, modification de l'église (fortification ?).
* En 1714, modification de l'église (aménagement d'un collatéral).
* En 1927, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l'Assomption) est libre et gratuite. La visite du clocher, des tours et de la salle de repli est interdite.

 

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

Esquéhérisienne 23/01/2016 12:46

Très beau commentaire. je ne sais pas si on peut apporter une pierre à l'édifice, je fais des études d'archéologie du bâti et j'ai fait des recherches sur les églises fortifiées de Thiérache.
L'église Notre-Dame de l'Assomption a commencé à être fortifiée au XVème siècle, le chœur à voûtes date lui du XVIème.
Seul le clocher et le chœur sont inscrit au titre des monuments historiques.
L'église possède des briques vitrifiées qui indique la date de 1714 (aménagement d'un collatéral et rehausse du Clocher-donjon), double cœur et entrelacs.
L'église est ouverte au public toutes les jours de 9h à 18h et il est possible de réaliser des visites guidés sur demande pour les groupes.

Le Chevalier Dauphinois 29/01/2016 12:34

* Bonjour et merci pour votre passage sur mon blog.
* Votre commentaire enrichit la connaissances de cette passionnante église fortifiée.

philae 21/03/2014 20:23

magnifique dans son bel habit ocre

Le Chevalier Dauphinois 23/03/2014 14:23



La brique, parfois vernissée, est un régal pour la duversité des nuances de couleur. Sur cette beautée fortifiée, la brique donne un puzzle étonnant.



Anne la Dauphinoise 18/03/2014 18:53

L es églises "défilent" sans se ressembler,
A vec points communs dans cette contrée.
V oyons-nous bâtis de brique, rondes tours
A ccolées au chevet et clocher-tour.
Q uoi qu'ici nous apercevions sa trace,
U n repli, en général, n'a sa place.
E st-ce votre expérience qui cela nous dit.
R avie je suis qu'encore se vérifie...
E st cependant une chose qui m'interpelle :
S ont les bouches à feu manquant à l'appel
S ur cette construction d'après Renaissance...
E t, d'un coup, perd-elle moult de sa puissance.

A bien été efficace ce moutier ? -
I l est vrai que sa masse dut effrayer -
S ans canonnières ou presque ?... Perplexe je suis.
N 'était-ce point le temps, quand il fut construit
E t réaménagé, de ce genre d'armes ?

T oute inutile est peut-être mon alarme.
H eureuse serais que vous me le disiez :
I l est possible qu'effacés aient été,
E n ce lieu, de tels signes si importants ?...
R esterai-je sur idée première qu'antan
A eu cette église rôle de prévention,
C haque tour et clocher scrutant l'horizon,
H arcelant aussi l'intrus approché.
E st-ce tant maigre, voyant son "énormité" !...

Le Chevalier Dauphinois 18/03/2014 19:55



* Toutes les églises n'avaient point de bouche à feu.


* Car pour en avoir il fallait posséder des canons ou arquebusières.


* Ce qui n'est point classique pour des paysans dans un petit bourg sans château fort (donc sans seigneur proche).
* Par contre, comme vous j'ai été surpris du peu de fente de tir pour fusil.


* Mais dans une construction en brique, il est aisé de reboucher en inserrant ce matériaux rouge.


* La région ayant vu tant de guerres et de dévastations, je pressens que reconstructions partielles ou grosses consolidations ont été faites "récemment".


* La forme générale n'a point évolué, mais les détails défensifs ont peut être été effacés.


---> Comme vous l'avez constaté, aucune église fortifiée a la même forme... Incroyable n'est il pas ?



aniort jean 18/03/2014 08:08

je decouvre a chaque visites tes photos une a une , et je me fait mon commentaire dans ma téte .
a chaque fois tes ecrits me donnent confirmation de se que je pense .
mais la ," construction d'une eglise au 16é " ca me surprend terriblement .
si cette eglise est vraiment du 16é , j'y vois pourtant une rangé de pierre a la base qui me fait bien penser a du IX ou Xé .
y'avait il autre chose avant cette eglise ?
pesonnellement je le pense fortement

Le Chevalier Dauphinois 18/03/2014 17:51



*   Dans le Nord de la France et surtout dans l'Aisne (ancienne Thiérache) il n'existe point de carrière de pierre. Le matériaux classique est évidemment la brique.


*  Les pierres à la base ont peut ête été récupérées sur une tour de guet, un petit château abandonné ou détruit (l'Est et le Nord ont été des terres ayant vu trop de guerres).


*  Des églises en pierre existants encore, construites avant le 10ème siècle sont très rares. Parfois ce sont des cryptes ou baptistères du 4ème au 6ème siècle que l'on retrouve sous l'autel
d'une église "moderne".... Voir cet incroyable site que je connais bien :


http://www.musee-archeologique-grenoble.fr/


http://www.facebook.com/pages/Mus%C3%A9e-arch%C3%A9ologique-de-Grenoble/364869429937?ref=profile


** Mais je ne sais pas tout et j'avoue parfois écrire une bêtise.